Tous les articles par Cécile Boulaire

A propos Cécile Boulaire

maître de conférences à l'Université François-Rabelais de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

Peste ou choléra ?

Comme il faisait un temps splendide, j’ai passé mon après-midi en réunion (selon la loi qui veut qu’il pleuve le week-end). Je suis membre du bureau d’une école doctorale, au sein de mon université. Nous nous réunissons à intervalles réguliers pour des discussions souvent fastidieuses, toujours intéressantes, concernant les thèses menées et soutenues dans notre université, la formation que nous donnons à nos doctorants, la manière dont ils s’insèrent dans nos équipes de recherches. C’est l’occasion, car l’école est pluridisciplinaire, de faire une nouvelle fois le constat de la disparité des pratiques, des attentes, des implicites. Nous ne sommes, en général, d’accord sur rien : ni sur la durée des thèses, ni sur les modalités de l’encadrement, ni sur notre rôle dans la professionnalisation des doctorants. Ce ne sont pas des désaccords de fond, mais l’expression de différences culturelles, lies à des histoires disciplinaires distinctes, à des conditions matérielles très différentes selon les facultés, à des perspectives professionnelles qui n’ont rien de similaire selon les branches. Bref : c’est toujours épuisant, et en même temps, par certains côtés, rafraîchissant. Continuer la lecture de Peste ou choléra ? 

Des images hypnotiques du 68 des enfants

C’est une exposition enthousiasmante qui clôt (presque) le programme de recherches imaginé par Sophie Heywood autour du 1968 des enfants. Pour mémoire, le programme a notamment déjà donné matière à un colloque international, organisé par Sophie à l’université de Tours en octobre 2017, « 1968 and the boundaries of childhood », et à une publication copieuse dans le n°13 de la revue Strenæ, paru… mardi dernier! Cette fois, l’exposition était organisée par la médiathèque Françoise Sagan, avec, au commissariat d’expo, Sophie Heywood et Cécile Vergez-Sans. Continuer la lecture de Des images hypnotiques du 68 des enfants 

Balayer [la guimauve] devant sa porte

Le 1er novembre dernier, Olivier Barbarant signe dans Le Monde Diplomatique un article à charge intitulé « De la guimauve pour la jeunesse ». L’astérisque qui accompagne son nom nous apprend qu’Olivier Barbarant est à la fois « écrivain et inspecteur général de l’éducation nationale » et l’on ne sait trop si c’est en tant qu’écrivain ou en tant qu’inspecteur général de lettres qu’il signe cette tribune sévère avec la littérature pour la jeunesse. L’article fait réagir les professionnels. L’auteure Alice Brière-Haquet, déjà montée au créneau lorsqu’une chronique de Christophe Honoré avait mis à mal la littérature pour la jeunesse, publie sur son blog personnel un droit de réponse hélas partiellement anonyme, puisqu’il est signé du « Collectif des ConFiseurs et ConFiseuses de la Littérature (constitué d’auteurs, d’autrices, d’éditeurs et d’éditrices jeunesse) », qui a le mérite d’ouvrir le débat. Ce sont les termes de ce débat que je souhaiterais examiner ici, parce que l’article comme les réactions qu’il suscite (notamment sur Facebook) me paraissent révélateurs de la situation ambiguë de la littérature pour la jeunesse actuelle. Continuer la lecture de Balayer [la guimauve] devant sa porte 

Inauguration du Centre Patrice Wolf: où en sont les médias avec la littérature pour la jeunesse?

Ce samedi 18 novembre 2017 s’est tenue, à la BM de Tours, une journée consacrée aux relations entre médias et littérature pour la jeunesse, à l’occasion de l’inauguration du Centre Patrice Wolf. Pour mémoire, Patrice Wolf, qui a co-animé avec Denis Cheissoux, pendant 21 ans, l’émission « L’as-tu lu mon p’tit loup? » sur France Inter, a cédé à la BM de Tours un ensemble constitué de ses archives et des livres reçus dans le cadre de cette émission. C’est cette collection qui, ajoutée au fonds professionnel que la section jeunesse possédait déjà, est devenue le Centre Patrice Wolf. Une superbe plaquette, réalisée par le service communication de la ville de Tours à partir des dessins de de Bruno Heitz, dit tout ce qu’il faut savoir sur ce centre de ressources. Continuer la lecture de Inauguration du Centre Patrice Wolf: où en sont les médias avec la littérature pour la jeunesse? 

