Lecture du moment : Tim Ingold, Une brève histoire des lignes

Croisé au hasard d’une bibliographie, ce livre déjà un peu daté (2007, traduit en 2011) de l’anthropologue Tim Ingold avait retenu mon attention dès la lecture des premières pages, mais j’avais remis à plus tard – un moment de plus grande disponibilité intellectuelle – le soin de le lire dans son intégralité. Étrangement, le livre tient et ne tient pas ses promesses. Il les tient dans la mesure où il est constamment stimulant – par ses propositions inédites, ses rapprochements intrigants, il remet la pensée en mouvement, et c’est ce que j’attends d’un essai. Il ne les tient pas complètement parce que, précisément, le chapitre dont j’attendais le plus, celui qui est consacré à l’écriture et au dessin, déçoit par sa relative indigence.

Le livre commence tambour battant par un paradoxe: comment se fait-il que la lecture aujourd’hui semble à ce point coupée du son, alors qu’initialement, musique et chant semblaient ne faire qu’un? Même si d’emblée je suis agacée par l’opposition très stricte qu’il propose (la lecture de texte serait une intériorisation, tandis que la lecture d’une partition musicale serait une exécution: je crois en effet qu’un bon musicien fait une lecture intériorisée de la musique, et qu’à l’inverse, un lecteur débutant, ou un lecteur qui lit une langue étrangère, en passe souvent par l’oralisation de ce qu’il déchiffre…), son historique de la notation “musicale” est passionnant: dans la musique vocale, le texte serait premier, et la question de la vocalisation serait déléguée à de petits signes interlinéaires ajoutés dans un second temps pour souligner les passages à accentuer pour des raisons rhétoriques (pause, voix qui monte, etc). Ces petits signes, neuma en grec, s’appellent en latin “virga”, “punctum”, “podatus”, etc… et donneront plus tard la notation musicale sous forme de neumes, s’émancipant progressivement des paroles, pour s’organiser autour d’une ligne, puis de plusieurs…

Ingold présente ensuite longuement la thèse du linguiste spécialiste de la Renaissance Walter Ong (Orality and Literacy , 1982), et soutient que “le texte a perdu sa voix”. Il n’est pas toujours extrêmement convaincant ici, et j’ai l’impression que des travaux plus récents autour du texte, de la musique, du silence et de la performance ont rebattu les cartes depuis Ong (ne serait-ce que le beau travail de notre ami et collègue hélas décédé Xavier Bisaro). Parfois, la méthode d’Ingold agace: il alterne en effet entre des généralisations catégoriques, faisant la part belle aux oppositions tranchées (dont on se demande souvent si elles ne sont pas un peu outrées), et des exemples si disparates qu’il semble papillonner. Parfois on se demande quel est le lien, autre qu’analogique, d’un exemple à l’autre, et on peine à saisir ce qui lui a fait choisir cet assemblage-ci d’exemples, des pages manuscrites lues par les moines médiévaux aux Indiens péruviens rencontrés en 1802 par Humbold. Au-delà de ces agacements, Ingold a de belles idées qui méritent pourtant qu’on persévère dans la lecture.

Le chapitre 2 développe ses concepts principaux: traces, fils, surfaces. Son idée principale est celle d’une opposition fondamentale entre la trace laissée par la marche de celui qui fait un trajet, et la ligne dessinée a posteriori sur un plan, ou reconstituée à partir de points, témoignant d’une “occupation” de l’espace, qui semble prédatrice. Il y a dans ses propositions des réflexions qui parleront bien sûr aux géographes – je pense en particulier à mon collègue et ami Christophe Meunier –, même si là encore l’efficacité des oppositions confine parfois à la caricature. L’axiologie est très forte, ici, opposant d’un côté le peuple ancien des marcheurs, les habitants qui se retrouvent changés par leur parcours de l’espace, et d’un autre côté les hommes modernes incarnant tous les excès de l’anthropocène, pour qui l’espace et le temps entre deux points pourraient être abolis. Ceux-là “quadrillent” l’espace, reliant par des lignes imaginaires les points dans lesquels ils s’agitent. Le Chapitre 3, “connecter, traverser, longer”, développe cette axiologie: d’un côté le geste, libre, vivant, riche de sens, de l’autre l’occupation mécanique du territoire.

