Six hommes

David McKee, Six Hommes, Kaleidoscope, 2001.

Les éditions Kaleidoscope viennent de publier Six hommes, traduction de Six Men de David McKee, publié en 1972 par Adam et Charles Black à Londres. L’inventeur d’Elmer y développe une parabole sur la guerre: six hommes, au début de l’album, parcourent le monde en quête d’un lieu où vivre en paix. À peine l’ont-ils trouvé qu’ils y établissent un régime d’intimidation qui, de manière mécanique, mène à la guerre. À l’issue de cette guerre, seuls six hommes ont survécu. Misérables, ils s’en vont en quête d’un lieu où vivre en paix…

Cette fable ironique et grinçante est servie par un dessin au trait minimaliste et volontairement presque enfantin. Schématique, le dessin au trait noir réduit les protagonistes à quelques éléments, ce qui contribue à les dépersonnaliser. De la sorte, l’histoire est moins celle de ces six hommes que celle de l’humanité au sens générique.

Un procédé similaire est utilisé en 1958 par Reiner Zimnik pour Die Trommler für eine bessere Zeit (Berlin / Zürich), album publié l’année suivante en France par Robert Delpire sous le titre Les Tambours. Chez Zimnik, la fable évoque l’irrépressible désir de transgression de tambours qui, de ville en ville, font des émules. “Nous commençons une vie meilleure ! Nous partons pour un autre pays !” clament les simples citoyens qui, d’un jour à l’autre, se muent en tambourineurs, et quittent leur vie quotidienne avec pour seul équipement un tambour et une poutre percée de trous. La fable de Zimnik, elle dénonce la sourde transformation de ces individus non-conformistes, désireux de rompre la monotonie du quotidien pour inventer une “vie meilleure”, en horde déshumanisée qui dévaste tout sur son passage. La dimension collective et la valeur de dénonciation politique de l’album semble soulignée par le choix, ici aussi, d’un simple dessin au trait, à la maladresse presque enfantine, qui souligne la valeur symbolique de l’épopée des tambours. Ou comment la quête séduisante d’un autre ordre des choses peut, à l’insu des quêteurs eux-mêmes, se transformer en menace collective.

Reiner Zimnik, Les Tambours, Delpire, 1959, coll° Dix sur dix.

Ces deux albums font irrésistiblement penser au chef d’œuvre de Gustave Doré, Histoire de la sainte Russie, publié en 1854. Pour caricaturer la violence absurde à laquelle est livrée le pays, l’illustrateur abandonne momentanément le modelé et dessine quelques pages au simple trait, allègement qui a pour effet de souligner la confusion et le chaos de ce royaume où règnent arbitraire et déraison. Dans ce chaos, seuls les taillis formés par les lances semblent en ordre.

Histoire pittoresque, dramatique et caricaturale de la sainte Russie d’après les chroniqueurs et historiens Nestor, Nikan, Sylvestre,… commentée et illustrée de 500 magnifiques gravures par Gustave Doré, Paris, J.Bry aîné, 1854 (rééd. 1967, Tchou)


Dans les trois cas, le choix d’un dessin faussement enfantin, au simple trait noir, sans modelé, sur la page blanche, accompagne un récit volontairement simple voire simpliste (l’Histoire de la Sainte Russie est une charge d’une grande drôlerie, les deux autres textes appartiennent au registre de la fable). Simplicité enfantine du trait et simplification de la trame narrative invitent à une lecture distanciée et symbolique. Derrière l’histoire des personnages, jamais singularisés (car le choix stylistique ne le permet pas), c’est la sottise humaine, dans son universalité, et l’esprit belliqueux qui en découle, qui sont dénoncés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.