Lire pour se former

C’est la semaine de l’année où tous les médias se souviennent que la littérature jeunesse existe. On peut écouter de très chouettes émissions de radio (entre autres , et puis aussi ), et évidemment on peut aller à Montreuil, sauf si, comme moi, on déteste la foule. Mais on peut aussi lire des livres ! Pendant longtemps, on a manqué en France de livres sur les livres pour enfants. Les bibliographies tournaient et retournaient autour d’une poignée de titres, devenus introuvables, et souvent un peu dépassés. Quand j’étais en thèse, c’était vraiment navrant. Or depuis deux ans sont parus, chez des éditeurs bien diffusés, des ouvrages faciles d’accès, agréables à lire, abondamment illustrés. Les adultes qui ne connaissent pas grand chose à la littérature pour la jeunesse peuvent maintenant se former facilement et intelligemment. Petit tour sur mes étagères…

Prenons-les par ordre de parution. Sophie Van der Linden publie en 2021 chez Gallimard jeunesse Tout sur la littérature jeunesse, et le titre n’est pas mensonger : en 300 pages, on fait le tour de la question. La mise en forme est agréable, ce qui n’empêche pas la densité du propos – c’est tout l’avantage de travailler avec des éditeurs très professionnels. De mon point de vue, ce survol n’est pas assez approfondi pour des étudiants, raison pour laquelle je ne mets pas ce livre dans ma biblio de L1 (mais il est à la BU, en accès libre !). En revanche, pour des parents, des bibliothécaires qui débutent, des curieux, c’est vraiment un très bon point de départ.

Quelques mois plus tard sort, sous la plume de Sophie Van der Linden et Raphaëlle Botte, un guide consacré à 100 grands livres pour les petits, chez Gründ (qui publie aussi 100 grands films pour les petits). Celui-là, je ne peux pas le photographier, parce que sitôt acheté et lu, je l’ai envoyé à un neveu qui venait d’avoir une petite fille ! C’est vraiment le super guide pour parent, mais aussi pour parrain-marraine qui a envie d’offrir chaque fois de grands et bons bouquins. Et évidemment, c’est la base pour constituer un fonds de bibliothèque – avis aux centres de loisirs, centres de vacances, etc. (et évidemment aux bibliothèques, mais j’ose espérer qu’elles ont quand même déjà une idée de ce qui doit figurer dans un fonds de référence…).

En 2022, Gallimard jeunesse a souhaité célébrer ses 50 ans d’existence et a confié à Marie Lallouet le soin de concevoir et rédiger Gallimard jeunesse : le livre des 50 ans. Évidemment, ça peut paraître moins général que les autres livres de ce billet, puisqu’on ne parle que d’une seule maison. Mais enfin, quelle maison ! Gallimard jeunesse occupe une place à part dans le paysage éditorial français, autant par ses collections de romans (rien que Folio junior !) que pour ses innovations graphiques (la nébuleuse “Découvertes”), de sorte que parcourir 50 ans de Gallimard jeunesse, c’est en apprendre beaucoup sur le demi-siècle écoulé dans l’ensemble de la littérature jeunesse en France. Ça se lit très agréablement, c’est abondamment documenté bien sûr, et ça vaut vraiment la peine.

La même année, l’autre maison majeure pour l’édition jeunesse française, l’École des Loisirs, sort sous le double label Pastel-L’École des lettres un manuel tiré du travail réalisé à l’université de Liège pour le mooc Il était une fois la littérature jeunesse : Comprendre la littérature de jeunesse : Le livre du Mooc de l’université de Liège. À première vue, la maquette est un peu plus sage, la mise en page fleure presque un peu le manuel d’école… mais en fait, on oublie vite que ce livre est un peu moins sexy que les trois précédents, tant il est bien sur tous les autres plans : bien conçu, bien écrit, bien documenté, ultra pédagogique. Pour moi, c’est LE bouquin de base à acheter quand on est étudiant. Bon, je ne demande pas à mes étudiants de l’acheter : 21€, ils ne les ont pas. Mais il est aussi à la BU, et je le leur recommande chaudement. Donc, à un(e) futur(e) prof des écoles qui se demande dans quoi investir, je dis : celui-ci, sans hésitation !

