Une nouvelle collection critique, « La Fabrique »

Les éditions de l’Atelier du Poisson Soluble lancent une collection sur l’album pour enfants au titre engageant: « La Fabrique ». Selon l’éditeur, « la collection propose des monographies qui confrontent la parole de l’auteur à son œuvre, tout en mettant en lumière son processus créatif ». Le premier titre de la collection, né sous la plume d’Adèle de Boucherville, est consacré à Olivier Douzou. On annonce un second titre, de la même auteur, cette fois centré sur Claude Ponti.

On ne peut évidemment que se réjouir de la naissance d’une nouvelle collection consacrée à une réflexion critique sur l’album pour enfants. Chez cet éditeur, elle est cohérente : elle fait suite à l’engagement du Poisson soluble dans la publication de la revue Hors cadre[s], et à la publication, sans qu’ils soient unifiés par une collection, de plusieurs essais consacrés à l’album, par exemple Lire l’album de Sophie Van der Linden, datant déjà de 2006 mais encore au catalogue (ce qu’il faut saluer), ou plus récemment Filles d’albums de Nelly Chabrol-Gagne (2011). Lancer une collection est plus ambitieux, plus risqué aussi. On se souvient de la défunte collection « Boitazoutils » imaginée par Christian Bruel dans sa propre maison Être éditions, mais qui n’a connu que trois titres, en six années d’existence (un Claude Ponti de Sophie Van der Linden en 2000, un Anthony Browne de Christian Bruel lui-même l’année suivante… et encore un ouvrage consacré à Ponti, Lire Ponti encore et encore d’Yvanne Chenouf en 2006). On ne peut que regretter, de la même façon, que la collection critique « Passeurs d’Histoires » inaugurée en  2007 chez Didier Jeunesse et dirigée par Marie-Claire Bruley n’ait pas publié de nouveaux titres depuis 2010, malgré cinq premiers opus réjouissants (dont un, Au Bonheur des comptines, de Marie-France Painset et Marie-Claire Bruley elle-même, n’est plus disponible). L’ouvrage de Sophie Van der Linden Album(s) coédité par Actes Sud en 2013 n’a pas donné suite à d’autres publications critiques chez cet éditeur ; de même l’excellent Images des livres pour la jeunesse : Lire et analyser dirigé par Annick Lorant-Jolly et Sophie Van der Linden, une co-édition Scéren-Thierry Magnier en 2006, n’a-t-il pas ouvert sur d’autres publications sur le même objet. Bref: créer une collection d’essais consacrés à l’album chez un éditeur pour la jeunesse est une gageure, et plusieurs s’y sont cassé les dents. Il faut donc espérer que « La Fabrique » ne connaîtra pas le même sort, et qu’elle pourra devenir un lieu de réflexion approfondie sur la création contemporaine dans le domaine de l’album.

Douzou3

D’où vient pourtant qu’on est un peu gêné à la lecture, alors que le « sujet » est passionnant (Olivier Douzou, lui dont Jojo la Mâche a changé le cours de l’édition d’albums dans la France des années 1990) ? Peut-être, justement, de ce que l’artiste lui-même n’en est qu’au mitan d’une carrière dans l’album commencée en 1993, et qu’il est encore, toujours, en pleine recherche. Est-il facile, est-il même possible de produire un livre entier consacré à un artiste dont l’œuvre est encore en chantier, en mouvement, ne risque-t-on pas en permanence de figer ce qui justement ne doit pas l’être, de muséifier ce qui est matériau vivant, de trouver a posteriori des causes à des phénomènes qu’on prend pour des actes, et qui ne sont peut-être encore que les tâtonnements d’une création encore à venir ? L’ouvrage achoppe en permanence sur cet écueil : en commentant telle page de carnet, est-on en train de nous montrer l’esquisse d’un projet avorté, ou l’ébauche d’un livre à venir, pas encore mûr ?

L’autre explication à la gêne du lecteur vient de ce que parfois l’auteur semble moins en position de critique que dans le rôle du panégyriste malgré lui, observateur fasciné par le créateur et son œuvre, au point de peiner à hiérarchiser, à dessiner pour nous des lignes de force dans une production abondante — tout semble se valoir, dans les livres créés par Olivier Douzou, et l’on en vient à s’agacer de cette absence de distance. Qui s’explique : Adèle de Boucherville est la compagne d’Olivier Douzou. Ce qui veut dire qu’à la fois elle adhère à l’œuvre, qui la séduit (elle le dit explicitement: « l’œuvre d’Olivier Douzou est profondément attachante », p.9), et à la fois elle partage le quotidien de son créateur. Cela qui lui permet un accès incroyablement facile aux ressorts visibles de l’acte de création (à quoi ressemble l’atelier, combien de temps l’artiste y passe, de quelle manière il se met au travail), aux propos de l’artiste lui-même, dont il est facile d’obtenir une « interview », aux matériaux de l’œuvre (carnets, esquisses & co.). Mais ne manque-t-il pas dès lors la nécessaire distance, à l’œuvre, à son créateur et au processus de la création ? Il me semble que la posture critique est ici biaisée — l’auteur en est consciente, ce qui n’empêche pas que certains passages du livre soient embarrassés, parce qu’on hésite entre catalogue, éloge, analyse formelle, interview ou réflexion personnelle sur la création. Cet embarras dû à la position hybride du critique gâte la qualité du livre, qui, tout en se risquant sur le terrain glissant de l’étude d’une œuvre encore en devenir, pouvait malgré tout offrir sans doute plus et mieux que ce que nous avons entre les mains.

Reste que le livre offre des pages passionnantes sur ce que représente le dessin pour un artiste au talent protéiforme, dans le chapitre « Le cercle vertueux du dessins. Dessiner, tous les jours », chapitre qui propose en outre une réflexion longuement déployée sur le choix d’une technique graphique, « les techniques et leur force narrative » (p. 45 sq.). On aurait aimé sans doute plus d’analyses formelles des images elles-mêmes (et non des albums ou du projet dont ils sont l’incarnation). De même le chapitre 6, consacré aux collaborations d’Olivier Douzou avec d’autres artistes, est passionnant lorsqu’il donne la parole à d’autres auteurs et illustrateurs et laisse entrevoir à quel point l’album est parfois le lieu d’un compromis qui est à la fois dialogue, conflit, malentendu et mariage.

On attend la suite de la collection, superbement maquettée et réalisée (à l’image de toutes les productions du Poisson soluble) — quel dommage pourtant que le prochain titre soit encore une fois consacré à Claude Ponti, au sujet duquel tout semble avoir été dit ! Adèle de Boucherville manifeste une attention fine à toutes les dimensions de l’album qui laisse à penser qu’une fois dans une situation plus « banale » face à l’œuvre d’un créateur, elle donnera toute la mesure de son talent critique.

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Une nouvelle collection critique, « La Fabrique »," in Album '50', 18 septembre 2015, https://album50.hypotheses.org/817.


Une réflexion au sujet de « Une nouvelle collection critique, « La Fabrique » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *