Construire un livre

Presque 7 mois se sont écoulés depuis le démarrage officiel de ma délégation CNRS : c’est un bon moment pour faire un nouveau bilan d’étape. Si la première partie de l’année a beaucoup été consacrée au bouclage de projets engagés avant la délégation (l’exposition et la journée d’études autour des albums coréens ; le montage du numéro “La littérature avant la lettre. L’album devant la théorie littéraire” de Fabula LHT, qui malheureusement paraîtra avec beaucoup de retard, à la fin de l’été 2024), et à d’assez nombreuses présentations orales, depuis janvier je me suis nettement orientée vers la formulation des résultats obtenus dans les deux programmes de lectures d’albums à des bébés en milieu de soin, “Lisons aux nourrissons” (néonatologie) et “lire aux bébés” (psy-périnatalité). Ayant en effet décidé de ne pas re-monter tout de suite de candidature ANR, j’avais pris la décision de poser d’abord clairement les bases de ce que nous savions déjà, à partir de nos données d’observation, puis de partir de ces “résultats préliminaires” (ça, c’est le vocabulaire des appels à projet) pour construire un ou plusieurs éventuels nouveaux projets, d’amplitude plus réduite. Les lectures engagées depuis le début de l’été 2023 m’ont en effet permis d’avoir une assise solide pour entamer ce projet de mise à plat. Il prendra la forme d’un livre : ce billet expose à quoi ressemble le chantier de “construction” d’un projet de livre.

Trier et structurer nos observations

Depuis le début de chacun des deux programmes de lecture, les lectrices et moi nous sommes astreintes à tenir un journal extrêmement précis relatant en détail chacune des lectures dont nous sommes actrices ou témoins. Pour quelles raisons ?

D’une part, parce qu’il nous semblait nécessaire d’échanger entre nous, alors que nous ne lisions pas aux mêmes étages, pas dans les mêmes chambres (néonatologie) ou salles (périnatalité) : nous avions besoin d’élaborer une culture commune, pour pouvoir échanger entre nous sur cette pratique, et aussi pour garantir aux professionnels médicaux que notre action relevait de la même éthique, quelle que soit l’intervenante.

D’autre part, nous avions besoin de tenir un compte assez précis de ce qui se passait dans chaque chambre ou salle, avec chaque famille, parce qu’il pouvait se trouver que l’une de nous fasse défaut un jour : en son absence, une autre lectrice devait pouvoir renouer le fil de la relation qui s’était construite, parfois de manière précaire ou douloureuse, avec une famille inquiète ou mal à l’aise.

Enfin, aucune de nous n’étant familière des bébés prématurés ni des parents en dépression du post-partum, écrire ce qui se passait et partager ces écrits entre nous, en y incluant nos questionnements et nos doutes, nous a permis, de semaine en semaine, de mieux comprendre les réactions très particulières des bébés, de les observer avec plus de finesse, de partager nos interrogations avec des professionnelles (pédiatres, puéricultrices, orthophoniste, psychomotricienne, psychologues, psychiatres, éducatrices) qui nous ont aidées à acquérir une meilleure lecture de ces enfants et des signes qu’ils nous adressent. Écrire pour rendre compte nous permettait alors de nous ajuster avec plus de professionnalisme aux situations et aux personnes.

Chemin faisant, nous nous sommes retrouvées avec des centaines de pages d’observations – toutes anonymes, puisque nous n’avons jamais connaissance ni de l’identité des familles, ni des raisons médicales de leur présence dans l’un ou l’autre service bien sûr. Plus exactement, 255 pages de journal de périnatalité, 509 pages de journal de néonatologie, pour respectivement 72 et 513 bébés rencontrés, certains plusieurs fois (463 rencontres à Hope, 1106 en néonatologie). Ces chiffres donnent un peu le vertige. La reprise et le “toilettage” des deux journaux (correction des fautes de frappe, mise aux normes des titres cités, suppression de tous les prénoms pour les remplacer par des pseudonymes) a pris plusieurs semaines. Ce travail préalable ouvrait sur un chantier plus intéressant : le repérage des points d’observation récurrents, qui ne faisaient pas forcément partie des intuitions ou convictions que nous avions au démarrage du projet, et sur lesquels il allait falloir réfléchir collectivement puis rédiger. Une collègue psychiatre, désireuse d’engager elle-même un travail de recherche, a eu l’envie de s’engager dans l’analyse d’un des journaux. Ce sont les échanges avec elle qui m’ont permis de construire la méthodologie avec laquelle j’allais, de mon côté, aborder l’autre journal, celui des lectures en néonatologie.

