“Lire en bruits” aux tout-petits: textes poétiques pour lire aux nourrissons

C’est avec beaucoup de plaisir que nous avons appris, dans mon laboratoire, que nous étions sélectionnés pour un projet “kaléidoscope”. Les “kaléidoscopes” sont des projets financés par le service culturel de l’Université de Tours, visant à associer un·e artiste et un laboratoire de recherche autour d’un projet commun. Le projet que le laboratoire InTRu avait déposé consistait à associer une ancienne chercheuse de l’équipe, doctorante ayant finalement décidé de consacrer toute son énergie à la création poétique et sonore, au programme d’observation des effets des lectures aux bébés prématurés du service de néonatologie du CHRU de Tours. Intitulé “Lire en bruits” aux tout-petits : textes poétiques pour lire aux nourrissons, ce projet va donc me donner le plaisir de travailler étroitement avec Axelle Glaie, poète et artiste sonore.

Crédit image Gabrielle Guillaume

Tout part d’un constat que nous faisons sur le terrain de ces lectures adressées aux très petits bébés : nous manquons de textes d’albums qui soient parfaitement adaptés au régime d’attention de ces bébés. Il nous faut du très court, du bien rythmé, du texte qui sonne, mais aussi du sens et de l’émotion – car, comme le dit Winnicott, un bébé tout seul ça n’existe pas, et nous lisons en présence d’un ou des deux parents, pour qui l’histoire racontée et les paroles prononcées pèsent leur poids de poésie et d’émotion.

De son côté, Axelle Glaie s’intéresse à la poésie sonore – notamment au sein de l’association PoSo. Elle écrit, propose des performances poétiques avec création musicale, et anime des ateliers d’écriture. La thèse qu’elle avait engagée sous ma direction portait précisément sur la question du sonore dans l’album et dans la performance de lecture oralisée d’un album à un enfant. Le blog scientifique qu’elle avait créé pour l’occasion s’intitulait précisément “Lire en bruits”!

Nous avons imaginé ce travail en coopération étroite autour des lectures adressées aux très petits, notamment les bébés prématurés du service de néonatologie du CHRU de Tours. Il s’agira d’abord pour nous d’échanger, en profondeur, sur les critères que nous avons collectivement repérés (le “nous” désigne ici les lectrices qui interviennent auprès des bébés : Jeanne Beutter de Livre passerelle, Laura Tschaenn et Andrea Insergueix de la BM de Tours, et moi-même). Axelle réalisera de nombreuses observations – le service “petite enfance” de la Ville de Tours va lui permettre de venir observer les très jeunes enfants accueillis en crèche. Son projet comporte aussi un important travail de documentation, pour lequel elle prévoit une session au Centre national de littérature jeunesse à la BnF. Le tout débouchera sur une résidence d’écriture, cet été. Nous espérons qu’à l’automne, le projet aura débouché sur l’écriture d’un petit nombre de textes, que nous pourrons alors “tester” auprès de jeunes enfants, l’objectif final étant bien sûr qu’ils puissent ensuite être soumis à des éditeurs !

C’est un travail assez excitant. En tant que lectrices, nous sommes en “bout de chaîne” de la création éditoriale. Pour lire aux bébés, nous puisons dans l’existant – en pestant quand les éditeurs ne gardent pas au catalogue un album qui nous serait pourtant in-dis-pen-sable, comme L’œuf de Mimosa de Bénédicte Guettier ! Cette fois, à l’inverse, nous nous situerons bien en amont de l’existence du livre. Est-il possible de créer à partir de contraintes nées de l’observation de terrain ?

Oui, répondront tous les poètes, parce que la forme poétique a longtemps été, précisément, l’objet de contraintes formelles fortes, qui n’ont jamais entravé la créativité, bien au contraire. Oui, répondront tous ceux qui sont nés après 1960, et qui ont pu s’amuser des créations de l’OuLiPo, toutes nées de l’invention de contraintes.

Oui, répondront encore ceux qui se souviennent que Margaret Wise Brown fut membre du “Writers Laboratory” créé par Margaret Mitchell en 1937 au sein de son jardin d’enfants expérimental de Bank Street à New York. Le “laboratoire” fonctionnait comme un atelier où coopéraient des artistes venus là en “stage d’observation” et des élèves apprenant à Bank Street School leur métier d’éducatrices de jeunes enfants. Toutes et tous étaient au contact quotidien des jeunes enfants de cette école pratique. C’est sans doute ce qui permit à Margaret Wise Brown de cerner avec tant de finesse les capacités et les préférences des très jeunes enfants1. Une affaire à suivre de près : le blog du laboratoire InTRu tiendra le journal de cette aventure qui va s’étendre sur toute l’année 2023 !



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 30 janvier). “Lire en bruits” aux tout-petits: textes poétiques pour lire aux nourrissons. Album '50' Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ay65

  1. Marcus Leonard S, Margaret Wise Brown: awakened by the moon, Boston, Beacon Press, 1992. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.