#5 Lire aux bébés en unité néonatale (1/2)

Pour ce 5e épisode de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ?, je vais enfin aborder la question des lectures en néonatologie. C’est logique : on s’est d’abord intéressé à l’intérêt de proposer des actions centrées sur la famille, puis on a découvert les effets que produisait la musique sur parents et bébés, et de là, on a affiné les connaissances sur les effets de la voix (chantée, parlée). Or la lecture est une intervention facile à monter, elle est centrée sur la famille, elle fait usage de la voix parlée, et en particulier celle des parents. Dons le monde n’a pas attendu notre programme “Lisons aux nourrissons” pour proposer des lectures d’albums aux bébés prématurés. Petit passage en revue de ce qu’on en dit ici ou là – en fait, surtout aux USA.

Si l’idée (saugrenue) de lire des histoires à des bébés prématurés apparaît dès le début des années 2000 dans une courte publication de la revue Neonatal Network (avec un titre un peu provocateur, à la mesure de l’incongruité de la proposition : « “Womb” literacy: reading to infants in the NICU » ; Jones & Englestad, 2004), il faut plutôt attendre les années 2010 pour voir apparaître des articles scientifiques sur le sujet.

Pour comprendre cette apparition, tardive mais assez argumentée, de programmes de lecture à des bébés prématurés, il faut avoir en tête le contexte. Comme j’ai tenté de le montrer dans un billet de blog ici même, un consensus international émerge dans les années 1980, à partir des États-Unis, des pays anglophones, puis plus largement en Europe, en faveur d’une exposition très précoce des bébés à la lecture, s’appuyant notamment sur le corps médical et les soins pédiatriques de routine. Il s’agit, dans ce cadre, de prévenir des retards de langage et des fragilités cognitives qui à leur tour produiraient des difficultés d’insertion scolaire, menant in fine à la reproduction de situations de relégation sociale. Le programme américain Reach Out and Read, né à Boston en 1989, constitue le modèle de ces dispositifs d’intervention, décliné sous des versions un peu différentes au gré des particularismes nationaux. Rapidement accompagné de publications scientifiques visant à en mesurer les effets réels, le programme est globalement centré sur les acquisitions langagières, dont la littérature prouve rapidement l’étroite corrélation avec le nombre d’histoires entendues dans la petite enfance (j’en ai parlé ici aussi).

Janine Niepce, La lecture de Tintin par mon père et mon fils, Rully (BnF)

Un élargissement des disciplines intéressées par ces questions (pédiatrie, sciences du langage, sciences cognitives, psychologie du développement, psychiatrie, travail social, sciences de l’éducation…) permet au fil des décennies d’affiner la connaissance concernant les modalités de lecture les plus bénéfiques aux acquisitions langagières des jeunes enfants, ainsi que les contextes d’acceptabilité  de ces démarches par les familles – de catégories sociales défavorisées, de provenance ethnico-linguistique minorisée. Des programmes se mettent en place au sein du système médical, depuis les consultations pédiatriques de routine jusqu’aux services pédiatriques hospitaliers. Curieusement, les travaux scientifiques consacrés à ces programmes s’intéressent assez rarement au contenu des livres – et quoi qu’il en soit, ce n’est jamais sous un angle littéraire qu’ils sont examinés, comme je l’ai montré ici encore, ce qui peut paraître paradoxal lorsque, dans le même temps, le mouvement de légitimation des livres destinés aux enfants aboutit à la généralisation de l’expression « littérature jeunesse » (children’s literature) pour désigner cette production.

Ainsi, lorsqu’on commence à suggérer qu’il pourrait être utile de lire des histoires à des bébés prématurés au sein même des services de néonatologie, on peut s’appuyer sur une littérature abondante ayant d’ores et déjà apporté les preuves des effets positifs du partage de lecture avec de très jeunes enfants sur leurs compétences linguistiques et cognitives à court, moyen et long terme. La logique est la suivante : puisqu’il est prouvé que le partage de lectures avec les bébés les aide à développer leurs compétences langagières, et que d’un autre côté on sait que les bébés prématurés présentent plus de risques de développer des retards de langage (Rand & Lahav, 2014), alors des interventions précoces reposant sur le partage de lecture avec des bébés prématurés pourraient être de nature à prévenir l’apparition de ces difficultés d’acquisition du langage.

