Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? #2 Les programmes centrés sur la famille

Je poursuis ici mon exposé des bases sur lesquelles s’est établi le programme “Lisons aux nourrissons”, lectures d’albums en néonatologie, entamé dans un premier billet.

Continuer la lecture de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? #2 Les programmes centrés sur la famille

Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? #1

J’entame avec ce billet une série qui promet d’être assez longue. Mon objectif, alors que je suis désormais en “délégation CNRS” (c’est-à-dire en congé pour recherches) depuis presque 5 mois, c’est de rédiger un copieux bilan d’étape des lectures que nous faisons en néonatologie, avec l’association Livre passerelle et la BM de Tours, dans le cadre du projet ‘Lisons aux nourrissons‘. On peut considérer ce billet, et ceux de la même série qui vont se succéder, comme le brouillon d’un livre en train de se construire. Aujourd’hui, le début du début…

Continuer la lecture de Pourquoi lire des histoires à des bébés prématurés ? #1

Un sociologue et mille poussins (3/3) : danser pour aimer lire

Pourquoi avoir eu envie de croiser mes réflexions sur “le métier d’enfant” de Chamboredon et les impressions nées de l’observation d’atelier de danse avec des élèves de petite section ? Parce qu’il plane au-dessus de ces deux expériences, sans rapport autre que le fait que je les ai vécues la même semaine, une ombre intrigante, autour de l’album comme instrument de socialisation – l’album comme porteur de représentations, certaines positives et d’autres négatives, et comme vecteur de comportements, certains licites et d’autres proscrits. Plus exactement, l’album de Claude Ponti.

Continuer la lecture de Un sociologue et mille poussins (3/3) : danser pour aimer lire

Un sociologue et mille poussins (1/3) : le sociologue

Cette série de 3 billets croise des réflexions inspirées par mon quotidien qui n’ont à première vue pas de rapport entre elles. Je vais pourtant essayer de montrer en quoi ces deux expériences s’articulent, pour moi et dans le cadre de la réflexion que j’essaie de conduire cette année. D’un côté, une émission de radio, à écouter en podcast, consacrée au sociologue Jean-Claude Chamboredon ; de l’autre, un atelier proposé à des enfants de petite section de maternelle par la danseuse et chorégraphe Anne-Laure Rouxel autour de l’album de Claude Ponti Mille secrets de poussins. Et puisque [plus] personne ne surveille la manière dont je construis ma réflexion (avantage d’être prof et pas étudiant), je vais faire exactement ce qu’on dit aux étudiants de ne pas faire lorsqu’ils essaient de rapprocher ou de comparer deux artefacts : je vais d’abord parler du podcast et de Chamboredon, puis de Danser les mille secrets de poussins, et seulement enfin, j’essaierai de dire pourquoi je me sens autorisée à rapprocher ces deux sujets. Premier épisode, donc.

Continuer la lecture de Un sociologue et mille poussins (1/3) : le sociologue

Les magazines Bayard presse comme “matrice” d’une certaine littérature jeunesse : dialogue avec Nicolas Labarre

Mon collègue Nicolas Labarre publie depuis quelques jours, sur son carnet de recherches Picturing it !, des billets consacrés au magazine Je bouquine du groupe Bayard Presse. Le premier abordait un récit entier dans lequel apparaît l’univers de Dragon Ball Z, un univers manga encore mal acculturé chez les éducateurs de l’époque, et dont le processus de légitimation n’était pas véritablement entamé. Le second, intitulé “Je Bouquine et l’invention de la littérature adolescente” rend compte d’un long dialogue avec Marie-Aude Murail, auteure de cette fiction, qui revient plus largement sur le contexte de publication dans les magazines du groupe Bayard à cette époque. Cette question m’intéresse beaucoup, d’autant que nous sommes nombreux à attendre avec gourmandise la parution du volume De la Bonne Presse à Bayard, 150 ans d’histoire, issu du grand colloque organisé par le groupe Bayard pour son 150e anniversaire, et dont la parution est imminente.

