Archives de catégorie : Démarches, théories & réflexions personnelles

À quoi sert un barème?

Saison oblige, je passe mes matinées en surveillances d’examens… à corriger des copies. C’est l’occasion, comme chaque fois, d’un retour réflexif sur ma pratique pédagogique. Nouveauté cette année : les étudiants de première année à qui j’enseigne la littérature pour la jeunesse ne viennent pas de la filière Lettres, mais sont massivement issus de filières Langues ou Sciences du langage. Le cours, en amphi (je l’évoque dans un billet précédent), a été très agréable à faire, mais j’appréhendais les copies, et j’avais raison.  L’exercice consistait à réaliser en temps libre l’analyse d’un album choisi librement au cours du semestre. Nous avions pris une séance pour baliser l’exercice et j’avais donné de nombreux conseils de méthode, mais la correction a fait apparaître crûment que près d’un tiers des étudiants manquait de la ressource linguistique la plus élémentaire. Continuer la lecture de À quoi sert un barème?

Étudier les livres pour enfants en fac de médecine

Depuis 2012, j’enseigne la littérature pour la jeunesse au sein des Unités d’Enseignement et de Recherche en Sciences Humaines (UERSH) proposées au sein de la Faculté de médecine. Le dispositif UERSH fait pendant aux UERB, unités consacrées à la biologie permettant aux étudiants de médecine qui le souhaitent d’interrompre leur scolarité pendant un an le temps de faire un master de biologie. Sur le même modèle, les étudiants ayant suivi plusieurs cours au sein des modules de l’UERSH peuvent ensuite, s’ils réalisent un stage, postuler pour un master 2 dans une discipline de sciences humaines, en complément à leur cursus médical. Le module au sein duquel j’interviens s’intitule « Humanités en médecine ». J’y coordonne un cours partagé avec une collègue, que nous avons baptisé « Dire la maladie, penser le soin : enjeux du récit ». Continuer la lecture de Étudier les livres pour enfants en fac de médecine

Iconotextes #3: causons bouquins (la collection)

C’est la sixième séance de travail du projet « Iconotextes ». L’ordre du jour est chargé. Mais très vite on ne le suit plus : c’est l’heure de faire le bilan du SoBD, le salon des ouvrages sur la bande dessinée qui s’est déroulé du 7 au 9 décembre dernier à la Halle des Blancs manteaux à Paris, et où notre collection « Iconotextes » était présentée par les Presses universitaires François-Rabelais. Continuer la lecture de Iconotextes #3: causons bouquins (la collection)

Iconotextes #2: origines épistémologiques du programme

Outre ses origines historiques, exposées dans le premier billet, le programme Iconotextes repose sur un ensemble de constats épistémologiques. Notre conception des iconotextes s’enracine en effet dans un certain nombre de constats critiques que nous avons au fil du temps été amenés à formuler à l’endroit des diverses disciplines qui traitent de l’album pour enfants et de la bande dessinée, et la convergence de ces constats a joué un rôle important dans la mise au point du présent programme de recherches.

Continuer la lecture de Iconotextes #2: origines épistémologiques du programme

Iconotextes #1bis : structure institutionnelle du programme

De nombreux lecteurs du premier billet iconotextes nous ont demandé dans quel cadre institutionnel s’inscrivait notre programme de recherche : Iconotextes, est-ce une APR, une ANR, une ERC ? Est-ce un projet exploratoire, innovant, disruptif ? S’inscrit-il dans le programme H2020 ? Avons-nous défini un calendrier, des livrables, des retombées mesurables en terme d’activité socio-économique ? Comporte-t-il un volet valorisation ? Adopte-t-il un usage résolument transdisciplinaire des TICE ? Débouchera-t-il sur un partenariat public-privé ? A-t-il obtenu un grant, dispose-t-il de moyens, fera-t-il des petits ? Toutes ces questions sont tout à fait légitimes : il nous semble normal d’y répondre. Continuer la lecture de Iconotextes #1bis : structure institutionnelle du programme

Iconotextes #1: origines historiques du programme

Sous l’intitulé « Iconotextes », Album50 va accueillir, à partir de novembre 2018, les comptes-rendus des séances d’un programme de recherche mené conjointement par Cécile Boulaire et par Laurent Gerbier (en attendant que ce programme dispose éventuellement de son propre espace de publication). Pour expliquer ce qu’est le programme de recherche Iconotextes, il faut commencer par raconter son histoire, dont le point de départ est un étrange livre pour enfants : le Rôti-Cochon.

