L’aventure coréenne prend (un peu) fin

Depuis près de deux ans, l’équipe de recherches InTRu à laquelle j’appartiens s’intéresse d’assez près aux albums publiés actuellement en Corée. Cet intérêt s’inscrit plus largement dans une série de liens avec des chercheurs coréens, qui démarre vers 2014. Tout a commencé, pour ce qui est des albums, avec l’arrivée de la chercheuse et traductrice Sungyup Lee, invitée en janvier 2022 par mon université.

Nous nous étions rencontrées lors de mon séjour en Corée en mai 2019, au cours duquel elle m’avait servi d’interprète. Nous avions alors sympathisé, d’autant plus que la thèse qu’elle avait jadis soutenue en France portait précisément sur la traduction des albums pour enfants. Son séjour en France correspondait au démarrage de recherches sur les échanges France-Corée en matière de littérature jeunesse, et plus particulièrement sur la réception des albums coréens en France. Elle revient d’ailleurs cet hiver, pour trois mois, afin d’affiner ce projet, dans le cadre d’un programme de soutien de l’Institut d’études avancées pluridisciplinaire Studium. Mais tout a commencé quand, en janvier 2022, un gros colis est arrivé au laboratoire InTRu, en provenance de KBBY, la branche coréenne d’IBBY.

Ce colis contenait 40 albums, parus l’année précédente et sélectionnés par KBBY dans le cadre de ses activités de promotion et de critique – ce que nous ont appris nos contacts avec KBBY, en effet, c’est que cet organisme à structure associative cumule, en Corée, les fonctions assumées, en France, par deux instances distinctes : le Centre national de littérature jeunesse (BnF-CNLJ) pour le travail de critique et de sélection à destination des bibliothécaires nationaux, et IBBY France pour les fonctions de valorisation de la création française vers l’international.

C’était un beau cadeau ! Il était assorti d’une demande très compréhensible : est-ce que ces albums pourraient, au-delà de l’équipe InTRu, toucher un peu plus largement un public français ?… Là, il nous fallait avouer notre incompétence : faire connaître, mettre en valeur, ce n’est pas notre métier. Heureusement, la Bibliothèque municipale est à un jet de pierre du labo, et nous avons d’excellentes relations, depuis longtemps, avec toutes l’équipe de la section jeunesse et de son “Centre Patrice Wolf” dédié aux études sur la littérature jeunesse. Ni une ni deux : nous avons monté une petite “task force” qui s’est donné pour mission de mettre en valeur ces albums, pour un public large. Des bibliothécaires, des chercheurs, des illustrateurs, un designer graphique-scénographe… et de mai 2022 à aujourd’hui, nous avons lu et relu ces albums, que Sungyup Lee nous a progressivement traduits, nous avons confronté notre manière de les percevoir, nous avons imaginé ce qui pourrait constituer une bonne manière de les présenter au public, rédigé nos présentations subjectives de chaque lecture, conçu des documents, mis en place notre expo… Récit rapide en quelques images !

L’exposition a été pensée selon trois exigences. D’une part, elle devait être “circulante”, pour augmenter le rayonnement de ce lot de 40 albums. Donc Loïc nous a imaginé de formidables petits chevalets, présentant le double avantage de mettre les albums à hauteur d’enfant, et de se plier pour se ranger… et se transporter. Les textes, eux, ont été imprimés sur des bâches qu’on peut rouler et suspendre à peu près partout. Comme ça, l’exposition va pouvoir être prêtée – il faut juste qu’on trouve le temps, maintenant, de rédiger la fiche technique.

D’autre part, cette exposition devait être à hauteur d’enfant. Exposer les albums, c’est un casse-tête, et d’autres ont commencé à réfléchir de manière systématique à cette question. Nous, d’emblée, nous avions décidé que les albums pourraient être manipulés librement par les enfants – quitte à ce que ça pose des questions de sécurité, de conservation, de possible destruction de certains éléments (par exemple, l’emboitage de l’album De grandes mains). D’où le travail de Loïc sur les chevalets, qui permettent de présenter l’album, de le rendre accessible à des enfants, qui rendent très facile le replacement de l’album après lecture (puisqu’on le repose à l’endroit de son image imprimée), et qui offrent aussi un texte lisible par l’adulte en position debout. D’où l’insistance des bibliothécaires sur la médiation par l’oral, et sur l’enregistrement des textes lus à haute voix, en français, rendus accessibles par un QR code (les fichiers audio sont hébergés sur un serveur de l’université).

