Un sociologue et mille poussins (1/3) : le sociologue

Cette série de 3 billets croise des réflexions inspirées par mon quotidien qui n’ont à première vue pas de rapport entre elles. Je vais pourtant essayer de montrer en quoi ces deux expériences s’articulent, pour moi et dans le cadre de la réflexion que j’essaie de conduire cette année. D’un côté, une émission de radio, à écouter en podcast, consacrée au sociologue Jean-Claude Chamboredon ; de l’autre, un atelier proposé à des enfants de petite section de maternelle par la danseuse et chorégraphe Anne-Laure Rouxel autour de l’album de Claude Ponti Mille secrets de poussins. Et puisque [plus] personne ne surveille la manière dont je construis ma réflexion (avantage d’être prof et pas étudiant), je vais faire exactement ce qu’on dit aux étudiants de ne pas faire lorsqu’ils essaient de rapprocher ou de comparer deux artefacts : je vais d’abord parler du podcast et de Chamboredon, puis de Danser les mille secrets de poussins, et seulement enfin, j’essaierai de dire pourquoi je me sens autorisée à rapprocher ces deux sujets. Premier épisode, donc.

Il y a quelques jours, j’ai écouté un épisode de l’émission de radio “Ça manque pas d’R”, une émission sur la recherche en éducation diffusée par la webradio de l’Institut Français d’Éducation (Ifé : Université de Lyon / ENS de Lyon). Chaque mois, l’animateur Sébastien Boudin réunit deux chercheurs en éducation autour d’une question actuelle. L’épisode 54, diffusé le 8 décembre et accessible en podcast, réunit deux sociologues, Stéphane Bonnéry et Julien Vitorès, pour évoquer la figure de Jean-Claude Chamboredon, notamment autour de son article fondateur “Le métier d’enfant” paru en 19731.

Je pense que tous les chercheurs en littérature jeunesse connaissent le nom de Chamboredon, parce qu’il est l’auteur, avec Jean-Louis Fabiani, d’un long article en deux parties, absolument fondateur, paru en 1977 dans les Actes de la recherche en sciences sociales et intitulé “Les albums pour enfants. Le champ de l’édition et les définitions sociales de l’enfance”2. L’article, devenu difficile à trouver, a été republié en 2020 dans la Revue des sciences sociales, dans le cadre d’un numéro consacré aux “Modèles d’enfance joués et déjoués” par ailleurs très intéressant. Cette invitation de Bonnéry et Vitorès fait suite à la parution, il y a quelques mois, d’un numéro entier de la Revue française de pédagogie, sous la houlette de Stéphane Bonnéry et Paul Pasquali, construit en hommage à Chamboredon décédé en mars 20203.

Pour ma part, je ne savais pas grand chose de Chamboredon : j’ai, comme beaucoup de non-sociologues, un usage “fonctionnel” de la sociologie, je la lis sans bien connaître son histoire ni ses tensions internes (on a le droit). Cette émission m’a donc beaucoup intéressée – c’est l’intérêt des émissions de radio et des podcasts, qu’on peut écouter en faisant autre chose… puis réécouter pour mieux s’imprégner.

Stéphane Bonnéry expose ainsi la manière dont le travail de Chamboredon, notamment à partir de l’article “Le métier d’enfant”, a invité la discipline à intégrer les modalités des apprentissages intellectuels au regard porté sur l’école. En effet, à rebours d’un courant de la sociologie qui aurait eu envie de voir l’école uniquement sous le prisme de la reproduction sociale, Chamboredon montre que l’école ne fait jamais “que” reproduire, ou “que” transmettre, elle fait toujours les deux à la fois. Il faut donc s’intéresser aux modalités de transmission des savoirs si on veut comprendre comment il se fait que, à l’école, tout le monde ne parvient pas à apprendre autant : transmission et sélection doivent se penser simultanément.

Chamboredon invite aussi à aborder la question de la socialisation enfantine à travers plusieurs milieux sociaux, en montrant leurs interrelations, par exemple l’école et la famille. On peut comprendre l’école à partir de ce qui se joue dans les familles, et réciproquement, comprendre les changements dans les familles à partir des évolutions de l’école : il y a une dynamique relationnelle et dialectique. C’est l’époque où on parle beaucoup, évidemment, du contrôle social exercé par les institutions (Foucault, élu au Collège de France en 1969, consacre ses séminaires à la “société punitive” et fera paraître Surveiller et punir en 1975), mais Chamboredon rappelle que les institutions ne font jamais que contrôler, elles contrôlent en vue d’un objectif précis : l’école s’efforce de normer les conduites enfantines pour transmettre des contenus intellectuels, de sorte que la sociologie se doit d’articuler la socialisation intellectuelle es enfants et leur socialisation comportementale.

