Archives de catégorie : Parutions

Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Je ne suis vraiment pas une fan de stylistique et même si j’ai eu, furtivement, une excellente prof de stylistique pendant un semestre à Rennes 2 jadis, je n’ai jamais par la suite lu spontanément d’ouvrages ou même d’articles de stylisticiens. C’est donc par exception que j’ai eu envie de lire Pourquoi le style change-t-il ? de Gilles Philippe (Les Impressions nouvelles, 2021). Bien m’en a pris : ce livre est passionnant de bout en bout, agréable à lire même dans ses parties techniques – et on peut sauter des paragraphes si on se fiche un peu de “la possibilité d’utiliser qui pour référer à un non-humain” chez Flaubert : les conclusions restent parfaitement accessibles. Ce n’est pas un livre de pinailleur, ce n’est pas écrit en jargon d’universitaire, même si c’est érudit et parfois pointu : c’est un livre qui, comme son titre l’indique, pose des questions très claires, et apporte des réponses lumineuses et intéressantes. Et c’est tant mieux, parce que la question posée, justement, par le titre, m’intrigue vraiment, et ce depuis que je sais lire.

Comme beaucoup de “grands” lecteurs, je n’avais jamais assez de livres à ma disposition pour nourrir mon appétit de fictions, j’ai donc longtemps fait feu de tout bois, notamment en piochant dans les maigres reliquats de bibliothèques disponibles chez mes grands-parents. Très tôt, donc, j’ai été mise en contact avec les profondes différences d’écriture (entre Roald Dahl et la Comtesse de Ségur, entre James Oliver Curwood et Suzie Morgenstern), que personne bien évidemment n’a jamais pris le temps d’évoquer avec moi. Ce n’est pas seulement le contenu narratif qui était différent (les robes à volants et les bottines séguriennes, les cabanes du Grand Nord,…), c’était la langue, et ça me troublait beaucoup. Je crois même (mais peut-être que je me vante a posteriori) qu’à un moment je savais distinguer d’instinct la prose de Ségur de celle de Zénaïde Fleuriot. Ce n’était pas pareil – et ce n’était pas non plus comme on parlait, et comme on écrivait dans les livres neufs de la bibliothèque municipale. Alors, “Pourquoi le style change-t-il ?”…

Continuer la lecture de Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Qu’est-ce qu’un “non-livre” ?

Comme me l’a fait remarquer un ami il y a quelques jours, je lis beaucoup de livres. Je sais qu’il est désormais d’usage, même en sciences humaines, de déplorer qu’un chercheur ait perdu son temps à publier un livre, au lieu de faire valoir son travail par des articles dans des “RAC” (revues à comité de lecture – véridique : remarque entendue par un collègue dans un comité de sélection…). Je lis aussi, bien sûr, au cours de l’année, énormément d’articles, et j’avoue que malgré mon amour du papier, et ma préférence absolue pour la lecture sur support physique traditionnel (pour des raisons de confort ophtalmique), je les lis en très grande majorité sous forme numérique : plus accessibles (sauf racket des revues anglo-saxonnes…), plus rapidement, et hors horaires d’ouverture des B.U. Mais, de manière absolument incontestable, ma préférence va aux lectures de livres. Donc dès que j’ai le temps j’achète et je lis des livres. Ma librairie de référence, Le Livre à Tours, est tenue par des libraires qui accordent une grande importance aux textes, mais aussi aux livres, à leur matérialité, et à la chaîne éditoriale dans sa globalité. C’est donc vraiment très exceptionnellement que je fais une entorse à mes principes, et que je commande un livre en ligne : par exemple quand, pendant l’été, je suis éloignée de tout centre urbain pendant plusieurs semaines d’affilée. Bien fait pour moi : j’ai reçu un non-livre.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un “non-livre” ?

Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

La collection “Le mot est faible” de l’éditeur Anamosa m’attire depuis un moment. Lancée en 2019, elle entend proposer, en moins d’une centaine de pages, un petit essai accessible qui envisage de manière critique un terme “du quotidien”, en tout cas un mot qu’on entend en abondance dans les médias et dont il devient urgent de décortiquer les sédiments de sens. La collection, dirigée par l’historien Christophe Granger, a été lancée en 2019 comme un écho aux réflexions lancées par Éric Hazan dans LQR. La propagande du quotidien (Raisons d’agir, 2006). Hazan, lui-même éditeur engagé, est au cœur des réflexions développées dans un autre petit livre dont je parlerai peut-être ici, Le Luxe de l’indépendance. Réflexions sur le monde du livre (Julien Lefort-Favreau, éditions Lux, 2021), il y a donc dans ma bibliographie estivale un “effet boucle” que j’assume. Bref : dans cette collection “Le mot est faible”, j’ai choisi le volume Langue écrit par Cécile Canut, linguiste à l’université Paris-Descartes, à la fois parce que, bien évidemment, les questions de langue sont au centre de mes travaux et de mes enseignements, et à la fois parce qu’il était présenté sur une très belle table thématique dans la librairie sétoise L’Échappée belle, que j’aime beaucoup. Bien sûr, c’est très court, on lit ça en une heure et donc on reste sur sa faim – mais je voulais justement voir si ce petit bouquin facile à lire pouvait donner à mes étudiants un premier outil de réflexion sur la langue, puisque je les tarabuste avec ça à longueur d’année.

