Archives pour la catégorie Démarches, théories & réflexions personnelles

Peste ou choléra ?

Comme il faisait un temps splendide, j’ai passé mon après-midi en réunion (selon la loi qui veut qu’il pleuve le week-end). Je suis membre du bureau d’une école doctorale, au sein de mon université. Nous nous réunissons à intervalles réguliers pour des discussions souvent fastidieuses, toujours intéressantes, concernant les thèses menées et soutenues dans notre université, la formation que nous donnons à nos doctorants, la manière dont ils s’insèrent dans nos équipes de recherches. C’est l’occasion, car l’école est pluridisciplinaire, de faire une nouvelle fois le constat de la disparité des pratiques, des attentes, des implicites. Nous ne sommes, en général, d’accord sur rien : ni sur la durée des thèses, ni sur les modalités de l’encadrement, ni sur notre rôle dans la professionnalisation des doctorants. Ce ne sont pas des désaccords de fond, mais l’expression de différences culturelles, lies à des histoires disciplinaires distinctes, à des conditions matérielles très différentes selon les facultés, à des perspectives professionnelles qui n’ont rien de similaire selon les branches. Bref : c’est toujours épuisant, et en même temps, par certains côtés, rafraîchissant. Continuer la lecture de Peste ou choléra ? 

Balayer [la guimauve] devant sa porte

Le 1er novembre dernier, Olivier Barbarant signe dans Le Monde Diplomatique un article à charge intitulé « De la guimauve pour la jeunesse ». L’astérisque qui accompagne son nom nous apprend qu’Olivier Barbarant est à la fois « écrivain et inspecteur général de l’éducation nationale » et l’on ne sait trop si c’est en tant qu’écrivain ou en tant qu’inspecteur général de lettres qu’il signe cette tribune sévère avec la littérature pour la jeunesse. L’article fait réagir les professionnels. L’auteure Alice Brière-Haquet, déjà montée au créneau lorsqu’une chronique de Christophe Honoré avait mis à mal la littérature pour la jeunesse, publie sur son blog personnel un droit de réponse hélas partiellement anonyme, puisqu’il est signé du « Collectif des ConFiseurs et ConFiseuses de la Littérature (constitué d’auteurs, d’autrices, d’éditeurs et d’éditrices jeunesse) », qui a le mérite d’ouvrir le débat. Ce sont les termes de ce débat que je souhaiterais examiner ici, parce que l’article comme les réactions qu’il suscite (notamment sur Facebook) me paraissent révélateurs de la situation ambiguë de la littérature pour la jeunesse actuelle. Continuer la lecture de Balayer [la guimauve] devant sa porte 

« Moi, ce que je préfère, ce sont les dessins mystérieux qu’il y a dans Dis-moi Denys »

Ainsi s’exprime Marie dans le courrier des lecteurs du n°59 d’Okapi (avril 1974). Elle désigne par là les extraordinaires dessins abstraits que France de Ranchin fournit au magazine depuis déjà deux ans, qui contribuent à donner à Okapi une allure inimitable  dans ce début des années 1970. Tout a commencé par une commande de labyrinthes pour la rubrique centrale consacrée aux jeux (voir ce qu’en dit Loïc Boyer sur Cligne-Cligne Magazine). Continuer la lecture de « Moi, ce que je préfère, ce sont les dessins mystérieux qu’il y a dans Dis-moi Denys » 

Il n’est pas un auteur jeunesse (dit-il)

Vincent Cuvellier publie chez Gallimard Giboulées un petit essai biographique, intitulé avec provocation Je ne suis pas un auteur jeunesse. La désinvolture du ton pourrait laisser penser qu’il ne s’agit que de mouvements d’humeur, alors que mine de rien, Vincent Cuvellier pose en 120 pages toutes les questions essentielles à qui réfléchit sur la littérature « pour la jeunesse ». C’est rafraîchissant et décoiffant ! Continuer la lecture de Il n’est pas un auteur jeunesse (dit-il) 

