Premier trimestre

La fin du premier trimestre de ma délégation CNRS approche : l’occasion de dresser un petit bilan intermédiaire.

Comme je l’ai écrit sur ce ‘carnet de recherches’ à plusieurs reprises, cette délégation est l’occasion fantastique de prendre du recul : par rapport à l’enseignement et ses exigences d’immédiateté, d’abord. Mais aussi, je le mesure mieux désormais, par rapport à l’institution universitaire et ses dysfonctionnements. On ne m’a pas ennuyée une seule fois avec des questions de maquettes d’enseignement, de comptes rendus de réunions, de clôture de budget, je n’ai pas dû remplir de base de données sur les activités internationales du laboratoire (mais… hm… ça va venir, je le sens), et même l’agacement de mes collègues à qui on demande de renseigner un tableau qui mesure le degré de pluridisciplinarité de chacun de leurs actes de recherches (si si!) m’a glissé dessus comme l’eau sur les plumes d’un canard. Ça a l’air rigolo, dit comme ça. Mais la vérité, c’est que ça nous mange le cerveau. Et qu’on ne se rend même plus compte de la manière dont ça nous ampute, discrètement mais sûrement, de notre capacité à réfléchir.

Extrait de The Far Side, Gary Larson

Des interventions publiques

Ce premier trimestre m’a permis de faire plusieurs interventions publiques autour de mes activités en cours – la plupart en partenariat avec les lectrices professionnelles de Livre passerelle. En effet, ma réflexion sur les lectures d’albums à des enfants de zéro à deux ans s’appuie sur un partenariat avec l’association. “Embarquée” dans les activités de l’association en tant que lectrice, je peux me livrer à ce qu’on appelle une observation participante. Ça m’a obligée à me former à l’éthique particulière, mais aussi aux méthodologies de ces pratiques peu communes en lettres.

J’ai donc pas mal parlé des lectures aux bébés, seule ou avec Livre passerelle :

  • Le 22 septembre à Paris avec Quand les livres relient (vidéo en ligne dans quelques jours), où nous avons proposé deux interventions successives : l’une (Livre passerelle) évoquant les lectures en néonatologie et en psychiatrie périnatale, l’autre (moi-même) tentant de théoriser ce qui se passe dans ces lectures avec de très jeunes enfants.
  • Le 18 novembre, à la médiathèque Françoise Sagan (Paris), où pour accompagner une superbe exposition d’albums pour bébés (des anciens, issus du fonds historique “Heure joyeuse”, et des nouveaux, autour du travail de Lucie Félix), j’ai proposé un historique, assez subjectif, de la publication d’albums pour bébés (vidéo réalisée grâce aux moyens de la médiathèque Françoise Sagan, en ligne ici).
  • Le 30 novembre, dans le cadre de la Journée d’études culture-santé organisée par l’ARS Centre-Val de Loire, où nous avons présenté, avec le Professeur Mitanchez, l’action “Lisons aux nourrissons” qui se déploie depuis 3 ans dans le service de néonatologie, et où j’ai animé, ensuite, un atelier sur la recherche-action.

Il reste quelques “causeries” à venir :

  • Le 9 décembre, nous participerons à la Journée départementale de la petite enfance organisée par le Conseil départemental d’Indre-et-Loire et la CAF 37, et nous parlerons devant des professionnelles de la petite enfance de la manière d’accueillir les parents, dans leur diversité, par des histoires – à partir de notre expérience en néonatologie.
  • Le 20 décembre, je représenterai l’association lors d’une journée organisée par la DRAC Centre-Val de Loire autour des projets d’éveil culturel – et on parlera de lectures en néonatologie, mais aussi à Hope.

On aura presque terminé l’année, et je crois aussi que c’en sera un peu fini de cette “salve” de présentations orales. Il restera deux interventions, en mon nom propre, dont la portée dépasse un peu les lectures aux bébés :

  • Le 12 mars, pour la Bibliothèque Départementale d’Indre-et-Loire – un soutien indéfectible pour nos actions – je ferai une intervention, devant des professionnels du livre et de l’enfance, consacrée aux sujets qui embarrassent ou qui sont douloureux… et qu’on peut aborder aussi à travers des albums.
  • Le 14 mars, je parlerai de l’intérêt des livres pour enfants devant des étudiants et professionnels des champs de l’enfance et de l’adolescence qui suivent un Diplôme Universitaire intitulé « L’enfant, l’adolescent, la famille : clinique et psychodynamique » à la Faculté de médecine de Toulouse (en visio).

Et enfin, à l’international, une présentation des lectures aux bébés dans le cadre du 39e congrès international d’IBBY qui se tiendra à Trieste fin août1.

