Un “amateur expert” et ses magazines de bandes dessinées: Norbert Moutier

Ce mercredi 9 février 2022, j’avais le plaisir d’être invitée par Xavier Girard, enseignant à l’ESAD d’Orléans, à participer à une journée qu’il organisait autour d’une collection étrange autant que fascinante. Il y a un peu plus d’un an en effet, il est tombé, au marché aux puces, sur une collection étonnante d’imitations, manifestement réalisées par un enfant, des petits magazines populaires de bandes dessinées qui faisaient fureur dans les années 1950 et 1960. Une brève enquête a permis de découvrir que ces petits magazines avaient été fabriqués, dans son enfance, par Norbert Moutier, récemment décédé, et bien connu à l’âge adulte pour son activisme dans le domaine du cinéma de série Z, puis pour son expertise bédéphile.

Continuer la lecture de Un “amateur expert” et ses magazines de bandes dessinées: Norbert Moutier

Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons : soutien de la DRAC et de l’ARS

Le double projet “Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons”, monté en partenariat entre l’Université de Tours, l’association Livre passerelle, la Bibliothèque Municipale de Tours, le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours et Le Centre Hospitalier Intercommunal Amboise-Château-Renault vient de recevoir un soutien conjoint de la DRAC et de l’Agence Régionale de Santé. Cet appui financier renouvelle un soutien déjà accordé les années précédentes – probablement pour la dernière fois, ce qui va nous conduire à chercher d’autres sources de financement, et ce d’autant plus que nous montons maintenant la 2e phase du projet, à savoir le protocole d’observation et de mesure scientifique des effets de ces lectures aux bébés.

Continuer la lecture de Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons : soutien de la DRAC et de l’ARS

Que se passe-t-il quand on lit un album à un enfant?

Ce billet est l’adaptation d’une intervention qui m’a été demandée par l’association “Mille-feuilles et Petit Lu” de Guérande, pour leur journée de formation “le livre : un moment de partage et d’éveil culturel dès la naissance” qui se tenait ce jeudi 18 novembre 2021. J’ai été si touchée par la qualité de l’accueil de ces militantes et de leur public, que j’ai eu envie de faire revivre ce moment et de le faire partager en donnant une version écrite de cette petite causerie. La journée a aussi été pour moi l’occasion de faire la connaissance de Sophie Marinopoulos ; c’est en hommage à nos échanges, très stimulants pour moi, que je vais illustrer ce billet avec des visuel tirés du “kit de médiation” qu’elle a réalisé pour le Ministère de la Culture autour de la santé culturelle des enfants, avec des visuels de la graphiste Clémence Passot.

Continuer la lecture de Que se passe-t-il quand on lit un album à un enfant?

“Dans l’atelier de Michel Pastoureau”

J’ai le grand plaisir d’annoncer la sortie du volume d’hommages à Michel Pastoureau, dirigé par Claudia Rabel, Laurent Hablot et François Jacquesson, intitulé Dans l’atelier de Michel Pastoureau et publié dans la collection “Iconotextes” des PUFR, collection que je dirige avec mon complice Laurent Gerbier. L’ouvrage est composé de 86 contributions, chacune d’entre elles consistant en une grande image que l’auteur a choisi de commenter en trois pages au plus. Savants ou impertinents, déférents ou amusés, parfois même en vers, ces commentaires d’images ne pouvaient pas trouver meilleure place que cette collection dédiée aux rencontres du texte et de l’image!

Ce livre, soigneusement mis en page par Charlotte Boutreux, éditrice aux PUFR, est le 19e volume de cette collection née il y a juste 10 ans – nous en parlerons sur Radio Campus dans quelques jours.

Des albums pour toutes les classes (sociales) ?

Chaque année, la rentrée nous apporte son lot de nouveautés dans le domaine des albums, et dans ce lot, il est rare qu’on ne découvre pas ce qu’on a pris l’habitude d’appeler des « pépites » : des albums beaux, intelligents, réussis, qu’on imagine stimulants pour les enfants, ouvrant l’intelligence autant que l’imagination et la sensibilité. Chaque magazine, chaque critique littéraire y va de sa petite sélection, et on retrouve d’ailleurs parfois les mêmes de l’un à l’autre. Parce que ce sont de bons albums – certains peut-être deviendront même des classiques. Mais aussi, reconnaissons-le, parce que les journalistes qui écrivent dans les magazines, les critiques littéraires, les universitaires qui s’intéressent aux livres pour enfants – les enseignants et les bibliothécaires qui les achètent, les libraires qui les mettent en avant, et allons-y, les artistes qui les créent et les éditeurs qui les publient, tous appartiennent au même milieu. Ils ont donc les mêmes attentes, les mêmes critères, ils sont dépaysés par les mêmes esthétiques, stimulés par les mêmes thématiques, touchés par les mêmes émotions. Ils partagent les mêmes idées, les mêmes valeurs. Je ne devrais pas dire « ils » : nous partageons goûts, valeurs et habitus sociaux. Nous aimons les mêmes livres – nous avons les mêmes loisirs, visitons les mêmes lieux l’été, vibrons aux mêmes expériences.

Continuer la lecture de Des albums pour toutes les classes (sociales) ?