En souvenir de Jacques Chupeau

Nous avons appris ce matin, avec tristesse, la mort de Jacques Chupeau, ancien maître de conférences en littérature du XVIIe siècle à l’Université de Tours. C’est lui qui a initié l’enseignement de la littérature pour la jeunesse au sein de l’université de Tours, lui encore qui a insisté, au moment de prendre sa retraite, pour que le profil du poste qu’il libérait soit orienté vers la littérature pour la jeunesse. C’est encore lui qui, avec une cordialité dont tous garderont le souvenir, m’a accueillie le jour où je suis venue me présenter aux auditions. Une fois élue sur ce poste, lorsque je viens m’installer en Touraine avec ma famille, sa femme et lui nous firent un accueil familial et chaleureux, plein de délicatesse – Jacques par ailleurs me céda une partie de sa bibliothèque professionnelle, jugeant que j’en aurais plus besoin que lui désormais. À chacune des manifestations que j’ai pu organiser, lors de chacune de mes publications, il eut un mot gentil, une attention fine – il était là encore, avec sa femme, pour mon habilitation à diriger des recherches. Je garderai toujours le souvenir de cette élégance et de cette générosité. Il nous reste désormais, pour nous souvenir de Jacques Chupeau, à lire et relire le savoureux article qu’il avait consacré à « l’équivoque enjouée » dans le conte du Petit Chaperon rouge1!

[illustration extraite d’un manuscrit des Contes de Perrault, 1695, disponible sur la base Utpictura]

  1. Jacques Chupeau, « Sur l’équivoque enjouée au Grand Siècle. L’exemple du Petit Chaperon rouge », XVIIe siècle, janvier-mars 1986, p.36-42 []

Lire des poèmes sous la pluie

Ce matin, premier lundi du Printemps des Poètes, j’ai rejoint dans le quartier du Sanitas à Tours les « brigades d’intervention poétique » qui chaque année, en ouverture de ces semaines consacrées à la poésie, accompagnent les habitants sur le chemin du travail et de l’école, en offrant des poèmes. Continuer la lecture de Lire des poèmes sous la pluie 

Nous, les filles – ou le retour de la petite robe

Mon université s’intéresse à l’égalité femmes-hommes. Par exemple, cette semaine, nous avons été informés de l’ouverture des candidatures pour recevoir la Prime d’encadrement doctoral et de recherche. À cette occasion, notre attention a été attirée sur la sous-représentation des maîtres de conférences et des femmes (donc, sans doute, des maîtresses de conférence, cumulardes !) dans les candidatures à cette prime. Continuer la lecture de Nous, les filles – ou le retour de la petite robe 

Lire à voix haute

Ce vendredi 27 janvier, grâce au service culturel de l’université, j’ai pu accueillir Christian Sterne, comédien de la compagnie Les Fous de Bassan, et Dominique Veaute, animatrice lecture à Livre Passerelle, pour une journée de formation « lecture d’albums à haute voix » offerte à une dizaine d’étudiantes, dans le cadre d’un projet que nous avons intitulé « Bibliothèque de rue étudiante ». Continuer la lecture de Lire à voix haute 

Formation à distance: un bilan pièces en main

Cours en ligne #14. Ça y est, le semestre d’enseignement à distance est terminé : les étudiants ont eu jusque début décembre pour consulter tous les modules et ils se sont retrouvés le 8 décembre sous ma surveillance pour composer pendant deux heures, c’est-à-dire pour rédiger l’analyse d’un album qui leur était distribué – analyse que je viens de finir de corriger. Continuer la lecture de Formation à distance: un bilan pièces en main 

Écouter

J’aurais pu choisir une autre « image à la une », pour illustrer ce billet consacré à l’expérience menée au sein de l’atelier passerelle en collaboration avec les Mille Univers, mais cette vue des voies de chemin de fer depuis la passerelle Fournier encapsule, pour moi, l’émotion de ce moment où Loïc Guénin nous a, en quelques minutes, appris à écouter… Continuer la lecture de Écouter 

Une émission de radio sur les livres pour enfants : L’as-tu lu mon p’tit loup ?

Ce billet est la reprise d’un article  qui vient de paraître dans le dernier numéro des Cahiers Robinson intitulé « Une radio pour la jeunesse ». Je le reproduis ici avec l’aimable autorisation de son directeur, Francis Marcoin, que je remercie.
Continuer la lecture de Une émission de radio sur les livres pour enfants : L’as-tu lu mon p’tit loup ?