Il s’agissait bien de repérer et de signaler des éléments de récurrence dans les observations des quelque mille lectures que nous avions documentées. Mais sur le plan pratique, comment s’y prendre ? La méthodologie qui fonctionne sur un petit corpus (l’usage de repérages par couleurs, ou le copier-coller d’extraits regroupés ensuite par thèmes et sous-thèmes) a très vite montré ses limites : il ne paraissait guère cohérent de copier-coller des extraits d’un journal de 500 pages, ce qui aurait conduit à l’élaboration d’un grand nombre de fichiers thématiques collationnant chacun des dizaines de pages… de quoi se noyer. Par ailleurs le copier-coller avait l’inconvénient de trancher dans un épisode de lecture qui pouvait présenter des intérêts à des titres divers. Il fallait donc un système qui respecte l’intégrité de chaque rencontre, de chaque épisode, car je n’excluais pas la possibilité qu’une nouvelle lecture, ultérieure, fasse voir dans cet épisode un phénomène resté pour l’instant invisible. D’emblée, j’ai pensé au XML : j’aurais eu besoin de pouvoir “coder” des fragments de texte.

Qu’à cela ne tienne : j’ai imaginé un système de balises. À partir de nos premières observations courantes, j’ai construit une arborescence thématique de domaines (“relations avec le personnel soignant”, “types de réactions des bébés”, “effets produits par les lectures sur les parents”,…) divisés en sous-domaines, chacun étant pourvu d’un code alphanumérique précédé d’un signe #. Cela me garantissait qu’une recherche ultérieure, automatisée, ne produirait pas de confusion avec une portion du journal lui-même, puisque le journal ne comporte pas ce signe typographique spécifique. Chaque fragment d’observation correspondant à un sous-domaine est donc désormais encadré, dans le texte, par une balise “ouvrante” et une balise “fermante”. Au terme du fastidieux travail de balisage, il est évident que l’arborescence initiale a perdu toute sa cohérence : certains domaines se sont étendus et ramifiés, d’autres n’ont pas servi. Certains sous-domaines rattachés à des thématiques distinctes relèvent, en fait, d’une logique proche, et seront donc rapprochés dans l’analyse. Mais globalement, le système a montré son efficacité. Les points d’attention, les saillances dans ce que nous avons observé au fil de trois années de pratique sont repérés et signalés, et pourront être facilement “appelés” dans les étapes ultérieures du travail. Maintenant, ce journal “codé” est entre les mains des autres lectrices, qui sans forcément mobiliser le même outillage pratique vont confirmer, affiner, nuancer ces repérages thématiques.

Extrait du “journal” codé.

Projeter un livre

Il est récemment devenu clair pour moi que je souhaitais élaborer les réflexions nées de ces programmes de lecture sous la forme d’un livre visant un public large. Ce n’est pas la pratique commune : les sciences humaines et sociales se sont récemment mises à valoriser davantage la publication d’articles, révisés par des collèges d’experts, au détriment des livres. Par ailleurs un universitaire est attendu sur des productions destinées à un public de pairs, et non sur des ouvrages dits de “vulgarisation”, même si, de manière presque incohérente, se dessine aussi en ce moment une nouvelle pression pour que la science se fasse “avec et pour la société” (SAPS). Je me suis déjà exprimée sur ce sujet, je n’y reviens pas. Il n’empêche que là, à ce stade d’un énorme travail collaboratif avec des lectrices professionnelles (association Livre passerelle, Bibliothèque municipale) et avec des professionnelles du soin, il m’apparaît très clair que la mailleure manière de rendre compte dans un premier temps de ce que nous avons construit collectivement en trois années de pratique, c’est de faire un long texte, donc un livre, c’est-à-dire de se donner le temps d’exposer les tenants et les aboutissants de ces projets, et de les décrire en finesse, dans un langage clair et accessible à chacun.

C’est dans un second temps que j’ambitionne de tirer de ce bilan deux séries de résultats : d’une part des pistes extrêmement précises de recherches à mener, correspondant à des questionnements qui resteraient irrésolus au terme de ce bilan – pistes ouvrant, donc sur l’élaboration d’études scientifiques de détail. Et d’autre part la matière à des articles plus universitaires, dans lesquels je pourrais reprendre, développer et questionner sous l’angle théorique certains des points qui n’auraient été présentés que de manière globale pour un public large et profane – je pense ici bien sûr à des réflexions de nature purement littéraire, ainsi qu’à des réflexions engageant une sociologie des pratiques de lecture, pour lesquelles je serais nécessairement accompagnée de collègues plus avertis que moi. Donc, un livre grand public avant des articles pour les autres chercheurs et chercheuses.

Autre évidence qui s’est largement imposée : ce livre, comme l’ensemble du processus, il doit être collectif. Non qu’un livre puisse être réellement écrit à plusieurs : comme pour toute entreprise collective un peu ambitieuse, il faut un architecte. Mais si mon habitude des constructions intellectuelles, ma pratique régulière de la rédaction, et le temps dont je dispose du fait de mon statut professionnel me prédisposent à réaliser l’immense majorité du travail, il n’empêche que le contenu des analyses sur lesquels reposera ce livre doit émaner d’un collectif. Collectif, avant tout, des lectrices investies dans ce projet depuis le début : bibliothécaires, lectrices de l’association Livre passerelle. Mais aussi collectif plus large des services dans lesquelles nous intervenons. Nous avons réussi à mettre en place un “Observatoire des lectures aux bébés” au sein du service de néonatologie, afin d’échanger librement avec les soignants. Lors de la 2e réunion de cet Observatoire, nous avons évoqué ce projet de livre, et plusieurs professionnels se sont spontanément manifestés pour nous accompagner dans le processus de conception du livre. Il nous paraît essentiel de pouvoir construire l’analyse conjointement – même si, de toute évidence, il arrivera que sur un phénomène nous ayons des visions distinctes, voire contradictoires d’un même fait.

Plus encore : lors de cette réunion, une coordinatrice des puéricultrices a suggéré qu’il pourrait être pertinent d’associer les parents à notre réflexion rétrospective. Nous avons profité de cette perche tendue pour suggérer qu’une enquête puisse être adressée aux parents ayant fréquenté le service depuis le démarrage des lectures, afin de tenter de cerner leur perception. Cela ouvrirait sans doute sur la collaboration de certains d’entre eux, peut-être avec le support d’une association de patients.

Bon, bref : nous allons vers un livre à plusieurs mains… dont les miennes seront centrales !

Mais qui dit “livre” dit aussi et surtout “éditeur”. Nous avons envie d’un livre qui se voie, qui se lise aisément, qui puisse toucher des personnes qui habituellement ne sont pas forcément en contact avec des professionnels de la médiation du livre, ou avec des bébés hospitalisés. J’ai donc contacté un éditeur privé, qui m’a répondu qu’il lui fallait, pour se faire une idée, un premier chapitre. De notre côté, difficile de rédiger un “premier” chapitre sans savoir à quoi allait ressembler la table des matières ! Nous voilà donc engagées dans l’élaboration de la table des matières, construite bien sûr à partir du “journal codé”. Entre temps, un autre éditeur, plus spécialisé, nous a fait une intéressante proposition. Il devient donc urgent que nous nous mettions à rédiger ce chapitre-témoin, pour le proposer !

Associer les soignants

C’est bien joli de dire qu’on va écrire “à plusieurs” : encore faut-il bien penser le travail coopératif avec ces rédacteurs qui n’ont ni l’habitude de l’écriture réflexive, ni de longues plages de temps à consacrer à l’écriture.

Pour pouvoir “recruter” des co-auteurs parmi le personnel soignant, il fallait que nous puissions bien informer tout le monde de notre projet, puis prendre le temps de solliciter des individus personnellement. Or notre “observatoire”, s’il nous permet de réunir de nombreux pédiatres, cadres et professionnels transversaux, n’est pas fréquenté pour l’instant par les infirmières et auxiliaires, surtout en raison leur organisation du travail très contrainte (en gros, tous les autres professionnels viennent sur leur temps de travail… elles seules devraient venir après l’heure où elles débauchent !).

