Archives de catégorie : Démarches, théories & réflexions personnelles

Une revue de théorie littéraire s’intéresse à l’album…

J’ai l’immense plaisir d’annoncer que Dominique Perrin (qui est à l’initiative de ce projet, grâces lui soient rendues!) et moi-même co-dirigerons un numéro de la revue de théorie littéraire Fabula LHT consacré à l’album pour enfants ! Intitulé La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire, ce numéro est une tentative de plus1 pour inviter les chercheurs à intégrer la littérature pour enfants et en l’occurrence l’album à l’histoire littéraire, et à réfléchir à la manière dont cette “littérature avant la lettre” intègre les acquis de la théorie littéraire… tout autant qu’elle les conditionne et peut-être les remet en question.

Voici l’intégralité du texte de cet appel.

Discret pour différentes raisons dans l’histoire littéraire, l’album constitue depuis un siècle le point de départ de multiples trajectoires de lecteurs et lectrices. Il se situe « aux commencements » de l’expérience littéraire et en consacre la possibilité, avant l’accès à la lecture autonome. Des écrivains d’horizons variés attestent son caractère initiatique : À l’ombre des jeunes filles en fleurs donne un puissant relief au souvenir d’une page de la série Mademoiselle Lili de P.-J. Stahl, alias Pierre-Jules Hetzel. Paul Auster place au cœur de sa réflexion autobiographique les contes en images de Beatrix Potter, associés à la médiation maternelle. Annie Le Brun déclare n’être « jamais vraiment revenue » de la découverte de La Belle au bois dormant sous forme d’album pop up à l’âge de six ou sept ans ; l’écrivain argentin César Aira évoque une expérience inaugurale touchant au « corps du livre »2. La littérature « en albums » est aujourd’hui entrée dans les représentations collectives, où elle conserve cependant le statut d’un continent à part. Ce dossier de Fabula-LhT souhaite contribuer à l’intégrer au champ des études littéraires, sous l’angle de l’histoire comme sous celui de la poétique.

Le « livre d’images » destiné à l’enfant est une création récente dans l’histoire du livre et de l’imprimé. Des livres à l’usage de jeunes lecteurs et lectrices semblent émerger dès la fin du Moyen Âge ; à la Renaissance, Erasme considère que ces livres doivent comporter des images. Une production de textes dédiés à l’enfance, où l’illustration occupe une position périphérique, s’émancipe en partie du cadre didactique à partir du milieu du XVIIIe siècle. C’est au sein de l’édition romantique3 qu’apparaissent de nouvelles formes hybrides, accordant une place éminente à l’image. Certains de ces livres seront enfin désignés, à partir des années 1860, sous le nom d’« album » — ailleurs « Bilderbuch », « picture book », etc.4. Ce terme renvoie à un livre conçu pour l’enfant, où la production du sens et des affects résulte simultanément de la lecture du texte, de l’image et des effets liés au support ; l’album pour enfants est né en tant que genre et que pratique. Les créateurs et créatrices intègrent son potentiel iconotextuel entre la fin du XIXe siècle (en Angleterre) et les années 1930 (en France5), jusqu’à ce que le foisonnement artistique du XXe siècle inscrive durablement cette forme dans l’univers du livre et des pratiques de lecture.

Sur un plan théorique, l’album fait fonctionner ensemble la lettre et l’image dans l’espace fondamental de la double page, solidaire de la matérialité du livre. Il est un « iconotexte » au sens de Michael Nerlich : « une unité indissoluble de texte(s) et d’image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative6 » ; à cet égard, il fait jouer des ressorts qu’ont aussi exploré le calligramme, le livre surréaliste, le lettrisme. Il constitue dans le même temps un « objet sonore » selon l’expression de Michel Chion, c’est-à-dire un support pensé pour l’oralisation et l’appropriation partagée7. L’album n’apparaît donc pas radicalement extérieur au champ littéraire, mais semble à de multiples points de vue participer de sa diffraction. Son incorporation à la théorie générale ouvre un nouvel espace de questionnement sur les possibilités de croisement et de synthèse entre littératures orale, textuelle et visuelle.   

