Tous les articles par Cécile Boulaire

A propos Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

Alain Le Foll: une expo et un livre

En ce moment se tient à Evian, au Palais Lumière, une exposition intitulée Alain Le Foll, maître de l’imaginaire (elle emprunte au titre de la fondation suisse créée par Etienne Delessert pour mettre en valeur une génération d’illustrateurs fondateurs). J’ai eu la chance d’être sollicitée par la commissaire d’exposition, Céline Chica-Castex, conservatrice au département des estampes et de la photographie de la BnF, pour rédiger la partie « illustration jeunesse » du catalogue, publié par les éditions Fabelio. Non seulement j’ai eu un plaisir infini à rédiger ce chapitre, qui m’a conduite à me replonger dans l’œuvre fascinante d’Alain Le Foll, vraiment un Grand, mais en plus, le livre est magnifique!

« Lisons aux nourrissons »: un bilan à 6 mois

Nous avons prévu de faire un bilan à peu près mensuel de nos lectures dans le service de néonatologie, afin de le communiquer à toutes les parties prenantes: hôpital, bibliothèque, bénévoles… C’est moi qui suis chargée de la rédaction cette fois-ci, et mes partenaires de lecture m’ont autorisée à le publier sur ce ‘carnet de recherches’, afin de le partager.

Continuer la lecture de « Lisons aux nourrissons »: un bilan à 6 mois

Lire aux bébés: présentation du projet dans le cadre du séminaire de méthode de l’InTRu

J’ai eu le plaisir de présenter les tenants et les aboutissants du projet « lire aux bébés » mené avec l’association Livre passerelle et le CHU de Tours – et maintenant, le CHIC d’Amboise – dans le cadre du séminaire de méthode de l’équipe InTRu, le 9 mars dernier. On peut revisionner cette présentation qui était dématérialisée et a été enregistrée.

Continuer la lecture de Lire aux bébés: présentation du projet dans le cadre du séminaire de méthode de l’InTRu

Lire aux bébés: pourquoi des particularités françaises?

Ce billet est dédié aux étudiants de l’UERSH « Les enjeux du récit en pédiatrie » de la faculté de médecine de Tours

Il y a environ un an, j’ai publié un billet consacré aux programmes d’ « acculturation » des bébés aux livres. L’idée de ce petit texte informatif était née accidentellement, alors que je travaillais moi-même à la préparation d’un projet avec l’association Livre Passerelle1. En effet, pour rédiger divers documents d’accompagnement de ce projet auquel nous travaillions depuis des mois, j’ai eu besoin de remonter, historiquement, aux premiers dispositifs mettant en présence des livres, des bébés et des soignants. Dans mon esprit, ça remontait aux années 1980, et j’avais en tête le rôle fondamental joué en France par ACCES et les psychiatres qui ont fondé cette association. Or ma surprise a été grande de découvrir que la situation française, à cet égard, était relativement singulière, voire marginale, et que si des projets avaient émergé à peu près à la même date un peu partout dans le monde, ils avaient en général une tonalité bien différente de ce qui se faisait en France. Le billet d’aujourd’hui voudrait essayer d’expliquer la singularité de la situation française.

Continuer la lecture de Lire aux bébés: pourquoi des particularités françaises?
  1. pour ce projet, Livre Passerelle a obtenu le Grand prix du jury « Lecture, enfance et parentalité » décerné par la fondation Crédit mutuel pour la lecture, ainsi qu’un soutien décerné conjointement par la DRAC et l’Agence régionale de santé dans le cadre de l’appel à projets « culture & santé » []

Livres pour enfants & médecine: c’est fini pour cette année

J’avais prévu de rendre un compte régulier de ce cours, évoqué dans mon précédent billet, mais le temps passe trop vite. Il a fallu inventer, semaine après semaines, des manières de faire pour atteindre mes objectifs et pour enseigner avec un outil de visio peu adapté à la pédagogie (les étudiants ne peuvent ou ne veulent pas allumer leurs caméras); puis il a fallu inventer un sujet d’examen qui soit cohérent avec ce que nous avions collectivement réussi à élaborer; enfin il a fallu corriger au galop, pour que les notes soient prêtes pour les jurys. Pas trop le temps de respirer…

Continuer la lecture de Livres pour enfants & médecine: c’est fini pour cette année

Livres pour enfants & médecine: c’est reparti!

