Tous les articles par Cécile Boulaire

A propos Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

Qui parle des albums?

Cette période de réclusion forcée me donne l’occasion de rattraper un certain retard de lectures universitaires. Je souhaitais notamment lire tout ce qui s’écrit, depuis une dizaine d’année, sur l’album, dans divers milieux professionnels. Il me semblait intéressant d’essayer de confirmer (ou démentir) une intuition que j’avais eue, à parcourir quelques articles: j’ai eu en effet l’impression que beaucoup de chercheurs, au cours de leurs travaux, en viennent à évoquer l’album, comme objet principal ou secondaire de leur intérêt (linguistiques, didacticiens, enseignants, sociologues), et que d’une manière générale ils semblent en parler sans savoir sur quelle base ferme s’appuyer. Ce qui me frappe, et que j’aimerais confirmer par des lectures plus systématiques, c’est qu’aucun discours stable sur ce qu’est un “album” n’émerge dans ces travaux, ce que confirme d’ailleurs généralement la bibliographie associée à l’article. J’en tirerai, en fin de billet, quelques conclusions bien sûr, mais en attendant, cette discipline de lecture me permet de découvrir des travaux de chercheurs que je connaissais mal, voire pas du tout. Ces derniers jours, mes lectures ont concerné des travaux de linguistes.

Continuer la lecture de Qui parle des albums?

Continuité pédagogique aux fraises

Depuis 10 jours, en tant que directrice de département et de filière, je me dois de relayer à mes collègues les injonctions, toujours plus pressantes, en faveur de la “continuité pédagogique”. Je le fais en mettant toujours en garde, depuis le début, sur l’effet de puissant mirage de ce mantra. Il n’y a aucune “continuité pédagogique”, nous vivons au contraire la plus violente rupture pédagogique que notre université ait jamais connue, elle qui n’est pourtant pas avare de grèves, blocages et autres “printemps des chaises” (ceux de 2009 comprendront…). Une fois de plus, avec ce slogan que chacun repète à l’envi, ce gouvernement de chargés de com’ au petit pied brutalise la langue et la démonétise – on se souvient par exemple des “filières en tension”, formule inventée au moment de lancer APB puis Parcoursup, manière honteuse de désigner les filières d’enseignement totalement engorgées d’étudiants parce que les recrutements de profs, depuis 10 ans, sont largement en-dessous des besoins d’encadrement de la jeunesse. Et là, en une formule maladroite, la porte-parole du gouvernement révèle avec éclat ce que ces gens pensent, au fond, de nous les enseignants: tout ça, c’est du pipeau, parce que pour eux, en vrai, on ne travaille pas.

Continuer la lecture de Continuité pédagogique aux fraises

Fischer par transparence

Pendant que des policiers matraquent des manifestants, que d’autres font passer le bac, et que les universités publiques s’inquiètent, comme les hôpitaux publics et les tribunaux publics, de ce qu’on est en train de faire du modèle social de la république, des artistes publient des livres. Et des libraires les font vivre. Entre deux manifs, j’ai ainsi pu découvrir les derniers livres de Jérémie Fischer, à qui j’avais consacré un billet la première année de ce carnet de recherches. Ouvrir un livre de Jérémie Fischer, c’est s’offrir une chouette parenthèse de finesse, de beauté et de malice dans un quotidien un peu moche et inquiétant…

Continuer la lecture de Fischer par transparence

États généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur

Ce vendredi 31 janvier 2020 était “banalisé” dans mon université, afin que tous puissent participer aux “États généraux” mis sur pied par des collègues bien organisés. La situation, dans ma faculté, est complexe : fac d’abord occupée par des étudiants mobilisés, assez vite dépassés par des éléments incontrôlables qui ont commis d’importantes dégradations ; donc ensuite fac fermée administrativement ; et désormais, fac en réparation, jusqu’à nouvel ordre. Ce blocage, une nouvelle fois conflictuel, a contribué à brouiller, notamment à destination des étudiants, les messages que souhaitaient leur adresser tous ceux qui étaient mobilisés, étudiants comme membres du personnel. Tout le monde ne parlait que du blocage, de la tentative de déblocage par un groupuscule de petits fachos, puis de l’importance (réelle ou fantasmée) des dégâts matériels, ce qui a totalement occulté les motifs du mouvement de mobilisation en cours. Tous (collègues administratifs, enseignants et enseignants-chercheurs, étudiants) sont épuisés ; nous multiplions les réunions, les échanges de mails, les courriers aux étudiants, les efforts de mobilisation, avec parfois le sentiment que tout ceci est en pure perte. J’allais donc sans enthousiasme à ces “États généraux”, épuisée par une semaine de tensions. J’y suis pourtant restée la journée entière. Continuer la lecture de États généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur

Carnet en lutte

Opposé à la réforme des retraites et à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche, solidaire de tou•tes les travailleur•es en lutte, ce carnet de recherche rejoint la mobilisation en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche ainsi que l’appel des travailleuses et travailleurs du numérique.

[l’image d’en-tête provient du site internet de La Nouvelle République, elle représente une manif aux flambeaux à Poitiers. Pourquoi Poitiers? Parce qu’à Tours, nous devons désormais manifester SANS La banderole de l’université, qui est coincée dans un bâtiment actuellement interdit d’accès].

Des livres et des bébés: un projet de lecture en néonatologie

J’ai présenté hier, dans le cadre du Conseil annuel du service de néonatologie du CHU de Tours, le projet sur lequel nous travaillons collectivement depuis 15 mois: Des livres et des bébés. Il s’agit d’un projet assez ambitieux, dont nous espérons lancer bientôt la partie pratique, axée sur la dimension culturelle, et d’ici quelques mois, la partie scientifique, notamment les protocoles permettant d’évaluer les effets de nos actions. Concrètement, l’idée est de construire puis conforter une pratique de lecture d’albums (mais aussi de chansons et de comptines) dans le tout nouveau service de néonatologie de l’hôpital Bretonneau. Lire à des prématurés, ça a quel sens?…

Continuer la lecture de Des livres et des bébés: un projet de lecture en néonatologie

Qu’est-ce qu’on attend pour lire aux bébés?

En 1989, deux pédiatres et une éducatrice de jeunes enfants de l’hôpital de Boston (Massachusetts) imaginent un dispositif inédit pour lutter contre les problèmes croissants d’accès à la culture écrite et d’illettrisme, notamment dans les familles pauvres. Barry Zuckerman, Robert Needlman et Kathleen Fitzgerald-Rice inventent donc Reach Out and Read, un dispositif d’accompagnement des soins pédiatriques donnés aux moins de 5 ans. Il s’agit de coupler prévention et suivi médical d’un côté, acculturation au livre et à l’écrit de l’autre, tout au long du suivi pédiatrique des jeunes enfants accompagnés de leurs parents. Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’on attend pour lire aux bébés?

Lecture du moment: Nathalie Parain

Les éditions MeMo sont fidèles. Dès 2006, dans la collection alors dirigée par les Trois Ourses, elles entreprennent de rééditer des albums illustrés dans les années 1930 par Nathalie Parain. Ce sera Mon Chat d’André Beucler (2006), suivi par Châtaigne (2009), Baba Yaga (2010), Faites votre marché (2012), Je Découpe (2013), Jeux en images (2014). Ces rééditions complètent celles qui sont réalisées par l’Association des Amis du Père Castor. Mais le projet de MeMo va au-delà. Il s’agit en effet, dans cette entreprise de réévaluation du patrimoine du livre, de donner à voir la profonde modernité des livres du passé – pas de nostalgie donc : ces livres sont pour les enfants du temps présent. Seront alors réédités, ou parfois même édités pour la première fois sous cette forme, Quand la poésie jonglait avec l’image de Marchak et Lebedev (2005), Animaux à mimer de Tretiakov et Rodtchenko (2010), Les Deux Carrés d’El Lissitsky (2013). Les lecteurs d’aujourd’hui peuvent ainsi avoir un aperçu de la créativité extraordinaire des avant-gardes russes dans les années 1910-1930, en matière de livres pour enfants. Ce processus est parachevé par la parution, cette semaine, d’une monographie consacrée à Nathalie Parain, magnifiquement illustrée et mise en page. Continuer la lecture de Lecture du moment: Nathalie Parain