Et ce sera, je l’espère, terminé pour toute l’année 2023 : je dois garder mon temps pour lire, et pour écrire. Ce trimestre un peu chargé en interventions publiques m’a permis, comme je le signalais dans un autre billet, de bénéficier de retours très stimulants et enrichissants de la part de professionnelles. Varier les publics m’a aussi obligée – comme nous le faisons devant des étudiants, mais avec plus de diversité ici – à changer chaque fois de perspective sur la “matière” dont je parle. C’est une gymnastique intéressante. Elle est fatigante : il ne faut pas en abuser.

Des publications

“Publish or perish”, ce n’est pas trop mon rythme, mais il faut reconnaître que l’activité scientifique, surtout dans mon domaine, est naturellement destinée à déboucher sur des écrits, parce que c’est la meilleure manière de partager largement et durablement les résultats de ses réflexions. Je sors toujours un peu frustrée de la publication d’articles : leur format limité est une vrai frein pour le déploiement d’une pensée complexe, et comme tous mes collègues, j’ai tendance à vouloir dépasser les limites qu’on m’impose ! Mais il faut savoir aussi en reconnaître l’intérêt. Un article présente l’état de la réflexion sur un sujet, à un moment T. Un an plus tard, un nouvel article témoigne de l’avancée des ruminations. C’est donc toujours une expérience étrange (quand l’article paraît, il est déjà périmé), mais c’est l’occasion de marquer des étapes en se confrontant avec rigueur aux exigences d’une revue, et à celles d’un public.

Un article paru

Ce premier trimestre de délégation voit donc l’aboutissement du processus de publication d’un article entamé il y a un an et demi, par la parution d’un texte dont je suis assez contente, dans le numéro d’automne de la revue Children’s Literature in Education. Il s’agit d’un numéro spécial consacré aux albums pour bébés, piloté par Clémentine Beauvais avec compétence et gentillesse. Mon article, à titre exceptionnel et parce que Clémentine a appuyé ma demande, a été publié en anglais (la langue de la revue : “Rythm and Musicality in baby books”) et aussi dans une version française (“Rythme et musicalité des albums pour bébés”), plus accessible à la grande variété des gens qui me lisent. La revue n’est pas en accès libre (il y aurait même beaucoup à dire sur les pratiques de l’éditeur Springer et sur les tarifs honteux de ses propositions…), mais en suivant les liens dans ce paragraphe, on peut accéder en lecture à ces deux versions. Ça vaut la peine (pour les chercheurs et chercheuses qui me lisent) d’aller chercher quelque part un accès à l’intégralité du numéro, parce que les articles sont très complémentaires, sur un sujet rarement exploré par la critique.

Un article en cours d’écriture

En parallèle à l’avancée de ce travail éditorial (des différentes étapes de rédaction, correction, mise en ligne, puis lancement), j’ai, depuis plusieurs mois, entrepris d’apporter un prolongement et un approfondissement à cet article, sous la forme d’un nouveau texte qui repart des acquis de “Rythme et musicalité des albums pour bébés” et va bien plus loin. Il s’agit d’un article, dont le titre définitif reste encore à travailler, prévu pour le numéro spécial de la revue en ligne Fabula. Littérature, Théorie, Histoire que je co-dirige avec Dominique Perrin, sur l’album. Le public est assez nettement différent : Children’s Literature in Education est une revue anglophone s’adressant à des universitaires spécialistes de littérature pour la jeunesse ; Fabula LHT est une revue de théorie littéraire, lue par des chercheurs en lettres (français). La manière d’écrire, les référentiels théoriques, les implicites ou absences d’implicites du lectorat de la revue sont très différents de l’un à l’autre. La réflexion se prolonge, donc, tout en changeant de nature. Écrire cet article est sans doute la chose la plus difficile que j’aie faite depuis bien, bien longtemps. Le papier est actuellement en relecture entre les mains de différents collègues… Il va connaître de sacrés remaniements au cours des étapes encore à venir, mais là encore, je suis assez contente de moi.

Un article en cours de parution

Un troisième article, cet automne, en est encore à un autre stade du processus de publication. Il s’agit du texte issu du travail historique autour du centenaire des éditions Bayard, impulsé par la maison Bayard elle-même, avec le soutien de chercheurs en histoire de l’édition. Le colloque Bayard a 100 ans, qui a fini par se tenir en mars dernier (après divers décalages…), doit déboucher avant la fin de l’année 2023 sur la parution d’un ouvrage intitulé De la Bonne Presse à Bayard, 150 ans d’histoire d’un groupe de presse et d’édition catholique. J’ai corrigé l’ultime jeu d’épreuves de mon article, dans lequel il est question de Pomme d’Api, le premier journal français pour les tout petits. J’attends avec beaucoup d’intérêt la sortie du livre !

