Archives de catégorie : iconotextes

Des « iconotextes » chez Hachette: réflexion sur la notion de collection

Quand j’étais enfant, je fréquentais l’annexe toute neuve d’une bibliothèque municipale qui avait ouvert dans mon quartier à peu près au moment où j’apprenais à lire. J’y ai méthodiquement épuisé tous les rayonnages de la section enfantine, à l’exception de celui des albums puisque j’avais passé l’âge. C’est là-bas, je pense, que s’est construit mon rapport intime à la collection comme unité éditoriale et, à mes yeux, « littéraire ». Pour moi qui apprenais sur le tas, il était clair que si un livre m’avait plu, ceux qui lui ressemblaient allaient me promettre le même plaisir. J’avais donc un œil affuté pour repérer les signes d’appartenance à un ensemble. Une monographie parue aux éditions Michel Lagarde a fait ressurgir cette période révolue, et la joie qui s’emparait de moi lorsque j’avais détecté au milieu d’un rayon un bouquin qui promettait d’être aussi fantastique que le premier de la série, découvert par hasard…

Continuer la lecture de Des « iconotextes » chez Hachette: réflexion sur la notion de collection

Iconotextes #3: causons bouquins (la collection)

C’est la sixième séance de travail du projet « Iconotextes ». L’ordre du jour est chargé. Mais très vite on ne le suit plus : c’est l’heure de faire le bilan du SoBD, le salon des ouvrages sur la bande dessinée qui s’est déroulé du 7 au 9 décembre dernier à la Halle des Blancs manteaux à Paris, et où notre collection « Iconotextes » était présentée par les Presses universitaires François-Rabelais. Continuer la lecture de Iconotextes #3: causons bouquins (la collection)

Iconotextes #2: origines épistémologiques du programme

Outre ses origines historiques, exposées dans le premier billet, le programme Iconotextes repose sur un ensemble de constats épistémologiques. Notre conception des iconotextes s’enracine en effet dans un certain nombre de constats critiques que nous avons au fil du temps été amenés à formuler à l’endroit des diverses disciplines qui traitent de l’album pour enfants et de la bande dessinée, et la convergence de ces constats a joué un rôle important dans la mise au point du présent programme de recherches.

Continuer la lecture de Iconotextes #2: origines épistémologiques du programme

Iconotextes #1bis : structure institutionnelle du programme

De nombreux lecteurs du premier billet iconotextes nous ont demandé dans quel cadre institutionnel s’inscrivait notre programme de recherche : Iconotextes, est-ce une APR, une ANR, une ERC ? Est-ce un projet exploratoire, innovant, disruptif ? S’inscrit-il dans le programme H2020 ? Avons-nous défini un calendrier, des livrables, des retombées mesurables en terme d’activité socio-économique ? Comporte-t-il un volet valorisation ? Adopte-t-il un usage résolument transdisciplinaire des TICE ? Débouchera-t-il sur un partenariat public-privé ? A-t-il obtenu un grant, dispose-t-il de moyens, fera-t-il des petits ? Toutes ces questions sont tout à fait légitimes : il nous semble normal d’y répondre. Continuer la lecture de Iconotextes #1bis : structure institutionnelle du programme

Iconotextes #1: origines historiques du programme

Sous l’intitulé « Iconotextes », Album50 va accueillir, à partir de novembre 2018, les comptes-rendus des séances d’un programme de recherche mené conjointement par Cécile Boulaire et par Laurent Gerbier (en attendant que ce programme dispose éventuellement de son propre espace de publication). Pour expliquer ce qu’est le programme de recherche Iconotextes, il faut commencer par raconter son histoire, dont le point de départ est un étrange livre pour enfants : le Rôti-Cochon.

 

Continuer la lecture de Iconotextes #1: origines historiques du programme