Tous les articles par Cécile Boulaire

A propos Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

Les enfants comptent (toujours) pour du beurre. À propos des Gars de la rue Paul

Le cahier “Livres” qui paraît avec le journal Le Monde chaque jeudi fait sa Une cette semaine sur un roman pour enfants exceptionnel, dont une nouvelle traduction vient de paraître en français : Les Garçons de la rue Pal, de Ferenc Molnár, chez Tristram, dans une traduction de Sophie Képès. On ne peut que se réjouir : qu’un roman culte des lectures enfantines, paru en 1906, fasse la Une du supplément littéraire d’un journal national ; et que ce roman soit de nouveau traduit. Qu’est-ce qui cependant laisse un goût amer dans cet article ?

Continuer la lecture de Les enfants comptent (toujours) pour du beurre. À propos des Gars de la rue Paul

Lecture du moment : Alain Viala, l’adhésion littéraire

Le titre de ce billet est un peu mensonger, parce que c’est une lecture qui remonte au printemps dernier. J’avais lu d’une traite ce petit ouvrage extrêmement bien écrit d’Alain Viala, son dernier puisqu’il est décédé en juin 2021 (la parution, au Temps des cerises en 2022, est donc posthume). Ce n’est qu’à l’automne que j’ai mis mes notes au propre, notamment dans le cadre de la rédaction d’un article qui paraîtra en septembre prochain. J’avais négligé de rédiger un billet, alors que les réflexions de Viala me portent depuis un an : négligence corrigée aujourd’hui !

Continuer la lecture de Lecture du moment : Alain Viala, l’adhésion littéraire

Une équipe n’est pas un groupe, ou bien : Moodle est un ‘dispositif’

Dans le billet précédent, j’évoquais une idée qui m’était venue récemment, et que je voulais mettre en place pour la prochaine rentrée, autour du travail en autonomie de petits groupes d’étudiants. Cette réflexion est née à la fois d’un souci de préservation de soi (je ne peux pas continuer à travailler au rythme infernal qui était le mien avant ce congé, je le mesure avec évidence : trop de mes collègues ont dernièrement plongé dans l’épuisement, avec des conséquences médicales graves, pour que ça ne soit pas un coup de semonce pour moi), et à la fois d’une motivation politique dans la manière dont je prends en considération le “travail” des étudiants. Mais la technique ne suit pas toujours les motivations profondes des enseignants…

Continuer la lecture de Une équipe n’est pas un groupe, ou bien : Moodle est un ‘dispositif’

Grand(s) écart(s)

J’arrive au dernier quart de ma délégation CNRS. À l’époque où je l’ai demandée, j’étais aussi candidate à un programme ANR ambitieux ; au moment où j’ai appris que je l’avais obtenue, j’étais encore en attente des résultats de la phase 2 de l’ANR, puisque notre projet avait passé avec succès la première sélection. Dans mon esprit, les deux sont liés : je suis convaincue qu’on m’a attribué une délégation parce qu’on accorde du crédit à quelqu’un qui dépose un projet ANR aussi ample et qui ne se fait pas bouler dès le démarrage des sélections. Seulement, je n’ai finalement pas obtenu ce budget, donc le projet ne s’est pas déroulé. Je n’ai donc pas de “livrables” à produire aujourd’hui, aux trois quarts de mon année de liberté intellectuelle. Est-ce à dire que je n’en ai rien tiré ? C’est là que le système néo-libéral d’organisation de la recherche montre sa trame : je crois au contraire que j’ai infiniment plus profité de cette année de recherches – même si elle parait peut-être “non-productive” sous l’angle de la bibliométrie – que si j’avais dû, cette année, me consacrer au lancement puis au pilotage d’un projet à 350 000 euros et 8 partenaires. Ce que j’ai gagné, je le mesure avec clarté aujourd’hui, c’est la possibilité de réconcilier enfin la globalité de mes axes de recherches, de mes centres d’intérêt intellectuels, de mes chantiers pratiques, et de mes usages pédagogiques.

Continuer la lecture de Grand(s) écart(s)

Lecture du moment : L’ordinaire de la littérature

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas parler de bébés, ni de littérature pour enfants, mais d’un ouvrage de théorie littéraire dont la lecture m’a enthousiasmée. Florent Coste vient de publier à La Fabrique un livre intitulé L’ordinaire de la littérature. Que peut (encore) la théorie littéraire ? et comme c’est une question que je me pose j’ai eu envie de l’acheter.

Continuer la lecture de Lecture du moment : L’ordinaire de la littérature

Construire un livre

Presque 7 mois se sont écoulés depuis le démarrage officiel de ma délégation CNRS : c’est un bon moment pour faire un nouveau bilan d’étape. Si la première partie de l’année a beaucoup été consacrée au bouclage de projets engagés avant la délégation (l’exposition et la journée d’études autour des albums coréens ; le montage du numéro “La littérature avant la lettre. L’album devant la théorie littéraire” de Fabula LHT, qui malheureusement paraîtra avec beaucoup de retard, à la fin de l’été 2024), et à d’assez nombreuses présentations orales, depuis janvier je me suis nettement orientée vers la formulation des résultats obtenus dans les deux programmes de lectures d’albums à des bébés en milieu de soin, “Lisons aux nourrissons” (néonatologie) et “lire aux bébés” (psy-périnatalité). Ayant en effet décidé de ne pas re-monter tout de suite de candidature ANR, j’avais pris la décision de poser d’abord clairement les bases de ce que nous savions déjà, à partir de nos données d’observation, puis de partir de ces “résultats préliminaires” (ça, c’est le vocabulaire des appels à projet) pour construire un ou plusieurs éventuels nouveaux projets, d’amplitude plus réduite. Les lectures engagées depuis le début de l’été 2023 m’ont en effet permis d’avoir une assise solide pour entamer ce projet de mise à plat. Il prendra la forme d’un livre : ce billet expose à quoi ressemble le chantier de “construction” d’un projet de livre.