Enfin, cette exposition devait être subjective. D’où son titre saugrenu, “On a lu des albums coréens”. Parce que finalement, nous qui croyions partir à la découverte de l’altérité, parce que ces albums venaient d’une culture lointaine, nous avons fait l’expérience d’une autre altérité : ces albums étaient moins différents des albums français que nos lectures n’étaient différentes les unes des autres ! Moins d’exotisme, plus de pluralisme. La rencontre, ce n’était pas tant celle d’albums “différents”, mais plus simplement, celle d’un lecteur individuel avec une œuvre esthétique produite par un ou deux auteurs. L’altérité, elle se situe là, dans le chemin que chacun de nous fait vers une œuvre – chemin simple d’accès, ou tortueux. Cette question de l’altérité s’est retrouvée dans la discussion lors de la journée d’études : nous demandions ce qui avait présidé au choix de ces livres-là en particulier, si les Coréens avaient souhaité nous adresser des albums particulièrement coréens. Et la délégation coréenne ne cessait de nous répondre, de manière assez placide : non, pas particulièrement, nous voulions juste vous montrer la diversité de ce qui s’était publié d’intéressant cette année-là. Ainsi, c’est nous qui avons parfois projeté une certaine représentation de la Corée, ou de l’Asie, sur certains albums – mais pas tous les lecteurs, pas sur tous les albums, et certainement pas de manière unanime. Rencontres individuelles, donc, entre des lecteurs et des œuvres… comme s’il n’y avait jamais rien eu de “coréen” là-dedans.

Le titre insiste sur cette forte subjectivité, dont l’expression a été permise par la longue durée de ce processus de construction en commun. Nous avons “lu”, ou plutôt regardé d’abord, comme le font les jeunes enfants, des albums dont nous ne savions pas lire le texte, des albums dont seules les images nous invitaient à en deviner l’histoire. Ne pas comprendre ne nous a pas empêchés de projeter, d’aimer, d’être intrigués ou séduits. C’est cette réactivité, qui ne s’embarrassait pas de la compréhension, que nous voulions mettre en avant. Heureusement, nous n’en sommes pas restés à notre ignorance : une fois les albums traduits par Sungyup, nous les avons relus, redécouverts, et certaines d’entre nous (les bibliothécaires, et Patricia Mauclair) ont passé une partie de l’été à enregistrer les textes à haute voix, afin que les visiteurs puissent eux aussi accéder aux histoires… Le mercredi 8 novembre 2023, une délégation de l’ambassade de Corée à Paris nous honorait de sa présence à l’occasion de l’inauguration de l’exposition.

Enfin l’un des temps forts de ce projet autour des albums coréens avait lieu cette semaine : nous accueillions une délégation coréenne, pour une journée d’études et une journée d’ateliers et de réunions.