 

Continuer la lecture de Iconotextes #1: origines historiques du programme

Dans un mois pile!

Ça y est, il est à l’imprimerie ! Mon nouveau livre a enfin son titre définitif, sa couverture définitive, sa date de sortie définitive, et on peut en lire un extrait sur le site de l’éditeur Didier Jeunesse :

Cécile BOULAIRE, Lire et choisir ses albums. Petit manuel à l’usage des grandes personnes, Didier Jeunesse, collection « Passeurs d’histoires », sortie le 19 septembre 2018.

En guise de conclusion

Mon premier billet commençait en interrogeant les conditions d’un véritable partage du savoir et de la réflexion au sein d’une hypothétique « communauté » mondiale des chercheurs en littérature pour la jeunesse. M’appuyant sur la conviction qu’il était toujours plus intéressant de dialoguer plutôt que de se refermer sur ses pratiques nationales, j’interrogeais naïvement les conditions de possibilité de ce dialogue, avec l’idée que nous pouvons nous enrichir de nos différences. Si maintenant j’essaie de tirer un bilan des réflexions développées dans ce billet et les suivants, et de les orienter vers l’action, j’arrive à quoi ? Continuer la lecture de En guise de conclusion

La libre circulation des produits de l’esprit

Voici le troisième volet de la réflexion commencée ici et poursuivie .

Parlons un instant des taux pratiqués à ce péage. Mon université, par exemple, calcule chaque année le « bonus qualité internationale » (tiens, il n’y a pas « excellence » dans le nom ?…) de ses différents laboratoires. Ce BQI sert à attribuer une partie du budget alloué à chaque laboratoire, au terme d’une pondération qui tient compte des séjours des chercheurs à l’étranger, de leurs publications à l’international, de l’organisation de colloques accueillant des étrangers, etc. Cette part modulable de notre dotation budgétaire est supposée, selon la logique de la carotte, stimuler le rayonnement international de la recherche au sein de notre petite université de province. Continuer la lecture de La libre circulation des produits de l’esprit

Je ne pense bien que dans ma langue

Je poursuis ici la réflexion engagée dans le billet précédent, en publiant mon deuxième élément de réponse.

Parler ensemble suppose donc que, par-delà les langues, nous parlions de la même chose. Par-delà la différence des langues… ce qui n’est pas le moindre des problèmes ! Continuer la lecture de Je ne pense bien que dans ma langue

Parlons-nous de la même chose?

Je poursuis la réflexion entamée il y a désormais deux billets, parce qu’il me semble qu’on ne doit jamais rester sur le sentiment de « quelque chose qui cloche » sans aller voir tout au fond de quoi il s’agit… pour remonter à la surface avec des solutions ! Je parlais dans mon précédent billet du sentiment de n’être que moyennement concernée par les travaux des chercheurs anglo-saxons qui travaillent sur les mêmes domaines que moi. Mais pourquoi en suis-je gênée ? Après tout, on pourrait considérer qu’ils travaillent de leur manière, et moi de la mienne, et qu’il est intéressant de regarder ce que nos différences peuvent nous apporter mutuellement. Évidemment, ça n’est pas si simple. Parce que cela supposerait que nous puissions véritablement échanger.  Or les conditions d’un échange véritable ne sont pas réunies. Pour quelles raisons ? Continuer la lecture de Parlons-nous de la même chose?