Un sociologue et mille poussins (2/3) : les poussins

Dans le cadre de ce grand écart entre deux réflexions en cours, je saute d’une méditation sur Jean-Claude Chamboredon à un compte rendu d’expérience un peu brut.

Depuis plusieurs années, la danseuse et chorégraphe Anne-Laure Rouxel propose aux écoles maternelles un ensemble d’interventions artistiques construit autour d’un album de Claude Ponti, Mille secrets de poussins, paru en 20051. Le projet est né d’une forme d’effarement : de très jeunes enfants, à l’âge de l’entrée à l’école, semblaient ces derniers temps avoir perdu le contact avec le monde qui les entoure (environnements, objets, relations, corps) – sous l’influence probable et conjuguée de l’usage envahissant des écrans, de la crise économique qui fragilise familles et individus, et sans doute bien sûr de la crise sanitaire. Anne-Laure Rouxel souhaitait, depuis sa position de danseuse, proposer une expérience de réconciliation des tout-petits : avec leurs corps et le corps des autres, avec le rythme, la musique, l’espace et le monde environnant, avec l’imaginaire et le livre. Ce qui m’a séduite dans ce projet, c’est cette affirmation toute simple que le corps et la danse, c’était tout à fait compatible avec le contact du livre et le développement d’un imaginaire langagier autour de ce livre. Ça recoupe évidemment mes convictions du moment2, autour de la corporéité du rapport à la littérature – chez les bébés, bien sûr, mais à mon avis, bien au-delà de l’enfance aussi. Voici ce que dit la “note d’intention” du projet Danser mille secrets de poussins :

“Danser mille secrets de poussins a pour objectif d’éveiller les très jeunes enfants au plaisir du monde des livres, des interactions langagières, de la pratique de la danse, de l’écoute de la musique… Explorer le livre, parler, écouter. Apprendre par cœur des phrases et les danser. S’exprimer à partir du livre et créer. S’enrichir d’une expérience artistique qui stimule la sensibilité, l’intuition, l’imagination, les sens et le discours symbolique.
À travers ces ateliers tous les mécanismes fondamentaux essentiels au développement de l’enfant sont éveillés : le système cérébral empathique et affectif, les habiletés sensorimotrices, l’attention soutenue et la mémoire, la créativité et l’imaginaire, le système cognitif et le langage… et le plaisir de s’ouvrir à la richesse des livres dès le plus jeune âge.
Cette transmission pluri-disciplinaire (danse, musique, livre) permet de partager une expérience artistique, socio-émotionnelle, intersubjective qui invite à l’émancipation de chacun, petits et grands, à sa façon.”

Compagnie du Cincle plongeur

Dans les semaines qui ont précédé Noël, j’ai eu la chance d’assister à deux séances, dans deux écoles différentes, chacune accueillant des enfants de quartiers populaires, scolarisés en petite section, toute petite section ou classe passerelle. Dans la première école, les enfants vivaient leur 6e et dernière séance d’atelier, et leurs parents étaient invités à y participer, pour découvrir ce qu’avaient expérimenté leurs enfants. Dans la seconde école, c’était la première rencontre avec le projet.

J’ai été très impressionnée. Par la qualité générale du projet, d’abord : loin d’instrumentaliser l’album de Claude Ponti (et Dieu sait pourtant que je ne suis pas gênée par le concept “d’instrumentalisation” des albums, comme je m’en expliquerai prochainement), l’atelier Danser mille secrets de poussins propose aux élèves de s’immerger dans sa douce folie, à leur rythme, celui de très jeunes enfants pour qui beaucoup de choses sont nouvelles – parler, se plier aux règle du collectif, lire des livres, danser.

Impressionnée aussi par la remarquable qualité de la production : les 9 “chemins dansés” sont tous accompagnés d’une musique originale créée par le percussionniste et compositeur Joël Grare, et dès que la musique emplit la salle dans laquelle se tiennent les ateliers, la qualité de l’attention des enfants se modifie. Lors de la phase de création de l’atelier, de janvier 2021 à octobre 2022, le musicien s’est immergé, avec la danseuse, dans 16 classes de 6 écoles des quartiers prioritaires de Tours, et on sent cette attention détaillée à ce qui porte, apaise ou au contraire stimule des enfants de 2 à 4 ans, mais toujours dans une grande musicalité.

Impressionnée par l’engagement des enfants dans la danse, dans l’imaginaire porté par l’album, dans les propositions que leur fait Anne-Laure Rouxel pour interpréter, toujours à leur hauteur, mais toujours avec ambition, les actions des poussins imaginés par Ponti. Lorsque les enfants se préparent pour la “course avec freinage fou devant Marguerote”, leur posture tendue, bras levés, élancés, et leur expression faciale, qui doit évoquer le large sourire de Marguerote, les transforment : ils rayonnent… et tout de suite après les voilà partis à fond à travers la salle, pour immédiatement s’immobiliser dans des postures de “freinage fou” devant l’image de la fleur. Ça pourrait (ça devrait) être le bazar intégral. Mais quand Anne-Laure les invite à se remettre en position, c’est avec la même énergie rayonnante qu’ils retrouvent leur place et leur posture, comme si ce ballet réglé leur permettait de libérer, de manière condensée, concentrée, des énergies et des émotions innombrables.

