Maurice Sendak à la BNF

Frank R.Stockton, Maurice Sendak, The Beeman of Horn, Holt, Rinehart & Winston, 1964.
Frank R.Stockton, Maurice Sendak, The Beeman of Horn, Holt, Rinehart & Winston, 1964.

En fin de semaine dernière s’est tenu, à la BNF puis à l’École normale supérieure, un colloque de deux jours consacré à la réception de Maurice Sendak en France et en Europe. Organisé par le Centre national de littérature pour la jeunesse (autrefois « Joie par les livres », mais dont le joli nom tend hélas à se diluer dans la logique institutionnelle de la BNF) et l’Université d’Artois (centre de recherches Textes & cultures), avec le concours de l’Afreloce, le colloque avait été envisagé avant la mort de Sendak, mais inévitablement, il a parfois pris la forme d’un concert d’hommages.

Il a beaucoup été question de Max (à tout seigneur tout honneur), mais on n’a oublié ni la merveilleuse série des Petit Ours ni la fascinante Cuisine de nuit. Je retiens surtout de ces deux journées denses la passionnante intervention de Loïc Boyer sur les sources d’inspiration « populaires » (et pour tout dire, « ordinaires ») de Sendak, dont il livre généreusement des morceaux d’images ici; la tout aussi passionnante, tout aussi érudite-et-pourtant-limpide intervention de l’illustratrice Anna Castagnoli, qui à l’inverse a pisté quelques inspirations très érudites de l’artiste (et je ne les cite pas, car il me semble que son propos est totalement inédit, et mérite de n’être publié qu’avec sa signature); et enfin, la magistrale communication de Michel Defourny sur sa « rencontre avec Max », en réalité prétexte à re-dessiner à l’intention du public présent les contours de la France intellectuelle de la fin des années 1960. Il me semble que ces trois interventions ont le même mérite: rappeler que le livre pour enfants n’est pas un objet en soi (dont on pourrait décider de devenir « spécialiste ») mais qu’il est serti dans une culture (littéraire, esthétique, intellectuelle, commerciale, populaire) que rien ne nous autorise à ignorer…


Une réflexion au sujet de « Maurice Sendak à la BNF »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *