Tous les articles par Cécile Boulaire

A propos Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

Lecture du moment: Romain Bertrand, Le Détail du monde

Si Le Détail du monde, sous-titré L’art perdu de la description de la nature (Seuil, 2019), a attiré mon attention à la librairie, c’est probablement à la faveur d’un malentendu, d’une méprise – d’une astuce de marketing ? Le titre énigmatique doublé d’un sous-titre propre à séduire une littéraire, la délicate illustration, un peu bucolique, se détachant sur le blanc mat de la couverture, le texte de 4e de couverture qui fait référence à des écrivains (Goethe, Ponge, Rilke) et à des objets et activités littéraires (« les mots nous manquent », « faire le portrait », « à court de phrases », « récit », « dictionnaire »), tout composait ce fameux « horizon d’attente » du lecteur qui rend possible la lecture.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Romain Bertrand, Le Détail du monde

Lecture du moment: Jens Andersen, Astrid Lindgren, une Fifi Brindacier dans le siècle

Les éditions Gaïa ont publié en février dernier une traduction française de la biographie rédigée par le Danois Jens Andersen en 2014. Sous le titre Astrid Lindgren. Une Fifi Brindacier dans le siècle [Denne dag, et liv – En Astrid Lindgren-biografi], l’ouvrage va enfin permettre aux lecteurs français de découvrir dans sa plénitude une autrice dont l’œuvre a été bien souvent maltraitée1.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Jens Andersen, Astrid Lindgren, une Fifi Brindacier dans le siècle

  1. Un compte-rendu de cet ouvrage, plus informé que le mien, va être publié à l’automne prochaine dans la revue Strenæ (de même que paraîtra, dans le même numéro, un compte-rendu de l’ouvrage de Wilfried Lignier rédigé par une sociologue). Je ne me livre, sur ce carnet de recherches, qu’à des notes de lecture très personnelles, qui assument leurs limites et leur partialité. C’est tout le plaisir qu’il y a, je crois, à tenir un « journal de recherche » personnel, qui permet de témoigner d’une pratique de lecture réelle, c’est-à-dire pas toujours spécialisée, souvent buissonnière, prélevant ce qui l’intéresse et négligeant ce qui lui échappe. []

Lecture du moment: Wilfried Lignier, Prendre

Je viens de terminer la lecture très stimulante de l’ouvrage du sociologue Wilfried Lignier intitulé Prendre et sous-titré Naissance d’une pratique sociale élémentaire (Seuil, 2019). Ce que le titre n’indique pas : il s’agit d’une recherche fondée sur l’observation du geste de « prendre » au sein d’une crèche, plus précisément d’une section des « grands ». Phénomène assez rare, donc, dans la sociologie de l’enfance : Lignier s’intéresse à la sociologie des enfants de moins de trois ans. L’ouvrage est très dense en observations, et ouvre des perspectives très intéressantes bien au-delà des seuls sociologues.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Wilfried Lignier, Prendre

Lecture du moment: Tove Jansson, Fair-play

Les éditions La Peuplade, à Chicoutimi (Canada) viennent de publier la traduction française d’un petit recueil de nouvelles pour adultes de Tove Jansson, sous le titre Fair-play (titre original: Rent spel). Traduites par Agneta Segol, ces nouvelles révèlent une autre Tove Jansson que celle des Moumine… quoique.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Tove Jansson, Fair-play

La tentation Lobel (2)

Il y a quelques jours je m’étais amusée, à l’occasion de la parution de Taupe et Mulot d’Henri Meunier et Benjamin Chaud, à dresser la liste des auteurs et illustrateurs qui, à mes yeux du moins, s’étaient mesurés au grand artiste qu’est Arnold Lobel, et avaient essayé, dans leurs albums, s’insuffler quelque chose de la poésie profonde et douce de ses livres. Je me rends compte avec effroi que j’ai oublié deux auteurs importants: correctif aujourd’hui. Ces deux auteurs sont deux autrices, Kitty Crowther et Mélanie Rutten.

Continuer la lecture de La tentation Lobel (2)

Une année pleine

L’année se termine. Il est d’usage de dire qu’on en sort fatigué. Je suis, pour ma part, épuisée. Rien qu’une enfilade de bonnes nuits de sommeil, quelques semaines sans mail et un peu de repos ne finisse par soigner, bien sûr. Mais je ressens le besoin de faire retour sur ce qui est cause de cet épuisement: un bilan de l’année écoulée. Continuer la lecture de Une année pleine

Lectures du moment: Arthur Lochman, La vie solide. La charpente comme éthique du faire

Pourquoi ai-je eu envie de lire ce livre écrit par un philosophe et consacré à la charpente ? Parce que l’image de couverture évoquait la sensualité d’un jouet en bois conçu par l’artiste japonais Katsumi Komagata, qui m’a toujours fascinée1. Composé de bûchettes de bois sérigraphiées et parfaitement lisses, il permet des assemblages imaginatifs, mais j’ai toujours aimé surtout la perfection de sa réalisation, son toucher lisse et sa finition laquée, ses couleurs pures, la rigueur de ses arêtes. Est-ce un motif suffisant pour choisir d’acheter et de lire un livre? Pour moi, oui.

Continuer la lecture de Lectures du moment: Arthur Lochman, La vie solide. La charpente comme éthique du faire

  1. Block’N Block était jusqu’à présent commercialisé par Les Trois Ourses, à qui j’ai emprunté cette photo. © photo: Anaïs Beaulieu / Les Trois Ourses []

Lectures du moment: Pierre Bergounioux, Hôtel du Brésil

Les éditions Gallimard viennent de publier ce petit texte de Pierre Bergounioux dans la collection “Connaissance de l’inconscient”, ce qui est en soi un motif de réjouissance, car de l’inconscient il n’est pas du tout question. Par contre, de Bergounioux, oui – et de son enfance enclose  de “grès hettangiens”.

Continuer la lecture de Lectures du moment: Pierre Bergounioux, Hôtel du Brésil

La tentation Lobel

À intervalles régulier, un auteur ou une paire auteur-illustrateur tente d’atteindre le niveau de perfection absolue incarné par la série Ranelot et Bufolet (Frog & Toad) d’Arnold Lobel. Cette fois, c’est le duo Henri Meunier & Benjamin Chaud qui s’y colle, avec Taupe et Mulot(Hélium, 2019). Continuer la lecture de La tentation Lobel

Lectures du moment: Véronique Decker, Pour une école publique émancipatrice

Troisième billet de mes “lectures de saison”, Pour une école publique émancipatrice est un petit livre (vert) publié chez Libertalia dans la collection “N’autre école”. Pourquoi est-ce que je le choisis dans le coin de table “sciences sociales / politiques” de ma librairie? Sans doute attirée par sa couleur, sans doute aussi par la dimension clairement affirmative de son titre, qui tranche sur le verbiage lénifiant que nous inflige actuellement l’université en régime “PIA3” en matière de réflexion pédagogique. Sans doute aussi parce que, lorsque je l’achète, on s’achemine vers la fin du semestre et que je ne suis pas très satisfaite du nouveau cours que j’ai expérimenté depuis janvier (j’en parle – avant – et – après). Ce que je cherche en effet, c’est réussir un enseignement qui soit pleinement émancipateur pour mes étudiants – et ce, d’autant plus que cette fournée-là se destine à enseigner à son tour. Et je le souhaite parce que je continue de croire, plus que jamais, à la nécessité d’un enseignement public de qualité, de la maternelle à l’université. Je ne connais pas alors les éditions Libertalia, mais je découvre vite que la collection à laquelle appartient ce titre, “N’autre école”, porte le nom d’une revue pédagogique de la CNT, revue partenaire du site Questions de classe(s) que je lis régulièrement. Je suis donc en terrain familier. Continuer la lecture de Lectures du moment: Véronique Decker, Pour une école publique émancipatrice

Lectures du moment: Thierry Laget, Proust prix Goncourt

Un week-end assez pluvieux avec grosse toux m’ont fourni le prétexte à lire le petit essai de Thierry Laget, Proust, prix Goncourt. Une émeute littéraire (Gallimard, 2019), publié à l’occasion du centenaire du prix Goncourt attribué à À l’ombre des jeunes filles en fleurs. L’occasion de se replonger dans l’atmosphère du Paris littéraire des années 1910 – dense et étriqué à la fois. Continuer la lecture de Lectures du moment: Thierry Laget, Proust prix Goncourt