Encore un peu d’albums coréens? les éditions Sakyejul

Chez Sakyejul Publishing où j’ai eu la chance d’être accueillie lors de ma visite de Paju Book City, nous sommes reçus par Madame Kim Jin, qui nous présente un échantillonnage de la production récente – surtout des créations, même si on y trouve aussi la traduction de l’album allemand Hundert, dont la couverture coréenne est infiniment plus graphique que l’édition originale. Initialement, Sakyejul est un éditeur de sciences humaines né en 1987. C’est dans un second temps que la maison a développé un secteur dédié à la jeunesse, aujourd’hui florissant. Continuer la lecture de Encore un peu d’albums coréens? les éditions Sakyejul

Lire des albums en crèche à Barcelone

Dans le cadre de la création d’un nouvel échange Erasmus, j’ai eu la chance de passer quelques jours à l’Universitat Autònoma de Barcelona. Une occasion idéale, en cette semaine d’élections européennes, de confirmer l’importance des échanges, pour s’ouvrir, s’enrichir et construire concrètement l’idée d’Europe. À mon avis, les échanges Erasmus devraient concerner non seulement étudiants et universitaires, mais toutes les professions, pour comprendre comment font les autres afin de réinterroger ses manières de faire, comparer pour être content de ce qui va bien, identifier les ressemblances pour prendre conscience que l’Europe n’est pas une utopie, mais qu’elle correspond à des valeurs communes.

Continuer la lecture de Lire des albums en crèche à Barcelone

Comment améliorer un cours raté?

Un long trajet en train, pour répondre à l’invitation d’une ancienne étudiante devenue coordinatrice d’un réseau de bibliothèques, m’a permis de venir à bout des 99 copies de mon cours de 2e année sur les premières lectures. Le bilan est assez net, de mon point de vue : ce cours est raté. Continuer la lecture de Comment améliorer un cours raté?

Un “club d’albums” à Séoul

Grâce aux contacts pris pour moi par Lee Jisun (dont on peut voir un peu du travail sur son compte instagram), j’ai pu visiter le “Picture Book Club” installé dans le sous-sol de la librairie Still Books, dont j’ai déjà parlé dans le billet précédent. Quelques mots sur cet endroit totalement fascinant. Continuer la lecture de Un “club d’albums” à Séoul

Une semaine en Corée

Dans le cadre des activités de recherches de l‘équipe Intru, j’ai eu la chance de passer la semaine dernière à Séoul, une semaine partagée entre rencontres, visites et conférence à l’université Sookmyung. Que soient remerciés ici tous ceux qui ont rendu possible ce fascinant séjour : en premier lieu Kang Sanghoon, professeur invité l’année dernière au sein du laboratoire InTRu, et initiateur de cette invitation (ainsi que son épouse illustratrice Kim Yun-Ju, dont les amies illustratrices et professeures à Séoul m’ont fait si bon accueil). À Séoul, Lee Jisun, qui a organisé pour moi visites, diners et rencontres avec un dévouement et un sens de la perfection qui forcent l’admiration ; Madame le professeur Hwang Soonsun, directrice du département des Beaux-Arts de l’université féminine Sookmyung, qui m’invitait à faire une conférence devant ses étudiants ; Lee Sungyup, précieuse intermédiaire avec les étudiants et les éditeurs, puisqu’elle assurait toutes les traductions ; Jeong Soon, qui a fait une partie de ses études à l’université de Tours sous ma direction, il y a des années, et qui m’a accueillie avec chaleur et professionnalisme ; enfin Park Sunghye, qui a eu la bonne idée de m’emmener prendre un café matinal avec vue sur le beau jardin du palais Changdeokgung, en compagnie de sympathiques tigres de minhwa.

Continuer la lecture de Une semaine en Corée

Prendre son temps, ou le perdre ?

J’ai terminé ce matin la lecture du réjouissant Jeu de construction de Paul Cox. Le livre reprend, sous format papier (et très soigneusement édité par les éditions B42), le blog que Paul Cox avait tenu tout au long de l’exposition du même nom, à la galerie des enfants du Centre Pompidou en 2005. À l’époque, j’avais lu le blog avec gourmandise, jour après jour. Je n’avais pas vu l’expo au Centre Pompidou, mais sa préfiguration à l’école d’art de Blois, quelques mois auparavant, au milieu de tout un tas d’autres réalisations enthousiasmantes de cette école d’art qui savait s’adresser aux enfants. Continuer la lecture de Prendre son temps, ou le perdre ?

À quoi sert un barème?

Saison oblige, je passe mes matinées en surveillances d’examens… à corriger des copies. C’est l’occasion, comme chaque fois, d’un retour réflexif sur ma pratique pédagogique. Nouveauté cette année : les étudiants de première année à qui j’enseigne la littérature pour la jeunesse ne viennent pas de la filière Lettres, mais sont massivement issus de filières Langues ou Sciences du langage. Le cours, en amphi (je l’évoque dans un billet précédent), a été très agréable à faire, mais j’appréhendais les copies, et j’avais raison.  L’exercice consistait à réaliser en temps libre l’analyse d’un album choisi librement au cours du semestre. Nous avions pris une séance pour baliser l’exercice et j’avais donné de nombreux conseils de méthode, mais la correction a fait apparaître crûment que près d’un tiers des étudiants manquait de la ressource linguistique la plus élémentaire. Continuer la lecture de À quoi sert un barème?

Étudier les livres pour enfants en fac de médecine

Depuis 2012, j’enseigne la littérature pour la jeunesse au sein des Unités d’Enseignement et de Recherche en Sciences Humaines (UERSH) proposées au sein de la Faculté de médecine. Le dispositif UERSH fait pendant aux UERB, unités consacrées à la biologie permettant aux étudiants de médecine qui le souhaitent d’interrompre leur scolarité pendant un an le temps de faire un master de biologie. Sur le même modèle, les étudiants ayant suivi plusieurs cours au sein des modules de l’UERSH peuvent ensuite, s’ils réalisent un stage, postuler pour un master 2 dans une discipline de sciences humaines, en complément à leur cursus médical. Le module au sein duquel j’interviens s’intitule “Humanités en médecine”. J’y coordonne un cours partagé avec une collègue, que nous avons baptisé “Dire la maladie, penser le soin : enjeux du récit”. Continuer la lecture de Étudier les livres pour enfants en fac de médecine

Iconotextes #3: causons bouquins (la collection)

C’est la sixième séance de travail du projet “Iconotextes”. L’ordre du jour est chargé. Mais très vite on ne le suit plus : c’est l’heure de faire le bilan du SoBD, le salon des ouvrages sur la bande dessinée qui s’est déroulé du 7 au 9 décembre dernier à la Halle des Blancs manteaux à Paris, et où notre collection “Iconotextes” était présentée par les Presses universitaires François-Rabelais. Continuer la lecture de Iconotextes #3: causons bouquins (la collection)

Iconotextes #2: origines épistémologiques du programme

Outre ses origines historiques, exposées dans le premier billet, le programme Iconotextes repose sur un ensemble de constats épistémologiques. Notre conception des iconotextes s’enracine en effet dans un certain nombre de constats critiques que nous avons au fil du temps été amenés à formuler à l’endroit des diverses disciplines qui traitent de l’album pour enfants et de la bande dessinée, et la convergence de ces constats a joué un rôle important dans la mise au point du présent programme de recherches.

Continuer la lecture de Iconotextes #2: origines épistémologiques du programme