Échanges avec une soignante avant les lectures. (c) Marie Pétry

Pour les associer au livre, il fallait donc que nous puissions au minimum les informer des réflexions qui se partageaient au sein de cet observatoire. Nous leur avions déjà proposé, en février 2022, une petite plaquette qui donnait un premier aperçu des effets des lectures sur les bébés, et en mars 2023, une nouvelle brochure, destinée cette fois à leur présenter nos livres préférés, ceux auxquels les bébés et les familles faisaient le meilleur accueil.

Cette fois, nous avons édité une brochure (4 pages) qui fait le point sur les discussions en cours au sein de l’observatoire (par exemple sur les modalités du don de livres à certains bébés particulièrement fragiles, et sur les précautions à observer pour que les parents adhèrent à cette proposition bizarre, lire un album à un tout petit bébé). Elle est à l’imprimerie, nous la distribuerons largement à partir de la semaine prochaine – toucher toutes les soignantes prend du temps, il y a les équipes du matin, de l’après-midi, du soir, les congés… Nous sommes toujours parties du principe, d’après Mauss, que si nous voulions recevoir (de l’attention, de l’adhésion à nos propositions de lecture), il nous fallait au préalable donner, et pour cette raison, nous avons toujours soigné les documents que nous leur proposons : elles ont un travail harassant, alors la moindre des choses, c’est que nous leur donnions à lire des documents agréables. Et ça, ça prend du temps…

Extrait de la brochure préparée pour les soignants du service de néonatologie

Une fois informées de ce que nous faisons, interpellées par ce qui nous résiste, associées à ce que nous tentons de mettre en place, les soignantes seront peut-être plus réceptives à nos propositions de les “embarquer” dans l’écriture d’un livre ! C’est la prochaine étape.

Nous savons que beaucoup de professionnelles du soin ne seront pas forcément emballées par la question de l’écriture, malgré un possible appétit pour une participation active à cet ouvrage de synthèse. C’est la raison pour laquelle j’envisage de proposer un stage de master à un·e étudiant·e de psychologie, qui pourrait mener des entretiens et nous accompagner dans l’élaboration d’une synthèse à partir de ce matériau. Je dépose, d’ici le 4 avril, une candidature à un petit appel à projet pour récupérer de quoi financer un stage rémunéré pour cet·te étudiant·e.

Outre ce travail avec les soignants au sein du service, nous avons engagé, depuis janvier, une démarche de “supervision”, en demandant à Laure Boissel, qui est à la fois psychiatre et chercheuse, de bien vouloir passer une demi-journée avec nous, chaque mois, pour nous accompagner dans l'”assimilation” de ce que nous vivons autour de ces lectures en contexte médical. Pour l’instant, le laboratoire InTRu nous finance, mais nous avons besoin de trouver une source complémentaire de financement pour pouvoir continuer ces séances, très utiles pour poser à plat nos interrogations et nos émotions autour de ces lectures qui nous sollicitent en profondeur. Laure Boissel, dont l’intérêt pour les lectures aux prématurés l’a conduite jusqu’à une thèse de science, actuellement en cours, apportera évidemment sa contribution à notre livre.

Un questionnaire pour les parents

Les parents sont au cœur de ‘Lisons aux nourrissons’, car comme le rappelle Winnicott, un bébé n’est jamais seul : il est toujours le bébé de quelqu’un. Sur la suggestion des cadres et médecins réunis lors du 2e observatoire, nous avons commencé à concrétiser un projet qui flotte depuis un moment : un sondage auprès des parents pour essayer d’en apprendre un peu plus sur leur perception du programme. À mon sens, il est trop tôt, lors du “questionnaire de sortie” pour les interroger sur les lectures dont ils auraient bénéficié : il sont trop accaparés par les dimensions matérielles et organisationnelle de leur retour à la maison. D’où l’idée de faire une enquête rétrospective, en sollicitant des parents qui, depuis 3 ans, ont pu rencontrer ‘Lisons aux nourrissons’.