Continuer la lecture de Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

Alain Le Foll : une expo et un livre

En ce moment se tient à Evian, au Palais Lumière, une exposition intitulée Alain Le Foll, maître de l’imaginaire (elle emprunte au titre de la fondation suisse créée par Etienne Delessert pour mettre en valeur une génération d’illustrateurs fondateurs). J’ai eu la chance d’être sollicitée par la commissaire d’exposition, Céline Chica-Castex, conservatrice au département des estampes et de la photographie de la BnF, pour rédiger la partie “illustration jeunesse” du catalogue, publié par les éditions Fabelio. Non seulement j’ai eu un plaisir infini à rédiger ce chapitre, qui m’a conduite à me replonger dans l’œuvre fascinante d’Alain Le Foll, vraiment un Grand, mais en plus, le livre est magnifique!

Fischer par transparence

Pendant que des policiers matraquent des manifestants, que d’autres font passer le bac, et que les universités publiques s’inquiètent, comme les hôpitaux publics et les tribunaux publics, de ce qu’on est en train de faire du modèle social de la république, des artistes publient des livres. Et des libraires les font vivre. Entre deux manifs, j’ai ainsi pu découvrir les derniers livres de Jérémie Fischer, à qui j’avais consacré un billet la première année de ce carnet de recherches. Ouvrir un livre de Jérémie Fischer, c’est s’offrir une chouette parenthèse de finesse, de beauté et de malice dans un quotidien un peu moche et inquiétant…

Continuer la lecture de Fischer par transparence

Lecture du moment: Nathalie Parain

Les éditions MeMo sont fidèles. Dès 2006, dans la collection alors dirigée par les Trois Ourses, elles entreprennent de rééditer des albums illustrés dans les années 1930 par Nathalie Parain. Ce sera Mon Chat d’André Beucler (2006), suivi par Châtaigne (2009), Baba Yaga (2010), Faites votre marché (2012), Je Découpe (2013), Jeux en images (2014). Ces rééditions complètent celles qui sont réalisées par l’Association des Amis du Père Castor. Mais le projet de MeMo va au-delà. Il s’agit en effet, dans cette entreprise de réévaluation du patrimoine du livre, de donner à voir la profonde modernité des livres du passé – pas de nostalgie donc : ces livres sont pour les enfants du temps présent. Seront alors réédités, ou parfois même édités pour la première fois sous cette forme, Quand la poésie jonglait avec l’image de Marchak et Lebedev (2005), Animaux à mimer de Tretiakov et Rodtchenko (2010), Les Deux Carrés d’El Lissitsky (2013). Les lecteurs d’aujourd’hui peuvent ainsi avoir un aperçu de la créativité extraordinaire des avant-gardes russes dans les années 1910-1930, en matière de livres pour enfants. Ce processus est parachevé par la parution, cette semaine, d’une monographie consacrée à Nathalie Parain, magnifiquement illustrée et mise en page. Continuer la lecture de Lecture du moment: Nathalie Parain

La tentation Lobel (3)

Il y a quelques mois, j’ai commencé à lister les albums qui, de mon point de vue, manifestaient la rémanence, dans l’esprit des artistes contemporains, des albums si parfaits d’Arnold Lobel (c’est et ). Je partais de la parution récente du premier volume des aventures de Taupe et Mulot (Henri Meunier et Benjamin Chaud), et j’évoquais au passage Ramona descu, Toon Tellegen, Kitty Crowther, Mélanie Rutten. J’avais sciemment évité de parler de La Galette et la Grande Ourse, paru en 2009 chez Casterman, que son auteur, Anne Herbauts, dédiait précisément à Lobel et aux souvenirs des lectures qui lui avaient été faites de ses albums. Il m’avait semblé en effet que, malgré le talent absolument indéniable d’Anne Herbauts, son geste ne parvenait alors pas à atteindre la forme de perfection que réalisait Lobel, notamment en termes de simplicité.

