Adieu, Monsieur Poméranie

Adieu Monsieur PoméranieEn 1971 paraissait aux éditions Harlin Quist France l’un des albums les moins tapageurs publiés par le duo Harlin Quist & François Ruy-Vidal, Adieu, Monsieur Poméranie. Le texte de Gordon Sheppard, The Man Who Gave Himself Away, était publié simultanément à New York et Paris, avec des illustrations du Français Jacques Rozier, et il a profondément marqué ceux qui l’ont eu entre les mains, par l’humanité et la profondeur du texte, et la délicatesse inventive des dessins.  L’album raconte comment un vieil homme, à l’approche de la mort, décide de se dépouiller de toute ses possessions, jusqu’à s’offrir lui-même et ainsi disparaître. À l’heure où François Ruy-Vidal défend la “littérature en couleurs” et revendique d’avoir imprimé certains de ses livres sur du papier fluorescent, Jacques Rozier choisit l’épure d’un dessin à l’encre sépia pour cette histoire de disparition d’un homme en paix avec lui-même et avec le monde. L’album tranche d’ailleurs dans l’œuvre d’illustrateur de Rozier, bien connu des amateurs de folio comme des lecteurs enfantins, puisque le couple qu’il forme avec sa femme Monique Gandriault sera par la suite plus familier des couleurs fraîches ou acidulées de l’aquarelle ou des encres diluées. Jacques Rozier vient de mourir, mais personne n’oubliera son Monsieur Poméranie.

  Couverture 

Tous les enfants qui ont aimé M.Poméranie observent dans le ciel le cerf-volant lesté des souvenirs de l’homme bizarre qu’il était.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.