Croquis du directeur du labo InTRu…

Mardi 12 décembre, nous avions la grande chance d’être accueillis, pour cette journée d’études, par la BM. “Accueillis”, ça veut dire plein de choses très importantes : ça signifie par exemple que le travail de communication autour de cet événement, que nous essayons tant bien que mal de faire nous-mêmes dans les labos, était “doublé” par le service de com’ de la BM (Merci Céline Gitton !), avec une efficacité à mon avis 10 fois supérieure à la nôtre vu que c’est son métier, et pas le nôtre… Ça implique que le matériel audio-visuel utilisé était sur place, fonctionnel, de qualité, et qu’un technicien vigilant (merci Stéphane !) veillait à ce que tout marche, tout le temps (ordinateur, vidéo-projection, écran, micros…). Ceux de mes lecteurs qui ont un jour organisé un événement à la fac savent ce que signifie la boule au ventre au moment de lancer chaque vidéo-projecteur, d’ouvrir chaque Powerpoint ! Ça signifie aussi que nous pouvions jouir de la vue absolument extraordinaire qu’offre l’auditorium de la BM sur la Loire et la vieille ville… Bref : je distingue très bien ce qu’il entre de “partenariat” et ce qui relève de “l’accueil” dans tout ce que nous avons fait autour de ces albums coréens. Travailler avec les bibliothécaires tout au long de ces deux années, et aboutir à une expo dont nous n’avons pas à rougir, c’était un partenariat – et ça va jusqu’à la présence active, durant cette journée d’études, des bibliothécaires très impliquées dans le projet, qui ont participé à la table ronde, et co-animé toute la journée. Tenir cette journée d’études au sein de la BM, ça relève de l’accueil, de l’hospitalité généreuse, et pour ça, je suis très reconnaissante à la Bibliothèque municipale.

La journée d’études, qui a réuni un public de 30 à 40 personnes selon les moments, était d’une grande richesse – et nous avons regretté qu’il n’y ait pas plus de collègues bibliothécaires extérieurs à la région pour en profiter ! Sungyup Lee a ouvert la journée par un remarquable exposé d’une heure, abondamment illustré, consacré à l’histoire de l’album en Corée. Les bibliothécaires ont tout de suite demandé qu’elle vienne le refaire devant l’ensemble de leurs collègues de la section (toutes ne pouvaient pas être là puisque l’accueil des publics se poursuivait), tellement c’était nourrissant ! (avis aux personnes intéressées : Sungyup reste en France jusque fin février… 😉

Nous avions la chance d’accueillir, invités par KBBY, deux illustrateurs coréens : HONG Nari, illustratrice de Un jour, nous…, et PARK Hyun-Min, auteur-illustrateur de Tellement de neige. Chacun d’eux présentait son travail, son parcours et sa réflexion, et chacun était en dialogue avec un chercheur-illustrateur de l’InTRu : Hong Nari avec Jean-Baptiste Bourgois, qui s’était reconnu dans le graphisme minimal au crayon de la jeune femme, assez proche de son propre style ; et Park Hyun-Min avec Cheyenne Olivier. Si le temps imparti à chaque artiste n’a pas permis un dialogue prolongé, et ce d’autant moins qu’il fallait compter avec le temps nécessaire à la traduction (nous avions la chance de bénéficier des compétences d’interprète de madame Yejin Kim), cet “appariement” entre artistes a ouvert sur des bavardages en off et des échanges de cartes et d’albums, ce qui nous incite à souhaiter que ces rencontres se poursuivent au-delà de cet automne 2023.

En parallèle à ce dialogue entre auteurs et illustrateurs, nous voulions faire place à l’artisan central du transfert culturel lorsqu’il est question d’albums : l’éditeur – en l’occurrence, deux éditrices : Michèle Moreau (éditions Didier Jeunesse) et Christine Morault (éditions MeMo), chacune interrogée par Loïc Boyer sur ce qui l’avait motivée au moment de publier des albums coréens. La discussion a notamment beaucoup porté sur la traduction ou l’adaptation.

Enfin nous avions à cœur de confronter les impressions, nées au fil de ces deux années de travail, avec le point de vue des représentantes de KBBY, sa présidente madame BYUN Youn-Hee, et sa secrétaire exécutive madame SHIM Hyangboon. La journée s’est donc terminée par une table ronde véritablement ouverte, le public intervenant de manière très libre au fil de la discussion.

Ajoutons à ça, pour décrire la journée dans son intégralité, une visite de l’exposition guidée par son scénographe Loïc Boyer… et une photo de groupe finale, avant que chacun aille se reposer, car la journée du lendemain était encore très chargée : réunions de travail pour l’équipe franco-coréenne, et ateliers pour les enfants, animés par les illustrateurs !