De quelle manière cette production hybride, actualisée par ou pour des débutantes et débutants sensibles au signifiant verbal autant qu’à l’image, s’inscrit-elle dans le champ de la littérature ? Comment en reprend-elle les grandes polarisations génériques — narrations de tradition orale et de tradition écrite, mais également genres poétiques et dramatiques —, tout en créant des formes originales adaptées à ses moyens et ses enjeux ? Quels types de parentés et de distinctions établir entre l’album pour enfants et les créations texte-images adressées à l’adulte, aujourd’hui bien analysées8 ?

La relation entre la littérature imagée et adressée à l’enfance et la littérature générale s’incarne dans des témoignages d’écrivaines et d’écrivains, d’artistes, ainsi que de créateurs et créatrices d’iconotextes. Quels éclairages apportent ces points de vue complémentaires sur la rencontre entre des objets singuliers et la disponibilité esthétique caractéristique d’une subjectivité en formation ? Que nous apprennent, sur ces configurations initiales difficiles à documenter, les données disponibles sur la réception des enfants — observations, conversations spontanées ou exploratoires, mais aussi dessins et écriture dans le fil des albums ?

Comment enfin penser, de l’enfant à l’album via l’oralisation d’un tiers, une intersubjectivité littéraire distincte de celle du lectorat adulte, mais relevant pleinement des constats formulés par Didier Anzieu dans Le Corps de l’œuvre : « Le lecteur qui commence d’être travaillé par l’œuvre entame avec elle une sorte de liaison. […] [S]a lecture est un mixte, un hybride, une greffe de sa propre activité de fantasmatisation sur les produits de l’activi­té de fantasmatisation de l’auteur9 » ?


Les réflexions attendues
peuvent aborder des aspects historiques et historiographiques touchant au statut de l’album au sein de l’histoire du livre et de la lecture, autant que des aspects relevant de la théorie littéraire ; elles peuvent être reliées à différents types de sources et de matériaux :

— témoignages autobiographiques et réflexifs touchant à l’expérience enfantine ou adulte de la littérature en albums (écrivaines et écrivains notamment, mais aussi autres témoins et analystes, y compris à la lumière d’enquêtes et de pratiques de terrain) ;
— points de vue impliqués des auteurs et autrices, illustrateurs et illustratrices, éditeurs et éditrices, y compris sous la forme d’entretiens inédits ;
— corpus d’albums pour enfants historiques, classiques, patrimoniaux, expérimentaux, mais aussi populaires ou en attente de regard critique, en veillant à la pluralité et à la relativisation nécessaires à leur mise en perspective sur un plan théorique.

 Les contributions attendues peuvent prendre différentes formes :

— article d’analyse et de mise en perspective ;
— entretien réflexif avec des auteurs et autrices et/ou illustrateurs et illustratrices et/ou éditeurs et éditrices ;
— traduction de textes fondamentaux inédits en français.

Modalités de participation

Les propositions — deux pages rédigées, suivies d’une bibliographie sélective et d’une courte ébauche de plan — devront être adressées avant le 15 septembre 2022 aux adresses suivantes : romain.bionda@fabula.org et jeannelle@fabula.org.
Merci de respecter d’ores et déjà les consignes de notre Note aux rédacteurs : https://www.fabula.org/lht/index.php?id=530.

Les propositions seront évaluées ensuite de manière anonyme, en double aveugle (peer review), conformément aux usages de la revue. Les auteurs et autrices seront informées des résultats à la mi-octobre 2022. Les premières versions des articles complets seront à rendre le 15 mars 2023 au plus tard. Des navettes sont à prévoir avec les directrices du numéro avant sa soumission finale au comité de la revue et sa parution au printemps 2024.