Dans “Le métier d’enfant”, il étudie les transformations du regard sur l’enfant, à la fois dans les familles et dans l’école. Il y a, dit Chamboredon, dès la maternelle, une construction du “métier d’enfant”, par la mise en place de normes plus ou moins discrètes que l’institution invite l’enfant (et sa famille ) intégrer – on est 5 ans après mai 1968, et cette proposition est aux antipodes du discours ambiant sur la spontanéité de l’enfance ! Il ne s’agit évidemment pas de “dressage”, mais la norme est pourtant là, et pesante : l’enfant doit apprendre à être “lui-même”, il est à la maternelle pour “s’éveiller” par la créativité et les jeux, on attend ça de lui. Cette transformation de la conception de l’enfant qui émerge dans cette école maternelle des 30 glorieuses se fait jour aussi dans les familles, affectées par de nombreuses mutations, liées elles-mêmes à la transformation de la société (mobilité, urbanisation…). Les visions de l’enfant qui ont cours dans les familles de ces années 1970 sont en rupture avec les représentations traditionnelles ; elles font notamment une plus large place à la psychologie de l’enfant, qui est alors largement vulgarisée (Françoise Dolto fait des émissions de radio dès les années 1950).

Dans les nouvelles conceptions de l’enfant portées par l’école maternelle dans ces années, on valorise la liberté de l’enfant, son autonomie, son émancipation… Or ces pédagogies font peser un certain nombre d’attentes sur ce que l’enfant doit faire pour être libre, autonome, émancipé. En effet, si ces pédagogies reposent sur la conviction, inspirée des mouvements d’éducation dite “nouvelle”, que l’enfant est à l’école pour s’éveiller, et que cet éveil passe par le jeu libre, et par l’exploration autonome… Chamboredon montre qu’il s’agit en réalité d’une “libre exploration réglée” : il y a, implicitement, une bonne manière d’être libre, un bon usage de son appétit exploratoire, il faut que l’enfant exerce sa curiosité sur les bons objets et de la bonne manière, celle qui sera favorable à son développement éducatif. Contrairement, donc, au spontanéisme libertaire issu des ébullitions de 68, l’école qui se met alors en place, pour la prime enfance, repose sur beaucoup d’attendus, et met en place un certain nombre de cadrages, d’instruments de guidage, qui suppléent la relative discrétion de l’enseignant : puisque l’enfant est supposé apprendre directement de sa “libre” activité, des dispositifs font en sorte que cette liberté s’exerce dans des directions favorables aux apprentissages. C’est ce que Basil Bernstein, sociologue britannique avec lequel Chamboredon va collaborer, met lui aussi en évidence (voir à ce sujet le compte rendu du dernier ouvrage de Bernstein, Pédagogie, contrôle symbolique et identité, dans la Revue française de pédagogie).

Les sociologues en dialogue dans cette émission soulignent qu’en 1973, lorsque paraît cet article important, l’école reçoit des demandes contradictoires du corps social, des familles elles-mêmes. Parce que la société évolue, parce que les jeunes parents prennent de la distance avec les représentations de l’enfance qui avaient cours jusque là, la définition sociale de l’enfance est en cours de remodelage. Chamboredon montre justement que l’école est l’un des lieux où s’affrontent, dans de grandes tensions (qui sont peut-être encore plus fortes aujourd’hui), plusieurs définitions sociales de l’enfance, concurrentes les unes des autres. Or dans l’école maternelle remodelée de ces années 1970 commençantes, on a affaire au jeune enfant (3-5 ans), qui jusqu’aux années 1960 était prioritairement élevé dans les familles. C’est donc comme si cette “prime enfance” était une terre vierge, soustraite à l’influence des institutions traditionnelles (famille, église…), à propos de laquelle on pouvait inventer une nouvelle définition. Celle qui semble triompher à l’école maternelle, c’est l’image d’un enfant qui doit être éduqué par la culture humaine dans sa globalité. Et il est possible que cette représentation de l’enfant, du jeune enfant, ne soit pas, ni à l’époque ni aujourd’hui, celle qui a cours dans toutes les familles…

