Une équipe n’est pas un groupe, ou bien : Moodle est un ‘dispositif’

Dans le billet précédent, j’évoquais une idée qui m’était venue récemment, et que je voulais mettre en place pour la prochaine rentrée, autour du travail en autonomie de petits groupes d’étudiants. Cette réflexion est née à la fois d’un souci de préservation de soi (je ne peux pas continuer à travailler au rythme infernal qui était le mien avant ce congé, je le mesure avec évidence : trop de mes collègues ont dernièrement plongé dans l’épuisement, avec des conséquences médicales graves, pour que ça ne soit pas un coup de semonce pour moi), et à la fois d’une motivation politique dans la manière dont je prends en considération le “travail” des étudiants. Mais la technique ne suit pas toujours les motivations profondes des enseignants…

Revenir à un rythme soutenable

Je ne souhaite en effet pas continuer à corriger individuellement tous les exercices hebdomadaires de mes étudiants : le temps que j’y consacre est totalement démesuré, et il explique en partie que j’aie eu le sentiment, ces dernières années, de perdre le fil de mes recherches. Or initialement, mes cours avec des étudiants de première année auraient dû être des TD en petites groupes. C’est bien la misère économique de l’université française, conduisant à tasser les étudiants dans de grands amphis au lieu de leur offrir la qualité d’un suivi en petit groupe, qui m’a imposé cette surcharge de travail. Et il ne me paraît ni juste ni sain de pallier, au péril de ma santé, les défaillances économiques du système : je ne peux pas déployer une pédagogie du suivi individuel, typique du TD, avec un effectif de CM, caractéristique d’un enseignement magistral “de masse” dont on sait pertinemment qu’il est de faible efficacité sur les étudiants les plus jeunes et les moins dotés en capital culturel et scolaire. Ce n’est pas à moi de faire les frais des réductions de moyens accordés à mon université. Donc, ça y est, c’est décidé : plus de suivi individuel au jour le jour quand on m’impose des amphithéâtres. Ce sera évaluation terminale, point.

Accompagner des étudiants qui débutent

Mais dans le même temps, je ne veux pas abandonner mes étudiants en rase campagne, parce que, précisément, je sais qu’en sortant du lycée ils ne sont pas armés pour faire un bon usage d’un cours magistral sans aménagement du temps de travail personnel. D’où l’idée, que j’évoquais dans le précédent billet, d’imaginer un système, reposant sur l’utilisation de Moodle, d’accompagnement de l’effort régulier d’apprentissage.

Mon idée, qui repose sur le principe de la pédagogie critique de Paulo Freire, c’est de créer des “espaces” (je ne sais pas encore trop sous quelle forme) dans lesquels les étudiants pourront réaliser des travaux de préparation du cours et d’entraînement, sans correction de ma part, mais avec des interactions entre pairs qui leur apporteront stimulation et retour constructif lié au regard d’autrui, par petits groupes.

Qui se soucie de ce qui se passe dans nos amphi ?…

Ni une ni deux, je contacte par mail le service d’accompagnement à la pédagogie, en disant que j’ai besoin de quelques tuyaux pour apprendre à utiliser la fonctionnalité “groupes” de Mooodle. Dès le début de semaine, un ingénieur pédagogique adorable me contacte par visio, pour m’expliquer comment fonctionne la chose. À cet instant, petit gag : il ne peut pas me montrer la manip depuis son “bac à sable”, car il s’agit d’un cours vide, or pour créer un groupe il faut qu’il y ait déjà des inscrits au cours. Qu’à cela ne tienne, je lui dis qu’on peut utiliser, justement, le cours qui est concerné, je l’ai rendu invisible cette année mais les étudiants qui le suivaient sont toujours, en théorie, inscrits à ce cours. Et là, il ouvre mon cours, et pouffe de rire : “euh, il faudra faire un peu de nettoyage, là, parce que vous avez 189 inscrits à ce cours, ça va ramer, il faut enlever les étudiants des années précédentes au fur et à mesure !” Petit blanc. Puis je lui dis calmement que là, ce sont juste les 189 inscrits de ce cours, ce semestre-là, j’en ai vraiment ce nombre-là. Et j’en ai chaque semestre ce nombre-là. Et ça me fait vraiment du travail, c’est pour ça que j’ai besoin de son aide. Autre petit banc, à l’autre bout du fil. “Ah, ok”. Comment ça, “ok” ? On a une cellule d’aide à la pédagogie, composée d’ingénieurs tous très sympas et disponibles, mais ils n’ont pas la moindre idée de nos conditions réelles d’enseignement, c’est ça ? Et comment ils sont supposés nous aider vraiment, dans ces conditions ?!