Seule ombre au tableau : le déjeuner, que faute de place à la bibliothèque, nous avons dû aller prendre à l’université, sous la forme d’un buffet froid, parce qu’à cette date de clôture des comptes, impossible de payer un restaurant… Ça avait quelque chose de saugrenu, voire de carrément sinistre, ces petits plateaux repas avec cette salade de pâtes froides, juste posés sur les tables d’une salle de cours qu’on n’avait même pas pris la peine de réunir pour faire semblant de constituer une table de banquet ! Voilà, organiser un “événement” scientifique, ça suppose qu’on ait aussi une équipe en arrière-plan qui s’occupe d’accueillir le traiteur, de vérifier qu’il y a tout ce qu’il faut, d’installer les lieux, de les rendre un peu moins minables. Je dois dire que pour une ville comme Tours, qui se targue de mettre la gastronomie au premier plan, c’était pour le moins raté !

Personne ne semble nous en avoir tenu rigueur, car le lendemain matin, nous étions de nouveau réunis, cette fois en plus petit comité, pour envisager la suite. La BM de Tours va continuer à enrichir son fonds d’albums coréens, en bénéficiant des facilités de signalement et du rôle d’intermédiaire que pourra jouer KBBY. De leur côté, les Coréens préparent un forum qui se tiendra à l’automne 2024 à Suwon. Ils souhaitent en profiter pour mettre en valeur un certain nombre d’albums français – mais pour éviter le problème de langue auquel nous nous sommes confrontés, ils veulent des albums sans texte ! Pour être plus précis, ils partent de la sélection que IBBY France a constituée dans le cadre du programme “Silent books” créé par IBBY à Lampedusa : la première bibliothèque rencontrée par les enfants dont les familles arrivent en Europe par cette petite île italienne. Nous avons donc échangé durant deux longues heures, toujours avec l’aide de l’interprète, afin de mieux comprendre les attentes et les forces des uns et des autres. La discussion s’est encore prolongée, en petit comité, l’après-midi, tandis que les bibliothécaires et les illustrateurs recevaient les enfants venus participer à des ateliers graphiques !

C’est à la librairie jeunesse Libr’enfant que nous avons terminé ces deux jours, la délégation coréenne ayant très envie de plonger dans la production d’albums sans texte la plus récente ! Dix bons kilos d’albums français vont bientôt prendre leur route vers Séoul…

La délégation coréenne est repartie, d’abord pour Dijon où des rencontres avec des adolescents du lycée international étaient prévues, puis pour Séoul. Mais les choses ne sont pas terminées. L’une de nos illustratrices-doctorantes, Cheyenne Olivier, est actuellement à Séoul pour la promotion de ses albums récemment traduits, et renforce encore les contacts de l’équipe avec des chercheurs intéressés par les albums. Et l’un des chercheurs du labo ira sans doute à Suwon à l’automne. Sungyup Lee, pour sa part, va passer les trois mois qui viennent au sein de l’équipe. Nous aurons donc plein d’occasions d’effacer la déplorable image de la gastronomie tourangelle laissée par le buffet de cette journée d’études…

Il y a un grand plaisir, après avoir longuement préparé un événement, à dépasser la fatigue pour profiter pleinement des rencontres, et voir se concrétiser l’espoir niché dans tout ce projet : celui de se comprendre, par-delà les grandes différences culturelles et la barrière linguistique, et de découvrir tout ce qu’on partage. C’est une chouette aventure, commencée pour moi au printemps 2019 et qui s’achève ici : je n’aime pas outre mesure prendre l’avion, et mes travaux m’appellent au ras du terrain, pour l’instant, avec les tout-petits. Mais pour certains, dont les bibliothécaires de Tours, et les doctorants du labo, c’est une histoire qui continue, et ça me réjouit. Et on espère que l’exposition, elle, va voyager !

Pour terminer, une petite vidéo d’animation, construite sur une chanson composée par son mari, à partir de laquelle HONG Nari a imaginé son album Un jour, nous ; puis la liste de tous les albums exposés.

