Lecture du moment : L’ordinaire de la littérature

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas parler de bébés, ni de littérature pour enfants, mais d’un ouvrage de théorie littéraire dont la lecture m’a enthousiasmée. Florent Coste vient de publier à La Fabrique un livre intitulé L’ordinaire de la littérature. Que peut (encore) la théorie littéraire ? et comme c’est une question que je me pose j’ai eu envie de l’acheter.

J’avais pourtant été échaudée par le précédent ouvrage de Coste, publié chez Questions théoriques, Explore : j’avais eu en permanence l’impression de ne pas très bien savoir de quoi il parlait. Alors que L’ordinaire de la littérature déploie un style limpide, et parfois drôle, qui en rend la lecture fluide et très agréable. Ajoutons à ça que j’aime beaucoup la maquette de cette collection : la couverture mate et souple, les pages en papier bouffant rendent la saisie du livre très agréable, et le griffonnage facile ; la typographie, grande et grasse, est parfaite pour soutenir l’effort visuel ; et les notes, bien que renvoyées en fin de livre, sont numérotées en continu ce qui, ajouté au fait que le livre se manipule bien, permet un va-et-vient fluide. Ces notes sont abondantes et fournissent un élargissement apprécié au propos de Florent Coste. On pourrait juste déplorer l’absence de bibliographie, mais ce serait vraiment pinailler. Ça peut paraître un peu étrange de commencer par parler de la forme matérielle du livre mais, outre que c’est une de mes obsessions en tant que chercheuse spécialisée dans le livre et son histoire, c’est aussi un élément central de ma réflexion théorique, qui s’appuie sur une phénoménologie de l’acte de lire.

Bon, mais de quoi parle ce livre ? Et bien, de ce que pourrait être une théorie littéraire qui descendrait de sa tour d’ivoire, et nous aiderait à envisager (et à créer ?) une littérature de résistance à l’ordre (linguistique, et économique) établi. Donc l’inverse de la théorie littéraire que j’ai apprise à l’université, l’inverse aussi de ce que je lis dans un trop grand nombre de livres anglo-saxons sur la littérature jeunesse : une théorie littéraire soit prescriptive (la littérature doit dire ceci, les livres pour enfants doivent faire cela aux enfants), soit descriptive — ce que Coste, après Shusterman (1991), appelle des “théories-emballages”:

“Elles ont ceci de peu enthousiasmant qu’avec des concepts en forme de boites, elles classent proprement et rangent hygiéniquement des objets avec lesquels on garde ses distances et qu’on ne touche pas. On garantit / une forme d’ordre et on satisfait du même coup un désir de maîtrise. Le problème n’est pas tant que les cloisons cèdent rapidement et que les typologies se brouillent vite. C’est surtout qu’on s’imagine la théorie littéraire comme un miroir posé devant le réel.” (p.8-9)

À l’inverse de ces approches, Coste recherche une théorie d’intervention transformatrice, qui ne se positionnerait pas au-dessus des acteurs de la littérature (des auteurs aux lecteurs en passant par tout la chaîne du livre) mais à leur niveau. Une théorie qui serait à la fois une instance de vigilance métacritique, de clarification des débats (par exemple, celui qui a accompagné l’attribution du prix Nobel de littérature à Bob Dylan), de renégociation des corpus et des manières de lire, et d’exploration des “angles morts”, pour plus d’invention poétique. Mais sans jamais oublier le contexte économique. L’introduction, qui explicite l’ambition de l’ouvrage, se termine donc sur ces deux questions :

“À quoi ressemble une théorie littéraire dans le contexte d’hégémonie néolibérale ? Et à quoi pourrait bien ressembler une théorie littéraire qui ne se laisserait pas faire ?” (p.13)

Suivent 4 parties, intitulées respectivement Conditions de la théorie littéraire, Le prix de l’autonomie, La littérature et ses fétiches, La littérature dans la division du travail. La première consiste à régler son compte à un discours dans l’air du temps, exemplifié par la figure d’Antoine Compagnon, qui renverrait dos à dos la théorie littéraire, caractérisée par ses “excès” et le bon sens, caractérisé… par son absence de bon sens. Le sage adopterait une voie moyenne, et Coste, après bien d’autres, dénonce le fait qu’à se positionner au-dessus des débats, dans l’a-théorie, on finit sans s’en rendre compte par endosser une posture théorique en général réactionnaire.