Je me suis donc attelée à l’élaboration d’un questionnaire, alors que ma formation disciplinaire ne m’y prépare pas. M’appuyer sur un modèle fourni par le service ne m’a pas beaucoup aidée, il s’agissait d’un simple questionnaire de satisfaction pas très utile dans notre perspective. J’ai donc pris le parti, dans un premier temps, de lister toutes les questions auxquelles j’aurais aimé avoir une réponse. Il me fallait croiser des questions qui nous intéressent, nous, avec la formulation précise employée dans d’autres enquêtes (par exemple, Elfe et Epipage 2), afin d’avoir des points de comparaison. Évidemment, ce questionnaire obèse n’est pas utilisable, mais ça m’a permis de mieux percevoir la confusion de ce que j’envisageais ! Cette première liste a donc été mise “à reposer”, et confiée aux autres lectrices qui sont actuellement en train de proposer des remarques et de nouvelles orientations.

En attendant, j’ai lu des travaux de sociologie reposant précisément sur des enquêtes, notamment la cohorte Elfe – un entretien de Bertrand Geay paru dans la revue Politix expose très clairement en quoi consiste cette “Étude longitudinale française depuis l’enfance”. C’est en effet surtout vers les travaux de Bertrand Geay sur la socialisation enfantine que je me suis prioritairement dirigée, principalement autour de la notion centrale de “styles éducatifs”1.

L’ensemble des réflexions contenues dans ces recueils et dans quelques autres, principalement autour de la mise en forme des résultats de la cohorte Elfe, m’a permis de mieux formuler ce que nous cherchions à faire dans le cadre de ‘Lisons aux nourrissons’, et de dégager de manière plus claire l’objectif précis de cette enquête auprès des parents.

J’avais en effet été très intéressée, et même bousculée, par le mémoire de master d’un étudiant en sociologie qui l’an dernier avait observé nos actions et en avait rendu compte dans son mémoire en utilisant le cadre de pensée, issu de la sociologie des mobilisations, de “croisade morale“. Pour dérangeante qu’elle soit, cette qualification pourrait en effet rendre compte, sous un certain angle, de notre action… alors même que nous la récusons ! Ce mémoire, très bien fait, nous avait conduites, au sein de l’association Livre passerelle, à envisager sérieusement un travail de formalisation des objectifs et des moyens de notre action, afin précisément qu’elle ne puisse pas être examinée sous l’angle d’une “croisade morale”. Mais alors, sous quel angle ? Que faisons-nous exactement, qui ne soit pas “convertir” à des “bonnes pratiques”, les nôtres?…

Mes lectures abondantes, cet été, sur la cognition incarnée, et plus précisément la perception incarnée du processus de lecture, avec l’accent mis sur la mobilisation des affects et des ressentis corporels, m’ont donné de nouveaux outils pour bien saisir ce que nous faisons. ‘Lisons aux nourrissons’ ne vise pas à une réforme “morale” (entendre par là : “des mœurs”) de la part des “bénéficiaires”. Il s’agit, plus modestement et de manière plus respectueuse, d’une intervention qui cherche tout simplement à mobiliser des affects positifs autour d’une pratique culturelle. Ça peut paraître modeste, infime même : mais je l’assume, parce que je considère que c’est tout sauf anecdotique.

Petit détour pour bien comprendre : le théoricien de la littérature William Marx rappelait récemment, dans le cadre de son cours au Collège de France, une expérience personnelle de lecture, dont il considérait qu’elle avait été fondatrice dans son rapport à la littérature. J’en ai rendu compte sur ce blog, parce que je percevais les limites de cette astuce argumentative dans le cadre d’un cours théorique sur la lecture. Mais que William Marx, éminent professeur de littérature comparée, ait choisi cet épisode et l’ait présenté comme fondateur est hautement significatif : dans son souvenir, le plaisir cognitif pris à la lecture d’une fiction stimulante (un roman policier, c’est-à-dire un roman à haute valeur d’intrigue, pour reprendre les analyses de Raphaël Baroni) est indéfectiblement lié à un plaisir auditif (il écoutait en même temps un disque précis, dont le souvenir est resté arrimé à celui d’une lecture captivante) et à un souvenir visuel et corporel (l’atmosphère ensoleillée de ce coin où il s’installait pour lire à ce moment-là de sa vie adolescente). Autrement dit, pour un intellectuel, un professeur de littérature, la passion pour la lecture s’ancre dans un souvenir qui est simultanément celui d’un plaisir cognitif et d’un plaisir sensoriel. Pourquoi en serait-il autrement des autres lecteurs ?

