Archives de catégorie : Démarches, théories & réflexions personnelles

Des albums pour toutes les classes (sociales) ?

Chaque année, la rentrée nous apporte son lot de nouveautés dans le domaine des albums, et dans ce lot, il est rare qu’on ne découvre pas ce qu’on a pris l’habitude d’appeler des « pépites » : des albums beaux, intelligents, réussis, qu’on imagine stimulants pour les enfants, ouvrant l’intelligence autant que l’imagination et la sensibilité. Chaque magazine, chaque critique littéraire y va de sa petite sélection, et on retrouve d’ailleurs parfois les mêmes de l’un à l’autre. Parce que ce sont de bons albums – certains peut-être deviendront même des classiques. Mais aussi, reconnaissons-le, parce que les journalistes qui écrivent dans les magazines, les critiques littéraires, les universitaires qui s’intéressent aux livres pour enfants – les enseignants et les bibliothécaires qui les achètent, les libraires qui les mettent en avant, et allons-y, les artistes qui les créent et les éditeurs qui les publient, tous appartiennent au même milieu. Ils ont donc les mêmes attentes, les mêmes critères, ils sont dépaysés par les mêmes esthétiques, stimulés par les mêmes thématiques, touchés par les mêmes émotions. Ils partagent les mêmes idées, les mêmes valeurs. Je ne devrais pas dire « ils » : nous partageons goûts, valeurs et habitus sociaux. Nous aimons les mêmes livres – nous avons les mêmes loisirs, visitons les mêmes lieux l’été, vibrons aux mêmes expériences.

Continuer la lecture de Des albums pour toutes les classes (sociales) ?

Bookstart Around the World: comment évaluer un programme de dons de livres aux bébés, sans jamais parler des livres pour bébés…

Au printemps 2021, le Conseil des Arts suédois a publié les résultats d’une étude sur les effets du programme Bokstart expérimenté en Suède de 2017 à 2020, sur un modèle international dont j’ai déjà parlé sur ce ‘carnet de recherches’ à deux reprises, en décembre 2019 puis plus récemment en janvier 2021. On ne saurait reprocher à une institution publique nationale de publier, dans une langue claire, les éléments objectifs permettant de juger de la pertinence d’une action menée sur fonds publics – on le peut d’autant moins quand cette institution publique assortit son effort d’une traduction en anglais, et d’une bibliographie très nourrie. Le document, téléchargeable gratuitement, est donc d’un grand intérêt pour les institutions et les associations (je pense à l’agence Quand les livres relient ainsi qu’aux animateurs, au sein du service du livre et de la lecture au Ministère de la culture, du dispositif Premières pages) qui ont à cœur de permettre la rencontre des bébés et des livres. Je vais donc ici m’employer à en détailler les apports que j’estime les plus pertinents. Néanmoins, le rapport présente un angle mort qui ne manque pas d’étonner puisque, mettant en valeur une série de dispositifs de soutien au développement du langage consistant à offrir des livres aux bébés, il ne dit rien, à aucun moment, sur ce qui préside au choix de ces livres – ni même, si on y regarde de plus près, sur l’intérêt particulier de faire appel à des livres (langue écrite) pour le développement du langage (mesuré dans des performances de langue orale).

Continuer la lecture de Bookstart Around the World: comment évaluer un programme de dons de livres aux bébés, sans jamais parler des livres pour bébés…

Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Je ne suis vraiment pas une fan de stylistique et même si j’ai eu, furtivement, une excellente prof de stylistique pendant un semestre à Rennes 2 jadis, je n’ai jamais par la suite lu spontanément d’ouvrages ou même d’articles de stylisticiens. C’est donc par exception que j’ai eu envie de lire Pourquoi le style change-t-il ? de Gilles Philippe (Les Impressions nouvelles, 2021). Bien m’en a pris : ce livre est passionnant de bout en bout, agréable à lire même dans ses parties techniques – et on peut sauter des paragraphes si on se fiche un peu de “la possibilité d’utiliser qui pour référer à un non-humain” chez Flaubert : les conclusions restent parfaitement accessibles. Ce n’est pas un livre de pinailleur, ce n’est pas écrit en jargon d’universitaire, même si c’est érudit et parfois pointu : c’est un livre qui, comme son titre l’indique, pose des questions très claires, et apporte des réponses lumineuses et intéressantes. Et c’est tant mieux, parce que la question posée, justement, par le titre, m’intrigue vraiment, et ce depuis que je sais lire.

