Tous les articles par Cécile Boulaire

A propos Cécile Boulaire

maître de conférences HDR à l'Université de Tours, est spécialisée en littérature pour la jeunesse.

Lecture du moment : Jean-Christophe Cavallin, Valet noir

Sous-titré “Vers une écologie du récit”, l’ouvrage de Jean-Christophe Cavallin avait attiré mon regard lorsque je cherchais à étoffer mes lectures consacrées à la question du récit. Le livre est sorti ce printemps, il a eu une assez bonne couverture médiatique (pour ce genre d’ouvrage, il va sans dire…) puisque Le Monde en a parlé (sous la plume de Jean-Louis Jeannelle, qui dirige aussi Fabula-LhT), Les Échos aussi, et que la revue en ligne Diacritik lui a consacré un long portrait – il faut cependant reconnaître que Jean-Christophe Cavallin est un collaborateur régulier de cette revue culturelle en ligne, et que l’entretien est signé par Christine Marcandier, qui est sa collègue au sein du master “Ecopoétique et création” à l’université d’Aix-Marseille et à qui l’auteur adresse ses remerciements à la fin de son ouvrage. Bref : un livre qui semble attendu dans la petite communauté des chercheurs qui, en France, introduisent “l’écocritique” dans les études littéraires1. Ce n’est pas une sensibilité dont je me sens naturellement proche, mais le livre était suffisamment intrigant pour donner envie d’y aller voir de plus près, et j’aime lire les parutions récentes, pour “prendre le pouls”. Le livre me laisse des impressions mélangées. Les quelques recensions disponibles sur internet développent une approche assez empathique avec les thèses de l’auteur ; je vais pour ma part me limiter à exposer mon intérêt mais aussi ma perplexité devant certaines manières de faire.

Continuer la lecture de Lecture du moment : Jean-Christophe Cavallin, Valet noir

  1. Emmanuelle Peraldo, Écocritique In : Guide des Humanités environnementales [en ligne]. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2016. []

Lecture du moment : Tim Ingold, Une brève histoire des lignes

Croisé au hasard d’une bibliographie, ce livre déjà un peu daté (2007, traduit en 2011) de l’anthropologue Tim Ingold avait retenu mon attention dès la lecture des premières pages, mais j’avais remis à plus tard – un moment de plus grande disponibilité intellectuelle – le soin de le lire dans son intégralité. Étrangement, le livre tient et ne tient pas ses promesses. Il les tient dans la mesure où il est constamment stimulant – par ses propositions inédites, ses rapprochements intrigants, il remet la pensée en mouvement, et c’est ce que j’attends d’un essai. Il ne les tient pas complètement parce que, précisément, le chapitre dont j’attendais le plus, celui qui est consacré à l’écriture et au dessin, déçoit par sa relative indigence.

Continuer la lecture de Lecture du moment : Tim Ingold, Une brève histoire des lignes

Lecture du moment : Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny

Pour mon chantier sur les années 1950, j’ai été tentée de replonger dans Fernand Deligny et ses expérimentations en marge de l’anti-psychiatrie, à l’occasion de la parution de cet essai de la philosophe Catherine Perret. Je ne sors pas complètement satisfaite de cette lecture, à la fois parce que l’identité philosophique très forte de l’auteure crée souvent un obstacle pour moi, et à la fois parce que la construction de l’ouvrage, en “spirale”, invite à des redites qui m’empêchent de bien voir quand apparaissent de nouvelles idées…

Continuer la lecture de Lecture du moment : Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny

Lectures du moment : Jérôme Bruner, Car la culture donne forme à l’esprit.

Je voulais depuis longtemps me plonger dans la lecture intégrale de ce livre dont j’utilise des extraits sans avoir une vision claire de l’ensemble de son propos. Bruner a très souvent évoqué le récit dans ses réflexions, mais il me manquait la généalogie de ses idées, exprimées de manière souvent allusive. Il m’a semblé utile de repartir de ce titre-là – peut-être simplement parce que je l’avais sous la main, et sous les yeux, depuis des années.

Continuer la lecture de Lectures du moment : Jérôme Bruner, Car la culture donne forme à l’esprit.

