Repartir à zéro ?

Sur ce même blog, j’annonçais, le 9 février dernier, que le projet APLAN (Analyse pluridisciplinaire de lectures d’albums en néonatologie), que j’avais déposé auprès de l’Agence Nationale de la Recherche, avait passé le cap des présélections. Nous avons donc monté le dossier complet pour candidater en phase 2, ce qui a nécessité un important travail de coordination, et pas mal de négociations avec les services du CHU, très habitués à des projets qui engagent beaucoup de personnel. Puis nous avons attendu. Les expertises extérieures à l’ANR, qui devaient nous arriver aux alentours d’avril, sont tombées fin mai – et dans mon cas, elles n’étaient pas engageantes. Tout en reconnaissant l’intérêt de la recherche, et la compétence indiscutable du consortium de chercheurs·ses composé pour l’occasion, les experts pointaient des fragilités dans le protocole de recherche lui-même. Nous nous attendions donc à recevoir, en juillet, un avis négatif. Ce n’est pas si inhabituel pour une première candidature : les chercheurs·ses sont habitués à devoir présenter deux fois leur projet. Juillet, on y est : j’attendais donc.

Seulement, à force d’attendre, et bien que les expertises soient arrivées bien plus tard que prévu (il faut savoir que l’ANR affiche sur son site un calendrier très précis… rétroactivement, car en cours de route, on navigue à vue), j’ai fini par me demander ce qui se passait. Aucun mail de l’ANR. Aucune nouvelle du service de mon université qui accompagne les chercheurs·ses dans le montage de projet. Et sur la plateforme “Iris” de candidature à l’ANR, la dernière étape, intitulé “résultats”, reste grisée, paraissant indiquer que la procédure n’est pas terminée.

Mon université ferme ce soir : je voulais en avoir le cœur net. J’ai donc écumé le site de l’ANR… pour découvrir que les résultats du comité d’évaluation disciplinaire n°36, devant lequel j’avais déposé mon projet, avaient été délivrés en vague 1, dès le 22 juin. Il y a un mois, donc. Et que personne, rigoureusement personne, n’avait jugé opportun de m’en informer. Dans la liste des projets financés, il n’y avait pas le mien, bien sûr – j’imagine quand même que si j’avais été lauréate, j’aurais été avertie. C’est donc presque “par hasard” que je découvre que, pour cette année, nous n’aurons pas de financement ANR pour étudier les effets de “Lisons aux nourrissons” sur les bébés prématurés et leurs parents.

Que m’inspire cet échec ?

D’abord, une immense fatigue. C’est évident, car monter un tel projet est difficile, et même souvent assez pénible. Bien sûr, j’ai appris plein de choses, notamment sur les cultures scientifiques radicalement différentes des SHS et des sciences médicales, sur les cultures administratives et financières assez distinctes aussi entre l’Université et le CHU. Est-ce intéressant d’apprendre de nouvelles choses ? Oui, indubitablement. Avais-je envie d’apprendre ces choses-là précisément ? Non, en fait, je m’en serais passée. À vrai dire, la compétence de montage de projet, avec son versant administrativo-financier, ne m’intéresse en rien. En suis-je devenue plus riche, plus compétente ? Hum… plus avertie, disons. Bref : j’ai pas mal perdu mon temps. Au bas mot, trois mois de travail en tout, sur l’année écoulée.

Ensuite, la déception, bien sûr. C’est un chouette projet. J’y ai embarqué des chercheurs·ses et des soignant·es avec qui j’avais vraiment envie de travailler, et je regrette de ne pas pouvoir leur annoncer que ça y est, ça va marcher !

Au-delà encore, une forme de colère et d’amertume. Pas d’avoir échoué : quand on participe à un concours, on sait qu’on peut le rater, ça fait partie du jeu. Mais en l’occurrence, j’ai trouvé à plusieurs reprises que les règles de ce jeu-là n’étaient pas parfaitement fair-play.

Parce que le calendrier, tendu, était annoncé en cours de route, interdisant absolument de s’organiser (une chercheuse m’avait dit : “tu vas voir, l’ANR s’arrange toujours pour nous faire travailler pendant nos vacances”. Bingo).

Parce que le CE36, supposé pluridisciplinaire, n’a de “pluri-” que la composition de ses membres – pas du tout la modalité d’évaluation, par chaque membre, de chaque projet soumis. On m’a ainsi reproché d’avoir prévu des démarches qui ne sont pas habituelles dans les sciences médicales. Tout en soulignant l’intérêt et même l’audace d’une telle pluridisciplinarité dans l’équipe et dans les enjeux. C’est-à-dire qu’en saluant l’ouverture de ce projet, on m’en a reproché… l’ouverture. Je ne suis pas surprise : quiconque a essayé de faire vraiment vivre la pluridisciplinarité dans la recherche s’est heurté aux mêmes problèmes. Mais ce n’est pas parce qu’on connaît l’existence d’un obstacle que ça ne fait pas mal de s’y fracasser.

Mais au-delà encore de cette difficulté, que j’anticipais, je suis choquée de n’avoir pas même été avertie, fin juin, que le projet pour lequel j’avais si soigneusement respecté toutes les étapes et toutes les consignes de soumission était rejeté. Alors quoi, dans cette plateformisation générale de l’enseignement supérieur et de la recherche, les losers ne méritent même pas qu’on les tienne au courant de l’issue de leurs démarches ?! Quelle désinvolture méprisante, quel manque de considération pour les porteurs·ses de projets, pour les chercheurs·ses investis, pour leurs partenaires de la “société civile”, pour les étudiants qui attendaient de savoir s’ils allaient pouvoir accompagner, en doctorat, un projet dont on leur avait tant parlé – parce que, bien sûr, un tel projet ne s’improvise pas, et si on demande des bourses de thèse dans le cadre d’une ANR, on prépare aussi les futurs candidats en amont…

Et maintenant ?

