Lecture du moment : Alain Viala, l’adhésion littéraire

Le titre de ce billet est un peu mensonger, parce que c’est une lecture qui remonte au printemps dernier. J’avais lu d’une traite ce petit ouvrage extrêmement bien écrit d’Alain Viala, son dernier puisqu’il est décédé en juin 2021 (la parution, au Temps des cerises en 2022, est donc posthume). Ce n’est qu’à l’automne que j’ai mis mes notes au propre, notamment dans le cadre de la rédaction d’un article qui paraîtra en septembre prochain. J’avais négligé de rédiger un billet, alors que les réflexions de Viala me portent depuis un an : négligence corrigée aujourd’hui !

Le livre est placé sous le signe de Wittgenstein, dont une citation ouvre le volume : « Une proposition peut seulement dire comment est une chose, non ce qu’elle est. » (Tractatus 3.221)

Dans ce livre, Alain Viala commence par rappeler que se demander « qu’est-ce que la littérature ? » est une impasse, qui mène au mieux à une essentialisation de la littérature – un écueil qui m’agace au plus haut point, tant dans les approches du littéraire en général que dans les discours sur la littérature pour enfants. Il propose donc d’interroger plutôt les pratiques : qu’est-ce qui se passe quand les gens lisent, comment expliquer qu’ils « adhèrent » à cette pratique ?

C’est vraiment la première section de ce livre, « effets d’art » qui me paraît la plus pertinente pour moi. Partant de la querelle de Bérénice, il rappelle qu’au XVIIe l’œuvre littéraire est jugée sur les  effets qu’elle produit, en particulier des effets somatiques (comme les larmes). Ce démarrage m’a évidemment beaucoup intéressée, car je sortais précisément de la lecture des propositions de Pierre-Louis Patoine, plus radical et aventureux dans ses propositions d’une lecture « incorporée », j’y reviendrai sur ce carnet. C’est à l’aune de ses effets qu’une œuvre est « qualifiée » ou « disqualifiée », nous rappelle Viala – la notion de qualification est centrale dans cet essai.

Chemin faisant, Viala propose d’aborder les œuvres comme des « discours ». En tant que discours (et ici il se réfère à Foucault), elles sont évaluées selon trois critères : cohérence, véridiction, pertinence. C’est le dernier critère qui fait qu’une œuvre est encore appréciée en dehors de son contexte de parution : parfois, sa cohérence et sa véridiction sont intactes, mais le discours n’a plus aucune pertinence, ces discours ne produisent plus d’effets. Et ça, c’est aléatoire. Surtout, dit-il, dans le « discours d’art » : les autres types de discours (la science, la loi, la religion) reposent sur des dispositifs qui promeuvent leur validité, et contrôlent qu’on y croie toujours. Ce n’est pas le cas en art, en littérature : il y a bien des institutions, mais elles ne peuvent rien contre le désir que les gens ont des livres, contre le plaisir qu’ils y prennent ou pas. C’est là qu’il rappelle que le substantif « esthétique », au sens étymologique, désigne initialement « le fait de ressentir », puis « manière de juger selon le plaisir ou le déplaisir ». C’est plus tard, au XVIIIe siècle et après Kant, que le terme se retrouve inclus dans une philosophie du Beau : à partir de ce moment il est lié à la quête de la beauté. Ce qui est dommage, car on perd ce qui était lié aux émotions ressenties, parfois de manière somatique.

Tout ceci l’amène à revendiquer que les études littéraires s’intéressent non seulement au texte, mais aussi à ce qui se passe quand il est pratiqué, un domaine jusqu’ici abandonné à l’histoire ou à la sociologie. Selon lui en effet, l’enjeu d’une œuvre, d’un « discours d’art », c’est le temps : celui que le lecteur, auditeur, spectateur accepte librement de lui consacrer. Autrement dit, le jugement de valeur se mesure au temps engagé, qui lui-même témoigne de l’intérêt qu’on accorde à ce discours. Et Viala revient sur la notion d’aléatoire, qui affecte particulièrement ces discours : contrairement aux autres types de discours, dans le discours d’art le code est constamment à réinventer. Malgré cette part d’aléatoire, le discours d’art engage le politique : il n’y a en effet rien de plus politique que de décider de l’usage du temps libre. L’adhésion littéraire, c’est quand de bon gré, les lecteurs passent du temps à lire avec plaisir…

