Journal de recherches – semaine 1

Je suis officiellement en délégation CNRS depuis le premier septembre. Ma première semaine vient donc de s’achever. Je ne vais certainement pas rédiger de journal de recherche à un rythme hebdomadaire, mais la fin de cette première semaine est malgré tout l’occasion de faire le point sur une nouvelle manière d’envisager mon travail.

Temps

Je me rends compte en effet que je n’ai jamais réellement eu besoin de planifier l’organisation de mon temps. Elle était, tout simplement, dictée par les impératifs pédagogiques. Les réunions de rentrée, la planification des cours pour le semestre, la succession des cours dans la semaine, les interactions avec les étudiants, les réunions pédagogiques, les corrections de travaux intermédiaires, la préparation des sujets d’examen, la surveillance des examens, la correction des copies, la préparation des corrigés, la remise des notes, les jurys de semestre constituaient autant de scansions qui saturaient à ce point mon temps de travail que je n’avais rien à planifier : je me contentais, en réalité, de faire le meilleur usage des interstices que ces scansions me laissaient.

Avoir devant moi la totalité ou presque du temps de ma semaine m’invite pour la première fois à réfléchir non seulement à l’organisation de ce temps, mais aussi aux outils de contrôle de cette organisation. J’ai ainsi pris la décision de mesurer avec précision le volume de temps que je consacre chaque semaine à mon travail universitaire.

En effet, comme une grande part de mes collègues, j’ai depuis plusieurs années l’impression pénible que l’intégralité de mon temps est grignotée par le travail universitaire, au détriment de ma vie personnelle, mais aussi d’une activité intellectuelle qu’il n’aurait pas d’intérêt immédiat pour les cours. Nous avons tous l’impression de travailler bien au-delà des 35h hebdomadaires réglementaires. J’ai voulu en avoir le cœur net. J’ai donc ouvert un carnet dans lequel je m’efforce de noter demi-journée après demi-journée mes heures de travail mais aussi à quoi je consacre ces heures. J’espère pouvoir utiliser ce recueil pour me rendre compte de l’usage réel de mon temps, de la place que le travail universitaire prend réellement dans ma vie, mais aussi de la manière dont se répartissent mes diverses tâches au sein de cette activité universitaire.

Première constatation : il n’est pas facile de « pointer » lorsqu’on en a pas eu l’habitude, lorsqu’on est passé directement de la vie de lycéenne à la vie d’étudiante puis à la vie d’enseignante du secondaire, enfin à la vie d’enseignante-chercheuse. Nous jouissons tellement de la liberté d’organiser notre temps que nous en venons probablement à mal évaluer quand démarre le travail, et quand il cesse. Je me suis parfois surprise, cette semaine, à travailler, depuis plus d’une demi-heure, alors que je n’en avais ni l’intention ni même la conscience. C’est-à-dire que je m’étais assise à mon bureau pour toute autre chose – par exemple, lire un mail qui venait d’arriver, lancer un podcast, chercher une information banale. Le contenu de cette activité, ou bien une idée qui me passait par la tête, m’avaient conduite à engager une tâche dont je n’avais même pas conscience qu’elle relevait de mon travail universitaire officiel, et devait donc à ce titre être inscrite dans mon petit carnet. Cette première constatation m’a un peu déprimée : j’ai mesuré à quel point le travail gangrenait ma vie quotidienne, ou plus exactement j’ai mesuré que j’avais perdu la capacité à identifier ce qui relève du travail. Ce n’est pas une bonne nouvelle. Mais… peut-être que cette prise de conscience me permettra d’agir.

L’autre découverte permise par ce petit carnet, c’est le volume de travail de chaque semaine. Cette semaine n’a pas pu être consacrée dans son intégralité au travail. Je devais en effet y placer aussi une demi-journée de rendez-vous médicaux. Elle totalise pourtant, malgré cette demi-journée manquante, plus de 40 h de travail, à quoi il faut ajouter les 9 h travaillées durant le week-end qui a précédé, ce qui fait un total de 49h. C’est évidemment excessif.

Je me souviens qu’un médecin à qui j’exposais ma fatigue, il y a quelques années, m’avait demandé  :  « qui vous impose ce rythme  ?  » Ce à quoi j’avais bien dû répondre que ce n’était personne d’autre que moi. Il avait souri. Nous nous étions compris. Cet excès dans le travail ne m’est pas imposé par un chef, par une hiérarchie, par une organisation du travail que je subirais. Il résulte tout simplement d’un excès de tâches que je m’impose à moi-même parce que je ne suis pas capable de mesurer mes forces. J’ai, tout simplement, trop de choses à faire, mais ces choses, personne d’autre que moi ne me les a suggérées : c’est une servitude volontaire. Cet aveuglement, ce n’est pas non plus une très bonne nouvelle. Mais à 52 ans, on peut peut-être encore se corriger.