Comme beaucoup de “grands” lecteurs, je n’avais jamais assez de livres à ma disposition pour nourrir mon appétit de fictions, j’ai donc longtemps fait feu de tout bois, notamment en piochant dans les maigres reliquats de bibliothèques disponibles chez mes grands-parents. Très tôt, donc, j’ai été mise en contact avec les profondes différences d’écriture (entre Roald Dahl et la Comtesse de Ségur, entre James Oliver Curwood et Suzie Morgenstern), que personne bien évidemment n’a jamais pris le temps d’évoquer avec moi. Ce n’est pas seulement le contenu narratif qui était différent (les robes à volants et les bottines séguriennes, les cabanes du Grand Nord,…), c’était la langue, et ça me troublait beaucoup. Je crois même (mais peut-être que je me vante a posteriori) qu’à un moment je savais distinguer d’instinct la prose de Ségur de celle de Zénaïde Fleuriot. Ce n’était pas pareil – et ce n’était pas non plus comme on parlait, et comme on écrivait dans les livres neufs de la bibliothèque municipale. Alors, “Pourquoi le style change-t-il ?”…

Continuer la lecture de Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Qu’est-ce qu’un “non-livre” ?

Comme me l’a fait remarquer un ami il y a quelques jours, je lis beaucoup de livres. Je sais qu’il est désormais d’usage, même en sciences humaines, de déplorer qu’un chercheur ait perdu son temps à publier un livre, au lieu de faire valoir son travail par des articles dans des “RAC” (revues à comité de lecture – véridique : remarque entendue par un collègue dans un comité de sélection…). Je lis aussi, bien sûr, au cours de l’année, énormément d’articles, et j’avoue que malgré mon amour du papier, et ma préférence absolue pour la lecture sur support physique traditionnel (pour des raisons de confort ophtalmique), je les lis en très grande majorité sous forme numérique : plus accessibles (sauf racket des revues anglo-saxonnes…), plus rapidement, et hors horaires d’ouverture des B.U. Mais, de manière absolument incontestable, ma préférence va aux lectures de livres. Donc dès que j’ai le temps j’achète et je lis des livres. Ma librairie de référence, Le Livre à Tours, est tenue par des libraires qui accordent une grande importance aux textes, mais aussi aux livres, à leur matérialité, et à la chaîne éditoriale dans sa globalité. C’est donc vraiment très exceptionnellement que je fais une entorse à mes principes, et que je commande un livre en ligne : par exemple quand, pendant l’été, je suis éloignée de tout centre urbain pendant plusieurs semaines d’affilée. Bien fait pour moi : j’ai reçu un non-livre.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un “non-livre” ?

Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

La collection “Le mot est faible” de l’éditeur Anamosa m’attire depuis un moment. Lancée en 2019, elle entend proposer, en moins d’une centaine de pages, un petit essai accessible qui envisage de manière critique un terme “du quotidien”, en tout cas un mot qu’on entend en abondance dans les médias et dont il devient urgent de décortiquer les sédiments de sens. La collection, dirigée par l’historien Christophe Granger, a été lancée en 2019 comme un écho aux réflexions lancées par Éric Hazan dans LQR. La propagande du quotidien (Raisons d’agir, 2006). Hazan, lui-même éditeur engagé, est au cœur des réflexions développées dans un autre petit livre dont je parlerai peut-être ici, Le Luxe de l’indépendance. Réflexions sur le monde du livre (Julien Lefort-Favreau, éditions Lux, 2021), il y a donc dans ma bibliographie estivale un “effet boucle” que j’assume. Bref : dans cette collection “Le mot est faible”, j’ai choisi le volume Langue écrit par Cécile Canut, linguiste à l’université Paris-Descartes, à la fois parce que, bien évidemment, les questions de langue sont au centre de mes travaux et de mes enseignements, et à la fois parce qu’il était présenté sur une très belle table thématique dans la librairie sétoise L’Échappée belle, que j’aime beaucoup. Bien sûr, c’est très court, on lit ça en une heure et donc on reste sur sa faim – mais je voulais justement voir si ce petit bouquin facile à lire pouvait donner à mes étudiants un premier outil de réflexion sur la langue, puisque je les tarabuste avec ça à longueur d’année.