D’où l’hypothèse sur laquelle repose ‘Lisons aux nourrissons’ : en nous appuyant sur la puissance particulière du texte littéraire, nous pourrions créer un “événement” qui mêle cognition, sensation et émotion, susceptible de revivifier le lien parent-bébé, alors même qu’on est dans un contexte où ce lien est fragilisé. Le moment de la lecture partagée est en effet marqué, pour le parent, par une triple dimension cognitive (il découvre que son bébé est réceptif à la lecture), sensorielle (il le sent se détendre contre son torse pendant qu’on lui lit une histoire, il se détend lui-même en ressentant ce relâchement) et émotionnelle (il fait soudain l’expérience d’une autre manière de devenir le parent de cet enfant). C’est cet effet que vise principalement ‘Lisons aux nourrissons’. Pas parce que cet événement transformerait radicalement les pratiques culturelles futures du parent. Mais parce que cette “façon de lire” que nous cherchons à offrir engage une “manière d’être”, pour reprendre très exactement les termes de l’essai de Marielle Macé2. W.Marx, dans le cours évoqué plus haut, rappelle que pour lui cet “événement” de lecture dans la jeunesse, associé à l’écoute musicale et à une atmosphère sensorielle globale, est fondateur – fondateur d’une passion pour la littérature, fondateur de sa “manière d’être”, et sans doute de son devenir-professeur-de-littérature. Plus modestement, à l’échelle d’une intervention ponctuelle et brève, nous posons, nous, l’hypothèse que le moment du partage d’une lecture, qui doit être d’une particulière intensité, fait événement, et (re)met en mouvement, d’une manière inédite, pensées et émotions, au service d’une “manière d’être parent”. Il est possible, et nous le souhaitons pour eux tous, que cet ancrage d’un souvenir de lecture dans des sensations et émotions chaleureuses engage, par la suite, une autre perception de la lecture comme activité partagée en famille. Mais ce serait un simple bénéfice supplémentaire.

Vers une définition plus fine de ‘Lisons aux nourrissons’

‘Lisons aux nourrissons’ n’est pas un programme mécaniste, à l’américaine, qui modéliserait des pratiques de childrearing dont la science aurait montré qu’elles seraient bénéfiques aux développements cognitifs. On se situe à la fois en amont de ça, et en fait bien ailleurs. J’ai dit déjà que je me méfiais des visions mécanistes, et que mon intuition me menait plutôt du côté de la question du plaisir, suivant en cela Roland Barthes. La littérature scientifique regorge de comptes rendus de programmes qui se sont appuyés sur des études expérimentales d’ampleur (evidence based practices) pour aboutir à des préconisations de pratiques en situation réelle (implementation). Mais ce n’est pas ça que nous faisons. Plus modestement, et peut-être manière plus humaniste et ambitieuse, nous venons proposer aux parents de vivre, pendant un court moment privilégié, une expérience du livre et de la lecture qui mobilise le sens et les affects, au service du lien parent-enfant. Il se peut que, par effet de ricochet, cette expérience, une fois assimilée, digérée, fondue dans l’expérience globale de la naissance de ce bébé, ouvre la voie vers la possibilité d’intégrer le livre et la lecture dans les pratiques familiales, dans le respect du style parental de la famille. Mais cet enchaînement (affects > pratiques) est entièrement laissé à la libre appréciation de la famille – et repose, disons-le sans naïveté, sur un ensemble de facteurs dont certains sont infiniment plus prégnants que le plaisir qui aura pu être pris au partage d’une histoire (la qualité de la survie de l’enfant, la santé psychique du parent, la plus ou moins grande précarité matérielle de son existence, entre autres).

C’est bien en considération des droits culturels de chaque parent que nous revendiquons de ne pas chercher à “convertir” les familles à des pratiques culturelles du livre et de la lecture qui ne feraient pas initialement partie de leur répertoire : ‘Lisons aux nourrissons’ n’est pas une croisade morale dans le sens où nous cherchons simplement à remettre en mouvement les pensées et les affects autour du bébé hospitalisé, et que nous le faisons à partir de lectures car nous connaissons le potentiel de ces lectures pour mobiliser les affects, engager l’individu dans une renégociation de ses valeurs et de ses priorités ici et maintenant, et parce que nous sommes convaincues que le plaisir pris n’est jamais vain, même d’un point de vue politique et sociologique.