Séance de lecture partagée à la PMI du Sanitas à Tours avec l’association Livre Passerelle (37)
© Louise Oligny – Agence quand les livres relient / lirealepmi.fr

D’abord le lien…

Pourtant, dans un premier temps, les articles évoquant ces programmes de lecture ne mettent pas en avant la question du développement du langage : c’est bien davantage, à très court terme, la qualité du lien entre les parents et leur bébé qu’on cherche ainsi à améliorer. L’étude pionnière de Larivière et Rennick, à l’hôpital pédiatrique de Québec, souvent citée parce qu’elle est ancienne, repose simplement sur des questionnaires adressés aux parents avant puis après l’introduction d’un programme de lecture dans le service (Lariviere & Rennick, 2011). 69% des parents ayant bénéficié des lectures ont déclaré que la lecture les aidait à se sentir plus proches de leur bébé, et 86 % ont déclaré qu’elle était agréable. Les parents ont fait état d’un sentiment accru de contrôle et de normalité, ainsi que d’une plus grande intimité avec leur enfant. On leur demandait aussi s’ils continuaient à lire à leur bébé trois mois après la sortie de l’unité : 55% d’entre eux déclaraient lire plus de 3 fois par semaine à leur bébé – exactement le double des parents n’ayant pas rencontré l’opération au cours de leur séjour en néonatologie. On le voit à travers l’esprit de cette étude pionnière : l’objectif de cette opération est mixte, il vise à la fois à vivifier le lien parent-enfant au moment de l’hospitalisation, en créant le prétexte à une interaction langagière, et à la fois à créer des habitudes familiales de littératie précoce, dont on a tout lieu de penser qu’elles seront favorables au développement ultérieur des bébés.

Les conclusions apportées par Biasini et ses collègues de Bologne en 2015 vont exactement dans le même sens (Biasini et al., 2015 ; Neri et al., 2021) : on a prêté un album aux parents de bébés prématurés dès la naissance, en leur recommandant de lui en faire la lecture aussi souvent qu’ils le penseraient possible ; et on le leur a ensuite donné au retour à la maison. Les parents ont ensuite fait l’objet d’un questionnaire (entre 6 et 12 mois après la sortie de l’enfant), et le bébé a été testé à 18 mois sur le plan auditif et langagier (Griffiths Mental Development Scale). Les conclusions sont les mêmes : l’intervention lecture rapproche les parents de leur bébé, et favorise l’instauration de pratiques familiales de lecture.

…puis le développement cognitif

La même année, une étude secondaire menée à partir des données d’une cohorte aux États-Unis a l’intérêt de concerner un grand nombre d’enfants (Braid & Bernstein, 2015) : 1400 enfants nés prématurément (22-36 semaines de gestation), évalués à l’âge de deux ans avec l’échelle Bayley Scales of Infant Development Research Edition. Sans grande surprise – car ces résultats confirment ce qui s’observe dans la population générale (Desmurget, 2023) – l’étude relève que lire plus de deux fois par semaine est associé à des scores de développement cognitif plus élevés. La fréquence hebdomadaire des lectures connaît des variations liées au niveau d’éducation de la mère et à ses caractéristiques socio-ethniques.

Développement de programmes de lecture

Des interventions de lecture en néonatologie commencent donc à apparaître aux États-Unis, en particulier en Californie. Le Journal of the California Perinatal Association s’en fait le témoin en 2016 (Rubinos et al., 2016), et l’hôpital universitaire de San Diego met en place le programme « Wee Reads » pour offrir aux parents, aux bénévoles et au personnel des possibilités de lecture et de sensibilisation à la lecture. En 2018 à Boston, cité de naissance du programme Reach Out and Read, une version pilote de ROR adaptée aux bébés prématurés est implantée dans le service de néonatologie, d’abord au Boston Medical Center, puis au Brigham and Women’s Hospital (Levesque  et al., 2018 ; Erdei et al., 2023).

Le programme « gosling »1 implanté dans l’unité de néonatologie de l’hôpital universitaire du Maryland repose sur la prise de conscience que les chambres individuelles proposées aux familles sont soupçonnées de favoriser des retards de développement, du fait de moindres stimulations (Diamant-Cohen et al., 2018). Il s’agit ici moins de lire que de réactiver la pratique des comptines, considérée par les psychologues du développement comme les spécialistes de littérature comme le fondement traditionnel de la littératie. Dans le cadre de « Gosling », les comptines, parfois revisitées pour s’adapter au contexte de la néonatologie, sont enseignées aux parents, afin de les aider à créer des environnements nourrissants pour leurs enfants et renforcer leurs compétences. Des séances collectives d’« entraînement » ont été imaginées pour les parents, avec beaucoup de succès malgré des réticences initiales : il s’agissait à la fois de découvrir des activités langagières à pratiquer avec les bébés prématurés, mais aussi de mieux identifier les différents états des bébés prématurés afin de savoir s’y ajuster. Là encore, l’objectif du programme est multiple : améliorer les interactions positives entre parents et bébés, renforcer l’attachement, favoriser l’acquisition de compétences linguistiques et d’alphabétisation chez les jeunes enfants. Au milieu de la petite vidéo ci-dessous, on voit une jeune mère souriante se régaler à lire Goodnigh moon à son bébé…