Continuer la lecture de Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

Grand écart et lectures d’été

Avoir passé la main sur l’ensemble de mes responsabilités pédagogiques au 1er juillet m’a permis de démarrer l’été l’esprit (enfin) libre. L’occasion de prendre à bras le corps la frustration d’avoir une profession intellectuelle mais de ne jamais réussir, pendant l’année universitaire, à terminer un livre un peu savant tant les sollicitations innombrables, décousues et toutes urgentes polluent l’esprit et saturent tout l’espace de la réflexion.

Continuer la lecture de Grand écart et lectures d’été

“Lisons aux nourrissons” : un bilan à 6 mois

Nous avons prévu de faire un bilan à peu près mensuel de nos lectures dans le service de néonatologie, afin de le communiquer à toutes les parties prenantes: hôpital, bibliothèque, bénévoles… C’est moi qui suis chargée de la rédaction cette fois-ci, et mes partenaires de lecture m’ont autorisée à le publier sur ce ‘carnet de recherches’, afin de le partager.

Continuer la lecture de “Lisons aux nourrissons” : un bilan à 6 mois

Lire aux bébés : présentation du projet dans le cadre du séminaire de méthode de l’InTRu

J’ai eu le plaisir de présenter les tenants et les aboutissants du projet “lire aux bébés” mené avec l’association Livre passerelle et le CHU de Tours – et maintenant, le CHIC d’Amboise – dans le cadre du séminaire de méthode de l’équipe InTRu, le 9 mars dernier. On peut revisionner cette présentation qui était dématérialisée et a été enregistrée.

Continuer la lecture de Lire aux bébés : présentation du projet dans le cadre du séminaire de méthode de l’InTRu

Lire aux bébés : pourquoi des particularités françaises ?

Ce billet est dédié aux étudiants de l’UERSH “Les enjeux du récit en pédiatrie” de la faculté de médecine de Tours

Il y a environ un an, j’ai publié un billet consacré aux programmes d’ “acculturation” des bébés aux livres. L’idée de ce petit texte informatif était née accidentellement, alors que je travaillais moi-même à la préparation d’un projet avec l’association Livre Passerelle1. En effet, pour rédiger divers documents d’accompagnement de ce projet auquel nous travaillions depuis des mois, j’ai eu besoin de remonter, historiquement, aux premiers dispositifs mettant en présence des livres, des bébés et des soignants. Dans mon esprit, ça remontait aux années 1980, et j’avais en tête le rôle fondamental joué en France par ACCES et les psychiatres qui ont fondé cette association. Or ma surprise a été grande de découvrir que la situation française, à cet égard, était relativement singulière, voire marginale, et que si des projets avaient émergé à peu près à la même date un peu partout dans le monde, ils avaient en général une tonalité bien différente de ce qui se faisait en France. Le billet d’aujourd’hui voudrait essayer d’expliquer la singularité de la situation française.

