Qu’est-ce qu’un “non-livre” ?

Comme me l’a fait remarquer un ami il y a quelques jours, je lis beaucoup de livres. Je sais qu’il est désormais d’usage, même en sciences humaines, de déplorer qu’un chercheur ait perdu son temps à publier un livre, au lieu de faire valoir son travail par des articles dans des “RAC” (revues à comité de lecture – véridique : remarque entendue par un collègue dans un comité de sélection…). Je lis aussi, bien sûr, au cours de l’année, énormément d’articles, et j’avoue que malgré mon amour du papier, et ma préférence absolue pour la lecture sur support physique traditionnel (pour des raisons de confort ophtalmique), je les lis en très grande majorité sous forme numérique : plus accessibles (sauf racket des revues anglo-saxonnes…), plus rapidement, et hors horaires d’ouverture des B.U. Mais, de manière absolument incontestable, ma préférence va aux lectures de livres. Donc dès que j’ai le temps j’achète et je lis des livres. Ma librairie de référence, Le Livre à Tours, est tenue par des libraires qui accordent une grande importance aux textes, mais aussi aux livres, à leur matérialité, et à la chaîne éditoriale dans sa globalité. C’est donc vraiment très exceptionnellement que je fais une entorse à mes principes, et que je commande un livre en ligne : par exemple quand, pendant l’été, je suis éloignée de tout centre urbain pendant plusieurs semaines d’affilée. Bien fait pour moi : j’ai reçu un non-livre.

Qu’est-ce qu’un “non-livre” ? Eh bien, c’est un texte qui n’a tout simplement pas été édité. Il arrive que des textes soient mal relus (par exemple Le Peuple du Larzac, de Philippe Artières, que je suis en train de terminer, n’a pas fait l’objet d’une relecture attentive et comporte des coquilles et des erreurs manifestes), il arrive aussi que je ne sois pas emballée par les choix de maquette d’un éditeur (j’ai été tentée par la réédition de Que veulent les images? de W.J.T. Mitchell aux Presses du réel, mais le “gris” de la page, obtenu par une police sans empattement, est trop léger pour ma vue de quinquagénaire). Quoi qu’il en soit, ces livres ont fait l’objet d’un travail d’édition, même s’il est imparfait ou qu’il ne me convient pas sur le plan esthétique et matériel. Un livre “pas édité”, en revanche, n’a pas fait l’objet d’un travail d’édition. À quoi voit-on cela ?

Tout d’abord, la présentation typographique ressemble à ce qu’un étudiant de master produit lorsqu’il n’a reçu aucune formation à l’édition. La police est banale (Times New Roman) ; aucun travail sur la graisse ou le corps de la typo n’a été produit, aucun effort de mise en forme visuelle de la page. On a abandonné au logiciel la gestion des points de détail un peu touchy, comme les listes (liste à puce automatique de Word ?…) et les tableaux. Les rares illustrations sont des imports dans le logiciel de traitement de texte : le corps n’a pas été touché (donc il devient souvent trop petit), les détails sont flous. Quand il y a un tableau un peu grand, qui aurait été peu lisible dans le format choisi pour le livre ? Aucun problème, on l’imprime couché. La bibliographie? Comme il s’agit de ne pas augmenter le nombre de pages, tout est tassé, sans le moindre effort typographique permettant le juste repérage des références.

Le texte courant, ce texte sur lequel le lecteur va passer le plus de temps, est-il mieux traité que la bibliographie ou les tableaux ? Bien sûr que non. Les marges sont indigentes, et la marge intérieure tellement étroite qu’il faut casser la reliure pour tout lire. Pire encore: on a abandonné au traitement de texte la gestion complète des espacements, en choisissant le format “justifié”. Ce qui produit, comme le sait le moindre étudiant en édition dès sa première semaine, d’horribles blancs dans les lignes, d’affreuses “lézardes” dans les pages.

Achevons le portrait de ce non-livre par la couverture. Légère, brillante, rognée à vif, elle surprend d’abord par sa finesse, et par le toucher inhabituel de sa texture, un tout petit peu grenue, comme les photos que jadis on commandait au photographe en version “mate”. Puis on comprend : ce n’est pas la couverture d’un livre, c’est une photocopie couleur, sur le papier le plus épais toléré par une imprimante, du PDF de la couverture. Et soudain, le doute nous étreint : et si tout le livre n’était qu’une photocopie?…

Bien sûr. Tout le livre n’est qu’une photocopie. Ce n’est d’ailleurs pas un livre : il n’est pas édité, pas imprimé. C’est un texte reproduit. Autrement dit, de la littérature grise ‘déguisée en livre’. La preuve ultime, c’est le dos, cette partie mince destinée à faciliter le repérage du livre une fois qu’il est rangé sur un rayonnage. Ici la photocopieuse touchait ses limites : elle n’a pas été fichue de calculer quel corps typographique serait lisible. Et de fait, c’est absolument, totallement illisible.

Mais mon enquête de fin limier est, somme toute, très vaine : ouvrir le volume à sa dernière page pour regarder l’achevé d’imprimer aurait d’emblée levé toute forme de doute. Car on y lit cette formule :

Printed in Poland by Amazon fulfillment”

Je pensais acheter un livre, je me suis fait livrer une photocopie, reproduite “à la demande”, à partir du moment où mon numéro de carte bleue a été enregistré pour cet achat. Je savais que des éditeurs de sciences humaines reproduisaient déjà leurs ouvrages sous cette forme : il suffit d’ouvrir un livre de la collection “Classiques Garnier” pour comprendre qu’on débourse une somme importante (toujours plus de 20 euros) pour se faire livrer une pâle photocopie, vraiment peu lisible, parce que justement la reproduction a effacé les “déliés” de certains caractères courants, et parce que le toner cuit produit une désagréable brillance sur la page, qu’on ne retrouve pas avec l’impression offset. Mais au moins chez “Classiques Garnier” l’édition a-t-elle été réalisée avec soin, tandis que pour ce livre “publié” par l’Harmattan, on a le sentiment d’une arnaque totale. Pourquoi ? Parce que le volume de 149 pages est vendu… 16,50€. Seize euros cinquante pour la photocopie d’un texte pas édité.

Le texte, co-signé par Jacques Sizun qui a introduit le programme de soins de développement NIDCAP en France, m’intéresse vraiment, et j’ai envie de le lire. Mais si Jacques Sizun et Nathalie Ratynski l’avaient déposé tel quel sur une archive ouverte comme HAL, au format PDF, ou même sur une plateforme savante (Academia ?) ou grand public (Isuu ? Calameo ?), le même service de dissémination du savoir aurait été rendu à la communauté des soignants et des parents de prématurés, pour quelques euros maximum en cas d’impression chez soi. Présenter ce genre d’objet comme un “livre” est donc un odieux mensonge. Hélas, la pratique menace de se développer, et c’est dommage pour ceux qui, comme moi, pensent qu’un texte, même très bon, a toutefois besoin du travail d’édition pour être livré à son public de lecteurs, qui ne sont pas seulement de vieux maniaques amoureux de l’odeur du papier pur chiffon. “Éditer”, c’est rendre lisible, c’est-à-dire “qu’on peut lire”, mais aussi “qu’on désire lire”, “qu’on a plaisir à lire”, “dont la lecture est facilitée”. Éditer, ce n’est pas mettre en vente une photocopie.


1 réflexion sur « Qu’est-ce qu’un “non-livre” ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.