Une « Drôle de petite bibliothèque » chez MeMo

Lancée en 1942, en pleine guerre, la collection américaine « A Little Golden Book » est un tel succès que ses éditeurs entreprennent immédiatement de la décliner sous divers formats, pour toutes les bourses. Mais l’idée la plus amusante est celle des « Tiny Golden Library », bibliothèques miniatures imaginées à partir de 1948.  Les éditions MeMo, jamais en panne d’imagination, viennent de publier en français la plus amusante d’entre elles. Continuer la lecture de Une « Drôle de petite bibliothèque » chez MeMo 

Deux albums parfaits…

L’automne est la saison des parutions les plus abondantes, et chaque incursion en librairie est l’occasion de multiples tentations. Cette semaine, je suis revenue avec deux albums parfaits…

Qu’est-ce qu’un album « parfait » ? Bien sûr, le terme est trop fort, on aurait mille raisons de me le reprocher. Mais, à mes yeux, ces deux albums sont parfaits en cela qu’ils mettent en œuvre des moyens formels absolument adaptés à leur propos, et ce, dans un souci d’ajustement poussé à l’extrême. À cet égard, je trouve que Blanc de Margaux Othats (Magnani), et Le mauvais pli de Juliette Binet (Rouergue) atteignent, dans leur domaine, la perfection. Continuer la lecture de Deux albums parfaits… 

1968 and the boundaries of childhood: retour sur un colloque

Tout à l’heure s’est achevé le colloque international que Sophie Heywood organisait à Tours dans le cadre de son fellowship financé par le Studium. Pendant trois jours, nous avons parlé des effets des mouvements de 1968 sur la culture enfantine (livres, presse, télévision, espaces de jeu…) partout en Europe, y compris derrière le rideau de fer. La langue des échanges était l’anglais : j’en ressors donc absolument épuisée, mais enthousiasmée par la réussite absolue de cette rencontre intellectuelle.

Continuer la lecture de 1968 and the boundaries of childhood: retour sur un colloque 

« Avec lui, c’est plutôt la ligne pas claire »: hommage à René Moreu

Voilà ce qui se passe lorsqu’on est négligent, ou trop occupé : on laisse passer le moment de renouveler son adhésion, on perd le fil, on manque des numéros. Heureusement, Pascale Rousseau veille sur les mémoires défaillantes des adhérents de Mémoire d’Images, et relance les oublieux. Donc, au retour des vacances, et sous une pile de livres et courriers entassés « pour quand j’aurai le temps », voilà que je re-découvre le numéro de printemps de cette excellente revue dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises. Ravissement : le numéro est presque entièrement consacré à René Moreu.
Continuer la lecture de « Avec lui, c’est plutôt la ligne pas claire »: hommage à René Moreu 

« Moi, ce que je préfère, ce sont les dessins mystérieux qu’il y a dans Dis-moi Denys »

Ainsi s’exprime Marie dans le courrier des lecteurs du n°59 d’Okapi (avril 1974). Elle désigne par là les extraordinaires dessins abstraits que France de Ranchin fournit au magazine depuis déjà deux ans, qui contribuent à donner à Okapi une allure inimitable  dans ce début des années 1970. Tout a commencé par une commande de labyrinthes pour la rubrique centrale consacrée aux jeux (voir ce qu’en dit Loïc Boyer sur Cligne-Cligne Magazine). Continuer la lecture de « Moi, ce que je préfère, ce sont les dessins mystérieux qu’il y a dans Dis-moi Denys » 

Merci, « mes » stagiaires!

Le 26 juin s’est terminée la session 2017 du cours en ligne » Initiation à l’analyse d’albums » dans sa version Formation continue. Comme pour la fin de la session « étudiants », c’est avec une grande satisfaction que j’ai lu les travaux de fin de parcours des stagiaires engagés dans la formation. Avec un « plus » indéniable : si les étudiants font un usage très modéré, voire timoré, des ressources numériques permettant le contact (messagerie interne, forum participatif), ici les stagiaires dont les profils étaient extrêmement divers se sont véritablement emparés de ces fonctionnalités, en faisant exister la formation en dehors de moi. Continuer la lecture de Merci, « mes » stagiaires! 

Un « manuel » pour illustrateurs

L’auteur, illustratrice et très grande connaisseuse de l’album pour enfants Anna Castagnoli vient de publier un Manuale dell’illustratore (Editrice Bibliografica, 2017) sous-titré Come pubblicare album per bambini dont on rêverait qu’il soit traduit en français – tout au moins la première partie, celle qui consiste en conseils de réalisation adressés aux illustrateurs. Continuer la lecture de Un « manuel » pour illustrateurs 

Il n’est pas un auteur jeunesse (dit-il)

Vincent Cuvellier publie chez Gallimard Giboulées un petit essai biographique, intitulé avec provocation Je ne suis pas un auteur jeunesse. La désinvolture du ton pourrait laisser penser qu’il ne s’agit que de mouvements d’humeur, alors que mine de rien, Vincent Cuvellier pose en 120 pages toutes les questions essentielles à qui réfléchit sur la littérature « pour la jeunesse ». C’est rafraîchissant et décoiffant ! Continuer la lecture de Il n’est pas un auteur jeunesse (dit-il) 

Conversation avec Kitty Crowther

Les éditions Pyramyd, bien connues des amateurs de création graphique, ont décidé de lancer une collection de monographies baptisée « Conversations », et le premier volume (on espère qu’ils seront nombreux !) est consacré à Kitty Crowther. Magnifiquement mis en page (des extraits sont disponibles sur le site de l’éditeur) et réalisé, le livre est également – et surtout – un passionnant voyage au cœur de la création. Continuer la lecture de Conversation avec Kitty Crowther 

En souvenir de Jacques Chupeau

Nous avons appris ce matin, avec tristesse, la mort de Jacques Chupeau, ancien maître de conférences en littérature du XVIIe siècle à l’Université de Tours. C’est lui qui a initié l’enseignement de la littérature pour la jeunesse au sein de l’université de Tours, lui encore qui a insisté, au moment de prendre sa retraite, pour que le profil du poste qu’il libérait soit orienté vers la littérature pour la jeunesse. C’est encore lui qui, avec une cordialité dont tous garderont le souvenir, m’a accueillie le jour où je suis venue me présenter aux auditions. Une fois élue sur ce poste, lorsque je viens m’installer en Touraine avec ma famille, sa femme et lui nous firent un accueil familial et chaleureux, plein de délicatesse – Jacques par ailleurs me céda une partie de sa bibliothèque professionnelle, jugeant que j’en aurais plus besoin que lui désormais. À chacune des manifestations que j’ai pu organiser, lors de chacune de mes publications, il eut un mot gentil, une attention fine – il était là encore, avec sa femme, pour mon habilitation à diriger des recherches. Je garderai toujours le souvenir de cette élégance et de cette générosité. Il nous reste désormais, pour nous souvenir de Jacques Chupeau, à lire et relire le savoureux article qu’il avait consacré à « l’équivoque enjouée » dans le conte du Petit Chaperon rouge1!

[illustration extraite d’un manuscrit des Contes de Perrault, 1695, disponible sur la base Utpictura]

  1. Jacques Chupeau, « Sur l’équivoque enjouée au Grand Siècle. L’exemple du Petit Chaperon rouge », XVIIe siècle, janvier-mars 1986, p.36-42 []