Continuer la lecture de Lire aux bébés : pourquoi des particularités françaises ?
  1. pour ce projet, Livre Passerelle a obtenu le Grand prix du jury “Lecture, enfance et parentalité” décerné par la fondation Crédit mutuel pour la lecture, ainsi qu’un soutien décerné conjointement par la DRAC et l’Agence régionale de santé dans le cadre de l’appel à projets “culture & santé” []

Livres pour enfants & médecine : c’est fini pour cette année

J’avais prévu de rendre un compte régulier de ce cours, évoqué dans mon précédent billet, mais le temps passe trop vite. Il a fallu inventer, semaine après semaines, des manières de faire pour atteindre mes objectifs et pour enseigner avec un outil de visio peu adapté à la pédagogie (les étudiants ne peuvent ou ne veulent pas allumer leurs caméras); puis il a fallu inventer un sujet d’examen qui soit cohérent avec ce que nous avions collectivement réussi à élaborer; enfin il a fallu corriger au galop, pour que les notes soient prêtes pour les jurys. Pas trop le temps de respirer…

Continuer la lecture de Livres pour enfants & médecine : c’est fini pour cette année

Livres pour enfants & médecine : c’est reparti !

Nous avions à peine digéré la mise en place de l’enseignement “semi-distanciel”, qui nous avait été imposé alors que nous avions à peine digéré la rentrée en mode covid… et voilà que lundi dernier, au retour des congés de la Toussaint, nous avons dû passer à un enseignement intégralement à distance. Autrement dit, en un demi-semestre, nous avons déjà expérimenté trois nouvelles modalités d’enseignement: un enseignement dans lequel nous nous étouffons dans les masques, sans jamais pouvoir cerner sur le visage de nos étudiants de quelle manière “passe” ce que nous essayons de leur enseigner; un enseignement dans lequel nous devons faire cours (masqués) aux étudiants présents (masqués), tout en retransmettant en direct et sans assistance ce même cours aux étudiants qui sont reclus chez eux; enfin un enseignement dans lequel nous sommes, comme nos étudiants, chez nous (sans masques!), derrière des écrans d’ordinateurs. Alors qu’au printemps dernier, le premier confinement (nous l’appelions, alors, “LE confinement…”) avait surtout produit angoisse et mécontentement, celui-ci suscite une immense fatigue. Les semaines de cours écoulées depuis la rentrée ont déjà été très complexes. Les étudiants sont perturbés, ils ont donc besoin d’une vigilance particulière. Mais dans le même temps, les équipes pédagogiques sont désorientées par la nécessité de mettre en place, chaque fois dans l’urgence, des modalités inhabituelles, exigeant souvent que nous nous formions à de nouveaux outils – et bien souvent, que nous bricolions. Bien sûr, nous y sommes habitués. Mais d’ordinaire, quand nous nous lançons dans une innovation pédagogique, c’est ponctuel: pour un cours d’abord, en attendant de tirer des leçons de ce qui fonctionne et de ce qu’il faudra éviter. Là, c’est tout le monde, pour tous les cours, au même moment. Sans filet. C’est tout simplement éreintant.

Continuer la lecture de Livres pour enfants & médecine : c’est reparti !

Ni monde d’avant, ni monde d’après : une image d’aujourd’hui

Il y a quelques jours, j’ai relayé sur ma page Facebook une image, avec une brève légende. Cette image a fait l’objet d’un flux très inhabituel de commentaires, voire de polémiques. J’ai d’abord renvoyé les commentateurs les plus critiques à des éléments de contextualisation de cette image – ceux publiés par l’historienne Mathilde Larrère sur Twitter, puis ceux rédigés par l’historien des cultures visuelles André Gunthert sur son blog L’image sociale. Mais je me rends compte que ces deux excellentes contextualisations, l’une replaçant cette image dans sa continuité immédiate (la manifestation des soignants le 16 juin dernier, et les événements sociaux et politiques qui l’avaient précédée), l’autre incluant cette image-ci dans une réflexion plus large sur la viralité des images en régime médiatique, ne me satisfont pas totalement. Elles ne disent pas ce qui fait que moi, j’ai choisi de publier cette image. Après en avoir abondamment discuté avec mon collègue Laurent Gerbier, je lui ai proposé que nous livrions ici notre propre analyse de cette image, en essayant d’exposer avec clarté ce qui faisait que nous, l’un de culture littéraire, l’autre philosophe, avions d’emblée considéré cette image comme un “emblème” de quelque chose en train de se passer. Voici donc une lecture d’image à deux voix.

Continuer la lecture de Ni monde d’avant, ni monde d’après : une image d’aujourd’hui