  1. je rappelle cet article fondateur : Isabelle Nières-Chevrel, « Faire une place à la littérature de jeunesse », Revue d’histoire littéraire de la France, 102(1), 2002, p. 97‑114. []
  2. Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, t. I,Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1987-1989, p. 582-583 — voir Isabelle NIÈRES-CHEVREL, « Proust et la petite serre de Mlle Lili », dans Bulletin d’informations proustiennes, n° 41, automne 2011, p. 139-142 ; Paul AUSTER, Report from the interior, New York, Henry Holt & Company, 2013, p. 19 ; Annie LE BRUN, Un espace inobjectif, Paris, Gallimard, 2019 ; César AIRA, Le Tilleul, trad. Christilla Vasserot, Paris, Christian Bourgois, 2021. []
  3. On désigne par ce terme à la fois une période, de 1820 à 1850, et un contexte dans lequel l’édition s’ouvre à l’image, grâce à l’expansion de la technique du bois de bout, à la couleur, et plus largement à la notion du livre comme objet de plaisir, dont les couvertures se parent de couleurs, matières et textures variées, et que l’on offre notamment aux étrennes. Les Anglais inventent à cette époque les keepsakes, albums de gravures que l’on s’offre en cadeau (voir Annie RENONCIAT, « Les couleurs de l’édition au XIXe siècle : “Spectaculum horribile visu” ? », dans Romantisme, vol. 157, n° 3, 2012, p. 33-52). []
  4. Voir Ségolène LE MEN, « Le romantisme et l’invention de l’album pour enfants », dans Revue française d’histoire du livre, 1994, p. 145‑175 ; François FIÈVRE, « L’œuvre de Walter Crane, Kate Greenaway et Randolph Caldecott, une piste pour une définition de l’album », dans Strenæ, n° 3, en ligne, 2012 ; et surtout Isabelle NIÈRES-CHEVREL, « L’album, le mot, la chose », dans Viviane Alary et Nelly Chabrol Gagne (dir.), L’Album. Le parti-pris des images, Clermont-Ferrand, PU Blaise-Pascal, 2012, p. 15-20. []
  5. Isabelle NIÈRES-CHEVREL, Au pays de Babar. Les albums de Jean de Brunhoff, Rennes, PU de Rennes, 2017. []
  6. Michael NERLICH, « Qu’est-ce qu’un iconotexte ? Réflexions sur le rapport texte-image photographique dans La Femme se découvre d’Evelyne Sinnassamy », dans Alain Montandon (dir.), Iconotextes, Paris, Ophrys, 1990, p. 255-302. []
  7. Michel CHION, Guide des objets sonores, Paris, INA-Buchet-Chastel, coll. « Bibliothèque de recherche musicale », 1983. []
  8. Voir les revues Textimage (https://www.revue-textimage.com/), Image & Narrative (http://www.imageandnarrative.be/index.php/imagenarrative/index) et Word & Image, A Journal of Verbal/Visual Enquiry (https://www.tandfonline.com/journals/twim20). []
  9. Didier ANZIEU, Le Corps de l’œuvre, Paris, Gallimard, 1981, p. 45-46. []

Parution dans Trema: un entretien sur le projet “lire aux bébés”

J’ai le plaisir de signaler la parution d’un entretien réalisé par Christine Boutevin et Frédéric Torterat, il y a plusieurs mois, au sujet du projet “lire aux bébés” qui démarrait alors. Le texte est paru dans la revue Trema, spécialisée en sciences de l’éducation et en didactique. Le numéro 55, dirigé par Christine Boutevin, Marion Sauvaire et Frédéric Torterat, est intitulé Approches plurielles de la littérature de jeunesse auprès des jeunes enfants. On peut lire l’ensemble en ligne, et l’entretien lui-même à cette adresse.

Un “amateur expert” et ses magazines de bandes dessinées: Norbert Moutier

Ce mercredi 9 février 2022, j’avais le plaisir d’être invitée par Xavier Girard, enseignant à l’ESAD d’Orléans, à participer à une journée qu’il organisait autour d’une collection étrange autant que fascinante. Il y a un peu plus d’un an en effet, il est tombé, au marché aux puces, sur une collection étonnante d’imitations, manifestement réalisées par un enfant, des petits magazines populaires de bandes dessinées qui faisaient fureur dans les années 1950 et 1960. Une brève enquête a permis de découvrir que ces petits magazines avaient été fabriqués, dans son enfance, par Norbert Moutier, récemment décédé, et bien connu à l’âge adulte pour son activisme dans le domaine du cinéma de série Z, puis pour son expertise bédéphile.

