Tous les articles par Cécile Boulaire

A propos Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

Ni monde d’avant, ni monde d’après : une image d’aujourd’hui

Il y a quelques jours, j’ai relayé sur ma page Facebook une image, avec une brève légende. Cette image a fait l’objet d’un flux très inhabituel de commentaires, voire de polémiques. J’ai d’abord renvoyé les commentateurs les plus critiques à des éléments de contextualisation de cette image – ceux publiés par l’historienne Mathilde Larrère sur Twitter, puis ceux rédigés par l’historien des cultures visuelles André Gunthert sur son blog L’image sociale. Mais je me rends compte que ces deux excellentes contextualisations, l’une replaçant cette image dans sa continuité immédiate (la manifestation des soignants le 16 juin dernier, et les événements sociaux et politiques qui l’avaient précédée), l’autre incluant cette image-ci dans une réflexion plus large sur la viralité des images en régime médiatique, ne me satisfont pas totalement. Elles ne disent pas ce qui fait que moi, j’ai choisi de publier cette image. Après en avoir abondamment discuté avec mon collègue Laurent Gerbier, je lui ai proposé que nous livrions ici notre propre analyse de cette image, en essayant d’exposer avec clarté ce qui faisait que nous, l’un de culture littéraire, l’autre philosophe, avions d’emblée considéré cette image comme un « emblème » de quelque chose en train de se passer. Voici donc une lecture d’image à deux voix.

Continuer la lecture de Ni monde d’avant, ni monde d’après : une image d’aujourd’hui

« Publish or perish » & mandarinat

Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail adressé par un collègue étranger, me donnant des nouvelles d’un article que j’avais soumis à la revue qu’il administre il y a… presque deux ans. Ce type de délai n’est en réalité pas très étonnant, dans notre milieu. Le contenu du message de ce collègue l’est davantage.

Continuer la lecture de « Publish or perish » & mandarinat

Des « iconotextes » chez Hachette: réflexion sur la notion de collection

Quand j’étais enfant, je fréquentais l’annexe toute neuve d’une bibliothèque municipale qui avait ouvert dans mon quartier à peu près au moment où j’apprenais à lire. J’y ai méthodiquement épuisé tous les rayonnages de la section enfantine, à l’exception de celui des albums puisque j’avais passé l’âge. C’est là-bas, je pense, que s’est construit mon rapport intime à la collection comme unité éditoriale et, à mes yeux, « littéraire ». Pour moi qui apprenais sur le tas, il était clair que si un livre m’avait plu, ceux qui lui ressemblaient allaient me promettre le même plaisir. J’avais donc un œil affuté pour repérer les signes d’appartenance à un ensemble. Une monographie parue aux éditions Michel Lagarde a fait ressurgir cette période révolue, et la joie qui s’emparait de moi lorsque j’avais détecté au milieu d’un rayon un bouquin qui promettait d’être aussi fantastique que le premier de la série, découvert par hasard…

Continuer la lecture de Des « iconotextes » chez Hachette: réflexion sur la notion de collection

Boite à outil et Capucine

J’ai dit sur ce carnet de recherches tout le scepticisme que m’inspirait la « continuité pédagogique ». Par ailleurs, je n’ai cessé, au quotidien, d’alerter collègues et supérieurs des graves difficultés dans lesquelles se débattaient nos étudiants, et d’insister pour que nous mettions en place des mesures de bouclage de l’année qui n’accentuent pas de manière aveugle les déterminismes sociaux. Des semaines ont passé, et pendant ces semaines, nous n’avons pas cessé d’être profs –pas un seul instant alors même que nous sommes supposés « en vacances »! Ce qui veut dire que le souci de nos étudiants, de leurs difficultés, des nécessités de continuer à leur apprendre des choses et de leur apprendre à faire des choses, n’a quitté personne je pense. Ce qui finit par donner, sur le web, des propositions très intéressantes. Autant la « continuité pédagogique » à l’échelle individuelle me paraît relever du mensonge (oups… on dit « communication »), autant cette situation d’éloignement de chacun à l’égard des lieux de transmission pédagogique accélère de généreux mouvements de coopération à large échelle. Dans ce billet, je voudrais parler de La Boite à outils des historiens… et de Capucine, une fonte typographique créée par Alice Savoie.