Last but not least

Au moment où j’allais publier ce billet, la poste m’apporte un exemplaire de la dernière livraison (Volume 26, Issue 2, Fall 2023) de la revue internationale d’histoire du livre Book History, et ça, je peux dire que c’est une excellente surprise !

J’y publie un article, en anglais, intitulé “The ‘Little Golden Books’ in the shadow of the CIA, or the Americanization of children’s publishing in cold war France”, et c’est pour moi une grande fierté de voir ce texte publié dans Book History.

L’histoire de cet article illustre le temps long de la publication universitaire, dans nos disciplines en tout cas. Ce travail sur la collection “Un petit livre d’or”, ses origines américaines et la manière dont cette histoire éditoriale flirte avec les pages les plus romanesques de la guerre froide, remonte à mon habilitation à diriger des recherches. L’enquête a démarré en juin 2011 ; les résultats, sous la forme d’un manuscrit quasi prêt à publier, ont constitué mon “essai inédit” nécessaire pour présenter une habilitation, que j’ai soutenue en novembre 2014. J’ai ensuite retravaillé la matière de ce livre, pensée cette fois en fonction d’un public plus large, et le livre est sorti aux PUFR, dans la collection “Iconotextes”, en avril 2016. Par la suite, j’ai participé à divers colloques et congrès pour parler des résultats de cette recherche, comme c’est l’usage. Certains ont été perturbés, déplacés, annulés ou transformés en événements en ligne à cause de la crise sanitaire, mais bon an mal an, j’ai parlé de ce livre devant un auditoire de chercheurs internationaux, qui m’ont encouragée à en entreprendre la traduction en anglais. C’est évidemment au-dessus de mes forces et de mes moyens, mais quoi qu’il en soit, la première marche est toujours de publier un article de synthèse. C’est Sophie Heywood qui m’a encouragée dans ce processus – qui m’ennuyait un peu : tant de temps avait passé depuis l’excitation de la recherche et de la rédaction initiale ! Bref : j’ai obtenu de mon équipe de recherches le soutien financier nécessaire à une traduction professionnelle, puis contacté le comité éditorial de Book History, qui m’a demandé des modifications et contextualisations puisque j’écrivais dans une revue d’histoire (je ne suis pas historienne) et pour un public international (mon livre était écrit pour des Français). La première version de cet article a été soumise en juin 2021, et la suivante en février 2022. Plusieurs aller et retours plus tard, voilà l’article paru !

Ces quatre exemples ont l’intérêt de mettre sous les yeux la grande variété des temporalités dans lesquelles nous, les chercheurs en sciences humaines, nous débattons (je dis “en sciences humaines”, parce que je ne sais pas comment c’est ailleurs : peut-être pareil ?…). Quand un article paraît, c’est déjà de l’histoire ancienne – mais pour l’éditeur, ou le directeur scientifique du numéro, c’est un événement, il faut donc mouiller sa chemise et se remettre à en parler, même quand c’est un état de la recherche qu’on croit avoir dépassé. Parce qu’au même moment on en est beaucoup plus, loin, à patauger dans la rédaction d’un nouvel article, bien plus difficile, bien plus inédit, bien plus… mais qui s’appuie malgré tout sur les jalons posés avant : donc, il faut tout tenir ensemble. Et en parallèle, un matin, il nous tombe dessus des épreuves à relire, des métadonnées à réunir, des index à établir pour un autre article encore à un autre stade de son histoire, bref tout le travail annexe qui est pourtant absolument indispensable à la fonction d’édition.

Publier les autres

Être chercheuse, dans mon cas, ça signifie aussi assumer des fonctions éditoriales en tant qu’éditrice. Petite précision pour celles et ceux qui me lisent et qui ne sont pas dans le milieu universitaire : quand je dis “éditrice”, je parle de la fonction d’édition scientifique (ce que l’anglais désigne avec le mot “editor”), pas de la fonction d’édition commerciale et professionnelle (en anglais : “publisher”). Je suis “éditrice” parce que j’assume la responsabilité intellectuelle de publier les textes des autres, à la fois dans la revue en ligne Strenæ que j’ai contribué à créer, et que je dirige depuis sa création en 2010, et à la fois dans la collection “Iconotextes” aux Presses Universitaires Françoise Rabelais, collection créée en 2012 et dont le 22e volume va sortir sous peu. C’est beaucoup de travail, certes. Mais ça n’implique pas la dimension commerciale, économique, ni même matérielle du travail d’édition (les pénuries de papier, ce n’est pas directement mon problème, par exemple).