Après ce tout petit épisode, je lui explique brièvement mon projet, et il commence à me montrer comment paramétrer un “groupe” puis comment l’intégrer au fonctionnement de la séquence pédagogique.

Une équipe n’est pas un ‘groupe’

C’est là qu’apparaît le quiproquo. La fonction “groupe” dans Moodle permet de conditionner l’accès à un contenu ou à une activité aux participants membres d’un “groupe”, mais elle ne permet pas à un “groupe” en tant que collectif de déposer un seul travail, qui serait issu de la cogitation collective de ses membres (et qui apparaîtrait simultanément, m’étais-je dit, dans le tableau qui indique l’activité de chacun des individus du groupe). Non, me dit mon interlocuteur: si vous voulez que le “groupe” dépose un travail, eh bien, il faut que l’un de ses membres soit désigné comme porte-parole et dépose sur son espace personnel le travail “du groupe” – et après, vous ferez une petite bidouille pour noter, dans votre propre carnet de notes, qu’il faut “dupliquer” l’activité ou sa note pour les autres membres.

Juste ce dont je rêvais : une usine à gaz, difficile à comprendre pour les étudiants, et très éloignée de mes objectifs (j’aimerais bien pouvoir avoir une vue d’ensemble sur ce que les uns ou les autres ont fait, mais je ne vais pas imaginer une “moulinette” qui transforme Moodle en fichiers CSV avec un script corrigeant les défaillances de la fonction “groupe”). Je remercie donc chaleureusement mon interlocuteur, lui explique qu’en fait, ça ne correspond pas du tout à ce dont j’avais besoin, que je vais donc re-réfléchir dans mon coin avant de revenir le voir avec d’autres questions techniques.

Moodle comme ‘dispositif’

Que retenir de cette petite anecdote ? Le fait que toute innovation pédagogique suppose une phase incompressible de bidouille, ça je le savais. Mais ce que je découvre (parce que, malgré mon grand âge, je dois être encore un peu naïve), c’est que Moodle, l’outil de pédagogie en ligne le plus répandu dans le monde scolaire et universitaire, est un entonnoir individualiste pas facile à hacker pour le mettre au service d’une pédagogie émancipatrice. Pour Moodle, un “groupe”, c’est juste un agrégat d’individus, et si on constitue un “groupe”, c’est pour flécher des parcours-types construits en fonction des particularités communes aux individus qui le composent. Je pourrais ainsi conditionner l’accès aux différentes activités de mon cours à des groupes en fonction du score obtenu initialement à un test de positionnement, par exemple. On aura ici reconnu la logique, si vigoureusement combattue actuellement par mes collègues de l’enseignement secondaire, des fameux “groupes de niveaux” que notre Grand Sachem de la Pensée Pédagogique, connu pour ses éminentes compétences dans le domaine, a sorti de son chapeau et cherche à imposer au grand dam de tous ceux qui s’y connaissent un peu, praticiens de terrain comme spécialistes universitaires.

Mais moi, je ne veux pas de “groupes” qui sont juste des réunions d’individus dont je pourrais alors plus efficacement flécher l’activité de manière directive. Je veux au contraire créer des espaces pour des collectifs librement consentis, dans lesquels, en lieu et place du fléchage autoritaire, pourrait se déployer une pensée qui se cherche, et qui s’élabore en commun. Je voudrais que seule l’équipe d’étudiants ayant ainsi fonctionné en “atelier de réflexion” soumette le résultat de sa cogitation, et que cela soit intégré par Moodle comme un “travail fait” pour tous les membres du collectif concerné – et oui, je m’expose au risque que, parfois, l’un des membres de l’équipe ait fait peu d’effort, voire qu’une fois, l’un des membres ne se soit pas rendu au rendez-vous. Et dans ce cas, oui, la routine de la plateforme “masque” la défaillance temporaire de ce membre absent : mais n’est-ce pas l’une des vertus, justement, de la camaraderie liée à l’esprit collectif?…

L’ingénieur pédagogique a paru étonné de ma demande. Il a confirmé que la fonction “groupe” ne correspondait pas à ma requête. Il ne m’a pas parlé de la fonction “atelier”, mais je suis allée voir sur la documentation de Moodle, et cette mention liminaire m’a tout de suite douchée :