Continuer la lecture de Boite à outil et Capucine

Lecture du moment: Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction

Les travaux de Vincent Jouve font partie de « l’outillage de base » de l’analyse littéraire, qu’il s’agisse des notions d' »effet-personnage » (1992) ou de « poétique des valeurs » (2001) qui se sont gentiment imposées comme des références claires, accessibles et efficaces. J’ai donc été ravie de découvrir, cet automne, qu’il avait sorti un nouveau livre consacré aux « pouvoirs de la fiction », qui plus est sous-titré « pourquoi aime-t-on les histoires? » (Armand Colin, 2019). Au-delà de mon intérêt pour ces questions, c’est précisément une des notions que j’essaie d’interroger avec mes étudiants du module « Langues et éducation » que j’initie à la littérature pour la jeunesse. En effet, ils débutent toujours ce cours avec, chevillée au corps, la conviction que les histoires servent à faire la morale aux enfants – il me faut bien deux semestres pour essayer de les convaincre d’élargir un peu la perspective… J’ai donc sauté sur ce titre, en me disant qu’il me fournirait peut-être de nouveaux leviers pour aider mes étudiants à y voir plus clair.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction

Qui parle des albums?

Cette période de réclusion forcée me donne l’occasion de rattraper un certain retard de lectures universitaires. Je souhaitais notamment lire tout ce qui s’écrit, depuis une dizaine d’année, sur l’album, dans divers milieux professionnels. Il me semblait intéressant d’essayer de confirmer (ou démentir) une intuition que j’avais eue, à parcourir quelques articles: j’ai eu en effet l’impression que beaucoup de chercheurs, au cours de leurs travaux, en viennent à évoquer l’album, comme objet principal ou secondaire de leur intérêt (linguistiques, didacticiens, enseignants, sociologues), et que d’une manière générale ils semblent en parler sans savoir sur quelle base ferme s’appuyer. Ce qui me frappe, et que j’aimerais confirmer par des lectures plus systématiques, c’est qu’aucun discours stable sur ce qu’est un « album » n’émerge dans ces travaux, ce que confirme d’ailleurs généralement la bibliographie associée à l’article. J’en tirerai, en fin de billet, quelques conclusions bien sûr, mais en attendant, cette discipline de lecture me permet de découvrir des travaux de chercheurs que je connaissais mal, voire pas du tout. Ces derniers jours, mes lectures ont concerné des travaux de linguistes.

Continuer la lecture de Qui parle des albums?

Continuité pédagogique aux fraises

Depuis 10 jours, en tant que directrice de département et de filière, je me dois de relayer à mes collègues les injonctions, toujours plus pressantes, en faveur de la « continuité pédagogique ». Je le fais en mettant toujours en garde, depuis le début, sur l’effet de puissant mirage de ce mantra. Il n’y a aucune « continuité pédagogique », nous vivons au contraire la plus violente rupture pédagogique que notre université ait jamais connue, elle qui n’est pourtant pas avare de grèves, blocages et autres « printemps des chaises » (ceux de 2009 comprendront…). Une fois de plus, avec ce slogan que chacun repète à l’envi, ce gouvernement de chargés de com’ au petit pied brutalise la langue et la démonétise – on se souvient par exemple des « filières en tension », formule inventée au moment de lancer APB puis Parcoursup, manière honteuse de désigner les filières d’enseignement totalement engorgées d’étudiants parce que les recrutements de profs, depuis 10 ans, sont largement en-dessous des besoins d’encadrement de la jeunesse. Et là, en une formule maladroite, la porte-parole du gouvernement révèle avec éclat ce que ces gens pensent, au fond, de nous les enseignants: tout ça, c’est du pipeau, parce que pour eux, en vrai, on ne travaille pas.