Diriger une revue

 La revue Strenæ va publier avant Noël son 23e numéro, intitulé “La Ville et l’enfant” et dont le dossier thématique sera dirigé par Christophe Meunier. Réunir les articles de ce numéro et m’assurer que notre secrétaire d’édition travaille dans des conditions optimales est la dernière des tâches que je réaliserai en tant que rédactrice en chef de cette revue.

Je suis extrêmement heureuse d’avoir pu assumer les fonctions de coordinatrice de cette revue depuis sa création en 2010. Mais j’ai senti aussi, dernièrement, à quel point ce travail éditorial avait fini par me peser. Bien que la revue se soit dotée, ces dernières années, d’un très solide comité éditorial, avec des responsables de rubriques qui font très bien leur travail, impulser la dynamique d’une revue est un travail exigeant. Les deux numéros publiés chaque année sont de plus en plus gros, les derniers totalisaient plus de 500 pages, et cette supervision a fini par me faire redouter chaque nouvelle échéance de parution. Il est temps que je passe la main. En janvier 2024, ce sera effectif : Cécile Pichon-Bonin et Éléonore Hamaide reprennent le flambeau avec un enthousiasme plus frais que le mien !

Co-animer une collection

En 2012, mon collègue Laurent Gerbier, qui travaille sur la bande dessinée, et moi avons eu envie de doter les chercheurs français d’une collection d’essais universitaires consacrés aux rencontres du texte et de l’image. Nous l’avons intitulée “Iconotextes“. Les presses de l’université de Tours ont accueilli notre projet, et nous ont soutenus tout au long de ces années, dotant notamment la collection d’une maquette reconnaissable et magnifique.

La liste des titres fait apparaître avec évidence qu’il s’écrit en France infiniment plus d’essais consacrés à la bande dessinée qu’à l’album. Nous serions ravis d’accueillir davantage de manuscrits centrés sur la littérature en images pour enfants – mais pour être honnête, nous en avons trois en préparation, dont je suis l’éditrice privilégiée, et ça suffit amplement à mon bonheur pour l’instant ! Relire le travail des autres, ça demande beaucoup de temps, et un exercice d’implication et de distance tout à la fois. J’aime bien faire ça, mais une fois de temps en temps. Le travail des mois à venir, avec l’équipe des PUFR, ce sera une légère refonte de la maquette : certains volumes, quand l’iconographie l’exigera, passeront à un format un peu supérieur, plus carré, à la pagination baissée, mais tout en quadri. Ce sera sans doute aussi un moyen d’être plus visibles en librairie. Pour ma part, je dois faire l’ultime relecture avant maquettage d’un des volumes qui paraîtra en 2024. C’est presque fini, mais pas tout à fait…

Co-diriger un numéro de revue

La fonction éditoriale s’exerce aussi quand on prend l’initiative de proposer à une revue de diriger l’un de ses numéros thématiques. C’est notre cas, à Dominique Perrin et moi, pour un numéro de Fabula LHT prévu pour le printemps 2024, sur l’album. Une fois l’appel à contributions finalisé (par nous) et accepté (par le comité de la revue) ; une fois les propositions lues et validées ou refusées (par nous, puis par le comité, puis in fine quand même par nous !), il a fallu travailler sur les textes que les auteurs nous envoyaient. Pour chacun d’eux, au moins deux navettes ont été nécessaires, mais dans certain car, il y en a eu 3 ou 4, et là encore, c’est un travail exigeant. On s’est partagé les articles, même si chacune a relu tous les papiers, dans toutes leurs versions. Ça, c’est à peu près terminé. Il nous faut maintenant réunir les comptes rendus qui nous ont été promis, mais aussi finir de “toiletter” la traduction d’un entretien avec Maurice Sendak que nous avons obtenu le droit de publier, réaliser nos propres comptes rendus (le mien portera sur le Routledge Companion to Picturebooks) et traductions (j’ai proposé que nous traduisions, pour un public français, l’article d’Evelyn Arizpe intitulé “The state of the art in picturebook research from 2010 to 2020” paru en 2020 : inutile de refaire le travail, son état de l’art est très bien fait et devrait combler les chercheurs et chercheuses français !). La publication de ce numéro spécial de Fabula LHT et de son pendant consacré aux comptes rendus Acta Fabula risque encore de nous occuper pendant plusieurs mois.

Sur le terrain

La recherche pour laquelle j’ai obtenu cette délégation implique un important travail d’observation sur le terrain. Je vais donc une fois par semaine en néonatologie, et j’allais aussi une fois par semaine en psychiatrie périnatale, jusqu’à la fermeture du service Hope à l’hôpital d’Amboise.