Cet été est paru une sorte de manuel imaginé par Clémentine Beauvais, et publié par Gallimard jeunesse aussi : Écrire comme une abeille. Sous le prétexte d’accompagner un(e) jeune auteur ou autrice qui aurait envie de se lancer dans l’écriture pour la jeunesse, Clémentine Beauvais décortique l’art du récit, avec beaucoup de finesse, beaucoup de culture, et un ton inhabituel dans ce genre d’ouvrage. À vrai dire, en commençant la lecture, j’avais peur que cet humour ne m’agace… or ce n’est pas le cas, c’est spirituel de bout en bout et on se régale. Si j’avais des cours cette année, je demanderais à mes étudiants de L3 de lettres de le lire (mais là encore, c’est trop cher pour un budget d’étudiant boursier… heureusement la BU est là !). Parce qu’en apprenant à son lecteur à écrire un texte pour la jeunesse, Clémentine Beauvais le forme très efficacement à tout ce qui constitue un regard de critique littéraire ! (la photo n’est pas sur fond rouge : le livre, je l’ai prêté parce que je le trouvais bien…)

Enfin ces derniers jours, les éditions MeMo ont sorti un livre que j’attendais avec impatience, consacré aux manières dont les très petits lecteurs réagissent à la littérature qui leur est offerte : Petits enfants, grands lecteurs. Écrit par Nathalie Virnot et Joëlle Turin, appuyé sur des décennies de lectures avec des enfants et d’observations d’enfants recevant des lectures et investissant les livres, c’est un essai passionnant. Il vient compléter tous les livres qui précèdent, en s’installant cette fois du point de vue du récepteur, qui plus est très jeune. À mon avis, c’est un indispensable des professionnels du jeune enfant : enseignant(e)s de maternelle, éducateur et éducatrices de jeunes enfants, puéricultrices, bibliothécaires…

Tous ces livres, abondamment illustrés et mis en forme avec élégance, sont chers (de 20 à 35€). On ne peut donc pas considérer que ce sont des ouvrages “de base” pour étudiants. Alors, si on voulait s’appuyer sur ce rapide tour d’horizon des parutions récentes, voilà ce qu’on pourrait en tirer :

  • il faut maintenant publier, pour les étudiants, des manuels exigeants sur le fond, mais bon marché ;
  • et le moment semble venu, par ailleurs, de prolonger tous ces livres de “première intention” par la création de manuels de fond, de niveau universitaire, destinés aux bibliothèques pédagogiques et professionnelles, sur le principe des “Oxford Companions“, “Cambridge Companions” et autres “Routledge Companions” – mais avec des tarifs et des éthiques plus confirmes aux valeurs de l’édition académique française.

Deux petites précisions pour finir :

1) tous ces livres font partie de ma bibliothèque, constituée uniquement de livre que j’ai achetés moi-même. En général, je ne reçois pas de livres de la part des éditeurs – mais quand par hasard il m’en arrive un à la fac, si c’est un livre qui avait des raisons de m’intéresser je l’ai déjà acheté! L’exemplaire cadeau finit donc à la BU, ou entre les mains d’un doctorant très content. Merci aux auteurs qui ont la gentillesse de me faire adresser un ouvrage, ils font des heureux plus pauvres que moi !

2) je ne parle dans ce billet que des ouvrages dont la portée est assez générale. Il y a eu d’autres parutions critiques sur le livre pour enfants dans la période, j’en ai parfois parlé (ici par exemple), et pour d’autres j’en parlerai plus tard !



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 2 décembre). Lire pour se former. Album '50' Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ay6m

Une réflexion sur « Lire pour se former »

  1. Chère madame
    j’attends toujours avec plaisir et gourmandise vos billets …C’est toujours un plaisir de vous lire ….Je suis avide d’apprendre toujours et avec vous c’est le top

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.