Semaine 2 : à quoi passes-tu ton temps ?

Alors que se termine ma deuxième semaine de délégation, mon chat M. s’interroge : mais enfin, à quoi passes-tu ton temps ?

C’est l’occasion de mesurer que, dès qu’on peut engager des chantiers de longue haleine, sans trop d’interruptions ni de dispersion, on entre vite dans le vif du sujet, dans le concret des choses, avec plus de pertinence et d’efficacité.

J’ai ainsi pu consacrer, cette semaine, un bel empan de temps à la préparation d’une intervention conjointe prévue vendredi prochain à la maison de la Poésie (Paris), à l’instigation de Quand les livres relient. La journée s’intitule « Ce que les bébés nous apprennent de la lecture et des albums », et nous venons à trois. Jeanne Beutter et Catherine Métais, lectrices à Livre passerelle, préparent une intervention fondée sur nos expériences communes de lectures à des bébés hospitalisés. Il s’agit d’extraire de nos centaines de pages d’observations quelques passages qui mettront sous les yeux du public la manière dont ces bébés (et leurs parents !) « tricotent » leur histoire avec les albums – et comment nous choisissons nos albums pour permettre ça. Et surtout, à quel point observer, puis noter nos observations, nous en apprend beaucoup, beaucoup sur les bébés, les livres et la lecture. Bon, on a passé deux matinées à construire le propos ensemble, et encore des heures chacune de notre côté à sélectionner, condenser, reformuler, organiser, synthétiser, analyser en termes simples et percutants… Je crois que ça y est presque. Encore une matinée de travail, pour se chronométrer. Ça, c’est pour la première intervention.

À la suite de cette prise de parole, ce sera mon tour, et j’ai audacieusement intitulé ma causerie « Cognition incarnée, lecture empathique et lectures aux bébés : une tentative théorique ». Et franchement, quand j’ai repris ma proposition début septembre pour m’y mettre, j’ai eu des frissons : mais comment faire tenir tout ça dans une intervention publique d’une grosse demi-heure ?! Il s’agit rien moins que de synthétiser ce à quoi je réfléchis depuis 6 ou 7 mois. Et finalement… une fois retrouvées les notes prises-puis-perdues, une fois les notes relues, élaguées, synthétisées, une fois le « chemin de fer » posé et le squelette du Powerpoint ébauché… une fois les illustrations trouvées, ou commandées à ma fille illustratrice… je crois que c’est en place, ou presque.

Il y a la frustration de voir que les réalisations sont toujours en retard d’un train sur les lectures et les réflexions. En effet, ce que je vais présenter à Paris vendredi prochain est déjà en retrait sur ce que j’élabore en ce moment, autour de la lecture et de l’oralité – à partir de Trevarthen et Bullinger, à partir de Greene, à partir d’un texte de Paul Zumthor de 1990, Performance, réception, lecture, devenu introuvable et que je me réjouis d’avoir entre les mains pour quelques semaines grâce aux bibliothèques publiques (merci ma sœur bibliothécaire !).

Mais c’est la loi du genre : quand on fait une intervention publique, on en donne l’intitulé et la description sommaire des mois à l’avance, ce qui fait que quand le terme approche, si on a avancé, on est frustré de devoir revenir sur ses pas. Et en même temps, intervenir devant un public, qui plus est quand il est constitué de non-spécialistes (je veux dire : pas des gens qui font de la théorie de la lecture au petit déjeuner), oblige à condenser sa pensée, c’est-à-dire à la réduire à la simplicité. Et si ce n’est pas solide-solide, ça ne résiste pas à ce traitement de réduction ! C’est donc un bon test pour vérifier qu’on n’est pas en train de délirer complètement.

Peut-être que vendredi, je vais rentrer de Paris complètement dépitée, parce que je me serai rendu compte qu’à la vérité, les articulations de mon propos sont nébuleuses, et la réflexion, incohérente. Tant pis : c’est le jeu !

Et la Corée ?

Cette semaine, il a aussi fallu accélérer un peu le mouvement sur le front de l’exposition « On a lu des albums coréens » : compiler les textes de présentation des albums et toiletter ce qui demandait à l’être ; organiser le flux des diverses interventions (nous sommes nombreux !) pour s’assurer que tout sera prêt à temps, notamment du côté de l’impression des supports ; réfléchir à l’organisation et au contenu de la journée d’études du 12 décembre, qui prend gentiment forme mais va tomber pile dans la période de l’année où la fac ne nous autorise aucune dépense, rapport à la fermeture des comptes annuels – pourtant il faudra bien manger, dormir, circuler en train, ce qui coûte de l’argent… Un p’tit tour à l’imprimerie de la fac, quelques courriers échangés avec les ateliers municipaux qui soudain s’inquiètent de ce que nos supports puissent « tuiler » une fois que nous aurons collé dessus les textes de présentation, quelques sueurs froides en réalisant que les enregistrements sonores des traductions des albums ne sont pas encore finalisés… Heureusement, tout ça se fait dans un climat de travail très agréable, avec des partenaires organisés et créatifs. Et nous avons LE masque officiel de l’expo !

Encore des bébés

Cette semaine, j’ai aussi fait un saut à la médiathèque Françoise Sagan et son fonds patrimonial de livres pour enfants. Il s’y prépare une très belle exposition sur les albums pour bébés, À hauteur de bébé. Il y aura à la fois une partie historique, mettant en valeur le fonds patrimonial « Heure Joyeuse » et ses richesses en matière de livres pour bébés ; et à la fois une partie accessible aux bébés et très contemporaine, mais je n’en dis pas plus parce que ce n’est pas encore annoncé. Bref : j’ai été sollicitée pour une intervention, qui aura lieu le samedi 18 novembre, consacrée à l’histoire des albums pour bébés. J’avais donc prévu une journée de travail là-bas, pour consulter les ouvrages avant qu’ils soient mis en vitrines pour l’expo. L’occasion, une fois de plus, de m’extasier sur la richesse incroyable du fonds Heure Joyeuse ! Des merveilles, et de quoi penser.

La lecture de la semaine

Le livre de la semaine, d’après N. et M. qui sont chargés de surveiller les piles de livres (si elles montent trop, ils les font écrouler en se poursuivant), c’est le Cours de poétique de Paul Valéry (le volume 1, celui qui évoque le corps). Tout juste commencé, mais ça a l’air passionnant !



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 15 septembre). Semaine 2 : à quoi passes-tu ton temps ? Album '50' Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ay6g

5 réflexions sur « Semaine 2 : à quoi passes-tu ton temps ? »

  1. Vos interventions ne m’ont jamais déçue!
    Est-ce que vous pouvez me dire à quelles dates se déroulent l’exposition sur les auteurs coréens et à quel endroit précisément. En 2016, j’ai été émerveillée par l’exposition au musée des arts décoratifs à Paris ” Corée maintenant”: création de leur écriture, mode, artisanat d’art mais surtout estampes que j’ai admirées et dont je garde un souvenir ébloui.

  2. Merci. C’est toujours un plaisir de suivre ces démarches pour justifier l’intérêt d’un travail de recherche pour la société pour maintenant une vieille retraitée…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.