Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

La collection “Le mot est faible” de l’éditeur Anamosa m’attire depuis un moment. Lancée en 2019, elle entend proposer, en moins d’une centaine de pages, un petit essai accessible qui envisage de manière critique un terme “du quotidien”, en tout cas un mot qu’on entend en abondance dans les médias et dont il devient urgent de décortiquer les sédiments de sens. La collection, dirigée par l’historien Christophe Granger, a été lancée en 2019 comme un écho aux réflexions lancées par Éric Hazan dans LQR. La propagande du quotidien (Raisons d’agir, 2006). Hazan, lui-même éditeur engagé, est au cœur des réflexions développées dans un autre petit livre dont je parlerai peut-être ici, Le Luxe de l’indépendance. Réflexions sur le monde du livre (Julien Lefort-Favreau, éditions Lux, 2021), il y a donc dans ma bibliographie estivale un “effet boucle” que j’assume. Bref : dans cette collection “Le mot est faible”, j’ai choisi le volume Langue écrit par Cécile Canut, linguiste à l’université Paris-Descartes, à la fois parce que, bien évidemment, les questions de langue sont au centre de mes travaux et de mes enseignements, et à la fois parce qu’il était présenté sur une très belle table thématique dans la librairie sétoise L’Échappée belle, que j’aime beaucoup. Bien sûr, c’est très court, on lit ça en une heure et donc on reste sur sa faim – mais je voulais justement voir si ce petit bouquin facile à lire pouvait donner à mes étudiants un premier outil de réflexion sur la langue, puisque je les tarabuste avec ça à longueur d’année.

Sous cet angle, la lecture m’a un peu déçue. À titre personnel, je ne suis ni surprise par le chemin que prend l’auteur pour développer sa pensée, ni fondamentalement opposée à une partie des thèses présentées dans ce petit livre. Mais, pour un étudiant, pour un adulte très peu au fait des questions posées par ce sujet, je pense que ce livre reste trop elliptique.

Par ailleurs, il monte parfois en épingle des phénomènes de “colonisation linguistique” qui font parfois écho, pour moi, à de la littérature de propagande régionaliste (je suis bretonne) lue dans ma jeunesse. Page 42, il est ainsi question du “symbole” infamant qu’on aurait fait porter aux enfants des écoles persistant à parler leur langue (locale, régionale, nationale) au lieu de celle de l’État centralisateur ou colonisateur . Per Jakez Helias est cité, lui qui se souvient d’avoir été stigmatisé pour l’usage de sa langue maternelle, le breton. Mais on oublie, je crois, que la disparition d’une langue n’est pas toujours ni seulement le fait d’une ostracisation menée par un groupe linguistique dominant et oppresseur. Je me souviens que mon grand-oncle, bretonnant de naissance et par ailleurs érudit écrivant sous le nom de Cheun ar C’hann, avait refusé de m’enseigner le breton, qui n’était, selon lui, “pas une langue pour une fille comme toi” – comprendre : pas une langue à apprendre quand on étudie et qu’on vit dans une grande ville universitaire, à la fin du XXe siècle, loin de la réalité rurale pour laquelle la langue bretonne était si savoureuse. Lui et sa sœur, ma grand-mère, n’avaient eu qu’une hâte dans l’enfance : bien parler le français, pour s’élever socialement et voir leur horizon s’ouvrir, loin de la ferme sans fenêtre au sol en terre battue de leurs grands-parents. Et quand j’ai traversé l’Algérie, en 1988, quelques semaines après mon bac, j’ai fait la connaissance d’un jeune enseignant de lycée technique qui était agacé de devoir faire la police pendant la récréation dans son lycée : les jeunes filles algériennes, selon lui, refusaient de parler leur langue, l’arabe, parce qu’elles trouvaient “plus chic” d’échanger entre elles en français, et ça le mettait en colère, parce qu’il avait l’impression qu’elles cherchaient à “lui faire honte”, lui qui enseignait en arabe. Personne ne faisait porter le “symbole” à ma grand-mère, ou à ces jeunes filles algériennes d’avant les années noires : elles choisissaient leur langue pour d’autres motifs qu’une pression imposée d’en haut. Ces questions me semblent donc traitées ici de manière un peu rapide, et donc, un peu simplifiée, alors que d’autres exemples, issus de la recherche personnelle de Cécile Canut, m’auraient davantage intéressée, comme par exemple lorsqu’elle évoque ces familles maliennes qui ne voient pas l’intérêt d’envoyer leurs enfants dans une école en bambara, puisqu’ils parlent déjà le bambara.