Tâches

Cette première semaine a été partagée, de manière inégale, entre différentes tâches. La part la plus importante est évidemment liée au sujet de ma délégation CNRS, c’est-à-dire l’élaboration d’un travail réflexif à partir de lectures adressées aux bébés dans le cadre des projets  « lisons aux nourrissons  » et  « lire aux bébés  ». Dans cette partie du travail, il y a évidemment les matinées de lecture à l’hôpital, la rédaction des observations faites pendant ces lectures, la lecture de travaux théoriques permettant de comprendre ce qui s’y joue (cette semaine, hélas, pas le moindre interstice pour des lectures critiques de longue durée), l’élaboration des contenus visant à témoigner de cette expérience. En l’occurrence, cette semaine, j’ai passé beaucoup de temps à préparer une intervention dans le cadre de la journée du 22 septembre prochain pour l’association Quand les livres relient. Je me suis aussi beaucoup occupée du numéro de la revue Fabula consacré à l’album que je co-dirige avec ma collègue Dominique Perrin. En parallèle à ce travail sur les lectures aux bébés, je devais aussi cette semaine poursuivre le travail engagé avec la bibliothèque de Tours sur le montage d’une exposition d’albums coréens.

Et puis il faut ajouter, et c’est désolant, du temps  « perdu  ». Du temps perdu parce qu’un logiciel indispensable refuse de fonctionner au motif que je me suis pliée à la règle de changement de mot de passe exigé par mon université – d’où une perte de temps sur les tutoriels en ligne, des manipulations hasardeuses et énervantes, un passage obligé au service informatique de l’université, et finalement… pas de solution. Du temps perdu aussi à rechercher un fichier de prise de notes sur un livre important, fichier absolument introuvable sur mon ordinateur personnel comme sur mon ordinateur portable, pas davantage sur mes espaces de stockage en ligne, alors même que j’avais le souvenir précis des circonstances dans lesquelles j’avais créé et structuré ce fichier disparu. J’ai fini par le dénicher au fin fond de la corbeille de mon ordinateur principal, avec un immense soulagement et l’agacement profond d’avoir perdu près d’une heure par défaut de rigueur dans l’organisation de mon flux de travail. C’est encore un point qui reste à travailler : où ranger mes notes de lecture ? Soit dans des dossiers thématiques, liés à une réalisation précise, soit dans un dossier calendaire, témoignant de la progressivité de ces lectures, soit encore dans Zotero, l’espace le plus cohérent sur le long terme pour le stockage de ces notes de lecture, mais pas le plus lisible en termes d’expérience de vie – or lire, c’est une expérience qui se structure avec du temps et dans le temps. Je me souviens que j’ai lu tel livre avant tel autre, que celui-ci, je l’ai lu sur ma tablette, celui-là dans un train, qu’il m’a conduite vers tel auteur. Je n’ai, sur ce point, pas encore trouvé le bon mode opératoire, et ça me frustre.

Petits plaisirs

Dans cette première semaine bien pleine, remplie notamment par la joie de ne pas avoir participé aux réunions de rentrée à l’université, il y a donc eu encore bien trop de travail. Trop de chaleur aussi, mais c’est pour tout le monde. Trop de livres empilés sur le bureau : il faut apprendre à ne pas vouloir aller trop vite, même si je sens que leur présence pourrait m’angoisser si les piles deviennent vertigineuses.

Mais de beaux petits moments de lecture “à la volée”, entre les tâches plus fondamentales – notamment Poésie et magie de Thomas M. Greene, belle découverte du moment !

Et j’ai eu plaisir à retourner lire aux bébés, revoir “en chair et en os” les partenaires des différentes recherches, faire un tour à la librairie, se renseigner sur les “sorties” de la rentrée littéraire des bébés… J’attends avec impatience Mon hérisson de l’atelier Saje, chez Didier Jeunesse, parce que j’aime bien cette chanson et je serai contente d’avoir un support pour la partager avec les petits !



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 8 septembre). Journal de recherches – semaine 1. Album '50' Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ay6e

4 réflexions sur « Journal de recherches – semaine 1 »

  1. Merci pour le partage Cécile. Commencer ton année sabbatique avec une réflexion sur le rapport au temps, c’est édifiant! Nous sommes toutes et tous accaparé.es par les pertes de temps, technique, bureaucratique, et même de notre propre erreur. C’est rassurant de te lire et la prochaine fois que je ne trouve pas un de mes propres fichiers, je vais penser à toi avec un sourire de compassion. Je te souhaite une excellente année et j’ai hâte de lire de tes prochaines aventures ici.

  2. Un vrai plaisir de lire ces textes et surtout les réactions pour une retraitée depuis une quinzaine d’année…
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.