Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? #1

J’entame avec ce billet une série qui promet d’être assez longue. Mon objectif, alors que je suis désormais en “délégation CNRS” (c’est-à-dire en congé pour recherches) depuis presque 5 mois, c’est de rédiger un copieux bilan d’étape des lectures que nous faisons en néonatologie, avec l’association Livre passerelle et la BM de Tours, dans le cadre du projet ‘Lisons aux nourrissons‘. On peut considérer ce billet, et ceux de la même série qui vont se succéder, comme le brouillon d’un livre en train de se construire. Aujourd’hui, le début du début…

Un collègue me demandait récemment pour quelle raison, alors que je suis maîtresse de conférences en littérature, rattachée à un département de littérature française et ‘qualifiée’ aussi en littérature comparée, je m’intéressais aux bébés prématurés. J’ai dû lui répondre qu’à vrai dire, je ne m’intéressais pas vraiment aux bébés prématurés, même si depuis trois ans je passe beaucoup de temps à leur lire des histoires, et quasi tout mon temps de recherches à réfléchir sur ce que ça peut bien leur faire. Pour comprendre cet intérêt, peut-être étrange pour une chercheuse en lettres, il faut prendre un peu de recul.

Je suis universitaire depuis un peu plus de vingt ans, et j’enseigne dans une faculté de lettres. En parallèle, depuis aussi longtemps, je suis membre du conseil d’administration d’une association d’éducation populaire tourangelle, Livre passerelle. Celle-ci, sur le modèle de l’association ACCES fondée par les psychiatres René Diatkine, Tony Lainé et Marie Bonnafé en 1982, s’efforce de lutter contre l’illettrisme en utilisant l’album pour enfants. Le principe de ses actions, c’est de lire des histoires avec des enfants et leurs parents, dans des lieux où on n’attend pas forcément la culture écrite ni les histoires. Derrière cette modalité d’action, il y a l’espoir que le partage du plaisir autour de ces histoires aidera les familles à surmonter réticences et expériences négatives (autour du livre, de l’écrit, de l’école), donnera le goût du partage d’histoires et de paroles, et entraînera peu à peu, et avec le concours d’autres institutions, associations et collectifs variés, vers des pratiques culturelles favorables à la littératie.

Dans le cadre universitaire, mes recherches, en vingt ans, ont eu pour axe principal l’histoire de l’édition pour la jeunesse du XIXe au XXIe siècle (Boulaire, 2003, 2010, 2012), et en particulier l’album (Boulaire, 2016, 2018). Or au bout de vingt années d’enseignement, de recherche et de vie militante, j’ai ressenti le besoin de m’écarter un peu des démarches que j’avais déployées jusque-là, et qui consistaient à porter sur les livres pour enfants un regard distancié, notamment par l’écart temporel. J’avais le désir, au contraire, de rapprocher mes compétences scientifiques de mes engagements citoyens, et d’ouvrir un nouveau terrain de recherches qui me permettrait de faire coïncider l’exigence de la recherche scientifique et les besoins du travail de terrain.

Le contexte était notamment celui de la difficulté croissante qu’ont les associations d’éducation populaire à pérenniser leurs actions, du fait du déploiement de la logique du financement par projet. Ce dernier, obsédé par la question de l’innovation, tend à privilégier des actions « nouvelles » et des chantiers « innovants » alors même qu’on sait avec certitude que dans le cadre de l’action culturelle et éducative, seul le temps long permet des résultats sensibles. Pour convaincre les financeurs de soutenir les actions associatives au-delà de la durée d’un appel à projet annuel, il fallait pouvoir produire une analyse approfondie des contextes d’actions, des modalités d’interventions choisies par l’association, et des résultats obtenus. Je souhaitais pouvoir explorer, avec Livre passerelle, un terrain qui serait neuf – neuf pour les lectrices de l’association, qui ne devraient y avoir aucune expérience préalable ; neuf pour la recherche, en tout cas concernant le domaine français. La rencontre, en 2018, de l’orthophoniste du service de néonatologie du CHU de Tours, lors d’une soutenance à l’école d’orthophonie où j’enseignais, a créé le contexte que nous recherchions.

(c) Marie Pétry

Depuis trois ans, une matinée par semaine, trois lectrices professionnelles viennent lire des albums à des bébés et à leurs parents au sein de ce service de néonatologie du CHU de Tours, dans le cadre d’un projet intitulé ‘Lisons aux nourrissons’. ­Lire des histoires à des enfants si petits ne va pas de soi et il arrive régulièrement qu’on nous en demande le sens : « mais enfin, ils ne comprennent pas, alors ?… » Dans ce texte, je présenterai dans un premier temps les raisons scientifiques qui nous font penser que cette pratique est pleinement rationnelle, puis j’exposerai les résultats de cette action, avant de développer les points sur lesquels des recherches complémentaires devraient être entreprises.

(à suivre…)

L’image d’en-tête de ce billet, comme des autres billets de cette série, a été empruntée sur un site qui promeut la pratique de la lecture en unité néonatale. Ici c’est au NICU Veteran Parents at the Health Sciences Centre Winnipeg (HSC), Manitoba, Canada.



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2024, 23 janvier). Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? #1. Album '50' Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnqz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.