Dans la 2e section, « Empathies, connivences et distances littéraires », il part de l’analyse de l’incipit de la Recherche, pour suggérer que le style, c’est l’instrument par lequel le texte/l’auteur désigne et sélectionne un « lecteur compétent » pour le lire. Selon son analyse en effet, Proust invente un ton de connivence sous forme d’aimable bavardage, qui suscite (ou pas) l’adhésion. Ça va lui permettre de proposer au lecteur, dans le plaisir, un « gain » de savoir, via une fiction, qui est au moins égal à ce qu’il aurait acquis dans un gros volume… Je trouve cette 2e partie moins convaincante. Sur les questions de style, je préfère le travail de Gilles Philippe, dont j’ai hâte de lire le dernier livre.

La 3e section, « l’adhésion en acte » part d’un texte qu’on pourrait juger comme infra-littéraire, la Chanson de Craonne : à la fois parce que c’est une chanson populaire, et à la fois parce que les versions en sont instables. Viala se sert de cet exemple pour développer une réflexion sur la variation de l’adhésion littéraire au fil du temps : pour les poilus qui entonnent la chanson, elle est « incorporation » ; pour ceux qui la font valoir après-guerre, dans un but pacifiste, c’est une adhésion sous forme d’inclusion ; cent ans après, c’est une adhésion qui vaut empathie par projection. Cette réflexion l’amène à dire que ce qui est intéressant, c’est l’usage social des lectures – il défend sa vision de la « sociopoétique », articulée sur les études de réception. Ici, il propose une « rhétorique de la réception » (« rhétorique » ici est au sens  d’inventaire de pratiques) en 5 étapes, et en reprenant l’idée de Stanley Fish des communautés interprétatives. Ça lui permet de conclure sur une disqualification des tenants d’une vision essentialiste de la littérature. Évidemment, je m’y retrouve.

La 4e section, « que fait-on dans les pratiques littéraires ? » revient sur les querelles contemporaines sur la « mort » de la littérature. Il présente les forces en présence, en soulignant que la plupart des acteurs de ces querelles débattent à partir d’un corpus, et que celui-ci est souvent limité au canon de la « littérature légitime », c’est-à-dire ne tient pas compte des usages réels. Or le canon est un mythe : les lecteurs réels, eux, lisent un certain nombre, concret, de livres réels…

L’épilogue est consacré à la notion d’adhésion qui forme le titre de l’essai. L’adhésion vaut plus-value ; elle porte en elle l’éventualité du refus. Elle est au cœur des échanges sociaux. Et la littérature dans tout ça ?

“Comme toute vie en commun a besoin de scénarios pour l’imaginaire collectif, les arts et lettres y constituent des fabriques de qualifications singulièrement signifiantes en ce que l’adhésion s’y joue selon les affects selon le jeu du gré. Et le littéraire, qui s’offre comme le plus commun, le plus portable et le plus naturel est, à la fois, celui qui diffuse le plus et le mieux les effets d’adhésion et celui qui peut le plus les tourner vers des idées de tous genres.” (p.175)

Donc le littéraire est un bon poste d’observation pour le savant qui veut envisager une époque, une culture. Viala suggère aussi que l’approche du littéraire via l’adhésion renouvelle la manière d’enseigner, en évitant d’essentialiser le canon : on peut ainsi observer comment une époque s’efforce de susciter l’adhésion (à quoi, pourquoi, comment ?), car, selon lui « l’adhésion littéraire peut capter l’intérêt pour le tourner vers tout. » (p.178)

C’est une conclusion qui se tourne plutôt vers l’approche historique de la littérature, mais il me semble qu’elle peut constituer un point d’appui pour une analyse synchronique des effets d’adhésion ici et maintenant – je pense évidemment à la littérature jeunesse, et aux phénomènes d’emballement pour tel ou tel : l’adhésion manifestée par les enfants d’âge primaire ne recoupant pas forcément celle des critiques qui décernent les prix lors des foires et dans les revues… Il y a des phénomènes de cristallisation qu’on comprend sans doute mieux en s’aidant d’une démarche comme celle que Viala propose ici.



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2024, 19 mai). Lecture du moment : Alain Viala, l’adhésion littéraire. Album '50' Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11opk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.