Des images de livres à l’InTRu

Avec octobre, les séminaires reprennent. Celui de l’Afreloce à l’ENS demarrera le samedi 17, par une visite du nouveau fonds historique de l’Heure Joyeuse à la médiathèque Françoise Sagan. Celui de l’InTRu reprend dès le mardi 13 octobre. Il est précédé, ce mardi 6 octobre, par la première séance de l’Atelier de Lecture de Planches improvisé depuis deux ans par Laurent Gerbier, à la demande de l’association des étudiants en philosophie Kairos, et soutenu par l’InTRu.

L’atelier de Lecture de Planches

rabots-720x340

L’Atelier de lecture de planches s’intéresse principalement à la bande dessinée, mais aussi à toutes les formes de l’image imprimée : gravures, illustrations, dessins de presse, album pour enfants, affiches… Chaque séance est un exercice pratique de commentaire de planche, qui s’empare d’une image ou d’une série d’images et qui cherche la meilleure manière de la faire parler. Pour cette première séance, Laurent Gerbier nous parlera d’Un carnet de non-­voyage au Pérou. La séance a lieu de 18 à 19h30  sur le site Tanneurs de l’Université François-Rabelais (Tours), salle O1 de l’extension. C’est ouvert à un très large public (étudiants, chercheurs, curieux, amateurs de bandes dessinées…). Regarder le programme de près: on y parlera d’albums aussi…

L’affiche de l’atelier

Flyer-Atelier-recto

Flyer-Atelier-verso

Le séminaire de méthode de l’InTRu

Pompidou_Schuiten-520x245

Consacré cette année aux Imaginaires de la ville, il est inauguré mardi 13 octobre par une intervention de Christophe Meunier consacré à la ville des albums pour enfants. Je rappelle que Christophe Meunier est docteur en géographie, et qu’il anime le blog Territoires de l’album où il livre très généreusement ses réflexions de géographe sur l’espace tel que le crée l’album pour enfants. Son intervention du 13 octobre (17h-20h, Université François-Rabelais, site Tanneurs, salle 325) est intitulée Célesteville, Mamoko et autres utopies dessinées de l’enfance:

“Les albums pour enfants constituent des produits culturels et sociaux qui témoignent des mutations de la perception du fait urbain. Avant les années 1970, la ville est l’espace qui « rend libre » et « civilise ». C’est elle qui, par exemple, « humanise » Babar (Histoire de Babar le petit éléphant, 1931). Les trois décennies qui couvrent la période 1970-2000 semblent porter un autre regard sur la ville. Elle est souvent montrée comme un « monstre » qui s’élève, domine et dévore (La Maison des Barbapapa, 1972), qui déshumanise, phagocyte la périphérie proche, et qui, par son industrialisation, répand autour d’elle la pollution.
À partir des années 2000, la ville devient un des sujets les plus abondamment traités dans les albums. La ville y est toujours mise en relation avec la campagne environnante. Il ne s’agit pourtant plus de renvoyer dos à dos campagne et ville mais de jouer avec les degrés de l’urbanité en proposant des itinéraires iconotextuels qui conduisent le lecteur du centre-ville vers la périphérie et réciproquement. Dans Mamoko (2011), il n’est plus question de la « ville » comme une entité globale mais plus comme un espace polymorphe, aux limites diffuses.”

Affiche du Séminaire INTRU 2015-2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.