Continuer la lecture de Continuité pédagogique aux fraises

Fischer par transparence

Pendant que des policiers matraquent des manifestants, que d’autres font passer le bac, et que les universités publiques s’inquiètent, comme les hôpitaux publics et les tribunaux publics, de ce qu’on est en train de faire du modèle social de la république, des artistes publient des livres. Et des libraires les font vivre. Entre deux manifs, j’ai ainsi pu découvrir les derniers livres de Jérémie Fischer, à qui j’avais consacré un billet la première année de ce carnet de recherches. Ouvrir un livre de Jérémie Fischer, c’est s’offrir une chouette parenthèse de finesse, de beauté et de malice dans un quotidien un peu moche et inquiétant…

Continuer la lecture de Fischer par transparence

États généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur

Ce vendredi 31 janvier 2020 était « banalisé » dans mon université, afin que tous puissent participer aux « États généraux » mis sur pied par des collègues bien organisés. La situation, dans ma faculté, est complexe : fac d’abord occupée par des étudiants mobilisés, assez vite dépassés par des éléments incontrôlables qui ont commis d’importantes dégradations ; donc ensuite fac fermée administrativement ; et désormais, fac en réparation, jusqu’à nouvel ordre. Ce blocage, une nouvelle fois conflictuel, a contribué à brouiller, notamment à destination des étudiants, les messages que souhaitaient leur adresser tous ceux qui étaient mobilisés, étudiants comme membres du personnel. Tout le monde ne parlait que du blocage, de la tentative de déblocage par un groupuscule de petits fachos, puis de l’importance (réelle ou fantasmée) des dégâts matériels, ce qui a totalement occulté les motifs du mouvement de mobilisation en cours. Tous (collègues administratifs, enseignants et enseignants-chercheurs, étudiants) sont épuisés ; nous multiplions les réunions, les échanges de mails, les courriers aux étudiants, les efforts de mobilisation, avec parfois le sentiment que tout ceci est en pure perte. J’allais donc sans enthousiasme à ces « États généraux », épuisée par une semaine de tensions. J’y suis pourtant restée la journée entière. Continuer la lecture de États généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur

Carnet en lutte

Opposé à la réforme des retraites et à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, solidaire de tou•tes les travailleur•es en lutte, ce carnet de recherche rejoint la mobilisation en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche ainsi que l’appel des travailleuses et travailleurs du numérique.

[l’image d’en-tête provient du site internet de La Nouvelle République, elle représente une manif aux flambeaux à Poitiers. Pourquoi Poitiers? Parce qu’à Tours, nous devons désormais manifester SANS La banderole de l’université, qui est coincée dans un bâtiment actuellement interdit d’accès].

Des livres et des bébés: un projet de lecture en néonatologie

J’ai présenté hier, dans le cadre du Conseil annuel du service de néonatologie du CHU de Tours, le projet sur lequel nous travaillons collectivement depuis 15 mois: Des livres et des bébés. Il s’agit d’un projet assez ambitieux, dont nous espérons lancer bientôt la partie pratique, axée sur la dimension culturelle, et d’ici quelques mois, la partie scientifique, notamment les protocoles permettant d’évaluer les effets de nos actions. Concrètement, l’idée est de construire puis conforter une pratique de lecture d’albums (mais aussi de chansons et de comptines) dans le tout nouveau service de néonatologie de l’hôpital Bretonneau. Lire à des prématurés, ça a quel sens?…

Continuer la lecture de Des livres et des bébés: un projet de lecture en néonatologie

Qu’est-ce qu’on attend pour lire aux bébés?

En 1989, deux pédiatres et une éducatrice de jeunes enfants de l’hôpital de Boston (Massachusetts) imaginent un dispositif inédit pour lutter contre les problèmes croissants d’accès à la culture écrite et d’illettrisme, notamment dans les familles pauvres. Barry Zuckerman, Robert Needlman et Kathleen Fitzgerald-Rice inventent donc Reach Out and Read, un dispositif d’accompagnement des soins pédiatriques donnés aux moins de 5 ans. Il s’agit de coupler prévention et suivi médical d’un côté, acculturation au livre et à l’écrit de l’autre, tout au long du suivi pédiatrique des jeunes enfants accompagnés de leurs parents. Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’on attend pour lire aux bébés?