Lectures du moment : Françoise Revaz, Introduction à la narratologie

Je voulais mettre à jour mes réflexions sur la narratologie, une approche que je n’aimais pas trop étant étudiante, avant de me replonger dans la lecture du dernier ouvrage de Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue, et j’avais pour cette lecture liminaire une perspective double. D’une part, consolider mes bases parce que le projet de lectures d’albums aux bébés repose quand même sur une série de réflexions sur le récit, qui méritent un soubassement théorique solide. D’autre part, essayer de trouver des éléments soigneusement mis en forme dans la perspective de mon cours de première année: avec l’espoir d’aider mes étudiants à sortir du “schéma quinaire”, qu’ils appliquent sans lui trouver aucun sens. Le livre de Françoise Revaz, professeure de linguistique française à l’Université de Fribourg, pensé comme un manuel, est d’une grande clarté et a répondu à toutes mes attentes. Il a pour moi l’intérêt de s’appuyer sur la philosophie de l’action (que je ne connais guère) et surtout sur Ricœur, le grand absent de ma formation universitaire initiale – je réalise chaque fois avec stupeur que la formation que j’ai reçue était très en retard sur son époque, et je tremble à l’idée que je reproduis peut-être moi-même cette arriération… Au terme d’un parcours extrêmement clair, le livre semble déboucher “naturellement” sur l’idée de la “tension narrative” défendue par Baroni… ce qui n’est guère étonnant, puisque les deux chercheurs ont co-fondé le Réseau Romand de Narratologie et sont très actifs dans la communauté narratologique internationale.

Continuer la lecture de Lectures du moment : Françoise Revaz, Introduction à la narratologie

Grand écart et lectures d’été

Avoir passé la main sur l’ensemble de mes responsabilités pédagogiques au 1er juillet m’a permis de démarrer l’été l’esprit (enfin) libre. L’occasion de prendre à bras le corps la frustration d’avoir une profession intellectuelle mais de ne jamais réussir, pendant l’année universitaire, à terminer un livre un peu savant tant les sollicitations innombrables, décousues et toutes urgentes polluent l’esprit et saturent tout l’espace de la réflexion.

Continuer la lecture de Grand écart et lectures d’été

Alain Le Foll : une expo et un livre

En ce moment se tient à Evian, au Palais Lumière, une exposition intitulée Alain Le Foll, maître de l’imaginaire (elle emprunte au titre de la fondation suisse créée par Etienne Delessert pour mettre en valeur une génération d’illustrateurs fondateurs). J’ai eu la chance d’être sollicitée par la commissaire d’exposition, Céline Chica-Castex, conservatrice au département des estampes et de la photographie de la BnF, pour rédiger la partie “illustration jeunesse” du catalogue, publié par les éditions Fabelio. Non seulement j’ai eu un plaisir infini à rédiger ce chapitre, qui m’a conduite à me replonger dans l’œuvre fascinante d’Alain Le Foll, vraiment un Grand, mais en plus, le livre est magnifique!

“Lisons aux nourrissons” : un bilan à 6 mois

Nous avons prévu de faire un bilan à peu près mensuel de nos lectures dans le service de néonatologie, afin de le communiquer à toutes les parties prenantes: hôpital, bibliothèque, bénévoles… C’est moi qui suis chargée de la rédaction cette fois-ci, et mes partenaires de lecture m’ont autorisée à le publier sur ce ‘carnet de recherches’, afin de le partager.

Continuer la lecture de “Lisons aux nourrissons” : un bilan à 6 mois

Lire aux bébés : présentation du projet dans le cadre du séminaire de méthode de l’InTRu

J’ai eu le plaisir de présenter les tenants et les aboutissants du projet “lire aux bébés” mené avec l’association Livre passerelle et le CHU de Tours – et maintenant, le CHIC d’Amboise – dans le cadre du séminaire de méthode de l’équipe InTRu, le 9 mars dernier. On peut revisionner cette présentation qui était dématérialisée et a été enregistrée.

Continuer la lecture de Lire aux bébés : présentation du projet dans le cadre du séminaire de méthode de l’InTRu

Lire aux bébés : pourquoi des particularités françaises ?