Rencontrer

Il y a quelques mois, à l’issue d’une année éprouvante sur le plan personnel, j’ai pris la décision de m’accorder, en 2020, une “année blanche”, entendre sans engagement à l’extérieur, sans projet autre que ceux que j’avais envie de porter moi-même, ici, là où je vis. Cette décision était dictée d’abord par une fatigue immense qui exigeait de réduire le rythme de mes déplacements et engagements, mais aussi, et peut-être surtout, par la nécessité interne de me recentrer sur des actions qui avaient profondément du sens, et donc, d’en faire moins, mais mieux. Ou plus modestement : d’en faire moins, avec l’espoir de faire moins mal. Continuer la lecture de Rencontrer

La tentation Lobel (3)

Il y a quelques mois, j’ai commencé à lister les albums qui, de mon point de vue, manifestaient la rémanence, dans l’esprit des artistes contemporains, des albums si parfaits d’Arnold Lobel (c’est et ). Je partais de la parution récente du premier volume des aventures de Taupe et Mulot (Henri Meunier et Benjamin Chaud), et j’évoquais au passage Ramona descu, Toon Tellegen, Kitty Crowther, Mélanie Rutten. J’avais sciemment évité de parler de La Galette et la Grande Ourse, paru en 2009 chez Casterman, que son auteur, Anne Herbauts, dédiait précisément à Lobel et aux souvenirs des lectures qui lui avaient été faites de ses albums. Il m’avait semblé en effet que, malgré le talent absolument indéniable d’Anne Herbauts, son geste ne parvenait alors pas à atteindre la forme de perfection que réalisait Lobel, notamment en termes de simplicité.

Dix ans ont passé. Anne Herbauts publie ce mois-ci, chez Pastel, ce qui semble le premier volume des aventures de Matin Minet, le chat, et de son acolyte le charançon Hadek. Et cette fois, tout y est! C’est à la fois très simple et très poétique – comme Anne Herbauts sait si bien y faire.  Le chat et le charançon partent en quête du Point du jour. Ils croisent notamment Pastouro le vrai ours,  un tigre en peluche nommé Doudoumir, le roitelet Michka… et peuvent se coucher sereins, parce que leur désir a été satisfait. Avant cela, ils auront fait des tumuli de miettes et  laissé leurs traces dans “le frais cresson bleu”. Le texte est fait pour être partagé à l’oral : on imagine les accents terribles de Pomme de pin le péremptoire,  du Gendarme et du Carabinier, de l’âne ou du chat Mystère, on anticipe le plaisir un peu inquiet du petit enfant à qui le texte est offert, qui observe ces deux personnages tourner autour du “point”, ce point-du-jour qui, pour nous adultes, est l’aurore, ce qui ne va pas de soi…  Les lecteurs vont attendre avec impatience la suite des aventures de Matin Minet et Hadek le charançon : fantasques, tendres, sérieuses et délicates !

Anne Herbauts, Matin Minet – le Point du Jour, Pastel, 2019.
Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "La tentation Lobel (3)," in Album '50', 18 octobre 2019, https://album50.hypotheses.org/3367.

2e Assises de la littérature jeunesse

Ce lundi 7 octobre se sont tenues à la BnF les 2e Assises de la littérature jeunesse, à l’initiative du SNE et avec le soutien du CNLJ. Je tenais à y être, car, contrairement à ce qui se produit souvent dans les colloques interprofessionnels (et en particulier quand ils se tiennent à la BnF), la première édition avait été animée, et avait donné lieu à des débats et prises de position vindicatives, dont avaient rendu compte Mathilde Lévêque et Bérénice Waty sur le Magasin des enfantsContinuer la lecture de 2e Assises de la littérature jeunesse

Lecture du moment: Romain Bertrand, Le Détail du monde

Si Le Détail du monde, sous-titré L’art perdu de la description de la nature (Seuil, 2019), a attiré mon attention à la librairie, c’est probablement à la faveur d’un malentendu, d’une méprise – d’une astuce de marketing ? Le titre énigmatique doublé d’un sous-titre propre à séduire une littéraire, la délicate illustration, un peu bucolique, se détachant sur le blanc mat de la couverture, le texte de 4e de couverture qui fait référence à des écrivains (Goethe, Ponge, Rilke) et à des objets et activités littéraires (« les mots nous manquent », « faire le portrait », « à court de phrases », « récit », « dictionnaire »), tout composait ce fameux « horizon d’attente » du lecteur qui rend possible la lecture.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Romain Bertrand, Le Détail du monde