Les propositions d’Ingold sont intéressantes parce qu’elles provoquent une prise de conscience de notre obsession du “réseau”, du quadrillage, de la représentation graphique de l’espace abolissant, en effet, les espaces et les temps intermédiaires – cartographies, mais aussi schémas en tous genres. Mais la dichotomie un peu appuyée entre les “bons sauvages” et les hommes modernes finit par agacer. De même, le goût appuyé pour les étymologies, qui semble parfois être le seul guide d’un exemple un autre, à moins que ça ne soit l’analogie. Ainsi, quand il en vient à évoquer le “tissage” du texte à partir d’une page manuscrite en gothique textura (p.95), il est peu convaincant, car il s’agit justement d’une écriture très fragmentée, où la “ligne” du scribe est perpétuellement cassée… D’une manière générale, le chapitre consacré au dessin et à la calligraphie est le moins convaincant – dommage, parce que c’est celui que j’attendais avec le plus d’intérêt. La bibliographie paraît un peu étroite (Billeter n’est sans doute pas la référence la plus érudite sur l’écriture chinoise… et une illustration a même été imprimée à l’envers, le comble pour un livre sur l’importance du geste!) – on s’attendait par exemple à trouver Gerd Noordzij sur le ductus – et la dichotomie tracer/graver est là encore trop schématique. On s’interroge parfois sur la profondeur de sa documentation: quand il évoque par exemple la grande difficulté physique qu’il y a à tracer un texte sur un parchemin médiéval, parce que celui-ci nécessite une longue préparation, ponçage, etc., il semble tout ignorer de la division du travail, et du fait que ce n’est pas le scribe qui, au moment d’écrire, ponce la peau de l’animal! Bref: on a le sentiment qu’il n’a pas pris le temps de parcourir tout ce qui a été écrit au sujet de l’écriture depuis Leroi-Gourhan, et c’est dommage. Il sacrifie la documentation scientifique au développement de sa thèse, et en réalité, ça affaiblit la thèse elle-même.

Il n’empêche que le livre offre de belles propositions. Le chapitre consacrée à la lignée, à la généalogie et au pedigree, suggère par exemple une autre manière de représenter l’engendrement que les schémas habituels symbolisant l’individu par un point (ici en forme de triangle) et le lignage par un trait:

Ingold suggère ici avec beaucoup d’à propos qu’il serait plus cohérent de représenter ces filiations sous la forme de fils entrelacés, constituant une sorte de “tresse”, car notre vie est en effet loin de se limiter au fait de “donner naissance à”. Son schéma a l’intérêt de souligner les durées de coexistence des générations successives et, aux points de rencontres de ces tracés fluides, les liens forts qui se nouent en sautant parfois une génération, les grands-parents investissant leurs petits-enfants de toute la force d’un récit familial par exemple. Un tel schéma est sans doute le cauchemar d’un généalogiste, mais il fait partie des trouvailles qui rendent ce livre d’Ingold extrêmement sympathique, malgré les reproches qu’on peut par ailleurs lui faire.

Ingold annonce dans sa conclusion travailler déjà à son prochain livre – il en a publié 8 depuis celui-ci, ce qui est assez impressionnant… mais laisse présager de semblables fragilités dans chacun d’eux. On a beaucoup écrit, en France, sur le second ouvrage traduit, l’anthologie Marcher avec les dragons, qui a permis de mieux faire connaître son projet d'”anthropologie écologique”. On sent bien en quoi ses propositions soulèvent l’intérêt, dans notre époque où il semble clair que la distance prise avec la nature et les manières de faire artisanales nous mène au bord de la rupture. Beaucoup de ses propositions, appuyées par une grande érudition, sont extrêmement stimulantes. Mais je ne peux pas m’empêcher de rester un peu méfiante, à cause du goût manifeste pour les oppositions tranchées, pour les jeux sur les mots (il y a quand même Saussure!), les analogies. Ingold donne à penser… mais il faut ensuite continuer à penser.

Tim Ingold, Une brève histoire des lignes, traduit par Sophie Renaut, Bruxelles, Belgique, Zones sensibles, 2011, 269 p.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Lecture du moment : Tim Ingold, Une brève histoire des lignes," in Album '50', 8 août 2021, https://album50.hypotheses.org/4569.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.