Archives de catégorie : Bibliographie & documentation

Bookstart Around the World: comment évaluer un programme de dons de livres aux bébés, sans jamais parler des livres pour bébés…

Au printemps 2021, le Conseil des Arts suédois a publié les résultats d’une étude sur les effets du programme Bokstart expérimenté en Suède de 2017 à 2020, sur un modèle international dont j’ai déjà parlé sur ce ‘carnet de recherches’ à deux reprises, en décembre 2019 puis plus récemment en janvier 2021. On ne saurait reprocher à une institution publique nationale de publier, dans une langue claire, les éléments objectifs permettant de juger de la pertinence d’une action menée sur fonds publics – on le peut d’autant moins quand cette institution publique assortit son effort d’une traduction en anglais, et d’une bibliographie très nourrie. Le document, téléchargeable gratuitement, est donc d’un grand intérêt pour les institutions et les associations (je pense à l’agence Quand les livres relient ainsi qu’aux animateurs, au sein du service du livre et de la lecture au Ministère de la culture, du dispositif Premières pages) qui ont à cœur de permettre la rencontre des bébés et des livres. Je vais donc ici m’employer à en détailler les apports que j’estime les plus pertinents. Néanmoins, le rapport présente un angle mort qui ne manque pas d’étonner puisque, mettant en valeur une série de dispositifs de soutien au développement du langage consistant à offrir des livres aux bébés, il ne dit rien, à aucun moment, sur ce qui préside au choix de ces livres – ni même, si on y regarde de plus près, sur l’intérêt particulier de faire appel à des livres (langue écrite) pour le développement du langage (mesuré dans des performances de langue orale).

Continuer la lecture de Bookstart Around the World: comment évaluer un programme de dons de livres aux bébés, sans jamais parler des livres pour bébés…

Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Je ne suis vraiment pas une fan de stylistique et même si j’ai eu, furtivement, une excellente prof de stylistique pendant un semestre à Rennes 2 jadis, je n’ai jamais par la suite lu spontanément d’ouvrages ou même d’articles de stylisticiens. C’est donc par exception que j’ai eu envie de lire Pourquoi le style change-t-il ? de Gilles Philippe (Les Impressions nouvelles, 2021). Bien m’en a pris : ce livre est passionnant de bout en bout, agréable à lire même dans ses parties techniques – et on peut sauter des paragraphes si on se fiche un peu de “la possibilité d’utiliser qui pour référer à un non-humain” chez Flaubert : les conclusions restent parfaitement accessibles. Ce n’est pas un livre de pinailleur, ce n’est pas écrit en jargon d’universitaire, même si c’est érudit et parfois pointu : c’est un livre qui, comme son titre l’indique, pose des questions très claires, et apporte des réponses lumineuses et intéressantes. Et c’est tant mieux, parce que la question posée, justement, par le titre, m’intrigue vraiment, et ce depuis que je sais lire.

Comme beaucoup de “grands” lecteurs, je n’avais jamais assez de livres à ma disposition pour nourrir mon appétit de fictions, j’ai donc longtemps fait feu de tout bois, notamment en piochant dans les maigres reliquats de bibliothèques disponibles chez mes grands-parents. Très tôt, donc, j’ai été mise en contact avec les profondes différences d’écriture (entre Roald Dahl et la Comtesse de Ségur, entre James Oliver Curwood et Suzie Morgenstern), que personne bien évidemment n’a jamais pris le temps d’évoquer avec moi. Ce n’est pas seulement le contenu narratif qui était différent (les robes à volants et les bottines séguriennes, les cabanes du Grand Nord,…), c’était la langue, et ça me troublait beaucoup. Je crois même (mais peut-être que je me vante a posteriori) qu’à un moment je savais distinguer d’instinct la prose de Ségur de celle de Zénaïde Fleuriot. Ce n’était pas pareil – et ce n’était pas non plus comme on parlait, et comme on écrivait dans les livres neufs de la bibliothèque municipale. Alors, “Pourquoi le style change-t-il ?”…

Continuer la lecture de Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

La collection “Le mot est faible” de l’éditeur Anamosa m’attire depuis un moment. Lancée en 2019, elle entend proposer, en moins d’une centaine de pages, un petit essai accessible qui envisage de manière critique un terme “du quotidien”, en tout cas un mot qu’on entend en abondance dans les médias et dont il devient urgent de décortiquer les sédiments de sens. La collection, dirigée par l’historien Christophe Granger, a été lancée en 2019 comme un écho aux réflexions lancées par Éric Hazan dans LQR. La propagande du quotidien (Raisons d’agir, 2006). Hazan, lui-même éditeur engagé, est au cœur des réflexions développées dans un autre petit livre dont je parlerai peut-être ici, Le Luxe de l’indépendance. Réflexions sur le monde du livre (Julien Lefort-Favreau, éditions Lux, 2021), il y a donc dans ma bibliographie estivale un “effet boucle” que j’assume. Bref : dans cette collection “Le mot est faible”, j’ai choisi le volume Langue écrit par Cécile Canut, linguiste à l’université Paris-Descartes, à la fois parce que, bien évidemment, les questions de langue sont au centre de mes travaux et de mes enseignements, et à la fois parce qu’il était présenté sur une très belle table thématique dans la librairie sétoise L’Échappée belle, que j’aime beaucoup. Bien sûr, c’est très court, on lit ça en une heure et donc on reste sur sa faim – mais je voulais justement voir si ce petit bouquin facile à lire pouvait donner à mes étudiants un premier outil de réflexion sur la langue, puisque je les tarabuste avec ça à longueur d’année.

Continuer la lecture de Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

Lecture du moment : Jean-Christophe Cavallin, Valet noir

Sous-titré “Vers une écologie du récit”, l’ouvrage de Jean-Christophe Cavallin avait attiré mon regard lorsque je cherchais à étoffer mes lectures consacrées à la question du récit. Le livre est sorti ce printemps, il a eu une assez bonne couverture médiatique (pour ce genre d’ouvrage, il va sans dire…) puisque Le Monde en a parlé (sous la plume de Jean-Louis Jeannelle, qui dirige aussi Fabula-LhT), Les Échos aussi, et que la revue en ligne Diacritik lui a consacré un long portrait – il faut cependant reconnaître que Jean-Christophe Cavallin est un collaborateur régulier de cette revue culturelle en ligne, et que l’entretien est signé par Christine Marcandier, qui est sa collègue au sein du master “Ecopoétique et création” à l’université d’Aix-Marseille et à qui l’auteur adresse ses remerciements à la fin de son ouvrage. Bref : un livre qui semble attendu dans la petite communauté des chercheurs qui, en France, introduisent “l’écocritique” dans les études littéraires1. Ce n’est pas une sensibilité dont je me sens naturellement proche, mais le livre était suffisamment intrigant pour donner envie d’y aller voir de plus près, et j’aime lire les parutions récentes, pour “prendre le pouls”. Le livre me laisse des impressions mélangées. Les quelques recensions disponibles sur internet développent une approche assez empathique avec les thèses de l’auteur ; je vais pour ma part me limiter à exposer mon intérêt mais aussi ma perplexité devant certaines manières de faire.

Continuer la lecture de Lecture du moment : Jean-Christophe Cavallin, Valet noir

  1. Emmanuelle Peraldo, Écocritique In : Guide des Humanités environnementales [en ligne]. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2016. []

Lecture du moment : Tim Ingold, Une brève histoire des lignes

Croisé au hasard d’une bibliographie, ce livre déjà un peu daté (2007, traduit en 2011) de l’anthropologue Tim Ingold avait retenu mon attention dès la lecture des premières pages, mais j’avais remis à plus tard – un moment de plus grande disponibilité intellectuelle – le soin de le lire dans son intégralité. Étrangement, le livre tient et ne tient pas ses promesses. Il les tient dans la mesure où il est constamment stimulant – par ses propositions inédites, ses rapprochements intrigants, il remet la pensée en mouvement, et c’est ce que j’attends d’un essai. Il ne les tient pas complètement parce que, précisément, le chapitre dont j’attendais le plus, celui qui est consacré à l’écriture et au dessin, déçoit par sa relative indigence.