Nous avions à peine digéré la mise en place de l’enseignement « semi-distanciel », qui nous avait été imposé alors que nous avions à peine digéré la rentrée en mode covid… et voilà que lundi dernier, au retour des congés de la Toussaint, nous avons dû passer à un enseignement intégralement à distance. Autrement dit, en un demi-semestre, nous avons déjà expérimenté trois nouvelles modalités d’enseignement: un enseignement dans lequel nous nous étouffons dans les masques, sans jamais pouvoir cerner sur le visage de nos étudiants de quelle manière « passe » ce que nous essayons de leur enseigner; un enseignement dans lequel nous devons faire cours (masqués) aux étudiants présents (masqués), tout en retransmettant en direct et sans assistance ce même cours aux étudiants qui sont reclus chez eux; enfin un enseignement dans lequel nous sommes, comme nos étudiants, chez nous (sans masques!), derrière des écrans d’ordinateurs. Alors qu’au printemps dernier, le premier confinement (nous l’appelions, alors, « LE confinement… ») avait surtout produit angoisse et mécontentement, celui-ci suscite une immense fatigue. Les semaines de cours écoulées depuis la rentrée ont déjà été très complexes. Les étudiants sont perturbés, ils ont donc besoin d’une vigilance particulière. Mais dans le même temps, les équipes pédagogiques sont désorientées par la nécessité de mettre en place, chaque fois dans l’urgence, des modalités inhabituelles, exigeant souvent que nous nous formions à de nouveaux outils – et bien souvent, que nous bricolions. Bien sûr, nous y sommes habitués. Mais d’ordinaire, quand nous nous lançons dans une innovation pédagogique, c’est ponctuel: pour un cours d’abord, en attendant de tirer des leçons de ce qui fonctionne et de ce qu’il faudra éviter. Là, c’est tout le monde, pour tous les cours, au même moment. Sans filet. C’est tout simplement éreintant.

Continuer la lecture de Livres pour enfants & médecine: c’est reparti!

Ni monde d’avant, ni monde d’après : une image d’aujourd’hui

Il y a quelques jours, j’ai relayé sur ma page Facebook une image, avec une brève légende. Cette image a fait l’objet d’un flux très inhabituel de commentaires, voire de polémiques. J’ai d’abord renvoyé les commentateurs les plus critiques à des éléments de contextualisation de cette image – ceux publiés par l’historienne Mathilde Larrère sur Twitter, puis ceux rédigés par l’historien des cultures visuelles André Gunthert sur son blog L’image sociale. Mais je me rends compte que ces deux excellentes contextualisations, l’une replaçant cette image dans sa continuité immédiate (la manifestation des soignants le 16 juin dernier, et les événements sociaux et politiques qui l’avaient précédée), l’autre incluant cette image-ci dans une réflexion plus large sur la viralité des images en régime médiatique, ne me satisfont pas totalement. Elles ne disent pas ce qui fait que moi, j’ai choisi de publier cette image. Après en avoir abondamment discuté avec mon collègue Laurent Gerbier, je lui ai proposé que nous livrions ici notre propre analyse de cette image, en essayant d’exposer avec clarté ce qui faisait que nous, l’un de culture littéraire, l’autre philosophe, avions d’emblée considéré cette image comme un « emblème » de quelque chose en train de se passer. Voici donc une lecture d’image à deux voix.

Continuer la lecture de Ni monde d’avant, ni monde d’après : une image d’aujourd’hui

« Publish or perish » & mandarinat

Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail adressé par un collègue étranger, me donnant des nouvelles d’un article que j’avais soumis à la revue qu’il administre il y a… presque deux ans. Ce type de délai n’est en réalité pas très étonnant, dans notre milieu. Le contenu du message de ce collègue l’est davantage.

Continuer la lecture de « Publish or perish » & mandarinat

Des « iconotextes » chez Hachette: réflexion sur la notion de collection

Quand j’étais enfant, je fréquentais l’annexe toute neuve d’une bibliothèque municipale qui avait ouvert dans mon quartier à peu près au moment où j’apprenais à lire. J’y ai méthodiquement épuisé tous les rayonnages de la section enfantine, à l’exception de celui des albums puisque j’avais passé l’âge. C’est là-bas, je pense, que s’est construit mon rapport intime à la collection comme unité éditoriale et, à mes yeux, « littéraire ». Pour moi qui apprenais sur le tas, il était clair que si un livre m’avait plu, ceux qui lui ressemblaient allaient me promettre le même plaisir. J’avais donc un œil affuté pour repérer les signes d’appartenance à un ensemble. Une monographie parue aux éditions Michel Lagarde a fait ressurgir cette période révolue, et la joie qui s’emparait de moi lorsque j’avais détecté au milieu d’un rayon un bouquin qui promettait d’être aussi fantastique que le premier de la série, découvert par hasard…

Continuer la lecture de Des « iconotextes » chez Hachette: réflexion sur la notion de collection

Boite à outil et Capucine

J’ai dit sur ce carnet de recherches tout le scepticisme que m’inspirait la « continuité pédagogique ». Par ailleurs, je n’ai cessé, au quotidien, d’alerter collègues et supérieurs des graves difficultés dans lesquelles se débattaient nos étudiants, et d’insister pour que nous mettions en place des mesures de bouclage de l’année qui n’accentuent pas de manière aveugle les déterminismes sociaux. Des semaines ont passé, et pendant ces semaines, nous n’avons pas cessé d’être profs –pas un seul instant alors même que nous sommes supposés « en vacances »! Ce qui veut dire que le souci de nos étudiants, de leurs difficultés, des nécessités de continuer à leur apprendre des choses et de leur apprendre à faire des choses, n’a quitté personne je pense. Ce qui finit par donner, sur le web, des propositions très intéressantes. Autant la « continuité pédagogique » à l’échelle individuelle me paraît relever du mensonge (oups… on dit « communication »), autant cette situation d’éloignement de chacun à l’égard des lieux de transmission pédagogique accélère de généreux mouvements de coopération à large échelle. Dans ce billet, je voudrais parler de La Boite à outils des historiens… et de Capucine, une fonte typographique créée par Alice Savoie.

Continuer la lecture de Boite à outil et Capucine

Lecture du moment: Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction

Les travaux de Vincent Jouve font partie de « l’outillage de base » de l’analyse littéraire, qu’il s’agisse des notions d' »effet-personnage » (1992) ou de « poétique des valeurs » (2001) qui se sont gentiment imposées comme des références claires, accessibles et efficaces. J’ai donc été ravie de découvrir, cet automne, qu’il avait sorti un nouveau livre consacré aux « pouvoirs de la fiction », qui plus est sous-titré « pourquoi aime-t-on les histoires? » (Armand Colin, 2019). Au-delà de mon intérêt pour ces questions, c’est précisément une des notions que j’essaie d’interroger avec mes étudiants du module « Langues et éducation » que j’initie à la littérature pour la jeunesse. En effet, ils débutent toujours ce cours avec, chevillée au corps, la conviction que les histoires servent à faire la morale aux enfants – il me faut bien deux semestres pour essayer de les convaincre d’élargir un peu la perspective… J’ai donc sauté sur ce titre, en me disant qu’il me fournirait peut-être de nouveaux leviers pour aider mes étudiants à y voir plus clair.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction

Qui parle des albums?

Cette période de réclusion forcée me donne l’occasion de rattraper un certain retard de lectures universitaires. Je souhaitais notamment lire tout ce qui s’écrit, depuis une dizaine d’année, sur l’album, dans divers milieux professionnels. Il me semblait intéressant d’essayer de confirmer (ou démentir) une intuition que j’avais eue, à parcourir quelques articles: j’ai eu en effet l’impression que beaucoup de chercheurs, au cours de leurs travaux, en viennent à évoquer l’album, comme objet principal ou secondaire de leur intérêt (linguistiques, didacticiens, enseignants, sociologues), et que d’une manière générale ils semblent en parler sans savoir sur quelle base ferme s’appuyer. Ce qui me frappe, et que j’aimerais confirmer par des lectures plus systématiques, c’est qu’aucun discours stable sur ce qu’est un « album » n’émerge dans ces travaux, ce que confirme d’ailleurs généralement la bibliographie associée à l’article. J’en tirerai, en fin de billet, quelques conclusions bien sûr, mais en attendant, cette discipline de lecture me permet de découvrir des travaux de chercheurs que je connaissais mal, voire pas du tout. Ces derniers jours, mes lectures ont concerné des travaux de linguistes.

Continuer la lecture de Qui parle des albums?