À la lecture des expertises et des reproches qu’elles contenaient, j’avais commencé à réfléchir, avec quelques-un·es, à ce que pourrait ressembler une 2e candidature. Mais ce soir, dépitée par la manière dont j’apprends l’échec de celle-ci, je me pose pas mal de questions.

Parce que, visiblement, la liste des projets retenus par le CE36 indique qu’il n’y a aucune place, dans ce comité, pour des projets disciplinaires comme le mien. Si je retente l’ANR, il faudra donc changer de comité – donc repartir vraiment de zéro, un comité de SHS n’ayant de toute évidence pas du tout le même genre d’attentes que celles pour lesquelles je me suis préparée toute cette année. Ai-je le courage de tout redémarrer du début, maintenant que je connais, de l’intérieur, la lourdeur des étapes, la charge intense d’un travail partiellement bureaucratique ?… Pas sûr.

Parce que le calendrier de l’appel à projet 2024 a été, tout simplement, raccourci de 3 semaines par rapport à la campagne précédente. Pour une ouverture de la plateforme de candidature à la même date, on doit remettre la candidature de phase 1 le 19 octobre, au lieu, l’an dernier, du 7 novembre. La bonne nouvelle, c’est que ça fera mentir la chercheuse mentionnée plus haut : non, l’ANR n’attend pas qu’on travaille pendant les vacances, elle shunte tout simplement trois semaines de travail ! Compte tenu des contraintes de mon propre planning (établi à partir du calendrier habituel), je ne vois pas vraiment quand je pourrais travailler à une nouvelle candidature… surtout si je change de comité.

Faut-il alors se tourner vers un autre type d’appel de l’ANR : les appels SAPS-recherche participative, par exemple ? Mais ils ne permettent pas de financer de bourse de thèse. Les appels SAPS-Recherche Action – Ambition innovante, qui visent à “soutenir des projets atypiques et originaux qui explorent de nouveaux territoires de la connaissance en s’appuyant sur des collaborations inusitées entre différents domaines de recherche, pour répondre à de nouvelles ambitions, à des questionnements et à des besoins en lien étroit avec la société” ? Encore faudrait-il ne pas déclarer d’allergie à ce genre de verbiage…

Au alors, faut-il carrément tourner le dos à l’ANR et à la lourdeur de ses procédures, et réduire drastiquement la voilure : diminuer la taille de l’équipe, renoncer à l’ambition internationale, aux collaborations lointaines, réduire la pluridisciplinarité – et se tourner vers les appels à projet de la Région Centre-Val de Loire, centrés vers ce qui se passe localement ? En recentrant le projet sur la collaboration entre le service de néonatologie, le labo InTRu, et l’association Livre passerelle ?

Ou alors… ou alors, faut-il, comme je m’y étais engagée envers moi-même dès 2011, à l’issue du programme ANR “Mame” que je dirigeais en tant que jeune chercheuse, faut-il désormais se retirer de cette logique si coûteuse des appels à projets, où on carbonise tant d’énergie sans la moindre garantie qu’il en ressorte quelque chose au bout du compte ? Où il faut savoir ce qu’on va trouver avant d’avoir commencé à chercher ? Où on attend que les chercheurs·ses annoncent le programme de leurs démarches, mois par mois, pour les 4 ou 5 ans à venir (puisqu’on candidate un an environ avant le début réel des travaux), alors que le principe de la recherche, c’est de pouvoir s’ajuster à ce qui se passe, ce qu’on découvre, et ce qu’on devient capable d’envisager, de formuler, de comprendre, justement parce qu’on a avancé et qu’on comprend mieux qu’un mois avant, qu’un an avant, que 4 ans avant, ce qui se déroule sous nos yeux ?

Depuis que j’ai appris que j’avais une délégation CNRS pour l’année prochaine, et que je n’avais donc pas à préparer la rentrée, je me suis replongée avec volupté dans la lecture – dans des lectures théoriques, arides, que j’avais pris l’habitude d’écarter parce que des sessions de travail trop morcelées ne permettaient tout bonnement pas d’en venir à bout. Mon plan de lecture est riche, dense, stimulant. Je sais par où il va me mener, sans pouvoir prédire ce qu’il me permettra de comprendre. Je sais comment je veux retravailler la “matière” constituée par les centaines de pages d’observations de bébés. J’ai besoin de temps pour ça. Pour le mettre en forme. Pour le partager avec d’autres chercheurs·ses, avec des soignants·es, avec les lectrices de Livre passerelle et d’ailleurs. Ne serait-ce pas un meilleur emploi du temps qui m’est précieusement offert par cette délégation ?…

[Mise à jour du 27 juillet – Ça y est, on a la réponse officielle de l’ANR, arrivée par mail cet après-midi : “nous avons le regret de vous annoncer que votre projet n’a pas été sélectionné pour financement.” Mais bon, toujours rien sur le site de soumission ! On nous annonce des rapports “prochainement”…]



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 21 juillet). Repartir à zéro ? Album '50' Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ay6c

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.