Faire place nette

Il y a quelques semaines, j’ai eu le grand plaisir d’apprendre que j’avais obtenu une “délégation CNRS” pour l’année 2023-2024. Ça signifie concrètement qu’une unité CNRS, en l’occurrence l’UMR LIR3S à Dijon, dirigée par Vincent Chambarlhac, considère ma recherche comme suffisamment intéressante pour accepter de “l’héberger” pendant une année – ce qui signifie, plus concrètement encore, que je n’aurai aucun cours à donner à l’Université de Tours pendant toute cette année ! La respiration dont j’avais un besoin impérieux ces derniers temps est donc enfin possible.

À vrai dire, une délégation CNRS, comme un congé pour recherche plus classique, commence au moment où on en a fini avec les obligations de l’année en cours. C’est à dire quand les cours sont finis, les copies corrigées, les jurys achevés, les derniers articles envoyés, les dernières conférences données. Autrement dit, je n’ai pas besoin d’attendre le 1er septembre pour jouir de cet espace de temps de recherche qui m’est octroyé : ça commence maintenant !

Dans les jours à venir, une fois que j’aurai donné, à Lille, ma dernière conférence de l’année pour l’association Lis avec moi, je pourrai commencer à planifier les recherches qui vont m’occuper jusqu’à la rentrée 2025. Bien sûr, il reste une inconnue, puisque l’ANR ne donne ses réponses qu’en juillet : il faut donc attendre jusque là pour savoir si le projet ambitieux intitulé “Analyse pluridisciplinaire de lectures d’albums en néonatologie” va ou non obtenir un financement. Les expertises sont tombées cette semaine, elles sont assez sévères sur certains points de méthodologie, et on lit entre les lignes qu’elles ont été réalisées par des chercheurs issus des sciences médicales, et pas du tout des SHS. On souhaite donc, apparemment, que ce projet pluridisciplinaire déploie la démarche d’une seule des disciplines représentées (avec revue de littérature en premier, étude pilote, et résultats préliminaires – ce qui ne se pratique pas à ce stade en SHS). Je ne suis donc guère optimiste sur notre capacité à l’emporter cette année. Mais la disponibilité que va me procurer cette délégation CNRS me donnera tout le temps nécessaire au montage d’une nouvelle candidature, si nous échouons. Et surtout, j’aurai eu le temps, d’ici à l’ouverture de la prochaine session de candidature, d’approfondir des lectures qui jusqu’ici ont toujours dû être réalisées comme à la sauvette, entre les cours, les réunions et les rendez-vous, les travaux d’édition de Strenæ, les publications d’articles et les engagements de toutes sortes.

Voilà donc le bureau rangé, les livres à lire classés, et maintenant, il ne s’agit plus que de trouver une méthode pour hiérarchiser la veille bibliographique, la lectures d’articles, les synthèses d’ouvrages, et le classement des notes – sans oublier un sérieux coup de net à faire dans mes répertoires Zotero ! J’ai l’impression de retrouver l’excitation de la veille de rentrée en C.P., les feutres neufs bien rangés à côté de l’ardoise dans le cartable qui sentait le plastique…



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 27 mai). Faire place nette. Album '50' Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ay6a

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.