Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons : soutien de la DRAC et de l’ARS

Le double projet “Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons”, monté en partenariat entre l’Université de Tours, l’association Livre passerelle, la Bibliothèque Municipale de Tours, le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours et Le Centre Hospitalier Intercommunal Amboise-Château-Renault vient de recevoir un soutien conjoint de la DRAC et de l’Agence Régionale de Santé. Cet appui financier renouvelle un soutien déjà accordé les années précédentes – probablement pour la dernière fois, ce qui va nous conduire à chercher d’autres sources de financement, et ce d’autant plus que nous montons maintenant la 2e phase du projet, à savoir le protocole d’observation et de mesure scientifique des effets de ces lectures aux bébés.

Ce partenariat est une aubaine pour chacun des partenaires : les services hospitaliers, dont les ressources propres ne permettraient en aucune manière de mener des projets culturels en autonomie ; la Bibliothèque Municipale, qui peut ainsi “mettre un pied” dans le plus grand établissement de santé de la Région, étendant ainsi ses missions d’accès à la culture écrite pour tous les publics, notamment ceux qui sont, selon la terminologie officielle, “empêchés” ; l’Université, et notamment le laboratoire InTRu, car nous n’avions pas les moyens propres permettant de monter un projet de lectures, sur le long terme et simultanément, dans ceux établissements ; l’Association Livre passerelle, qui est ici en plein dans ses missions. le financement DRAC-ARS (ligne “culture et santé”) couvre les salaires des lectrices de Livre passerelle ainsi que la fourniture de livres pour une partie des séances. D’autres ressources, pérennes ou conjoncturelles, permettent de compléter les interventions (salaire de la bibliothécaire Laura Tschaenn), d’équiper les services en livres (Fonds de dotation du CHRU; ressources internes au CHRU et au CHIC), de pourvoir aux besoins matériels (InTRu), et désormais de monter des protocoles de recherches (Université).

C’est la première fois que je coordonne les travaux d’une équipe aussi diverse dans sa composition – j’ai l’expérience du pilotage d’un projet ANR, de la direction d’une formation ou d’un département, je coordonne un comité éditorial de revue, mais ici nous sommes en permanence sur tous les fronts (le travail de médiation et de formation, l’action culturelle, la collecte des données, la formalisation des procédures scientifiques), tout en appartenant à des mondes différents, aux cultures et aux pratiques diverses. C’est souvent le grand écart, en permanence très fatigant, et c’est passionnant sur le plan des résultats patiemment accumulés grâce à la coopération efficace de tous les acteurs (bravo, en particulier, à Catherine, Laura, Jeanne pour la méticulosité des comptes rendus hebdomadaires). Ces dernières semaines, la rédaction de deux gros bilans, pour chacune des équipes, m’a permis de mesurer le chemin déjà parcouru : c’est enthousiasmant, et ça donne de l’énergie pour aller plus loin !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.