Une « Drôle de petite bibliothèque » chez MeMo

Lancée en 1942, en pleine guerre, la collection américaine « A Little Golden Book » est un tel succès que ses éditeurs entreprennent immédiatement de la décliner sous divers formats, pour toutes les bourses. Mais l’idée la plus amusante est celle des « Tiny Golden Library », bibliothèques miniatures imaginées à partir de 1948.  Les éditions MeMo, jamais en panne d’imagination, viennent de publier en français la plus amusante d’entre elles. Continuer la lecture de Une « Drôle de petite bibliothèque » chez MeMo 

Deux albums parfaits…

L’automne est la saison des parutions les plus abondantes, et chaque incursion en librairie est l’occasion de multiples tentations. Cette semaine, je suis revenue avec deux albums parfaits…

Qu’est-ce qu’un album « parfait » ? Bien sûr, le terme est trop fort, on aurait mille raisons de me le reprocher. Mais, à mes yeux, ces deux albums sont parfaits en cela qu’ils mettent en œuvre des moyens formels absolument adaptés à leur propos, et ce, dans un souci d’ajustement poussé à l’extrême. À cet égard, je trouve que Blanc de Margaux Othats (Magnani), et Le mauvais pli de Juliette Binet (Rouergue) atteignent, dans leur domaine, la perfection. Continuer la lecture de Deux albums parfaits… 

1968 and the boundaries of childhood: retour sur un colloque

Tout à l’heure s’est achevé le colloque international que Sophie Heywood organisait à Tours dans le cadre de son fellowship financé par le Studium. Pendant trois jours, nous avons parlé des effets des mouvements de 1968 sur la culture enfantine (livres, presse, télévision, espaces de jeu…) partout en Europe, y compris derrière le rideau de fer. La langue des échanges était l’anglais : j’en ressors donc absolument épuisée, mais enthousiasmée par la réussite absolue de cette rencontre intellectuelle.

Continuer la lecture de 1968 and the boundaries of childhood: retour sur un colloque 

« Avec lui, c’est plutôt la ligne pas claire »: hommage à René Moreu

Voilà ce qui se passe lorsqu’on est négligent, ou trop occupé : on laisse passer le moment de renouveler son adhésion, on perd le fil, on manque des numéros. Heureusement, Pascale Rousseau veille sur les mémoires défaillantes des adhérents de Mémoire d’Images, et relance les oublieux. Donc, au retour des vacances, et sous une pile de livres et courriers entassés « pour quand j’aurai le temps », voilà que je re-découvre le numéro de printemps de cette excellente revue dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises. Ravissement : le numéro est presque entièrement consacré à René Moreu.
Continuer la lecture de « Avec lui, c’est plutôt la ligne pas claire »: hommage à René Moreu 

« Moi, ce que je préfère, ce sont les dessins mystérieux qu’il y a dans Dis-moi Denys »

Ainsi s’exprime Marie dans le courrier des lecteurs du n°59 d’Okapi (avril 1974). Elle désigne par là les extraordinaires dessins abstraits que France de Ranchin fournit au magazine depuis déjà deux ans, qui contribuent à donner à Okapi une allure inimitable  dans ce début des années 1970. Tout a commencé par une commande de labyrinthes pour la rubrique centrale consacrée aux jeux (voir ce qu’en dit Loïc Boyer sur Cligne-Cligne Magazine). Continuer la lecture de « Moi, ce que je préfère, ce sont les dessins mystérieux qu’il y a dans Dis-moi Denys » 

Merci, « mes » stagiaires!

Le 26 juin s’est terminée la session 2017 du cours en ligne » Initiation à l’analyse d’albums » dans sa version Formation continue. Comme pour la fin de la session « étudiants », c’est avec une grande satisfaction que j’ai lu les travaux de fin de parcours des stagiaires engagés dans la formation. Avec un « plus » indéniable : si les étudiants font un usage très modéré, voire timoré, des ressources numériques permettant le contact (messagerie interne, forum participatif), ici les stagiaires dont les profils étaient extrêmement divers se sont véritablement emparés de ces fonctionnalités, en faisant exister la formation en dehors de moi. Continuer la lecture de Merci, « mes » stagiaires! 

Un « manuel » pour illustrateurs

L’auteur, illustratrice et très grande connaisseuse de l’album pour enfants Anna Castagnoli vient de publier un Manuale dell’illustratore (Editrice Bibliografica, 2017) sous-titré Come pubblicare album per bambini dont on rêverait qu’il soit traduit en français – tout au moins la première partie, celle qui consiste en conseils de réalisation adressés aux illustrateurs. Continuer la lecture de Un « manuel » pour illustrateurs