L’expansion continue. En 2018, dans la région de Cincinatti, on implante un programme dans toutes les unités de néonatologie, « NICU Bookworm », dans le cadre du suivi NIDCAP (soins de développement), et on mesure par un questionnaire la manière dont les familles ont intégré ou pas ces pratiques de lecture. Les résultats sont assez intéressants : on constate un plus grand changement de pratique dans les milieux socialement très défavorisés, dont les enfants sont jugés « à haut risque » (Lacina  et al., 2020 ; Jain et al., 2021). Ce programme comprend la formation du personnel, la sensibilisation des parents, et la création d’un environnement propice à l’alphabétisation. L’évaluation porte sur des critères relevant des pratiques culturelles et du travail social mises en lien avec les capacités cognitives (sous-échelle READ du StimQ Cognitive Home Environment Questionnaire, un outil créé au sein de la New York University et souvent utilisé dans le cadre du programme Reach Out and Read, voir Mendelsohn, 1999). Le programme “NICU Bookworm” s’étend – la vidéo ci-dessous vient de l’hôpital UAB à Birmingham (Alabama).

Dans un premier temps, toutes ces publications se contentent de décrire des programmes et leur efficacité pratique, sans en évaluer scientifiquement les résultats – l’évaluation du programme Goslings menée en 2019 tient d’avantage de l’évaluation d’efficience que de la recherche fondamentale (Shanty  et al., 2019). Néanmoins, on voit apparaître la mention des lectures adressées aux bébés parmi les critères qui permettent d’évoquer le degré d’implication des parents dans les soins donnés à leur bébé hospitalisé (Kim et al., 2021).

Des études plus expérimentales

C’est à partir de la fin des années 2010 qu’apparaissent les premières études concrètes. En 2020 est soutenu la première thèse sur le sujet, à Pittsburg : Lauren Quigley rédige une thèse de psychologie qui montre qu’une intervention de lecture soutient la relation d’attachement croissante entre la mère et l’enfant et atténue jusqu’à un certain degré le stress maternel (Quigley, 2020). À Stanford (CA) et Washington, on mesure la stabilité cardio-respiratoire de grands prématurés2 pendant que leurs parents leur font la lecture3 et on constate moins d’épisodes de désaturation (moins de 85 %) pendant qu’avant l’exposition à la lecture – un effet positif qui peut perdurer jusqu’à une heure après (Scala et al., 2018). En 2019, l’étude de Shellhaas et ses collègues (Michigan) s’intéresse à l’effet de la lecture maternelle, enregistrée, sur le sommeil du bébé prématuré. Les chercheurs constatent que la voix de la mère lisant une histoire aide les bébés nés à plus de 35 semaines de gestation à soutenir leur éveil ; et que, sur les enfants plus jeunes, ces enregistrements ont aussi pour effet de protéger le sommeil du bébé contre le bruit ambiant du service (Shellhaas et al., 2019).

The Books for Babies program, Toronto

À Taixan, au sein du Chang Gung Memorial Hospital, une équipe conclut à l’efficacité d’une histoire lue par la mère (préalablement enregistrée) sur la réduction de la douleur du bébé prématuré lors d’une piqûre au talon (Yu et al., 2022). Une équipe néerlandaise tente à partir de 2022 de comparer les effets d’ « interventions communicatives » relevant de la musicothérapie mais aussi de la lecture de textes rythmés sur la variabilité du rythme cardiaque des prématurés – mais les résultats sont insuffisamment significatifs, du fait du trop grand nombre de pratiques différentes évaluées (Varisco et al., 2022). En 2023, Kale et ses collègues publient les résultats d’une expérimentation menée en Inde avec le programme Reach Out and Read appliqué de la naissance à 6 mois, et concluent à son efficacité en termes de trajectoires de développement du mouvement général des prématurés (Kale et al., 2023). Les études se multiplient, donc, et abordent des dimensions diverses, ce qui souligne les intérêt multiples suscités par la lecture, mais dans le même temps empêche de comparer les études puisqu’elles sont si différentes dans leurs méthodologies comme leurs objectifs.

Deux axes cependant se dégagent, donnant lieu à des études bien plus approfondies que précédemment : la compréhension de ce qui se joue, à l’occasion des lectures, en termes de développement des capacités langagières futures du bébé ; et l’examen détaillé des effets des lectures sur le lien mère-enfant, envisagé en termes de synchronie. Le prochain billet développera ces deux axes.

(à suivre…)

L’image d’en-tête de ce billet, comme des autres billets de cette série, a été empruntée sur un site qui promeut la pratique de la lecture en unité néonatale. Ici c’est une capture d’écran issue du petit film consacré au programme “Goslings” du Maryland.

(la bibliographie figurera en annexe au prochain billet)



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2024, 8 février). #5 Lire aux bébés en unité néonatale (1/2). Album '50' Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs3o

  1. « gosling » désigne une petite oie, le nom du projet vient de « Mother Goose on the Loose », un programme de littératie précoce qui a fourni l’idée pour ces interventions en néonatologie. []
  2. nés entre 23 et 31 semaines de gestation et âgés de 8 à 56 jours au moment des lectures. []
  3. 3h et 1h avant la lecture / pendant la lecture / 1 h après la lecture. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.