Penser par l’image ce qui est difficile à mettre en mots, avec Ron Brooks

JohnbrownLes éditions dijonnaises Âne bâté ont réédité récemment un chef d’œuvre de l’illustrateur australien Ron Brooks, John Brown, Rose et le chat de minuit, album de 1977 déjà traduit en français en 1978 aux éditions les Deux Coqs d’or (sous le titre plus court John, Rose et le chat) puis en 2008 aux éditions Il était deux fois (texte de Jenny Wagner). On peut regretter que les deux éditions plus récentes aient renoncé aux images à fond perdu qui faisaient un des charmes de la première, mais il faut surtout se réjouir que ce livre magnifique soit de nouveau mis à la disposition des enfants, tant il expose avec subtilité les sentiments qui lient Rose, la veuve, et son chien John Brown, dont la quiétude est troublée par l’irruption, dans leur “couple”, du mystérieux chat de minuit.

Il est à cet égard troublant de relever que la scène qui permet, dans John Brown, de matérialiser l’harmonie de la “paire” constituée par Rose et son chien, est reprise des années plus tard dans Old Pig (texte de Margaret Wild, traduit sous le titre Les Couleurs de la vie en1997 chez Pastel) pour souligner la force qui lie Rosaline et sa grand-mère: même salon cossu et légèrement désuet, même face-à-face harmonieux autour du guéridon, même vue au-dehors sur le jardin arboré.

IMG_0949 - copie
Jenny Wagner & Ron Brooks, John, Rose et le chat, Deux coqs d’or, 1978
Margaret Wild & Ron Brooks, Les Couleurs de la vie, Pastel, 1997.
Margaret Wild & Ron Brooks, Les Couleurs de la vie, Pastel, 1997

Dans les deux cas, l’image dit à la fois la plénitude de cette relation épanouissante et exclusive, et sa limite, voire sa fin. Dans John Brown, le chien dit alors à la veuve: “Vous n’avez pas besoin d’un chat […]. Vous m’avez” – et pourtant, le chat entrera dans la maison et dans leur vie, et obligera à reconfigurer la place de chacun. Dans Les Couleurs de la vie, la scène sert à suggérer la précarité de la vie même. À Rosaline qui boude ses céréales, la grand-mère affirme “Les céréales sont bonnes pour toi, ma chérie. Tant que je vivrai, tu en mangeras”, et la double-page met en vis-à-vis une image printanière où se joue cette petite comédie domestique pleine de tendresse, et une image automnale suggérant déjà la mort: “Un matin, Grand-Mère ne se leva pas comme d’habitude pour le petit déjeuner”. Old Pig est une histoire d’amour, de lien, et de congé, comme John Brown était une histoire d’amour, de lien et de jalousie. Tous deux s’efforcent, avec délicatesse et tendresse, d’offrir à l’enfant une représentation de sentiments et d’idées puissants parce que douloureux, dans le but de les rendre “négociables”, pour reprendre l’expression de Serge Boimare.

En effet, comment dire, mieux que par cette chaise vide devant cette table de petit déjeuner familial, devant cette nature à son automne, le désarroi que provoque la mort de ceux auxquels on tient, même lorsque des signes évidents, depuis l’onomastique (“Old” pig dit le texte anglais) jusqu’aux bésicles, en passant évidemment par la splendeur des feuilles à leur déclin, aurait dû laisser prévoir qu’il devait un jour, par nature, en être ainsi ?

À la mémoire de François Faucher.

via Creadona

Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "Penser par l’image ce qui est difficile à mettre en mots, avec Ron Brooks," in Album '50', 1 novembre 2015, https://album50.hypotheses.org/837.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.