Le chapitre “Conditionner par la langue” m’a aussi laissée un peu circonspecte : je ne pense pas qu’un étudiant puisse s’y retrouver, s’il ne connaît pas déjà les éléments du débat. L’auteure récuse en effet les analogies avec le 1984 d’Orwell et la LTI de Klemperer pour comprendre les effets produits par le néolibéralisme sur la langue de tous les jours, mais la démonstration saute trop d’étapes pour être parfaitement convaincante.

J’ai été plus sensible à un passage qui se trouve à cheval sur deux chapitres, et que je cite longuement ci-dessous. L’auteure y oppose la langue managériale et la langue poétique. Il y a ici des éléments intéressants, même si je regrette qu’une nouvelle fois le débat soit escamoté.

« La neutralisation de toute plurivocité, de toute errance sémantique, de toute hétérogénéité, de la contestation des interprétations, etc., produit un discours au sein duquel les énoncés postulent des vérités qui ne sont plus contestables… ou ne sont plus contestées qu’au prix d’un / changement de cadre d’intelligibilité, donc d’une mise hors-jeu de celle ou celui qui ne s’y soumet pas : autrement dit, en régime de concurrence incessante, une mise à l’écart des circuits de reconnaissance à la fois symbolique et financière. Ce qui, assurément, n’est pas facile pour tout le monde. Et celles et ceux qui ne peuvent pas se le permettre ne disposent pas d’autre choix que de s’accrocher à ce discours de la compétition et de la culpabilité dans les mots mêmes de décideurs dont la rigueur du pouvoir effraie. […] La fonction poétique du langage, celle qui permet de symboliser / autrement nos expériences, celle qui accorde au sens sa quête hasardeuse, celle qui accorde à chacune et chacun la possibilité de retournements des significations, de parodie, d’ironie, de glissements sémantiques, de mises à distance des mots d’ordre, ne peut que contrevenir en tout point au discours managérial. […] Elle se manifeste dans nos pratiques langagières quotidiennes par le biais d’un jeu permanent avec les énoncés (les mots mais aussi leurs agencements) et avec les interprétations, qui impliquent des sujets parlants actifs et toujours à même de changer de modes d’intelligibilité. […] La parole, à l’aune de cette fonction poétique qui en exalte l’expression, échappe aux déterminations sourcilleuses : elle déjoue les frontières entre soi et autrui tant elle se nourrit infailliblement du dit des autres, du dit ailleurs, du déjà-dit. Expression purement subjective, elle en appelle au disparate du sens et à l’expérience de l’indécidable et du fortuit. Ce devenir du langage, que j’appelle volontiers devenir-langage est inaccessible au discours managérial. Il en est l’antinomie. Déconcertant toute tentative de son instrumentalisation, de sa maîtrise ordonnées dans l’obturation du sens, il ne cesse ni ne cessera jamais de défaire, de détruire, de ruiner toute tentative de réification de la parole. » (p. 68-72)

On voit donc ici clairement s’opposer deux pôles, celui d’une parole fermée, pré-déterminant les positions de ceux qui sont contraints à l’employer, et une parole “poétique”, libre et permettant la libre expression d’une subjectivité. Je suis évidemment très sensible à cette proposition de dichotomie. J’ai souvent souligné, pendant ces 4 années où je participais au conseil de la faculté de Lettres & Langues de mon université, à quel point il était important non seulement de lutter contre les réformes qu’on voulait nous imposer, mais aussi de résister à la tentation de penser les problèmes dans la langue de ceux qui voulaient du même mouvement nous imposer leurs “solutions”. Parler, par exemple, de “filières en tension” permettait de justifier l’imposition du dispositif APB, devenu Parcoursup, pour “gérer” les “flux” de bacheliers vers des filières moins “tendues” – à la place de quoi je suggérais régulièrement de parler de “filières sous-encadrées”, formule qui impliquait une autre solution : augmenter mécaniquement le taux d’encadrement de ces filières d’études, en recrutant des enseignants. Donc oui, il existe une langue du management qui impose ses cadres. Et oui, sans aucun doute, ailleurs, il existe une langue “poétique” qui déroge en permanence aux règles et permet de faire surgir d’autres effets de sens. C’est ce que les études littéraires s’efforcent de montrer.

Mais j’ai bien peur qu’au quotidien ce ne soit pas aussi simple que ça : nous ne sommes pas placés devant une alternative. Les termes mêmes employés par Cécile Canut révèlent d’ailleurs un imaginaire social un peu curieux. Voici une de ses hypothèses autour du surgissement de cette langue poétique :

“À tout moment, au détour d’un soliloque dans le métro, d’une discussion sur la place d’un petit village, d’un graffiti sur un mur, ou d’une discussion nocturne dans un bar, la puissance du négatif – négatif en ce qu’il ne dirige vers aucune positivité tout affirmée, mais révèle, en chaque occasion, la possibilité d’une dialectisation de la situation – hante la parole et défait le fantasme de la maîtrise.” (p.71-72)

Je remarque qu’en glosant l’expression “à tout moment”, l’auteure imagine 4 situations stéréotypées. Deux sont des dialogues, une est un étrange “soliloque” (à quoi cela renvoie-t-il ?), le 4e est une expression écrite. Au “métro” où forcément on “soliloque” (lieu de concentration urbaine, symbolisant l’impossibilité de communication ?) s’oppose la “place d’un petit village” (fantasme très urbain de la communauté rurale traditionnelle, qui, elle, serait propice à l’échange créatif ?). Je ne suis pas certaine qu’une démonstration qui s’appuie sur des situations aussi caricaturales ait la moindre valeur. Quid des situations de communication ordinaires, banales : entre collègues à la pause, au repas avec des membres de la famille, dans une cours de récréation, au bas d’un immeuble, à la fin d’un cours, au guichet d’une administration ? Mais passons. Je note qu’à côté de ces “mises en situation” auxquelles je ne crois pas, tant elles relèvent d’un imaginaire de la société qui ne renvoie à aucune des expériences que je peux faire du réel, la phrase imaginée par Cécile Canut sacrifie à une autre “langue de bois” que la langue managériale dénoncée. Quand elle écrit en effet “la puissance du négatif – négatif en ce qu’il ne dirige vers aucune positivité tout affirmée, mais révèle, en chaque occasion, la possibilité d’une dialectisation de la situation – hante la parole et défait le fantasme de la maîtrise“, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’elle écrit en universitaire, pour des universitaires – et pas du tout pour être largement comprise. Il y a une charge implicite dans le lexique comme dans la syntaxe: l’incise complique considérablement la phrase ; l’opposition entre “le négatif” et une “positivité tout affirmée” n’est pas du tout facile à saisir ; la double métaphore “hanter la parole” et “défaire le fantasme” ajoute sa charge propre ; enfin l’expression “révèle la possibilité d’une dialectisation de la situation” est, à mon sens, totalement incompréhensible à un lecteur qui n’a pas déjà des idées très claires sur les questions de langue enseignées à l’université.

Bref : le livre me semble en partie manquer l’objectif assigné à la collection. Comme ouvrage de vulgarisation, il sacrifie encore bien trop au jargon universitaire. Le jargon, ça ne consiste pas seulement à utiliser des termes très techniques, abscons pour les non-initiés – il n’y en a presque pas dans ce livre. C’est aussi parfois une paresse d’écriture, qui nous invite à choisir des formules qui “font signe” à notre communauté professionnelle, les intellectuels, et qui laissent sur le bas-côté ceux pour qui “hanter la parole” ou “révéler la dialectisation d’une situation” n’est pas une formulation compréhensible. Dénoncer les abus de la langue managériale n’a pas de pertinence si on ne s’interroge pas dans le même mouvement sur les effets induits par la langue qu’on écrit soi-même.

Il y avait pourtant une occasion à saisir : après avoir commenté un bref extrait d’une vidéo tournée en usine en 1968, Cécile Canut évoque les gilets jaunes, et rappelle à juste titre à quel point la communauté médiatique et universitaire, d’une seule voix, a condamné les usages linguistiques des personnes qui se mobilisaient sur les ronds-points. Leurs publications sur les réseaux sociaux auraient été indigentes, leur faible maîtrise des codes de l’écrit aurait révélé la fragilité de leur pensée, voire leur bêtise. Là encore, il y avait bien plus à tirer de cet exemple, pour donner à ce livre toute sa force politique. Car je ne crois pas, justement, que pour les gilets jaunes, l’alternative se jouait entre la “langue managériale” et la “langue poétique”. Au-delà de quelques slogans magnifiques cités par l’auteure (“Ils ont la police, on a la peau dure” – on trouve beaucoup d’autres exemples sur le site du collectif Plein le dos), il y avait matière à s’interroger sur les usages linguistiques qui sont réellement à la disposition de ceux qui, par la force des choses et l’inertie de notre société, ont été relégués “en marge” des usages canoniques du français. Mes étudiants, pour certains d’entre eux, appartiennent à cette catégorie des “exclus de la langue de l’école”, et je suis impuissante à les aider à s’en émanciper. Ce livre ne va pas m’aider : je cherche encore.

Cécile Canut, Langue, Paris, Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2021, 96 p.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Lectures du moment : Cécile Canut, Langue," in Album '50', 14 août 2021, https://album50.hypotheses.org/4613.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.