Stéphane Bonnéry insiste sur les “instruments de socialisation” : cet enfant qui doit s’éduquer par son “libre” rapport à la culture, rendu possible par sa présence à l’école maternelle, est en réalité guidé dans l’exercice de cette “liberté” par tout une série de dispositifs visant à assurer de l’efficacité de cette démarche. D’où la nécessité, pour la sociologie, de prêter une attention soutenue à ces instruments de socialisation – notamment le livre. Chamboredon y vient très vite, puisque 4 ans après “Le métier d’enfant” paraît le fameux article mettant en lien les politiques des éditeurs d’albums de l’époque avec une typologie de représentations sociales de l’enfance. Une grande partie des travaux de Bonnéry et son équipe poursuivent cette réflexion sur les albums, les représentations de l’enfance qu’ils sous-tendent, et les malentendus qui peuvent en découler autour de la scolarisation des tout-petits. Il faut absolument écouter ce que dit ici Stéphane Bonnéry, de 34 à 37 minutes.

Si cette émission me paraît si intéressante (et si des étudiants me lisent, qu’ils l’écoutent surtout !), c’est parce que les récents travaux de la sociologie de l’enfance rejoignent les travaux des sciences de l’éducation sur le constat d’une inégalité profonde des enfants devant les savoirs scolaires, et ce dès l’école maternelle. Comme l’un des grands enjeux de la maternelle est le langage, et la préparation de l’entrée dans l’écrit, le livre joue un rôle crucial dans toutes ces réflexions, en particulier dans la vaste enquête dirigée par Bernard Lahire, Enfances de classe, qui fait une place très importante, portrait après portrait, à la place du livre dans l’éducation de l’enfant, à l’école comme dans sa famille – je consacrerai un billet à cet ouvrage fondamental.

Or, au moment de sa sortie en 2019, l’ouvrage a fait l’objet d’une importante couverture médiatique, à laquelle Lahire s’est prêté lui-même. Dans une “capsule” diffusée par France culture, et abondamment relayée sur les réseaux sociaux, on a ainsi pu entendre le sociologue commenter l’engouement d’une certaine frange de la société pour les albums de Claude Ponti. Pauvre Ponti, embarqué bien malgré lui dans une querelle qui en fait l’icône d’un certain entre-soi culturel, excluant les enfants de catégories défavorisées !

J’aime énormément le travail de Stéphane Bonnéry, j’ai été passionnée par Enfances de classe, et je découvre avec un grand intérêt le travail de Jean-Claude Chamboredon. Je suis, par ailleurs, une spécialiste de l’album, et à cet égard, il me semble que Claude Ponti incarne l’excellence de cet art : il n’est pas ici question de mes goûts personnels, mais du constat que Claude Ponti a accompagné le développement de l’album depuis les années 1980 tout en apportant lui-même une forme d’achèvement extrême dans toutes ses réalisations, littéraires et esthétiques. Ce “haro sur Ponti” de la sociologie de la culture m’interroge donc en profondeur : Ponti est-il définitivement un auteur élitiste, ou pour l’élite ? Peut-on creuser cette réflexion, qui paraît peut-être un peu rugueuse à ce stade ? C’est ce qui va m’amener à parler maintenant du projet chorégraphique et éducatif d’Anne-Laure Rouxel, Danser les mille secrets de poussins. (à suivre donc !)

  1. Jean-Claude Chamboredon et Jean Prévot « Le “métier d’enfant”. Définition sociale de la prime enfance et fonctions différentielles de l’école maternelle », dans la Revue française de sociologie (Chamboredon & Prévot, [1973] 2015), article accessible sur Persée  []
  2. Jean-Claude Chamboredon et Jean-Louis Fabiani, « Les albums pour enfants. Le champ de l’édition et les définitions sociales de l’enfance », Actes de la recherche en Sciences sociales, 13‑14, 1977 []
  3. Le “métier d’enfant” » 50 ans après : penser l’éducation et la socialisation avec Jean-Claude Chamboredon, Revue française de pédagogie, 2022/4, n° 217 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cécile Boulaire (2 janvier 2024). Un sociologue et mille poussins (1/3) : le sociologue. Album '50' Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/veb2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.