Continuer la lecture de Construire un livre

#6 Lire aux bébés en unité néonatale (2/2)

Ce 6e épisode de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? termine le tour d’horizon international (surtout américain, à vrai dire) des lectures adressées aux bébés en néonatologie. Je signalais, en terminant le précédent billet, que les études existantes portant sur les lectures aux bébés prématurés étaient particulièrement prometteuses dans deux directions : le développement des capacités langagières futures du bébé ; et les effets des lectures sur le lien mère-enfant, envisagé en termes de synchronie. C’est donc de cela qu’on va parler ici.

Continuer la lecture de #6 Lire aux bébés en unité néonatale (2/2)

Pourquoi j’aime Tom-Tom et Nana

Au moment où je rédige ce billet, la bibliothèque municipale de Tours accueille Bernadette Després, l’illustratrice des célébrissimes Tom-Tom et Nana, pour un entretien avec Christophe Meunier, mon complice de l’InTRu – mais la foule est si dense en ce début de samedi après-midi que nous sommes plusieurs dizaines à ne pas pouvoir entrer dans la salle ! À défaut, la plupart des familles se replient vers l’exposition qui se tient jusqu’au 2 mars. Quand j’entre, un garçonnet de 6 ou 7 ans, le cou cassé en arrière, déchiffre les planches originales en lisant à haute voix, très concentré. Un autre, vraiment triste de ne pas avoir pu entrer, repart entre les deux parents, un recueil d’histoires à la main en guise de lot de consolation… Le succès de cette série ne se dément pas. Qu’est-ce qui séduit tant les enfants de cet âge dans les aventures de Tomtom et sa petite sœur ? Pour comprendre, j’ai visité l’exposition en essayant de me replonger dans mes sensations de petite fille.

Continuer la lecture de Pourquoi j’aime Tom-Tom et Nana

#5 Lire aux bébés en unité néonatale (1/2)

Pour ce 5e épisode de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ?, je vais enfin aborder la question des lectures en néonatologie. C’est logique : on s’est d’abord intéressé à l’intérêt de proposer des actions centrées sur la famille, puis on a découvert les effets que produisait la musique sur parents et bébés, et de là, on a affiné les connaissances sur les effets de la voix (chantée, parlée). Or la lecture est une intervention facile à monter, elle est centrée sur la famille, elle fait usage de la voix parlée, et en particulier celle des parents. Dons le monde n’a pas attendu notre programme “Lisons aux nourrissons” pour proposer des lectures d’albums aux bébés prématurés. Petit passage en revue de ce qu’on en dit ici ou là – en fait, surtout aux USA.

Continuer la lecture de #5 Lire aux bébés en unité néonatale (1/2)

Amour et ignorance des lectures de l’enfance. À propos d’un cours au Collège de France

William Marx, titulaire de la chaire de littératures comparées au Collège de France, a intitulé cette année son cours “Comment lire?”. D’une manière générale, ses cours et séminaires sont très intéressants, mais le sujet de cette année m’attire plus particulièrement encore, donc dès que les vidéos sont en ligne sur YouTube, je me fais un plaisir de les écouter. La 2e séance de cours, le 16 janvier, s’intitulait “Le goût de lire“. William Marx avait choisi de commencer par une série de statistiques sur la lecture en France, sur un ton de déploration bien connu – il l’a lui-même analysé avec finesse dans L’adieu à la littérature (2005). On ne lit plus, les jeunes ne lisent plus autant, etc. Il s’interroge donc : qu’est-ce qu’on aime, quand on aime lire? Et d’où ça vient ? Sans surprise, sa réflexion le mène… à l’enfance. C’est là que ça m’intéresse.

Continuer la lecture de Amour et ignorance des lectures de l’enfance. À propos d’un cours au Collège de France

#4 Le bébé prématuré et la voix maternelle

4e épisode de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ?, mon exposé des bases sur lesquelles s’est établi le programme ‘Lisons aux nourrissons’, lectures d’albums en néonatologie. Cette fois-ci, après la musique, on va parler de la voix, en particulier celle de la mère. Tous les bébés aiment entendre la voix de leur mère, on a même prouvé que les bébés à terme la “préfèrent” aux autres voix. On s’est donc demandé si ça marchait aussi pour les préma…

Continuer la lecture de #4 Le bébé prématuré et la voix maternelle

#3 La musique en unité néonatale

3e épisode de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ?, mon exposé des bases sur lesquelles s’est établi le programme ‘Lisons aux nourrissons’, lectures d’albums en néonatologie.

Continuer la lecture de #3 La musique en unité néonatale