Bilan de l’été

La perspective de ne pas avoir à préparer la rentrée, donc de ne pas avoir en tête, en permanence, la “traduction pédagogique” de ce que je lis, découvre et pense, m’a permis de pleinement profiter de l’été pour engager mes chantiers de réflexion.

Fin juillet, nous avons enfin reçu l’évaluation finale de l’ANR pour le projet APLAN. Étrangement, alors que je redoutais qu’on reproche à ce projet d’être irrecevable sous l’aspect bio-médical – parce qu’un projet en hôpital coordonné par une littéraire, c’est un peu inhabituel ! – en réalité c’est la partie SHS qui a fait tiquer les experts, au point qu’ils ont répété plusieurs fois, dans le document, que “la multiplicité des intentions interdisciplinaires qui est la force de ce projet est aussi une limite sur les aspects méthodologiques”. En d’autres termes, ils ont bien aimé qu’on ait le projet de regarder les effets des lectures aux bébés prématurés depuis plusieurs points de vue disciplinaire, mais ils attendaient que toutes les disciplines marchent au pas cadencé. Or si j’avais fait l’effort de me plier aux rituels des projets financés (avec diagramme de Gant, etc.), je n’avais pas poussé l’absurdité jusqu’à prétendre que nous aurions, en sociologie, en philosophie ou en littérature, des “méthodologies” appuyées sur des “protocoles” débités en petites tranches de “work packages“: ce n’est tout simplement pas comme ça que nous travaillons. Bon, ils n’ont pas apprécié. Cela me conduit à penser qu’il est inutile de déposer une seconde candidature dans le même contexte, et devant le même comité d’expertise scientifique – qui n’a d’ailleurs validé que des projets bien plus centrés sur la santé publique, et bien moins pluridisciplinaires. La recherche, autour de “Lisons aux nourrissons”, va donc devoir se déployer différemment, par petites touches plus que sous la forme d’un gros projet. Ce n’est pas si grave : en SHS, on a l’habitude de ne pas voir trop gros, et de n’avoir… aucun financement.

Je n’avais pourtant pas attendu les résultats, tardifs, de l’ANR pour élaborer mon projet de lectures de l’année. Je sais que je veux aller chercher des aliments pour ma réflexion du côté, bien sûr, de la théorie littéraire (la théorie du rythme, les théories de la voix, la narratologie, la poétique), en allant lire de manière approfondie des auteurs aussi différents que Paul Zumthor et Pierre-Louis Patoine, Meschonnic et Szendy. Cette réflexion sur les rapports entre littérature, affects, et corps m’oblige à faire un détour du côté de la philosophie, en particulier la phénoménologie, ce qui est un défi pour moi qui n’ai pas fait de philo depuis mes études. Ces questions me mèneront aussi du côté de la philosophie du soin, et plus largement des humanités médicales, autour des voies ouvertes par Jean-Philippe Pierron dans Médecine, langage et narration par exemple. Mais la question du rythme me conduira aussi dans une autre direction, moins littéraire et plus concrète, autour de la neuro-physiologie du bébé, en particulier à partir des apports extraordinaires de Colwyn Trevarthen. Dans ce domaine, on retrouvera la question de la voix, celle de la musique, celle du rythme : où poétique et physiologie se croisent, donc. Mais j’aimerais creuser aussi cette dimension physiologique et développementale autour de la question du sens, autour de quelques grandes interrogations : comment le sens vient-il aux humains, aux bébés (ce qui est une question de philo, mais aussi de psychologie) ? Comment le sens et le lien s’enracinent-ils mutuellement, c’est-à-dire comment le cognitif et l’affectif s’entrelacent-ils dans notre expérience du monde, et quel rôle y joue la littérature ? En quoi l’expérience littéraire offerte aux bébés est-elle de nature à développer non pas seulement “l’imaginaire” comme on le dit souvent de manière assez mécanique, mais l’affect, la psyché, la capacité cognitive générale ?