Et puis, il y a le moment de la contemplation du livre… Quand on a bien dansé, bien exploré les aventures des poussins, on fait une ronde, chacun s’assied en tailleur et reçoit son livre, pour un moment intime de lecture. Les adultes font le tour, distribuant à chacun son exemplaire de l’album, qui porte au dos la photo et le nom de l’enfant. Et puis on lit : à plat ventre par terre ; à plat dos, les jambes en l’air ; assis, couché, avec le voisin. Le silence qui s’installe alors est extraordinaire. Parce que ce sont de très, très jeunes enfants, parce qu’ils sont nombreux, parce qu’on a beaucoup dansé et qu’il y a encore de l’énergie motrice dans l’air. Et pourtant, chacun plonge dans le livre avec une attention singulière, méticuleuse, intime, retrouve les épisodes dansés, pointe un nouveau poussin, reconnaît Blaise, commente avec ses (rares) mots, montre au voisin, revient sur ses pages, feuillette à la recherche d’un détail.

Photographies extraites du dossier de présentation du projet. (c) Compagnie Cincle plongeur

Dans la seconde école, celle où les enfants découvraient le projet, j’ai été particulièrement bouleversée par ce moment. C’était la seconde classe de la matinée, en réalité deux demi-classes, donc des enfants qui ne passent pas toute la journée ensemble. Les adultes étaient nombreux : enseignante, Atsem, et deux AESH accompagnant deux petites filles. Malgré cette présence importante, quelques enfants, découvrant l’activité pour la première fois, montraient une grande agitation, peinant parfois à modérer leur motricité exubérante – nous allions apprendre plus tard que certains arrivaient tout juste d’un pays en guerre, profondément troublés, aucun ne parlait, quelques-uns ne semblait pas du tout comprendre le français. Les parties dansées et les transitions, dans une grande salle trop peu contenantes, avaient laissé à certains de ces jeunes enfants un peu trop d’espace pour se livrer à une énergie tourbillonnante et effrénée, et le moment de ronde et de retour en position assise les saisissait en pleine course. Petit à petit, les adultes présents ont pu approcher chacun de ces enfants, les accompagner vers l’apaisement.

Un petit garçon très maigre en survêtement rouge, hilare et tonique, tournait autour de moi en me provoquant, et paraissait vouloir se laisser attraper – mais certainement pas se rendre sans résister ! Je le saisis par le bras, lui chuchote à l’oreille que maintenant, il faut s’asseoir, on va recevoir les livres, que tous les autres copains sont assis… Il m’écoute, mais refuse de s’asseoir, continue à faire comme s’il allait repartir en courant, alors même qu’il sent que je le tiens fermement par le bras. Finalement, il se laisse tomber sur mes jambes. Il est donc presque assis sur moi, je le tiens toujours, nous regardons ensemble les maîtresses qui font le tour et donnent à chaque enfant le livre préparé pour lui. Le petit garçon a cessé de chercher à s’échapper : il est intrigué par le manège en cours. Je ne cesse de lui parler, pour l’apaiser : je lui dis qu’il doit rester assis, parce que c’est le moment où chacun reçoit son livre, qu’il y en a un pour lui, son nom sera dessus, et sa photo aussi. Je crois qu’il me comprend. En tout cas, la tension intense qui agite son corps a changé de nature : il est tendu vers les livres, et à intervalles réguliers, il arque son corps, dresse la main en avant, et ouvre et ferme la main de manière frénétique, dans un geste qui signifie explicitement “donne ! moi aussi !”. Je pense alors au très beau livre de Wilfrid Lignier, Prendre, Naissance d’une pratique sociale élémentaire, dans lequel le sociologue, immergé en crèche, montre à quel point ce geste élémentaire est très tôt marqué socialement, et combien les enfants qui n’ont rien – enfants migrants, enfants élevés en hôtel social – sont prompts à s’emparer des objets, même ceux autour desquels il y a un consensus pour dire qu’ils sont “à quelqu’un” (une tétine, un doudou) : pour ces enfants qui n’ont rien en propre, la prise, même précaire et provisoire, est toujours préférée, parce qu’on ne sait pas de quoi l’avenir sera fait…