Continuer la lecture de Lecture du moment : Tim Ingold, Une brève histoire des lignes

Lecture du moment : Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny

Pour mon chantier sur les années 1950, j’ai été tentée de replonger dans Fernand Deligny et ses expérimentations en marge de l’anti-psychiatrie, à l’occasion de la parution de cet essai de la philosophe Catherine Perret. Je ne sors pas complètement satisfaite de cette lecture, à la fois parce que l’identité philosophique très forte de l’auteure crée souvent un obstacle pour moi, et à la fois parce que la construction de l’ouvrage, en “spirale”, invite à des redites qui m’empêchent de bien voir quand apparaissent de nouvelles idées…

Continuer la lecture de Lecture du moment : Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny

Lectures du moment : Jérôme Bruner, Car la culture donne forme à l’esprit.

Je voulais depuis longtemps me plonger dans la lecture intégrale de ce livre dont j’utilise des extraits sans avoir une vision claire de l’ensemble de son propos. Bruner a très souvent évoqué le récit dans ses réflexions, mais il me manquait la généalogie de ses idées, exprimées de manière souvent allusive. Il m’a semblé utile de repartir de ce titre-là – peut-être simplement parce que je l’avais sous la main, et sous les yeux, depuis des années.

Continuer la lecture de Lectures du moment : Jérôme Bruner, Car la culture donne forme à l’esprit.

Lectures du moment : Françoise Revaz, Introduction à la narratologie

Je voulais mettre à jour mes réflexions sur la narratologie, une approche que je n’aimais pas trop étant étudiante, avant de me replonger dans la lecture du dernier ouvrage de Raphaël Baroni, Les Rouages de l’intrigue, et j’avais pour cette lecture liminaire une perspective double. D’une part, consolider mes bases parce que le projet de lectures d’albums aux bébés repose quand même sur une série de réflexions sur le récit, qui méritent un soubassement théorique solide. D’autre part, essayer de trouver des éléments soigneusement mis en forme dans la perspective de mon cours de première année: avec l’espoir d’aider mes étudiants à sortir du “schéma quinaire”, qu’ils appliquent sans lui trouver aucun sens. Le livre de Françoise Revaz, professeure de linguistique française à l’Université de Fribourg, pensé comme un manuel, est d’une grande clarté et a répondu à toutes mes attentes. Il a pour moi l’intérêt de s’appuyer sur la philosophie de l’action (que je ne connais guère) et surtout sur Ricœur, le grand absent de ma formation universitaire initiale – je réalise chaque fois avec stupeur que la formation que j’ai reçue était très en retard sur son époque, et je tremble à l’idée que je reproduis peut-être moi-même cette arriération… Au terme d’un parcours extrêmement clair, le livre semble déboucher “naturellement” sur l’idée de la “tension narrative” défendue par Baroni… ce qui n’est guère étonnant, puisque les deux chercheurs ont co-fondé le Réseau Romand de Narratologie et sont très actifs dans la communauté narratologique internationale.

Continuer la lecture de Lectures du moment : Françoise Revaz, Introduction à la narratologie

Grand écart et lectures d’été

Avoir passé la main sur l’ensemble de mes responsabilités pédagogiques au 1er juillet m’a permis de démarrer l’été l’esprit (enfin) libre. L’occasion de prendre à bras le corps la frustration d’avoir une profession intellectuelle mais de ne jamais réussir, pendant l’année universitaire, à terminer un livre un peu savant tant les sollicitations innombrables, décousues et toutes urgentes polluent l’esprit et saturent tout l’espace de la réflexion.