Continuer la lecture de Les magazines Bayard presse comme “matrice” d’une certaine littérature jeunesse : dialogue avec Nicolas Labarre

L’aventure coréenne prend (un peu) fin

Depuis près de deux ans, l’équipe de recherches InTRu à laquelle j’appartiens s’intéresse d’assez près aux albums publiés actuellement en Corée. Cet intérêt s’inscrit plus largement dans une série de liens avec des chercheurs coréens, qui démarre vers 2014. Tout a commencé, pour ce qui est des albums, avec l’arrivée de la chercheuse et traductrice Sungyup Lee, invitée en janvier 2022 par mon université.

Continuer la lecture de L’aventure coréenne prend (un peu) fin

Conférence sur les livres pour bébés

Dans le cadre de l’exposition “À hauteur de bébé : chemine parmi les livres avec Lucie Félix“, qui se tient à la Médiathèque Françoise Sagan (Paris 10e) jusqu’au 24 février 2024, j’ai été invitée à proposer une conférence consacrée aux albums pour bébés à travers les âges – c’est-à-dire, plus concrètement, depuis la fin du XIXe siècle.

Continuer la lecture de Conférence sur les livres pour bébés

Poésie et magie, et quel rapport avec les bébés

Ce billet est dédié à Anne-Laure Rouxel, avec qui j’ai eu plaisir à parler magie
tout en cherchant “l’œil” de la Rabaterie.

Dès septembre dernier, j’ai lu avec bonheur cette série de 4 conférences données au Collège de France par Thomas M.Greene en 1989. Alors professeur de littérature à Yale, Greenen s’interroge sur les rapports entre poésie et magie, dont Yves Bonnefoy, dans la préface, nous dit qu’ils sont “un des plus importants problèmes qu’ait à se poser la poétique”. Après de logues semaines consacrées à d’autres activités, je prends ici le temps de synthétiser ce que je retiens de la lecture de cet ouvrage pour mes propres réflexions sur la lecture et les jeunes enfants. On peut sauter à la toute fin si on ne veut pas savoir de quoi parle Greene, mais ce serait dommage…

Continuer la lecture de Poésie et magie, et quel rapport avec les bébés

Lire pour se former

C’est la semaine de l’année où tous les médias se souviennent que la littérature jeunesse existe. On peut écouter de très chouettes émissions de radio (entre autres , et puis aussi ), et évidemment on peut aller à Montreuil, sauf si, comme moi, on déteste la foule. Mais on peut aussi lire des livres ! Pendant longtemps, on a manqué en France de livres sur les livres pour enfants. Les bibliographies tournaient et retournaient autour d’une poignée de titres, devenus introuvables, et souvent un peu dépassés. Quand j’étais en thèse, c’était vraiment navrant. Or depuis deux ans sont parus, chez des éditeurs bien diffusés, des ouvrages faciles d’accès, agréables à lire, abondamment illustrés. Les adultes qui ne connaissent pas grand chose à la littérature pour la jeunesse peuvent maintenant se former facilement et intelligemment. Petit tour sur mes étagères…

Continuer la lecture de Lire pour se former

L’esprit libre

Une collègue universitaire, qui me sollicite pour venir présenter mes travaux dans le cadre d’un séminaire, me dit qu’elle ne souhaite pas, par cette invitation, empiéter sur la liberté que me confère mon année de délégation CNRS, bien qu’elle ajoute “la liberté, tu l’as en toi”. Je suis touchée à la fois par son invitation et par cette remarque flatteuse… qui m’oblige cependant à réfléchir : non, en fait, je crois que cette liberté, je ne l’ai pas en moi. On me l’a donnée en m’accordant cette délégation pour recherches. Je commence juste à en mesurer le prix.

Continuer la lecture de L’esprit libre