Les magazines Bayard presse comme “matrice” d’une certaine littérature jeunesse : dialogue avec Nicolas Labarre

Mon collègue Nicolas Labarre publie depuis quelques jours, sur son carnet de recherches Picturing it !, des billets consacrés au magazine Je bouquine du groupe Bayard Presse. Le premier abordait un récit entier dans lequel apparaît l’univers de Dragon Ball Z, un univers manga encore mal acculturé chez les éducateurs de l’époque, et dont le processus de légitimation n’était pas véritablement entamé. Le second, intitulé “Je Bouquine et l’invention de la littérature adolescente” rend compte d’un long dialogue avec Marie-Aude Murail, auteure de cette fiction, qui revient plus largement sur le contexte de publication dans les magazines du groupe Bayard à cette époque. Cette question m’intéresse beaucoup, d’autant que nous sommes nombreux à attendre avec gourmandise la parution du volume De la Bonne Presse à Bayard, 150 ans d’histoire, issu du grand colloque organisé par le groupe Bayard pour son 150e anniversaire, et dont la parution est imminente.

Les réflexions développées par Marie-Aude Murail dans cet entretien avec Nicolas Labarre me font penser à une petite enquête que j’avais entamée il y a plusieurs années, pour un cours de licence (3e année) dans lequel je proposais à mes étudiants d’étudier Les Larmes de l’assassin d’Anne-Laure Bondoux. Parce que j’ai fait pas mal d’histoire de l’édition, il me paraît toujours important de replacer un livre pour enfants dans son contexte éditorial. En l’occurrence ici, j’avais envie de voir d’où venait Anne-Laure Bondoux au moment où elle écrit ce roman, que je trouve remarquable. Ce que cette contextualisation montrait recoupe ce que Nicolas conclut, avec Marie-Aude Murail : les magazines du groupe Bayard, dans les années 1990 (mais ça mériterait évidemment d’être creusé pour voir si ça n’a pas toujours été le cas) forment une matrice pour l’écriture adressée à la jeunesse. On aurait tort, si on cherche à comprendre comment se structure la littérature destinée aux adolescents, de n’étudier que les romans parus en volumes, chez des éditeurs de livres  : beaucoup se joue dans la presse… comme au XIXe siècle en littérature générale !

Anne-Laure Bondoux affiche alors un profil assez classique pour un(e) écrivain(e) contemporain(e) pour la jeunesse : des études de Lettres, une pratique littéraire disparate (ateliers d’écriture avec des enfants, pratique du théâtre, écriture de chansons) qui mène à l’entrée au groupe Bayard, en 1996. D’abord à J’aime lire, puis dans le nouveau magazine lancé en 1998, [J’aime lire] Maximum (devenu DLire puis J’aime lire max), destiné aux 9-13 ans.

n°0 – La Malédiction des cinq soleils, John Silverside, trad. Anne-Laure Bondoux, Ill. Bruno Pilorget – oct. 1997

Il y a une notice très complète consacrée au magazine Maximum, signée de « Cirroco Jones », sur le forum BDFI en 2012.

Le n°0 du magazine, lancé comme pilote en 1997, offre comme récit complet un roman attribué à « John Silverside ». C’est la moment où triomphe la collection « Chair de poule » de Robert Lawrence Stine (dit « le Stephen King des enfants ») chez Bayard. La série d’origine, « Goosebumps » paraît entre 1992 et 1997, et elle est traduite sous le titre « Chair de poule » de 1995 à 2001. Plus de 400 millions de titres en sont vendus dans le monde, ce qui en fait probablement l’une des séries pour la jeunesse les plus vendues au monde. La mode est donc aux romans d’aventures et à l’horreur, ainsi qu’aux auteurs « américains ».  Bondoux scénarise aussi une BD « à suivre » qui est publié dans les n° 1 à 11, Les Aventures de John Silverside, sorte d’Indiana Jones pour enfants.

Quand le magazine est « véritablement » lancé (le pilote d’octobre 1997 n’avait pas donné lieu à un second numéro), le récit est cette fois attribué à Anne-Laure Bondoux, qui en écrit alors d’autres pour le magazine :

1 – La Malédiction des cinq soleils, Anne-Laure Bondoux, Ill. Bruno Pilorget – juil. août 1998. Voilà quelques descriptions de cette fiction qu’on peut trouver en ligne : “Luke a vu cent fois “Du sang chez les Aztèques”, son film fétiche. Mais le jour où il se trouve nez à nez avec la statue de la déesse Ixtab, ce n’est plus du cinéma…” ou encore “Luke n’aurait jamais dû croiser le regard de la statuette aztèque! Maintenant sa vie est en danger…” (avec même la liste des thèmes : Aventure extraordinaire, Peuple disparu, Aztèque, Amérique du Sud)

3 – L’ Île des ténèbres, Anne-Laure Bondoux, Ill. Emmanuel Moynot – nov. 1998. “Swelali ne croit pas aux pouvoirs des sorciers d’Afrique. Pourtant le talisman d’un marabout va l’entraîner dans une effrayante aventure là-bas, à Zanzibar… (Fantastique, Magie africaine, Zanzibar)

4 – Le Fantôme de l’architecte, Anne-Laure Bondoux, Ill. Emmanuel Guibert – déc. 1998 jan. 1999. “Scott débarque à Londres chez son oncle. A cause d’une vieille clé, il va revivre les crimes effroyables qui ensanglantèrent la ville au siècle dernier. (Fantastique, voyage temporel, fantôme, Jack l’éventreur, Grande-Bretagne)

16 – La Nuit Des Albatros,  Anne-Laure Bondoux, Ill. Gabrion – jan. 2000. “Shannon a vécu un drame terrible à bord du bateau de son père. Depuis, il ne va plus à l’école. Il est “hanté” par Mac Logan, un marin fou… mort depuis vingt ans.” (Fantastique, malédiction, fantôme, folie et mutilation (aveugle), Irlande)

Il s’agit clairement d’une écriture qui doit se couler dans les critères de la « littérature de genre » : aventure ; inscription dans un lieu chargé sur le plan imaginaire (Amérique du Sud des Aztèques ; imaginaire colonial de Zanzibar ; Angleterre de Jack L’éventreur ; Irlande des fantômes) ; actions fortes (danger de mort, talisman, malédictions, crimes, revenants…).