Continuer la lecture de Grand écart et lectures d’été

Boite à outil et Capucine

J’ai dit sur ce carnet de recherches tout le scepticisme que m’inspirait la “continuité pédagogique”. Par ailleurs, je n’ai cessé, au quotidien, d’alerter collègues et supérieurs des graves difficultés dans lesquelles se débattaient nos étudiants, et d’insister pour que nous mettions en place des mesures de bouclage de l’année qui n’accentuent pas de manière aveugle les déterminismes sociaux. Des semaines ont passé, et pendant ces semaines, nous n’avons pas cessé d’être profs –pas un seul instant alors même que nous sommes supposés “en vacances”! Ce qui veut dire que le souci de nos étudiants, de leurs difficultés, des nécessités de continuer à leur apprendre des choses et de leur apprendre à faire des choses, n’a quitté personne je pense. Ce qui finit par donner, sur le web, des propositions très intéressantes. Autant la “continuité pédagogique” à l’échelle individuelle me paraît relever du mensonge (oups… on dit “communication”), autant cette situation d’éloignement de chacun à l’égard des lieux de transmission pédagogique accélère de généreux mouvements de coopération à large échelle. Dans ce billet, je voudrais parler de La Boite à outils des historiens… et de Capucine, une fonte typographique créée par Alice Savoie.

Continuer la lecture de Boite à outil et Capucine

Qui parle des albums?

Cette période de réclusion forcée me donne l’occasion de rattraper un certain retard de lectures universitaires. Je souhaitais notamment lire tout ce qui s’écrit, depuis une dizaine d’année, sur l’album, dans divers milieux professionnels. Il me semblait intéressant d’essayer de confirmer (ou démentir) une intuition que j’avais eue, à parcourir quelques articles: j’ai eu en effet l’impression que beaucoup de chercheurs, au cours de leurs travaux, en viennent à évoquer l’album, comme objet principal ou secondaire de leur intérêt (linguistiques, didacticiens, enseignants, sociologues), et que d’une manière générale ils semblent en parler sans savoir sur quelle base ferme s’appuyer. Ce qui me frappe, et que j’aimerais confirmer par des lectures plus systématiques, c’est qu’aucun discours stable sur ce qu’est un “album” n’émerge dans ces travaux, ce que confirme d’ailleurs généralement la bibliographie associée à l’article. J’en tirerai, en fin de billet, quelques conclusions bien sûr, mais en attendant, cette discipline de lecture me permet de découvrir des travaux de chercheurs que je connaissais mal, voire pas du tout. Ces derniers jours, mes lectures ont concerné des travaux de linguistes.

Continuer la lecture de Qui parle des albums?

Lecture du moment: Nathalie Parain

Les éditions MeMo sont fidèles. Dès 2006, dans la collection alors dirigée par les Trois Ourses, elles entreprennent de rééditer des albums illustrés dans les années 1930 par Nathalie Parain. Ce sera Mon Chat d’André Beucler (2006), suivi par Châtaigne (2009), Baba Yaga (2010), Faites votre marché (2012), Je Découpe (2013), Jeux en images (2014). Ces rééditions complètent celles qui sont réalisées par l’Association des Amis du Père Castor. Mais le projet de MeMo va au-delà. Il s’agit en effet, dans cette entreprise de réévaluation du patrimoine du livre, de donner à voir la profonde modernité des livres du passé – pas de nostalgie donc : ces livres sont pour les enfants du temps présent. Seront alors réédités, ou parfois même édités pour la première fois sous cette forme, Quand la poésie jonglait avec l’image de Marchak et Lebedev (2005), Animaux à mimer de Tretiakov et Rodtchenko (2010), Les Deux Carrés d’El Lissitsky (2013). Les lecteurs d’aujourd’hui peuvent ainsi avoir un aperçu de la créativité extraordinaire des avant-gardes russes dans les années 1910-1930, en matière de livres pour enfants. Ce processus est parachevé par la parution, cette semaine, d’une monographie consacrée à Nathalie Parain, magnifiquement illustrée et mise en page. Continuer la lecture de Lecture du moment: Nathalie Parain