Un “amateur expert” et ses magazines de bandes dessinées: Norbert Moutier

Ce mercredi 9 février 2022, j’avais le plaisir d’être invitée par Xavier Girard, enseignant à l’ESAD d’Orléans, à participer à une journée qu’il organisait autour d’une collection étrange autant que fascinante. Il y a un peu plus d’un an en effet, il est tombé, au marché aux puces, sur une collection étonnante d’imitations, manifestement réalisées par un enfant, des petits magazines populaires de bandes dessinées qui faisaient fureur dans les années 1950 et 1960. Une brève enquête a permis de découvrir que ces petits magazines avaient été fabriqués, dans son enfance, par Norbert Moutier, récemment décédé, et bien connu à l’âge adulte pour son activisme dans le domaine du cinéma de série Z, puis pour son expertise bédéphile.

Xavier Girard a estimé que cette collection était suffisamment étonnante, dans tous ses aspects, pour qu’il ne s’en réserve pas la jouissance, et depuis des mois il la présente à des étudiants en arts, des chercheurs en bande dessinée, en culture médiatique, en histoire de l’édition, des collectionneurs. La journée de mercredi avait pour but de réunir physiquement le plus grand nombre possible des gens que ces objets singuliers pouvaient intriguer: des étudiants de l’ESAD, donc, mais aussi des enfants, des universitaires, des témoins qui avaient été proches de Norbert Moutier.

Merci à Loïc Boyer pour la photo!

Le dispositif même de cette journée, imaginé par Xavier Girard, était aussi singulier et sympathique que la collection qui nous réunissait. En effet, au lieu de soumettre le public à une succession d’interventions savantes, il a préféré offrir aux regards le “déballage” quasi exhaustif de la collection, qui contient, outre les petits magazines réalisés à la main, des centaines de photographies de famille – représentant surtout Norbert Moutier enfant. Quel choix avisé! Nous avons pu, dans un premier temps, manifester publiquement notre étonnement, notre curiosité devant un objet si singulier. Étonnement qui, au cours des diverses interventions qui ont suivi, a laissé place à une compréhension plus fine de ce qui se jouait dans cette reproduction mécanique et quasi obsessionnelle de la “matrice” éditoriale des bandes dessinées populaires de l’immédiat après-guerre.

Production méthodique et quasi obsessionnelle, “coulage” méticuleux dans la forme-sens offerte par l’édition populaire commerciale (poétique de la titraille, typologie des figures héroïques, périodicité et rythmique “feuilletonnante”), fabrication elle aussi mécanique à l’extrême du récit, dont on ne peut pas exclure qu’il soit une quête d’identité elle-même obsessionnelle, ancrage fort dans un contexte local, mais aussi national et générique : voilà quelques-unes des pistes qu’ont ouvertes successivement les nombreuses interventions de la journée, formelles ou moins formelles.

Benoit Crucifix, chercheur au sein du programme ERC “Children in Comics” a permis au public de prendre un peu de recul en mettant en parallèle cette collection étonnante et des productions elles aussi mimétiques dues à la main d’Alain Van Passen enfant, une collection aujourd’hui conservée à la bibliothèque de l’université de Gand. De mon côté j’ai essayé de replacer cette fascinante production artisanale dans le contexte de l’édition enfantine d’après-guerre, marquée à la fois par la loi de 49 et par l’entrée massive de productions américaines qui, malgré la loi, répandaient les figures héroïques de l’imaginaire de la fiction US – notamment les Cow-Boys, qu’on retrouve en abondance dans la collection Moutier.