Ce billet est dédié aux étudiants de l’UERSH “Les enjeux du récit en pédiatrie” de la faculté de médecine de Tours

Il y a environ un an, j’ai publié un billet consacré aux programmes d’ “acculturation” des bébés aux livres. L’idée de ce petit texte informatif était née accidentellement, alors que je travaillais moi-même à la préparation d’un projet avec l’association Livre Passerelle1. En effet, pour rédiger divers documents d’accompagnement de ce projet auquel nous travaillions depuis des mois, j’ai eu besoin de remonter, historiquement, aux premiers dispositifs mettant en présence des livres, des bébés et des soignants. Dans mon esprit, ça remontait aux années 1980, et j’avais en tête le rôle fondamental joué en France par ACCES et les psychiatres qui ont fondé cette association. Or ma surprise a été grande de découvrir que la situation française, à cet égard, était relativement singulière, voire marginale, et que si des projets avaient émergé à peu près à la même date un peu partout dans le monde, ils avaient en général une tonalité bien différente de ce qui se faisait en France. Le billet d’aujourd’hui voudrait essayer d’expliquer la singularité de la situation française.

Continuer la lecture de Lire aux bébés : pourquoi des particularités françaises ?
  1. pour ce projet, Livre Passerelle a obtenu le Grand prix du jury “Lecture, enfance et parentalité” décerné par la fondation Crédit mutuel pour la lecture, ainsi qu’un soutien décerné conjointement par la DRAC et l’Agence régionale de santé dans le cadre de l’appel à projets “culture & santé” []

Livres pour enfants & médecine : c’est fini pour cette année

J’avais prévu de rendre un compte régulier de ce cours, évoqué dans mon précédent billet, mais le temps passe trop vite. Il a fallu inventer, semaine après semaines, des manières de faire pour atteindre mes objectifs et pour enseigner avec un outil de visio peu adapté à la pédagogie (les étudiants ne peuvent ou ne veulent pas allumer leurs caméras); puis il a fallu inventer un sujet d’examen qui soit cohérent avec ce que nous avions collectivement réussi à élaborer; enfin il a fallu corriger au galop, pour que les notes soient prêtes pour les jurys. Pas trop le temps de respirer…

Continuer la lecture de Livres pour enfants & médecine : c’est fini pour cette année

Livres pour enfants & médecine : c’est reparti !

Nous avions à peine digéré la mise en place de l’enseignement “semi-distanciel”, qui nous avait été imposé alors que nous avions à peine digéré la rentrée en mode covid… et voilà que lundi dernier, au retour des congés de la Toussaint, nous avons dû passer à un enseignement intégralement à distance. Autrement dit, en un demi-semestre, nous avons déjà expérimenté trois nouvelles modalités d’enseignement: un enseignement dans lequel nous nous étouffons dans les masques, sans jamais pouvoir cerner sur le visage de nos étudiants de quelle manière “passe” ce que nous essayons de leur enseigner; un enseignement dans lequel nous devons faire cours (masqués) aux étudiants présents (masqués), tout en retransmettant en direct et sans assistance ce même cours aux étudiants qui sont reclus chez eux; enfin un enseignement dans lequel nous sommes, comme nos étudiants, chez nous (sans masques!), derrière des écrans d’ordinateurs. Alors qu’au printemps dernier, le premier confinement (nous l’appelions, alors, “LE confinement…”) avait surtout produit angoisse et mécontentement, celui-ci suscite une immense fatigue. Les semaines de cours écoulées depuis la rentrée ont déjà été très complexes. Les étudiants sont perturbés, ils ont donc besoin d’une vigilance particulière. Mais dans le même temps, les équipes pédagogiques sont désorientées par la nécessité de mettre en place, chaque fois dans l’urgence, des modalités inhabituelles, exigeant souvent que nous nous formions à de nouveaux outils – et bien souvent, que nous bricolions. Bien sûr, nous y sommes habitués. Mais d’ordinaire, quand nous nous lançons dans une innovation pédagogique, c’est ponctuel: pour un cours d’abord, en attendant de tirer des leçons de ce qui fonctionne et de ce qu’il faudra éviter. Là, c’est tout le monde, pour tous les cours, au même moment. Sans filet. C’est tout simplement éreintant.

Continuer la lecture de Livres pour enfants & médecine : c’est reparti !