Cette fermeture, me libérant tous les lundis matins, m’a permis de prendre du temps pour transformer notre journal d’observations en document utilisable pour la recherche. Pour ça, il a subi un intense toilettage typographique (on fait un nombre incalculable de fautes de frappe en rendant compte, à chaud, de nos lectures et des effets qu’elles ont sur les enfants et leurs parents). Il a dû aussi passer par l’anonymisation totale : tous les prénoms des soignants et des bébés ont été changés, et j’ai supprimé tout détail qui aurait pu permettre une identification des familles (rarissime : nous ne savons jamais rien sur les bébés et leurs parents, même pas leur nom de famille). Je ne pensais pas que ce serait si long à faire. Mais maintenant, ce serait bien que le service ouvre à nouveau… Une unité d’urgence a été immédiatement recréée, avec une partie des soignants, au sein du CHRU de Tours, afin d’assurer le suivi des patients actuels. La création d’un service de consultation, d’un hôpital de jour, enfin d’une hospitalisation complète sont au programme, mais à quelle échéance ? En attendant, nous essayons de mener à leur terme des études de détail croisant les observations des lectrices et celles des soignants.

Du côté de la néonatologie, les choses avancent. Nous avons pu tenir, le 22 novembre dernier, une première séance de ce que nous avons appelé “Observatoire des lectures aux bébés”. Treize soignants s’étaient mobilisés, nous n’en attendions pas autant, et les échanges ont montré un fort intérêt pour ce qui se passait autour des albums. Quelle évolution en trois ans ! Les professionnels sont en train de s’emparer du dispositif, laissant penser que d’ici quelques années, nous pourrions nous retirer sur la pointe des pieds, laissant les livres vivre leur vie dans un service totalement “acculturé” aux albums et aux histoires… Nous avons prévu de nous revoir dans deux mois, pour faire le point.

Le travail de terrain (lectures, observations, rédaction des observations) révèle donc sa richesse. Je vois de mieux en mieux quel parti “de littéraire” je peux en tirer même si c’est encore un peu nébuleux. Les choses vont se mettre en place à mesure que les partenariats se concrétiseront. C’est en effet en échangeant avec d’autres observateurs que je mesure ce que mon regard a de spécifique, parce que je viens des études littéraires – et ce qu’il peut apporter aux autres, de ce fait.

Les manifestations

Ça, c’est la partie de la fonction de chercheuse que j’aime le moins : organiser des manifestations scientifiques. Dans mon CV, ça se voit : je n’en ai presque pas organisé. En bonne logique, je fréquente moi-même assez peu les colloques, congrès et journées d’études, j’ai déjà dit ici que je trouvais qu’on y perdait pas mal de temps. Mais ce trimestre fait exception, puisque se tient actuellement à la BM de Tours une exposition d’albums coréens dont je suis l’une des organisatrices, et que dans le cadre de cette exposition, j’organise le mardi 12 décembre une journée d’études sur les albums coréens. L’organisation de manifestations exige de déployer une somme de compétences très, très éloignées de mon cœur de métier : compétences d’organisation (trouver un lieu pour la manifestation, pour le repas), de budget (financer les repas, les trajets, les hôtels), de communication (faire une affiche – mais là c’est le génial Loïc Boyer qui a officié ! merci à lui ; relayer sur les canaux ad-hoc), puis compétences sociales diverses (accueillir convenablement chacun, mais garder l’œil sur l’horloge, etc.). J’en frémis d’avance ! Mais cette occasion d’accueillir des albums, des artistes et des chercheurs coréens est exceptionnelle : elle vaut bien que je fasse des efforts !

Les lectures

C’est le point faible de ces dernières semaines : l’intense activité de rencontres, d’échanges, de préparations, de synthèses, etc., m’a détournée de mon activité de lecture, que j’avais pourtant programmée de manière méticuleuse. C’est un petit regret : à partir de décembre, je redresse la barre !

C’est donc un trimestre très dense qui s’achève. Quelques semaines de convalescence, en octobre, ont ralenti mon rythme de travail, mais je suis malgré tout très contente de ce que j’ai réussi à faire, et de ce qui se met en place.



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 30 novembre). Premier trimestre. Album '50' Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ay6l

  1. à ceux qui s’inquiètent pour mon bilan carbone, et qui de ce fait se demandent si je n’ai pas accepté cette invitation uniquement pour le plaisir d’aller déguster du poulpe en salade à l’Osteria Salvagente sur le port de Trieste, je réponds : peut-être. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.