Au-delà de l’amusement qu’il y a à voir égratigner quelques-unes des figures majeures du discours sur la littérature – des gens qui occupent des positions de pouvoir au sein de l’institution –, tout l’intérêt de ce parcours de réflexion, critique au bon sens du terme, consiste à voir passer en revue un grand nombre des courants de réflexion de ces dernières décennies : remise en cause de la neutralité des concepts narratologiques par les subaltern studies, herméneutique ricœurienne, “retour du sujet” et “tournant éthique” (constituant à ses yeux un “moment libéral” de la théorie littéraire), retour à la transitivité et littérature “du réel”, transitionnalité (Merlin-Kajman), littérature de consolation (Gefen), lecture actualisante (Citton), attachement (Felski), postcritique (David)… Je suis juste étonnée de ne pas avoir vu de référence à Stanley Fish, mais peut-être ai-je raté une des 374 notes. Cette ampleur critique, qui n’est évidemment pas sans parti-pris, fait de L’ordinaire de la littérature un livre très utile à un jeune chercheur en littérature – trop difficile à mon avis pour un étudiant de licence, il pourrait en revanche tenir lieu de manuel pour un étudiant de master qui n’a pas peur de naviguer entre les références. On est impressionné en effet par l’amplitude des lectures de Florent Coste, et la manière assez limpide dont il parvient à en rendre compte, tout en donnant toujours envie d’y aller voir par soi-même.

L’autre intérêt de cet ouvrage, à mes yeux, est sa manière d’assumer sa radicalité. Ce n’est pas un ouvrage de théorie littéraire qui placerait la littérature au-dessus des remous de la vie matérielle, et qui se tiendrait elle-même en surplomb des questions concrètes du moment. Au contraire, c’est un ouvrage qui s’inscrit dans un moment de crise – crise de l’université, avec ses effets délétères sur le déploiement de la pensée ; crise des sociétés démocratiques néolibérales. Dans ce contexte, Coste revendique une littérature qui s’engage, et une théorie à la hauteur de cette volonté d’ intervenir. En effet, à partir de la 3e partie, alors que le tour d’horizon des options critiques du moment est presque achevé, Coste entraîne son lecteur dans une réflexion de nature économique, reprenant à Marx son concept de “fétiche de la marchandise”, et proposant de l’appliquer à la littérature – après Lecercle notamment. Après avoir longuement dénoncé toutes les formes que prend, dans divers courants critiques, cette “fétichisation” de la littérature, Coste prend le parti de la replacer dans une économie générale du langage, en recourant au concept d’aliénation linguistique (Gramsci, Rossi-Landi) et en s’interrogeant sur la manière dont l’écriture littéraire peut faire pièce à ces appareils d’hégémonie que sont les langages imposés par l’idéologie néolibérale actuelle. C’est encore assez prospectif, mais Coste évoque un grand nombre de chercheurs et d’écrivains, ce qui ouvre un espace intéressant pour essayer de penser la littérature – et, dans mon cas, la littérature pour la jeunesse – au-delà des carcans stériles des postures critiques actuelles. C’est très stimulant, et ça donne envie de tester plein de choses, notamment avec des étudiants un peu avancés. Ça tombe bien, je dois prochainement rédiger le syllabus de mes cours de l’année prochaine : on va parler d’aliénation linguistique en master de lettres, je crois…

Coste Florent, L’ordinaire de la littérature : Que peut (encore) la théorie littéraire ?, Paris, La Fabrique, 2024, 184 p.

Coste Florent, Explore : investigations littéraires, Paris, Questions théoriques, 2017, 368 p.

Shusterman Richard, L’art à l’état vif : la pensée pragmatiste et l’esthétique populaire, traduit par Christine Noille-Clauzade, Paris, France, les Éditions de Minuit, 1991, 272 p.



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2024, 5 mai). Lecture du moment : L’ordinaire de la littérature. Album '50' Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sxt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.