“Chaque participant soumet son travail individuel : un texte en ligne et/ou un fichier. Les travaux de groupe ne sont pas possibles.” (https://docs.moodle.org/4x/fr/Atelier)

Est-ce à dire que l’instrument le plus populaire dans le domaine de la pédagogie en ligne, Moodle, serait un dispositif – au sens que lui donnent Foucault et Agamben, c’est-à-dire un ensemble cohérent d’instruments et de pensées qui facilite la gouvernementalité ? Un filtre quasi imperceptible, mais densément idéologique, qui guide et entrave notre imagination pédagogique au bénéfice exclusif d’une conception individualiste des apprentissages, interdisant de fait de construire une pédagogie critique émancipatrice ? Nooon, quand même pas…

[À suivre : je me suis inscrite à une matinée de formation “évaluation par les pairs”, et en attendant, je vais me pencher sur la fonctionnalité Wiki, qui me paraît l’instrument le plus punk de la galaxie Moodle]



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2024, 17 mai). Une équipe n’est pas un groupe, ou bien : Moodle est un ‘dispositif’ Album '50' Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11oma

3 réflexions sur « Une équipe n’est pas un groupe, ou bien : Moodle est un ‘dispositif’ »

  1. Je partage ton souci de travail coopératif des étudiant.es et je me trouve de ce fait à utiliser des outils propriétaires de grandes plateformes faute de réussir à hacker Moodle et sa logique individualiste : difficile de coopérer sur Moodle entre étudiant.es et enseignant.es.
    J’utilise ainsi toujours notre Discord du confinement qui permet les discussions informelles, les groupes, en gérant les droits d’accès de façon intuitive. Mais cela ne permet pas de travail sur un document commun avec les outils internes. Moodle wiki paraît une bonne piste à tester!

  2. Mmmh, très intéressant retour d’expérience, et très intéressant projet… Je réagis juste sur un point, qui concerne ton hypothèse finale sur les “dispositifs”. Je suis pleinement d’accord pour penser que les outils numériques dont on nous bombarde depuis vingt ans de manière croissante, et que l’on nous pousse souvent à utiliser en dépit de tout bon sens, ou de toute pertinence pragmatique, ou même de toute demande préalable de notre part, ont des effets pervers.
    Ces effets pervers sont souvent liés à la manière dont ils ont été conçus, soit au plan technologique, soit au plan idéologique. Au plan technologique, par exemple, il y a une petite vingtaine d’années, une vingtaine d’universités françaises ont choisi d’acheter un logiciel de gestion des salles, ADE Campus, qui était initialement dérivé d’un programme destiné à gérer des rotations dans des terminaux aéroportuaires militaires, et qu’il a fallu des mois de bras de fer avec l’éditeur pour adapter aux besoins réels des établissements, et encore ça n’a jamais totalement été satisfaisant…
    Au plan idéologique, on peut prendre pour exemple, au hasard, tiens, Moodle : certes Moodle est un système vachement free, open-source, GNU, community-friendly, blah blah blah, mais on sait moins que Moodle, dont la première version est rendue publique en 2002, est construit autour d’un ensemble de règles et de standards, qui s’appelle SCORM (pour Sharable Content Object Reference Model), conçu en 2000, qui constitue une des plate-formes développées par le DoD (le département américain de la défense) comme fer de lance de l’Advanced Distributed Learning Initiative, lancée par la Maison Blanche en 1998. Or SCORM définit « un ensemble de règles qui détermine l’ordre dans lequel un apprenant doit aborder les contenus d’objets » d’un processus de e-learning, règles qui « soumettent un apprenant à un cheminement prédéfini dans les contenus pédagogiques ».
    Ce n’est pas du complotisme à deux balles, ni de la paranoïa de gauchiste : il suffit de lire les pages wikipédia et de consulter un ou deux articles spécialisés pour arriver à cette conclusion (les propositions entre guillemets dans le paragraphe ci-dessus sont simplement traduites de la page wiki de SCORM en anglais).
    Donc tu as mille fois raison : oui, c’est un dispositif ; oui, il est comme tel purement asservi à des objectifs relevant de la gouvernementalité ; et oui, comme ces objectifs sont (comme Internet depuis les années 1960) d’abord le résultat d’une initiative technologique du département américain de la défense, ils sont traversés de part en part par une idéologie qui est celle que le DoD se donne pour finalité de défendre, celle de l’individualisme néolibéral comme socle de l’american way of life (and of learning, du coup).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.