Ce détour me ramène bien à la question du questionnaire d’enquête, préalable à une prise de contact avec des parents qui accepteraient de témoigner dans notre livre. Pour déterminer l’allure de notre questionnaire, il faut en déterminer l’objectif. Or puisque nous rejetons la qualification de “croisade morale” pour notre programme, alors nous ne chercherons pas à ce que les parents reconnaissent (ou feignent d’) avoir modifié leurs pratiques du livre et de la lecture après avoir rencontré ‘Lisons aux nourrissons’ : nous chercherons plutôt à ce qu’ils expriment ce que ça leur a fait de recevoir des lectures, en compagnie de leur bébé, lorsqu’ils étaient en néonatologie avec lui. C’est bien la question des affects qui est en jeu, et qui me paraît un préalable absolu à toute réflexion sur les pratiques et la manière éventuelle d’en élargir la palette (formule qui me paraît plus en accord avec les principes des droits culturels).

Reste donc à reprendre le brouillon de ‘gigantesque’ questionnaire, pour lui donner une forme plus ajustée à cet objectif !

*

Les dernières semaines ont donc été très constructives. Les observations sont toilettées et prêtes à être mises au service d’un argumentaire analytique. Le plan du livre a été ébauché, nous attendons que nos réflexions maturent pour y revenir. L’équipe de co-rédacteurs est en cours d’élaboration – reste à imaginer, collégialement, de quelles manières les uns et les autres choisiront de s’impliquer, chacun à sa hauteur. Nous devrions sans trop tarder pouvoir présenter un “plan de vol” aux éditeurs pressentis – et peut-être à d’autres, auxquels nous n’avons pas encore pensé. Le questionnaire devrait être terminé la semaine prochaine, et soumis à la direction du service, après quoi nous prendrons aussi contact avec les correspondantes locales de l’association S.O.S.Préma. L’ensemble de ces démarches sera évoqué au mois de mai lors des “mardis de Clocheville”, le séminaire des médecins de l’hôpital pédiatrique qui nous invite à présenter notre action…

Les 6 billets publiés en préfiguration de ce projet de livre constituent une sorte de “revue de littérature scientifique” posant les bases de ce qui a été prouvé dans le domaine des interventions précoces auprès des bébés prématurés. Si je les ai rédigés et publiés, c’est pour en quelque sorte m’en débarrasser : de ce type d’approche, il ne sera pas tellement question dans notre livre, précisément parce que ce que nous avons fait ne relève pas d’une expérimentation scientifique rigoureuse (avec population représentative randomisée et groupe contrôle). Il s’agit plutôt d’une intervention culturelle à partir de laquelle a pu être récoltée une série d’observations nombreuses (donc à forte valeur statistique malgré tout) répondant à des critères précis (méthodologie inspirée d’Esther Bick). Je revendique pleinement cette dimension d’intervention culturelle. De la sorte, nos observations ont un caractère ethnographique dont la richesse et la diversité font tout l’intérêt. Reste à en tirer des analyses intelligentes : pour ça, je fais confiance au collectif que nous allons réussir à réunir grâce à la dynamique en cours.



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2024, 1 avril). Construire un livre. Album '50' Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w52a

  1. Geay, Bertrand, et al. « Première partie. L’enfance en famille », Sylvie Octobre éd., Inégalités culturelles : retour en enfance. Ministère de la Culture – DEPS, 2021, pp. 103-188 ; Geay, Bertrand, Pierig Humeau, et Émilie Spruyt. « Soigner, éveiller ou réguler le nourrisson. Les pratiques parentales précoces à partir de la cohorte elfe », Anne Dupuy éd., Socialisation familiale des jeunes enfant. Érès, 2021, pp. 33-48 ; Fontanaud, Sandra, et Bertrand Geay. « Socialisation familiale et fabrication des dispositions langagières précoces », Anne Dupuy éd., Socialisation familiale des jeunes enfant. Érès, 2021, pp. 75-86. []
  2. Marielle Macé, Façons de lire, manières d’être, Paris, Gallimard, coll. « Nrf essais », 2011. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.