Dix ans ont passé. Anne Herbauts publie ce mois-ci, chez Pastel, ce qui semble le premier volume des aventures de Matin Minet, le chat, et de son acolyte le charançon Hadek. Et cette fois, tout y est! C’est à la fois très simple et très poétique – comme Anne Herbauts sait si bien y faire.  Le chat et le charançon partent en quête du Point du jour. Ils croisent notamment Pastouro le vrai ours,  un tigre en peluche nommé Doudoumir, le roitelet Michka… et peuvent se coucher sereins, parce que leur désir a été satisfait. Avant cela, ils auront fait des tumuli de miettes et  laissé leurs traces dans “le frais cresson bleu”. Le texte est fait pour être partagé à l’oral : on imagine les accents terribles de Pomme de pin le péremptoire,  du Gendarme et du Carabinier, de l’âne ou du chat Mystère, on anticipe le plaisir un peu inquiet du petit enfant à qui le texte est offert, qui observe ces deux personnages tourner autour du “point”, ce point-du-jour qui, pour nous adultes, est l’aurore, ce qui ne va pas de soi…  Les lecteurs vont attendre avec impatience la suite des aventures de Matin Minet et Hadek le charançon : fantasques, tendres, sérieuses et délicates !

Anne Herbauts, Matin Minet – le Point du Jour, Pastel, 2019.
Pour citer cet article : Cécile Boulaire, "La tentation Lobel (3)," in Album '50', 18 octobre 2019, https://album50.hypotheses.org/3367.

Lecture du moment: Romain Bertrand, Le Détail du monde

Si Le Détail du monde, sous-titré L’art perdu de la description de la nature (Seuil, 2019), a attiré mon attention à la librairie, c’est probablement à la faveur d’un malentendu, d’une méprise – d’une astuce de marketing ? Le titre énigmatique doublé d’un sous-titre propre à séduire une littéraire, la délicate illustration, un peu bucolique, se détachant sur le blanc mat de la couverture, le texte de 4e de couverture qui fait référence à des écrivains (Goethe, Ponge, Rilke) et à des objets et activités littéraires (« les mots nous manquent », « faire le portrait », « à court de phrases », « récit », « dictionnaire »), tout composait ce fameux « horizon d’attente » du lecteur qui rend possible la lecture.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Romain Bertrand, Le Détail du monde

Lecture du moment: Jens Andersen, Astrid Lindgren, une Fifi Brindacier dans le siècle

Les éditions Gaïa ont publié en février dernier une traduction française de la biographie rédigée par le Danois Jens Andersen en 2014. Sous le titre Astrid Lindgren. Une Fifi Brindacier dans le siècle [Denne dag, et liv – En Astrid Lindgren-biografi], l’ouvrage va enfin permettre aux lecteurs français de découvrir dans sa plénitude une autrice dont l’œuvre a été bien souvent maltraitée1.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Jens Andersen, Astrid Lindgren, une Fifi Brindacier dans le siècle

  1. Un compte-rendu de cet ouvrage, plus informé que le mien, va être publié à l’automne prochaine dans la revue Strenæ (de même que paraîtra, dans le même numéro, un compte-rendu de l’ouvrage de Wilfried Lignier rédigé par une sociologue). Je ne me livre, sur ce carnet de recherches, qu’à des notes de lecture très personnelles, qui assument leurs limites et leur partialité. C’est tout le plaisir qu’il y a, je crois, à tenir un « journal de recherche » personnel, qui permet de témoigner d’une pratique de lecture réelle, c’est-à-dire pas toujours spécialisée, souvent buissonnière, prélevant ce qui l’intéresse et négligeant ce qui lui échappe. []

Lecture du moment: Wilfried Lignier, Prendre

Je viens de terminer la lecture très stimulante de l’ouvrage du sociologue Wilfried Lignier intitulé Prendre et sous-titré Naissance d’une pratique sociale élémentaire (Seuil, 2019). Ce que le titre n’indique pas : il s’agit d’une recherche fondée sur l’observation du geste de « prendre » au sein d’une crèche, plus précisément d’une section des « grands ». Phénomène assez rare, donc, dans la sociologie de l’enfance : Lignier s’intéresse à la sociologie des enfants de moins de trois ans. L’ouvrage est très dense en observations, et ouvre des perspectives très intéressantes bien au-delà des seuls sociologues.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Wilfried Lignier, Prendre

Lecture du moment: Tove Jansson, Fair-play

Les éditions La Peuplade, à Chicoutimi (Canada) viennent de publier la traduction française d’un petit recueil de nouvelles pour adultes de Tove Jansson, sous le titre Fair-play (titre original: Rent spel). Traduites par Agneta Segol, ces nouvelles révèlent une autre Tove Jansson que celle des Moumine… quoique.

Continuer la lecture de Lecture du moment: Tove Jansson, Fair-play