Il sera donc question, cette année, de littérature et de poésie, bien sûr ; de bébés très petits et de soins de développement, vus comme un “terminus a quo” à partir duquel penser l’humain ; du dualisme corps-esprit et de la manière de le surmonter. Mon ambition vise aussi à renouveler les argumentaires que les professionnel·les de terrain peuvent déployer quand elles et ils cherchent à défendre l’intérêt de lectures adressées aux très jeunes enfants dans toutes sortes de contextes. Les associations, en particulier, qui se sont constituées dans le sillage de la création d’ACCES à la fin des années 1980, fonctionnent toujours, pour beaucoup d’entre elles, sur les argumentaires déployés à l’époque par les fondateurs René Diatkine, Tony Lainé et Marie Bonnafé, depuis une position psychanalytique. Or il me semble que, depuis les années 1980, les travaux consacrés aux bébés et à leur développement, d’une part, et la réflexion sur le sens et l’intérêt de la littérature, d’autre part, se sont développés et déplacés, de sorte qu’il y a une belle opportunité pour renouveler notre réflexion commune – nous littéraires, amateurs de livres pour enfants, spécialistes du monde éducatif et de la protection de l’enfance, lecteurs et lectrices – sur le sens et la justification de ces lectures.

La difficulté, sur le plan purement méthodique, va être l’organisation des lectures et des notes de lectures : comment orchestrer l’ordre des lectures, sachant que toute lecture entraîne le désir d’autres lectures, bouleversant donc systématiquement toute planification antérieure ?

Le trimestre à venir est d’ores et déjà balisé par quelques interventions :

  • Le 22 septembre, j’interviens, avec les lectrices de Livre passerelle, dans le cadre de la journée “Ce que les bébés nous apprennent de la lecture et des albums” organisée par Quand les livres relient à la Maison de la poésie ;
  • Le 18 novembre, je fais, à la demande de la médiathèque Françoise Sagan, une intervention sur l’histoire des livres pour bébés ;
  • Le 30 novembre, je participe, avec Livre passerelle et le service de néonatologie, à la journée “Culture et santé” organisée par l’Agence Régionale de Santé, pour y présenter “Lisons aux nourrissons”;
  • Le 9 décembre, j’interviens dans le cadre de la journée “petite enfance” organisée par le Conseil Départemental d’Indre-et-Loire, là encore pour parler des deux projets de lectures aux bébés à l’hôpital, “Lisons aux nourrisons (en néonat) et “Lire aux bébés” (dans une unité de périnatalité);
  • Il y a aussi le montage de l’exposition consacrée aux albums coréens, qui ouvre le 8 novembre, et la journée d’études que nous organisons dans ce cadre le 12 décembre ;
  • Et un peu d’exploration en octobre, sous la houlette de Matthieu Letourneux, dans un fonds d’archives à Clermont-Ferrand…
  • Sans parler du numéro de la revue Fabula-Littérature Histoire Théorie consacré à l’album, qui doit paraître au printemps !

Au travail donc.



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 31 août). Bilan de l’été. Album '50' Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ay6d

4 réflexions sur « Bilan de l’été »

  1. Merci pour ce travail qui j’espère renouvellera notre argumentation sur la nécessité de lire aux bébés dès le plus jeune âge. Vos écrits nous permet de rester toujours “éveillés” et de parcourir d’autres chemins possibles .

  2. Outre l’absence de prise en compte de la nécessité vitale de tels projets dans notre contexte le plus général et le plus actuel, il semble que c’est toute la vigueur singulière de la “Renaissance” qui est rétrospectivement désignée comme improductive et importune par cette frilosité/rigidité devant l’effort scientifique de décloisonnement académique et disciplinaire.
    Et pourtant, à terme, grâce à ce mouvement qui se fraie comme il peut, nous aurons un langage conceptuel commun qui permette de dire sans “complication de texte” la suture entre affectivité et cognition.
    Bonne continuation !

    1. Merci Dominique – de ton message, et d’appeler “Renaissance” cet effort pour mettre tout le monde autour d’une table, ou plus exactement, autour des bébés et des effets que font sur eux les lectures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.