Archives pour la catégorie Bibliographie & documentation

Dans un mois pile!

Ça y est, il est à l’imprimerie ! Mon nouveau livre a enfin son titre définitif, sa couverture définitive, sa date de sortie définitive, et on peut en lire un extrait sur le site de l’éditeur Didier Jeunesse :

Cécile BOULAIRE, Lire et choisir ses albums. Petit manuel à l’usage des grandes personnes, Didier Jeunesse, collection « Passeurs d’histoires », sortie le 19 septembre 2018.

L’album n’est pas un objet « magique »

L’été donne enfin l’occasion de rattraper son retard de lectures. De fil en aiguille, une note de bas de page en appelant une autre, j’ai fini par tomber sur cet article de Clémentine Beauvais, publié en 2015 dans la revue norvégienne Barnelitterært Forskningstidsskrift / Nordic Journal of ChildLit Aesthetics[1], et intitulé « What’s in « the gap » ? A glance down the central concept of picturebook theory ». Clémentine Beauvais n’est pas vraiment une spécialiste d’album, mais on peut la considérer comme une spécialiste de théorie de la littérature pour enfants, et son article m’a beaucoup intéressée. Continuer la lecture de L’album n’est pas un objet « magique » 

« Avec lui, c’est plutôt la ligne pas claire »: hommage à René Moreu

Voilà ce qui se passe lorsqu’on est négligent, ou trop occupé : on laisse passer le moment de renouveler son adhésion, on perd le fil, on manque des numéros. Heureusement, Pascale Rousseau veille sur les mémoires défaillantes des adhérents de Mémoire d’Images, et relance les oublieux. Donc, au retour des vacances, et sous une pile de livres et courriers entassés « pour quand j’aurai le temps », voilà que je re-découvre le numéro de printemps de cette excellente revue dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises. Ravissement : le numéro est presque entièrement consacré à René Moreu.
Continuer la lecture de « Avec lui, c’est plutôt la ligne pas claire »: hommage à René Moreu 

Un « manuel » pour illustrateurs

L’auteur, illustratrice et très grande connaisseuse de l’album pour enfants Anna Castagnoli vient de publier un Manuale dell’illustratore (Editrice Bibliografica, 2017) sous-titré Come pubblicare album per bambini dont on rêverait qu’il soit traduit en français – tout au moins la première partie, celle qui consiste en conseils de réalisation adressés aux illustrateurs. Continuer la lecture de Un « manuel » pour illustrateurs 

Danser l’album

Samedi dernier, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS accueillait Pascale Tardif, conseillère pédagogique, accompagnée de deux professeurs des écoles, Anaïs Hoffman et Nathalie Mangeard (fidèle du séminaire !) pour nous présenter les réalisations d’un programme éducatif et artistique de l’académie de Versailles, « Danser avec les albums jeunesse ». Le titre me laissait un peu sceptique, mais l’intervention à trois voix m’a pleinement convaincue, non seulement de l’intérêt de la démarche, mais aussi de la qualité remarquable du travail mené sur le terrain par tous ces enseignants et danseurs. Continuer la lecture de Danser l’album 

Roberto Innocenti

img_7306Les éditions Gallimard ont publié en 2015 une traduction des entretiens de l’illustrateur italien Roberto Innocenti avec la chercheuse Rossana Dedola. La version originale de cet ouvrage était parue en 2012 aux éditions Della Porta (Pise), et la revue Strenæ en avait publié un compte-rendu. L’ouvrage m’avait initialement été signalé par Elisabeth Aubert-Lesquoy, qui a réalisé cette traduction pour Gallimard, et qui anime l’excellent blog Lectures italiennes. Continuer la lecture de Roberto Innocenti 

Ponti depuis le début

Mea culpa : il y a un peu plus d’un an, j’avais un peu rapidement laissé entendre que puisqu’il existait déjà plusieurs livres consacrés à l’œuvre de Claude Ponti1, il était probablement inutile d’en publier un de plus. Erreur : les excellentes éditions du Poisson soluble publient le 2e volume de la collection La Fabrique, dans lequel Adèle de Boucherville fait la preuve que tout n’avait pas été dit !

Continuer la lecture de Ponti depuis le début 

  1. Sophie Van der Linden, Claude Ponti, Être, 2000 ; Yvanne Chenouf , Lire Claude Ponti : encore et encore, Être, 2006 ; Catherine Renaud Buscall , Les « incroyabilicieux » mondes de Ponti : une étude du double lectorat dans l’oeuvre de Claude Ponti, Uppsala Universitet, 2007. []

Le cadeau de Noël idéal pour les baby-boomers…

Arrive le moment où on s’interroge : qu’offrir à Noël à Papy, à l’oncle si gentil, à Maman qui sambonous a lu tant d’histoires quand on était petits ? Ne cherchez plus : pour les baby-boomers, le cadeau idéal, c’est soit un tirage de luxe de Blek le roc par Original Watts, soit une plongée dans les « Petits Livres d’or » à travers mon livre… Pourquoi ? Continuer la lecture de Le cadeau de Noël idéal pour les baby-boomers… 

Tout toute seule

tutto-da-me_ing3Imagiers #4. Plus cérébral est l’album de William Wondriska, Tout toute seule, paru initialement en 1963. Dans ses albums, Wondriska expérimente les rapports du dessin et de la typographie ; c’est le cas notamment dans le magnifique Puff publié en 1960 par Pantheon (NY) – Barbara Bader rappelle que Wondriska est élève à la School of Design de Yale au moment où Josef Albers est à sa tête. Il y est condisciple de Paul Rand, et les deux artistes mettent en œuvre, dans leurs albums pour enfants, les propositions graphiques héritées du Bauhaus. Continuer la lecture de Tout toute seule 

Gilberto et le vent, un « imagier » sensuel

Imagiers #3. Je poursuis mon exploration de quelques livres qui, à mes yeux, fonctionnent à la manière des « imagiers », c’est-à-dire qu’ils « imagent » certaines des expériences du jeune enfant, sans jamais s’abandonner à la facilité, ni glisser vers des représentation conventionnelles dépourvues de saveur ou de densité. Continuer la lecture de Gilberto et le vent, un « imagier » sensuel 

Encore des imagiers

Imagiers #2. Je poursuis ici ma réflexion engagée sur les « imagiers », ces albums destinés à de tout jeunes enfants qui « montrent » le monde et invitent à « parler dessus ». Si j’ai commencé avec L’Imagier du Père Castor (1952) et poursuivi avec des « classiques » de Tana Hoban, datant des années 1980, c’est pour montrer que la dimension subversive des imagiers n’est pas l’apanage des albums récents, avant-gardistes ou post-modernes, qui se présentent parfois explicitement comme des « imagiers pour enfants modernes » (titre d’une collection des éditions Passage Piétons), mais qu’il est au fondement même du projet d’imagier. Continuer la lecture de Encore des imagiers