Liste des albums exposés

Titre : [Le voyage de la grand-mère au palais du roi-dragon (할머니의 용궁여행)]
Autrice-illustratrice : Min-jo Kwon
Maison d’édition : A Thousand Hopes
Année de publication : 2020
Titre : [Le carreleur (미장이)]
Auteur-illustrateur : LEE Myung-hwan
Maison d’édition : Hansol Soobook
Année de publication : 2020
Titre : [Avons-nous besoin de ce fil ? (이 선이 필요할까?)]
Auteur : CHA Jae-hyuk
Illustratrice : CHOI Eun-young
Maison d’édition : Noran Sangsang Books
Année de publication : 2020
Titre : [Bonjour, Extraterrestre ! (안녕! 외계인)]
Auteur-illustrateur : Yeon-cheol Park
Maison d’édition : Sigong Junior
Année de publication : 2019
Titre: [Loche de ruisseau sous une averse (소나기 때 미꾸라지)]
Poète : Sang-kyo Lee
Illustrateur : Se-hyeon Kim
Maison d’édition : Changbi
Année de publication : 2020
Titre : [Le grand Apaturaïlia (위대한 아파투라일리아)]
Autrice-illustratrice : Jieun
Maison d’édition : Gloyeon
Année de publication : 2019
Titre : [Un monde de pneus] (타이어 월드)
Autrice et illustratrice : CHO Mija
Maison d’édition : Finger
Année de publication : 2020
Titre : [Tellement de neige (엄청난 눈)]
Auteur-illustrateur : PARK Hyun-min
Maison d’édition : Dalgrimm
Année de publication : 2020
Titre : [Cet automne-là (그해 가을)]
Auteur : Jeong-saeng Kwon
Illustrateur : Jae-hong Kim
Maison d’édition : Changbi
Année de publication : 2018
Titre : [L’été, (여름,)]
Autrice-illutratrice : LEE So-yung
Maison d’édition : Gloyeon
Année de publication : 2020
Titre : [Lapins noirs (검정토끼)]
Autrice-illustratrice : OH Se-na
Maison d’édition : Dalgrimm
Année de publication : 2020
Titre : [Bonjour, Miaou (안녕, 야옹)]
Auteur-illustrateur : Se-jin Kim
Maison d’édition : Bombom publishing
Année de publication : 2019
Titre : [Les êtres blancs (하얀 사람)]
Autrice-illustratrice : Nam-jin Kim
Maison d’édition : Sakyejul Publishing
Année de publication : 2019
Titre : [L’île de maman (엄마의 섬)]
Autrice : Jin Lee
Illustrateur : Byung-ho Han
Maison d’édition : Borim
Année de publication : 2020
Titre coréen: 고래수프 / titre français: La Soupe de Maman Baleine
Maison d’édition : Hansol Soobook / MeMo
Année de publication : 2019 / 2012
Titre : [Je suis…] (타이어 월드)
Autrice-illustratrice : KIM Hee-kyeong
Éditeur : Yeoyoudang
Année de publication: 2019
Titre : [Un certain courage (어떤 용기)]
Autrice et illustratrice : Se-kyoung Park
Maison d’édition : Dalgrimm
Année de publication : 2019
Titre : [Nous vous connaissons un peu (우리는 당신에 대해 조금 알고 있습니다)]
Autrice-illustratrice : Jung-min Kwon
Maison d’édition : Munhakdongne
Année de publication : 2019
Titre : [Mamie-phoque (물개할망)]
Autrice : Mi-gyeong Oh
Illustratrice : Myung-ae Lee
Maison d’édition : Kidari
Année de publication : 2020
Titre: [Histoire d’une vieille chèvre (어느 늙은 산양 이야기)]
Autrice-illustratrice: Jeong-soon Go
Maison d’édition: Manmanbooks
Année de publication: 2020
Titre : [Une simple grenouille !] (그래봤자 개구리)
Autrice et illustratrice : JANG Hyun-jung
Maison d’édition : Kidari (Moreal)
Année de publication : 2020
Titre : [Nos amies les herbes (풀 친구)]
Autrice-illustratrice : Saida
Maison d’édition : Woongjin Junior
Année de publication : 2019
Titre: [Alice prise dans un jeu étrange (이상한 꾀임에 빠진 앨리스)]
Autrice et illustratrice : Ji-young Kim
Maison d’édition : Hyang publishing
Année de publication : 2020
Titre : [Les bonbons ronds] (알사탕)