Les maîtresses continuent le tour de la ronde et la distribution des albums, je continue à susurrer à l’oreille de mon petit compagnon qu’il ne doit pas s’en faire parce qu’un livre l’attend, avec son nom écrit dessus, et que ce livre sera à lui, rien qu’à lui. Il reste tendu. Et soudain, sa maîtresse se penche, lui donne “son” livre, tandis qu’Anne-Laure rappelle qu’en recevant son livre, on le serre contre la poitrine pour lui faire un gros câlin. Le petit garçon s’est emparé du livre, il le serre fort, puis le brandit, et je lui montre, en quatrième de couverture, que la maîtresse a écrit son nom en grandes capitales, juste au-dessus de sa photo. Il voit l’image, colle son œil dessus, repousse le livre, pointe la photo, me la montre, je lui confirme en riant que c’est bien comme je lui avais dit : ce livre est à lui, pour toujours. Il me regarde, incrédule, serre le livre une nouvelle fois, repointe sa photo à mon intention, puis ouvre le livre et se plonge dedans. Et là, alors qu’il est toujours posé au-dessus de mes genoux repliés, je sens soudain toute la tension abandonner son petit corps maigre, et la prise que j’avais sur lui, alors qu’il cherchait à repartir en courant, fait autour de lui comme un cocon : il est en fait sur mes genoux, ou plus précisément encore dans mon giron, comme un très petit enfant, lové, et c’est là, le corps complètement détendu, apaisé, qu’il se met à lire son livre. Passe un petit moment. Anne-Laure suggère qu’on se mette maintenant à plat ventre, pour lire dans le livre posé au sol, et mon petit bonhomme s’allonge devant lui. Puis on nous invite à nous retourner sur le dos, et le voici qui scrute les pages ouvertes au-dessus de son visage, les jambes en mouvement, mais concentré, détendu, tout à sa lecture. La fin de la séance ne le reverra plus traverser la salle en courant, hilare et tendu : il est complètement à ce qu’il vit, se plie à la “marche lente” au son des musiques de Joël Grare, et même le petit moment de désorganisation qui prélude au retour en classe ne parvient pas à dissiper sa concentration.

J’ai été très émue par ce moment. Non pas seulement parce qu’un petit garçon agité, perturbé par des événements bien trop durs pour lui, vivait un moment de plaisir et d’apaisement. Mais parce que ce petit miracle n’en était en réalité pas un. Il n’entrait aucun hasard dans la découverte, par cet enfant, du plaisir qu’il y a à recevoir en propre un livre qui est pour soi seul. Pas de hasard dans la variation des intensités au cours de la matinée partagée. Pas de hasard dans l’atmosphère musicale qui rendait possible ce passage d’une activité fébrile à l’apaisement, au recueillement. Pas de hasard dans les consignes de “danse” avec le livre, reprises peut-être de la Reading Dance de Remy Charlip, qui libèrent l’enfant de la contrainte corporelle liée à la position classique de la lecture, et lui permettent de s’approprier l’objet et son imaginaire en ne séparant jamais le plaisir intellectuel du plaisir du corps. Ce qui m’a émue, en fait, c’est la finesse et la méticuleuse perfection de cet atelier, monté par d’authentiques artistes, authentiquement préoccupés du développement harmonieux de l’enfant. Si le petit garçon au survêtement rouge a pu laisser un instant ses démons en repos, s’il a plongé avec abandon dans les images profuses de Claude Ponti, s’il a pu suivre avec engagement la fin de la séance de danse-de-mille-poussins, c’est parce que tout l’y amenait. Danser les mille poussins conduit les enfants, par le corps et le mouvement, à la lecture exigeante et plaisante d’une littérature que d’aucuns considèrent comme “élitiste”. Ce n’est pas rien.

Tout ça va me mener, dans un troisième billet à venir, à mettre en lien ces deux observations de séances de danse avec ce que m’a inspiré la lecture de Chamboredon. À suivre…

En attendant, on peut aussi approfondir les réflexions d’Anne-Laure Rouxel sur la danse et le jeune enfant, par exemple en regardant le site internet de la compagnie Cincle Plongeur – en attendant le site internet dédié à Danser mille secrets de poussins qui sera disponible en mars 2024. Pour ceux à qui j’aurais mis l’eau à la bouche, il est possible de faire venir l’atelier dans son école si on est en région tourangelle, ou à Orléans, ou à Paris, car plusieurs danseurs sont formés pour l’animer.

  1. Claude Ponti, Mille secrets de poussins, Paris, l’École des loisirs, 2005. []
  2. « Rythm and Musicality in baby books », Children’s Literature in Education, Volume 54, issue 3, September 2023 (DOI: 10.1007/s10583-023-09528-w) [https://rdcu.be/c749g] / “Rythme et musicalité des albums pour bébés”, traduction française [https://rdcu.be/dq7l2] []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cécile Boulaire (5 janvier 2024). Un sociologue et mille poussins (2/3) : les poussins. Album '50' Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vfmz


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.