Séminaire “littératures dessinées”: les exposés des étudiants

Après un début de semestre consacré à des généralités théoriques et narratologiques, les exposés des étudiants ont repris. Comme chaque fois, je suis amusée par la capacité qu’ont des étudiants de master recherches à se décentrer, et à adopter, pour analyser des objets qui leur sont inconnus, des stratégies intellectuelles très fécondes: preuve qu’on ne leur inculque pas des recettes, mais qu’on leur apprend à réfléchir librement.

Puni-CagibiLe 14 mars, C.S. a choisi de faire porter son étude sur l’analyse du personnage dans Puni-cagibi d’Alain Serres et Claude K.Dubois. Elle fait preuve d’une remarquable adaptation — c’est la première fois qu’elle suit un cours sur le livre pour enfants, et le concept d'”iconotexte” ne lui est pas familier. Elle part donc des outils qu’elle connaît et manipule pour son propre mémoire, afin d’essayer de “rentrer” dans cette œuvre-ci: c’est Aristote et une réflexion sur la mimesis, puis Greimas et ses “actants” qui sont la clé, cette fois, pour elle et, ma foi, cela fonctionne — on n’en demande pas plus à des outils intellectuels. Ses analyses du fonctionnement narratif de l’image sont fines; par exemple, lorsqu’elle observe que le rétrécissement de l’image dans la page témoigne du regard étriqué porté par les parents, à un moment du récit, sur l’enfance; ou lorsqu’elle fait remarquer que, dans l’image nocturne, les pièces de la maison “communiquent” plus que les personnages eux-mêmes! Ce qui manque peut-être à son analyse, qui a pourtant perçu la dimension de subversion, c’est d’avoir souligné la logique de la dérision à l’œuvre dans l’ensemble du récit: dérision du modèle éducatif, dérision aussi, sans doute en partie inconsciente, du modèle littéraire fort ancien de l’historiette moralisatrice, cette dérision généralisée étant à relier à la délectation de l’enfant à commettre des transgressions.

CROWTHER Kitty et LINDGREN Astrid, Lutin veille, L’Ecole des Loisirs, 2012
CROWTHER Kitty et LINDGREN Astrid, Lutin veille, L’Ecole des Loisirs, 2012

Quand vient son tour, H.B., dont le mémoire porte, lui, sur la littérature romanesque pour l’enfance, présente une réflexion très stimulante sur Lutin veille, un texte d’Astrid Lindgren illustré récemment par Kitty Crowther. Ses remarques très pertinentes sur les questions de traduction (pourquoi faire du “Tomte” un “lutin”?) auraient cependant pu être enrichies par une réflexion similaire sur l’image: Kitty Crowther a-t-elle cherché à “faire nordique” pour un public de jeunes Français, ou a-t-elle simplement cherché à retrouver un peu de l’atmosphère des images d’Harald Wyberg? Le travail d’analyse du fonctionnement narratif, et notamment du rythme, est bien mené; on pourrait souligner aussi le jeu d’alternance, rompu évidemment lors de l’entrée chez les humains, entre l’intérieur et l’extérieur des bâtiments de la ferme.

Ma maison bleueE.C. a choisi de parler de Ma maison bleue, d’Alain Serres et Edmée Cannard. Proliférant, son exposé note beaucoup d’éléments passionnants, en laisse quelques-uns de côté. Il aurait ainsi été intéressant de s’interroger sur les points de vue (de quel point de vue voit-on que la terre est bleue? qu’elle est ronde?), cela aurait complété les remarques très pertinentes que fait E.C. sur les effets de zoom, et surtout sur le jeu très élaboré de pages “dépliantes” qui donnent au lecteur l’impression de plonger dans le cœur du personnage, ou de surplomber la planète.

StianHole
Stian Hole, L’été de Garmann, Albin Michel Jeunesse, 2008.

A.B., à son tour, parle de L’été de Garmann, de Stian Hole. Elle a choisi de mettre l’accent sur la dimension métalinguistique de l’album, et on voit ici que sa grande maîtrise de l’outillage théorique adapté à la littérature lui a rendu un fier service pour analyser cet album dont la fascination première vient pourtant des stupéfiantes images incluant des éléments photographiques. Son analyse des points de vue, et des glissements de ce que voit à ce que pense le personnage, lui fait utiliser l’expression “littéralité de la représentation iconique”, et il faut reconnaître que cela fonctionne très bien ici.

LonPopo
Ed Young, Lonpopo, Mijade, 2011.

Enfin c’est le tour de O.C., étudiante chinoise, qui a choisi de présenter Lon Popo d’Ed Young. Dans un français remarquable, elle propose une analyse visuelle très convaincante de l’album, notamment son fonctionnement en panneaux verticaux, semblables à ceux d’un paravent, mais cependant tout à fait adaptés ici au mode de feuilletage d’un album. On aurait pu s’attarder sur l’organisation gauche-droite du regard dans les pages, contraire à l’usage occidental dans tout le début de l’album, puis basculant à un mode “classique” lors de l’épisode du panier dans l’arbre, dès lors qu’il ne s’agit plus d’opposer symboliquement des forces en présence (les enfants et le loup, l’intérieur et l’extérieur), mais de séquencer deux étapes d’un processus. L'”invasion graphique” du loup, et le fait qu’il figure sur quasi toutes les pages, dissimulé sous d’autres éléments de représentation, sont montrées par O.C. avec finesse et efficacité.

Ces premières séances sont prometteuses, les étudiants jouent le jeu d’un exercice qui les déstabilise et les arrache à ce qu’ils connaissent bien. Au-delà du cas spécifique de l’album pour enfants, qui n’intéresse durablement que peu d’entre eux, je crois qu’ils perçoivent l’intérêt qu’il y a à interroger ses propres réflexes méthodologiques, pour voir “ce qui marche”, et comment on s’émancipe de stratégies apprises, pour se fabriquer soi-même un outillage efficace.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.