Continuer la lecture de Un “amateur expert” et ses magazines de bandes dessinées: Norbert Moutier

Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons : soutien de la DRAC et de l’ARS

Le double projet “Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons”, monté en partenariat entre l’Université de Tours, l’association Livre passerelle, la Bibliothèque Municipale de Tours, le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours et Le Centre Hospitalier Intercommunal Amboise-Château-Renault vient de recevoir un soutien conjoint de la DRAC et de l’Agence Régionale de Santé. Cet appui financier renouvelle un soutien déjà accordé les années précédentes – probablement pour la dernière fois, ce qui va nous conduire à chercher d’autres sources de financement, et ce d’autant plus que nous montons maintenant la 2e phase du projet, à savoir le protocole d’observation et de mesure scientifique des effets de ces lectures aux bébés.

Continuer la lecture de Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons : soutien de la DRAC et de l’ARS

Que se passe-t-il quand on lit un album à un enfant?

Ce billet est l’adaptation d’une intervention qui m’a été demandée par l’association “Mille-feuilles et Petit Lu” de Guérande, pour leur journée de formation “le livre : un moment de partage et d’éveil culturel dès la naissance” qui se tenait ce jeudi 18 novembre 2021. J’ai été si touchée par la qualité de l’accueil de ces militantes et de leur public, que j’ai eu envie de faire revivre ce moment et de le faire partager en donnant une version écrite de cette petite causerie. La journée a aussi été pour moi l’occasion de faire la connaissance de Sophie Marinopoulos ; c’est en hommage à nos échanges, très stimulants pour moi, que je vais illustrer ce billet avec des visuel tirés du “kit de médiation” qu’elle a réalisé pour le Ministère de la Culture autour de la santé culturelle des enfants, avec des visuels de la graphiste Clémence Passot.

Continuer la lecture de Que se passe-t-il quand on lit un album à un enfant?

Des albums pour toutes les classes (sociales) ?

Chaque année, la rentrée nous apporte son lot de nouveautés dans le domaine des albums, et dans ce lot, il est rare qu’on ne découvre pas ce qu’on a pris l’habitude d’appeler des « pépites » : des albums beaux, intelligents, réussis, qu’on imagine stimulants pour les enfants, ouvrant l’intelligence autant que l’imagination et la sensibilité. Chaque magazine, chaque critique littéraire y va de sa petite sélection, et on retrouve d’ailleurs parfois les mêmes de l’un à l’autre. Parce que ce sont de bons albums – certains peut-être deviendront même des classiques. Mais aussi, reconnaissons-le, parce que les journalistes qui écrivent dans les magazines, les critiques littéraires, les universitaires qui s’intéressent aux livres pour enfants – les enseignants et les bibliothécaires qui les achètent, les libraires qui les mettent en avant, et allons-y, les artistes qui les créent et les éditeurs qui les publient, tous appartiennent au même milieu. Ils ont donc les mêmes attentes, les mêmes critères, ils sont dépaysés par les mêmes esthétiques, stimulés par les mêmes thématiques, touchés par les mêmes émotions. Ils partagent les mêmes idées, les mêmes valeurs. Je ne devrais pas dire « ils » : nous partageons goûts, valeurs et habitus sociaux. Nous aimons les mêmes livres – nous avons les mêmes loisirs, visitons les mêmes lieux l’été, vibrons aux mêmes expériences.

Continuer la lecture de Des albums pour toutes les classes (sociales) ?