Puis Basile Jesset, à la fois designer graphique et développeur web, nous a présenté la base de données qui doit servir à indexer la collection afin de mieux la comprendre de l’intérieur. Il y a quelques années, après avoir longtemps peiné dans le cadre d’un programme de recherches collectif consacré aux éditions Mame, j’avais monté avec un collègue un petit groupe de réflexion sur un outil que nous percevions alors comme nécessaire aux chercheurs en sciences humaines, mais qui était alors absent de nos formations : une base de données iconographiques. La présentation de Basile Josset m’a permis de voir que du temps avait passé : pour le projet Norbert Moutier, la base semble une “évidence”, elle s’impose d’emblée et qui plus est, elle est pensée d’abord sous l’angle de son ergonomie pour les chercheurs qui auront à la remplir – et non sous l’angle de sa structuration informatique. C’est probablement parce que Basile Jesset vient du design graphique avant tout, et qu’il s’est formé secondairement au développement web : sa compréhension des phénomènes est celle d’un amateur d’images, et sa base est pensée d’abord en fonction de son utilisateur – et pas en fonction des données… qui ne sont, justement, pas “données”, mais que l’utilisateur doit créer par son travail d’indexation ! Une intervention de ce genre permet de comprendre ce qu’un designer graphique, doté de compétences de développement, peut apporter à un programme de recherches collectives : clarté, dimension pratique, efficacité dans le traitement des documents. On rêve d’avoir un Basile Jesset à la MSH Val de Loire !

L’après-midi commence par le visionnage du fascinant film commandé par l’Ufocel en 1951, “On tue à chaque page”, dont les projections publiques partout en France étaient l’occasion de débats dont la presse éducative se faisait l’écho. Le film est entièrement à charge, mais sa forme même pose question. Il constitue d’une part un “reportage” très intéressant sur le marché de l’illustré de seconde main qui se tient rue Mouffetard: on voit longuement des gamins (uniquement des garçons) échanger fébrilement des magazines de bandes dessinés stockés dans des cartables avachis. D’autre part, il entend dénoncer la laideur et l’inanité des histoires en bandes dessinée, mais ce faisant, soit pour ne pas donner à voir ce qu’il condamne, soit par impossibilité d’accéder aux droits d’utilisation de véritables bandes dessinées, le film montre un montage d’images très mal dessinées, prétendument extraites d’une bande dessinée de justicier futuriste et libidineux. Qui a dessiné, scénarisé, mis en film (avec des cartons intercalaires) ce récit? Très long (il semble constituer près de la moitié centrale du film), il stupéfie par son incongruité graphique et scénaristique, et finit par constituer à lui seul un objet de fascination, alors qu’il visait à dénoncer cette fascination! [paragraphe ajouté le 13.02.22]

Marine Planche, du Centre National de la littérature Jeunesse, est venue présenter une manière de mettre en valeur, en l’exposant, un corpus de livres : en l’occurrence, l’exposition Ne les laissez pas lire qui s’est tenue il y a deux ans à la BnF, et dont le catalogue (excellent !) est disponible. La question de l’exposition des livres est en effet particulièrement délicate. Des travaux de réflexion récents ont envisagé ces questions sous l’angle de la patrimonialisation de l’écrit : ne trahit-on pas l’expérience du livre en exposant un livre sous vitrine ? La proposition présentée par Marine Planche offrait un regard très intéressant sur cette question. C’était l’occasion pour Loïc Boyer, membre de l’InTRu lui aussi et enseignant à l’ESAD en parallèle à son activité de designer graphique, de présenter l’exposition Sans fin la fête dont il est commissaire et qui se tient en ce moment à Lyon – son catalogue, intitulé Les images libres, est paru aux édition MeMo.

Mon complice Laurent Gerbier et Sylvain Lesage étaient coincés chez eux du fait du contexte sanitaire : c’est donc par visio interposée qu’on a pu profiter de leurs apports. Laurent présentait trois exemples de “désir de dessin” (Alain Saint Ogan enfant / Jean-Christophe Menu / des expériences actuelles de dessins professionnels produits à partir de dessins d’enfants), qui permettaient de saisir le geste de Norbert Moutier dans toute sa complexité. Sylvain tentait de clore l’atelier, malgré de sérieuses difficultés techniques, en offrant un regard surplombant sur l’ensemble de la journée et des débats et réflexions qu’elle faisait naître. Une journée chaleureuse, passionnante, étonnante et qui redonne le goût, après deux années de “gestes barrières”, aux rencontres où l’on se rencontre vraiment!


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.