Albums portugais

PortugalVoyager pour les vacances permet toujours de remplir sa besace de livres pour le travail… Quelques jours au Portugal m’ont permis de compléter la représentation très pauvre que je pouvais avoir de la littérature enfantine portugaise — même si je suis une admiratrice d’Alice Vieira (notamment pour Les Yeux d’Ana Marta), et malgré la brochure publiée par la Joie par les Livres-Centre national de littérature jeunesse, Livres pour la jeunesse en portugais (2010).

Quand je suis néUn jour à la plage

Je connaissais déjà assez bien les albums publiés par la maison Planeta Tangerina, fondée par Isabel Minhos Martins, Madalena Matoso et Bernardo Carvalho : beaucoup de leurs albums ont été traduits en français par l’éditeur suisse Notari dans sa collection “L’oiseau sur le rhino”, notamment Quand je suis né, Un jour à la plage, ou Les deux routes. Thierry Magnier a aussi traduit un de leurs titres, Mon voisin est un chien ; les confidentielles éditions Grains de sel ont publié Qu’y a-t-il ? ; Rue du monde a traduit Merci à tous, mais sans conserver la couverture d’origine, ce qui devient rare dans le domaine de l’album ; Gallimard-Giboulées a adapté Marée haute, un album sans texte de Bernardo Carvalho ; enfin Sarbacane a publié la BD Les jours de la vie et le très bel album P comme papa. Les albums de Planeta Tangerina sont régulièrement primés. La foire de Bologne 2015 a ainsi récompensé Lá fora, de Maria Ana Peixe Dias et Inês Teixeira do Rosário, illustrations de Bernardo P. Carvalho, dans la catégorie “première œuvre”. Je m’étonne qu’aucun éditeur français n’ait encore pris la décision de traduire O Mundo num segundo, au principe très simple (chaque double page représente une scène, quelque part dans le monde, saisie au même instant) mais remarquablement inventif, et magnifique dans le format géant de la 2de édition.

OMNS_capa_low

J’ai découvert deux autres maisons, Orfeu Negro et Pato Lógico. Orfeu Negro publie des livres d’art, et quelques albums pour enfants dans la collection “Orfeu Mini”. Ce sont pour la plupart des traductions (le premier fut le Livre en pente de Peter Newell), mais il y a aussi quelques créations, et j’ai été séduite par O meu avô, qui dégage un charme à la Tati… mais portugais, puisqu’on y fait un clin d’œil à Pessoa. L’album a obtenu un prix d’illustration à Bologne en 2014.

omeuavo

Pato Lógico ne publie que des livres pour enfants : principalement des albums, mais une série de biographies de grandes figures portugaises a été lancée en 2014, “Grandes Vidas Portuguesas”,  en co-édition avec Imprensa Nacional – Casa da Moeda.

GVP_Colecao+8C’est leur production d’albums qui m’est la plus accessible – on n’a que l’embarras du choix : le petit leporello facétieux d’André Letria,  Incómodo…

…ou la fascinante Barriga de Baleia d’António Jorge Gonçalves…

Baleia-Site-4

… ou encore Verdade?! de Bernardo P. Carvalho, fanfaronnade sans texte, mon préféré…

verdade_7

Je serais bien rentrée aussi avec Pensamientras d’Eugénio Roda et André da Loba, qu’on aimerait voir traduit en français (il ferait un joli duo avec Vivre sans moi, je ne peux pas de Wally de Doncker et Gerda Dendooven, qui avait été traduit et publié par Christian Bruel chez Être éditions),

008We Can give you some ideas

et avec a Boneca Palmira (Edições Eterogémeas) de Matilde Rosa Araújo avec les intrigantes ombres chinoises de Gémeo Luís… mais ça ne tenait pas.

http://magnetesrvk.no-ip.org/casadaleitura/portalbeta/bo/outros_materiais/000842_BPAL.jpg

J’ai eu seulement la place de glisser dans ma valise deux brochures publiées à la fin des années 1970 par Livros Horizonte et dues à la grande artiste (notamment céramiste) Maria Keil, As três Maças et Os Presentes, et qui me font penser à la fois aux premiers albums d’Agnès Rosenstiehl (aux éditions Des femmes) et à Max et Lili.

keilJe dois la découverte de ces deux petits albums, de la collection Histórias de “amor de mais“, à une très sympathique vendeuse de la boutique Loja Quer que je remercie!

Mise à jour du 11 janvier 2016

Je découvre que les éditions Hélium publient O meu avô, sous le titre Cher Grand-Père. Mais quel dommage de ne pas avoir conservé le cadrage audacieux de la première de couverture portugaise!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.