Bookstart Around the World: comment évaluer un programme de dons de livres aux bébés, sans jamais parler des livres pour bébés…

Au printemps 2021, le Conseil des Arts suédois a publié les résultats d’une étude sur les effets du programme Bokstart expérimenté en Suède de 2017 à 2020, sur un modèle international dont j’ai déjà parlé sur ce ‘carnet de recherches’ à deux reprises, en décembre 2019 puis plus récemment en janvier 2021. On ne saurait reprocher à une institution publique nationale de publier, dans une langue claire, les éléments objectifs permettant de juger de la pertinence d’une action menée sur fonds publics – on le peut d’autant moins quand cette institution publique assortit son effort d’une traduction en anglais, et d’une bibliographie très nourrie. Le document, téléchargeable gratuitement, est donc d’un grand intérêt pour les institutions et les associations (je pense à l’agence Quand les livres relient ainsi qu’aux animateurs, au sein du service du livre et de la lecture au Ministère de la culture, du dispositif Premières pages) qui ont à cœur de permettre la rencontre des bébés et des livres. Je vais donc ici m’employer à en détailler les apports que j’estime les plus pertinents. Néanmoins, le rapport présente un angle mort qui ne manque pas d’étonner puisque, mettant en valeur une série de dispositifs de soutien au développement du langage consistant à offrir des livres aux bébés, il ne dit rien, à aucun moment, sur ce qui préside au choix de ces livres – ni même, si on y regarde de plus près, sur l’intérêt particulier de faire appel à des livres (langue écrite) pour le développement du langage (mesuré dans des performances de langue orale).

Continuer la lecture de Bookstart Around the World: comment évaluer un programme de dons de livres aux bébés, sans jamais parler des livres pour bébés…

Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Je ne suis vraiment pas une fan de stylistique et même si j’ai eu, furtivement, une excellente prof de stylistique pendant un semestre à Rennes 2 jadis, je n’ai jamais par la suite lu spontanément d’ouvrages ou même d’articles de stylisticiens. C’est donc par exception que j’ai eu envie de lire Pourquoi le style change-t-il ? de Gilles Philippe (Les Impressions nouvelles, 2021). Bien m’en a pris : ce livre est passionnant de bout en bout, agréable à lire même dans ses parties techniques – et on peut sauter des paragraphes si on se fiche un peu de “la possibilité d’utiliser qui pour référer à un non-humain” chez Flaubert : les conclusions restent parfaitement accessibles. Ce n’est pas un livre de pinailleur, ce n’est pas écrit en jargon d’universitaire, même si c’est érudit et parfois pointu : c’est un livre qui, comme son titre l’indique, pose des questions très claires, et apporte des réponses lumineuses et intéressantes. Et c’est tant mieux, parce que la question posée, justement, par le titre, m’intrigue vraiment, et ce depuis que je sais lire.

Comme beaucoup de “grands” lecteurs, je n’avais jamais assez de livres à ma disposition pour nourrir mon appétit de fictions, j’ai donc longtemps fait feu de tout bois, notamment en piochant dans les maigres reliquats de bibliothèques disponibles chez mes grands-parents. Très tôt, donc, j’ai été mise en contact avec les profondes différences d’écriture (entre Roald Dahl et la Comtesse de Ségur, entre James Oliver Curwood et Suzie Morgenstern), que personne bien évidemment n’a jamais pris le temps d’évoquer avec moi. Ce n’est pas seulement le contenu narratif qui était différent (les robes à volants et les bottines séguriennes, les cabanes du Grand Nord,…), c’était la langue, et ça me troublait beaucoup. Je crois même (mais peut-être que je me vante a posteriori) qu’à un moment je savais distinguer d’instinct la prose de Ségur de celle de Zénaïde Fleuriot. Ce n’était pas pareil – et ce n’était pas non plus comme on parlait, et comme on écrivait dans les livres neufs de la bibliothèque municipale. Alors, “Pourquoi le style change-t-il ?”…

Continuer la lecture de Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Qu’est-ce qu’un “non-livre” ?