Anne-Laure Bondoux publie alors dans J’aime lire, destiné aux plus jeunes, entre 2001 et 2004 :

Les Bottes de Grand-Chemin, illustrations Émile Bravo, dans J’aime lire, no 292 – Bayard Jeunesse, 2001 – réédité en Bayard poche / J’aime lire 2004.

Mon amie d’Amérique, illustrations Nicolas Wintz, dans J’aime lire, no 310 – Bayard Jeunesse, 2002 – réédité en Bayard poche / J’aime lire 2005.

La Voleuse de Noël, illustrations Pénélope Paicheler, dans J’aime lire, no 335 – Bayard Jeunesse, 2004.

Puis dans Astrapi et dans la collection « Belles histoires » en 2003, dans Mes premiers J’aime lire en 2005 :

  • Vertiges de l’amour, dans Astrapi, no 581 – Bayard jeunesse, 2003.
  • Le Prince Nino à la Maternouille, illustrations Roser Capdevilla – Bayard jeunesse, coll. Bayard poche / Les Belles histoires, 2003.
  • Le Croquemitaine, illustrations de Serge Bloch, dans Mes Premiers J’aime lire, no 25, Bayard Jeunesse, 2005.

Autrement dit, Bondoux a une première activité d’écriture au sein d’une maison de presse, spécialisée dans les fictions complètes, avec un haut standard qualitatif et moral, et une politique de « chaînage » des titres par tranche d’âge très précise. Son démarrage vise des pré-adolescents, avec un registre d’écriture « de genre » très marqué, puis, bizarrement, on semble la cantonner à l’écriture adressée aux plus petits.

En parallèle, elle démarre une carrière hors de la presse, avec Qu’est-ce que tu vas faire de toi ? chez Nathan et Noémie superstar chez Syros en 2000.

Mais ses autres titres restent chez Bayard, où elle devient « pleinement romancière » à partir de 2001 avec Le Destin de Linus Hoppe paru en 2001 dans la collection « Les littéraires », et Le peuple des rats. On reste dans la littérature de genre, SF pour Linus Hoppe et fantasy pour Le peuple des rats :

  • Le Destin de Linus Hoppe,  Bayard Jeunesse, coll. Les Littéraires, 2001 / La Seconde Vie de Linus Hoppe – Bayard jeunesse, coll. Les littéraires, 2002.
  • Le Peuple des rats. 1 : La Grande menace, Bayard Jeunesse, coll.Les mondes imaginaires, 2001 / 2 : Au cœur de la tourmente, 2002 / 3 : La tribu des forêts, 2002.

C’est à ce moment précis qu’elle va faire paraître Les Larmes de l’assassin, dans la collection « Millézime » qui vient d’être créée, justement en 2003, et justement pour les adolescents. C’est la période phare pour le lancement de collections pour adolescents : tous les éditeurs s’y mettent !

Le roman a tout de suite une bonne réception critique : prix Sorcières, prix Ados de la ville de Rennes, prix des Lecteurs en Seine, prix Sésame… Le CNLJ le classe en salle au sein de sa « bibliothèque idéale ».

Il y aurait plein de choses à dire sur ce roman, qui me paraît intéressant dans tous ses aspects. Je n’en retiens qu’un ici. Les Larmes de l’assassin me paraît un texte qui fait passer Anne-Laure Bondoux du statut de « productrice de textes pour enfants calibrés pour la presse  », puis “auteure de SF et fantasy” à « écrivaine ». Il y a sans doute un effet d’aubaine : le moment est à l’expansion des collections pour ados, alors qu’auparavant elles restaient des “niches” très étroites1. Mais je crois plus profondément qu’il faut aller regarder en amont de ce roman, et pas en aval : qu’est-ce qui se construit dans le “laboratoire” que constituent les titres de presse de Bayard, qui va permettre à Anne-Laure Bondoux de s’émanciper d’un statut un peu anonyme de “productrice” (la première fois, elle est dissimulée sous un pseudo faussement américain !) et accéder à la dignité d’auteure – sur son propre site, elle évoque avec une fierté sa promotion au grade de chevalier des Arts et des Lettres en 2017 :

Sur la photo, cheminée, moulures, parquet Versailles : pas de doute, on est bien dans le 7e, dans le Saint des Saints de la littérature légitime, j’ai nommé la maison Gallimard. Comment “John Silverside” devient une écrivaine reconnue, à qui l’on remet une médaille de Chevalier des arts et des lettres au sein d’une prestigieuse maison de littérature légitime ? Quelque chose s’est patiemment construit, qui ne jaillit pas de rien en 2003 avec Les Larmes de l’assassin, mais qui s’élabore sans doute progressivement dans les années de travail plus souterrain au sein de Bayard Presse. C’est ça qu’il serait intéressant de creuser !

En conclusion : étudions les magazines de Bayard presse…



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 21 décembre). Les magazines Bayard presse comme “matrice” d’une certaine littérature jeunesse : dialogue avec Nicolas Labarre. Album '50' Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veb1

  1. voir par exemple Eléonore Hamaide-Jager, « La collection « Page Blanche » chez Gallimard », Strenæ [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 18 novembre 2012, consulté le 21 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/strenae/831 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.