Autrice-illustratrice : BAEK Heena (Hee-na)
Maison d’édition : Bear Books
Année de publication : 2017
Titre : [De grandes mains (커다란 손)]
Auteur-illustrateur : CHOI Deok-kyu
Maison d’édition : Yunedition
Année de publication : 2020
Titre: [Un monde de cartons (상자 세상)]
Autrice : Yeo-rim Yoon
Illustratrice : Myung-ha Lee
Maison d’édition : A Thousand Hopes
Année de publication : 2020
Titre: [L’école maternelle de carotte (당근 유치원)]
Autrice-illustratrice : Bonsoir Lune
Maison d’édition : Changbi
Année de publication : 2020
Titre : [Un jour, nous…] (어느 날, 우리는)
Auteur : AHN Seung-joon
Illustratrice : HONG Nari
Maison d’édition : Sakyejul
Année de publication : 2019
Titre : [Wow, rafraîchissant ! (아이 시원해!)]
Autrice-illutratrice : Gyeong-deug Kim
Maison d’édition : Gilbut Children Publishing
Année de publication : 2019
Titre: [Iceberg (빙산)]
Autrice-illustratrice: Se-na Oh
Maison d’édition: Kinderland (Bandal)
Année de publication: 2019
Titre : [63 jours] (63일)
Auteure : HUH Jung-yoon
Illustratrice : GO Jeong-soon
Maison d’édition : Bandal
Année de publication : 2020
Titre : [Un pot de lune (달항아리)]
Autricee-illustratrice : JO Young-ji
Maison d’édition : Darim
Année de publication : 2020
Titre : [Un rêve de devenir de l’eau (물이 되는 꿈)]
Auteur : Lucid Fall
Illustratrice : Suzy Lee
Maison d’édition : Chungaram-i
Année de publication : 2020
Titre : [Repoussez-les] (밀어내라)
Auteur : LEE Sang-ok
Illustratrice : CHO Won-hee
Maison d’édition : Hansol Soobook
Année de publication : 2019
Titre: [Et puis, un jour] (« un » en gras selon la typographie originale)
Autrice-illustratrice : JEON Mi-hwa
Maison d’édition : Munhakdongne
Année de publication : 2019
Titre : [Demain, il fera beau] (내일은 맑겠습니다)
Autrice-illustratrice : LEE Myung Ae
Maison d’édition : Munhakdongne
Année de publication: 2020
Titre : [La légende de la glace pilée aux haricots rouges (팥빙수의 전설)]
Autrice-illustratrice : Gee-eun Lee
Maison d’édition : Woongjin Junior
Année de publication : 2019
Titre : [Enfin, ils ne sont pas allés à Brême.] (그들은 결국 브레멘에 가지 못했다)
Autrice-illustratrice : YEE Luly
Maison d’édition : Bir Publishing
Année de publication : 2020
Titre : [Papi aux crottes de nez (코딱지 할아버지)]
Autrice : Soon-jae Shin
Illustratrice : Myung-ae Lee
Maison d’édition : Bear Books
Année de publication : 2019
Titre : [Je suis un chien (나는 개다)]
Autrice-illustratrice : BAEK Heena (Hee-na)
Maison d’édition : Bear Books
Année de publication : 2019

Image d’en-tête extraite de La légende de la glace pilée aux haricots rouges (팥빙수의 전설) de Gee-eun Lee (Woongjin Junior 2019). Merci à Bérangère Rouchon-Borie, à Sungyup Lee et à Patricia Mauclair qui m’ont fourni des photos.



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 18 décembre). L’aventure coréenne prend (un peu) fin. Album '50' Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veb0

3 réflexions sur « L’aventure coréenne prend (un peu) fin »

  1. Quel exemple de dynamique collective de recherche, porteuse de relations, d’ouverture, et d’une cascade de tonifiantes questions mutualisables. Merci pour les images en même temps que pour le compte-rendu, car l’ensemble est un vrai cadeau de Noël.
    (…Est-ce que côté Corée une expérience miroir de lecture tâtonnante partagée peut être imaginable ?…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.