Comme me l’a fait remarquer un ami il y a quelques jours, je lis beaucoup de livres. Je sais qu’il est désormais d’usage, même en sciences humaines, de déplorer qu’un chercheur ait perdu son temps à publier un livre, au lieu de faire valoir son travail par des articles dans des “RAC” (revues à comité de lecture – véridique : remarque entendue par un collègue dans un comité de sélection…). Je lis aussi, bien sûr, au cours de l’année, énormément d’articles, et j’avoue que malgré mon amour du papier, et ma préférence absolue pour la lecture sur support physique traditionnel (pour des raisons de confort ophtalmique), je les lis en très grande majorité sous forme numérique : plus accessibles (sauf racket des revues anglo-saxonnes…), plus rapidement, et hors horaires d’ouverture des B.U. Mais, de manière absolument incontestable, ma préférence va aux lectures de livres. Donc dès que j’ai le temps j’achète et je lis des livres. Ma librairie de référence, Le Livre à Tours, est tenue par des libraires qui accordent une grande importance aux textes, mais aussi aux livres, à leur matérialité, et à la chaîne éditoriale dans sa globalité. C’est donc vraiment très exceptionnellement que je fais une entorse à mes principes, et que je commande un livre en ligne : par exemple quand, pendant l’été, je suis éloignée de tout centre urbain pendant plusieurs semaines d’affilée. Bien fait pour moi : j’ai reçu un non-livre.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un “non-livre” ?

Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

La collection “Le mot est faible” de l’éditeur Anamosa m’attire depuis un moment. Lancée en 2019, elle entend proposer, en moins d’une centaine de pages, un petit essai accessible qui envisage de manière critique un terme “du quotidien”, en tout cas un mot qu’on entend en abondance dans les médias et dont il devient urgent de décortiquer les sédiments de sens. La collection, dirigée par l’historien Christophe Granger, a été lancée en 2019 comme un écho aux réflexions lancées par Éric Hazan dans LQR. La propagande du quotidien (Raisons d’agir, 2006). Hazan, lui-même éditeur engagé, est au cœur des réflexions développées dans un autre petit livre dont je parlerai peut-être ici, Le Luxe de l’indépendance. Réflexions sur le monde du livre (Julien Lefort-Favreau, éditions Lux, 2021), il y a donc dans ma bibliographie estivale un “effet boucle” que j’assume. Bref : dans cette collection “Le mot est faible”, j’ai choisi le volume Langue écrit par Cécile Canut, linguiste à l’université Paris-Descartes, à la fois parce que, bien évidemment, les questions de langue sont au centre de mes travaux et de mes enseignements, et à la fois parce qu’il était présenté sur une très belle table thématique dans la librairie sétoise L’Échappée belle, que j’aime beaucoup. Bien sûr, c’est très court, on lit ça en une heure et donc on reste sur sa faim – mais je voulais justement voir si ce petit bouquin facile à lire pouvait donner à mes étudiants un premier outil de réflexion sur la langue, puisque je les tarabuste avec ça à longueur d’année.

Continuer la lecture de Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

Grand écart et lectures d’été

Avoir passé la main sur l’ensemble de mes responsabilités pédagogiques au 1er juillet m’a permis de démarrer l’été l’esprit (enfin) libre. L’occasion de prendre à bras le corps la frustration d’avoir une profession intellectuelle mais de ne jamais réussir, pendant l’année universitaire, à terminer un livre un peu savant tant les sollicitations innombrables, décousues et toutes urgentes polluent l’esprit et saturent tout l’espace de la réflexion.

Continuer la lecture de Grand écart et lectures d’été

“Lisons aux nourrissons” : un bilan à 6 mois

Nous avons prévu de faire un bilan à peu près mensuel de nos lectures dans le service de néonatologie, afin de le communiquer à toutes les parties prenantes: hôpital, bibliothèque, bénévoles… C’est moi qui suis chargée de la rédaction cette fois-ci, et mes partenaires de lecture m’ont autorisée à le publier sur ce ‘carnet de recherches’, afin de le partager.

Continuer la lecture de “Lisons aux nourrissons” : un bilan à 6 mois