Bookstart Around the World: comment évaluer un programme de dons de livres aux bébés, sans jamais parler des livres pour bébés…

Au printemps 2021, le Conseil des Arts suédois a publié les résultats d’une étude sur les effets du programme Bokstart expérimenté en Suède de 2017 à 2020, sur un modèle international dont j’ai déjà parlé sur ce ‘carnet de recherches’ à deux reprises, en décembre 2019 puis plus récemment en janvier 2021. On ne saurait reprocher à une institution publique nationale de publier, dans une langue claire, les éléments objectifs permettant de juger de la pertinence d’une action menée sur fonds publics – on le peut d’autant moins quand cette institution publique assortit son effort d’une traduction en anglais, et d’une bibliographie très nourrie. Le document, téléchargeable gratuitement, est donc d’un grand intérêt pour les institutions et les associations (je pense à l’agence Quand les livres relient ainsi qu’aux animateurs, au sein du service du livre et de la lecture au Ministère de la culture, du dispositif Premières pages) qui ont à cœur de permettre la rencontre des bébés et des livres. Je vais donc ici m’employer à en détailler les apports que j’estime les plus pertinents. Néanmoins, le rapport présente un angle mort qui ne manque pas d’étonner puisque, mettant en valeur une série de dispositifs de soutien au développement du langage consistant à offrir des livres aux bébés, il ne dit rien, à aucun moment, sur ce qui préside au choix de ces livres – ni même, si on y regarde de plus près, sur l’intérêt particulier de faire appel à des livres (langue écrite) pour le développement du langage (mesuré dans des performances de langue orale).

Continuer la lecture de Bookstart Around the World: comment évaluer un programme de dons de livres aux bébés, sans jamais parler des livres pour bébés…

Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Je ne suis vraiment pas une fan de stylistique et même si j’ai eu, furtivement, une excellente prof de stylistique pendant un semestre à Rennes 2 jadis, je n’ai jamais par la suite lu spontanément d’ouvrages ou même d’articles de stylisticiens. C’est donc par exception que j’ai eu envie de lire Pourquoi le style change-t-il ? de Gilles Philippe (Les Impressions nouvelles, 2021). Bien m’en a pris : ce livre est passionnant de bout en bout, agréable à lire même dans ses parties techniques – et on peut sauter des paragraphes si on se fiche un peu de “la possibilité d’utiliser qui pour référer à un non-humain” chez Flaubert : les conclusions restent parfaitement accessibles. Ce n’est pas un livre de pinailleur, ce n’est pas écrit en jargon d’universitaire, même si c’est érudit et parfois pointu : c’est un livre qui, comme son titre l’indique, pose des questions très claires, et apporte des réponses lumineuses et intéressantes. Et c’est tant mieux, parce que la question posée, justement, par le titre, m’intrigue vraiment, et ce depuis que je sais lire.

Comme beaucoup de “grands” lecteurs, je n’avais jamais assez de livres à ma disposition pour nourrir mon appétit de fictions, j’ai donc longtemps fait feu de tout bois, notamment en piochant dans les maigres reliquats de bibliothèques disponibles chez mes grands-parents. Très tôt, donc, j’ai été mise en contact avec les profondes différences d’écriture (entre Roald Dahl et la Comtesse de Ségur, entre James Oliver Curwood et Suzie Morgenstern), que personne bien évidemment n’a jamais pris le temps d’évoquer avec moi. Ce n’est pas seulement le contenu narratif qui était différent (les robes à volants et les bottines séguriennes, les cabanes du Grand Nord,…), c’était la langue, et ça me troublait beaucoup. Je crois même (mais peut-être que je me vante a posteriori) qu’à un moment je savais distinguer d’instinct la prose de Ségur de celle de Zénaïde Fleuriot. Ce n’était pas pareil – et ce n’était pas non plus comme on parlait, et comme on écrivait dans les livres neufs de la bibliothèque municipale. Alors, “Pourquoi le style change-t-il ?”…

Continuer la lecture de Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Qu’est-ce qu’un “non-livre” ?

Comme me l’a fait remarquer un ami il y a quelques jours, je lis beaucoup de livres. Je sais qu’il est désormais d’usage, même en sciences humaines, de déplorer qu’un chercheur ait perdu son temps à publier un livre, au lieu de faire valoir son travail par des articles dans des “RAC” (revues à comité de lecture – véridique : remarque entendue par un collègue dans un comité de sélection…). Je lis aussi, bien sûr, au cours de l’année, énormément d’articles, et j’avoue que malgré mon amour du papier, et ma préférence absolue pour la lecture sur support physique traditionnel (pour des raisons de confort ophtalmique), je les lis en très grande majorité sous forme numérique : plus accessibles (sauf racket des revues anglo-saxonnes…), plus rapidement, et hors horaires d’ouverture des B.U. Mais, de manière absolument incontestable, ma préférence va aux lectures de livres. Donc dès que j’ai le temps j’achète et je lis des livres. Ma librairie de référence, Le Livre à Tours, est tenue par des libraires qui accordent une grande importance aux textes, mais aussi aux livres, à leur matérialité, et à la chaîne éditoriale dans sa globalité. C’est donc vraiment très exceptionnellement que je fais une entorse à mes principes, et que je commande un livre en ligne : par exemple quand, pendant l’été, je suis éloignée de tout centre urbain pendant plusieurs semaines d’affilée. Bien fait pour moi : j’ai reçu un non-livre.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un “non-livre” ?

Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

La collection “Le mot est faible” de l’éditeur Anamosa m’attire depuis un moment. Lancée en 2019, elle entend proposer, en moins d’une centaine de pages, un petit essai accessible qui envisage de manière critique un terme “du quotidien”, en tout cas un mot qu’on entend en abondance dans les médias et dont il devient urgent de décortiquer les sédiments de sens. La collection, dirigée par l’historien Christophe Granger, a été lancée en 2019 comme un écho aux réflexions lancées par Éric Hazan dans LQR. La propagande du quotidien (Raisons d’agir, 2006). Hazan, lui-même éditeur engagé, est au cœur des réflexions développées dans un autre petit livre dont je parlerai peut-être ici, Le Luxe de l’indépendance. Réflexions sur le monde du livre (Julien Lefort-Favreau, éditions Lux, 2021), il y a donc dans ma bibliographie estivale un “effet boucle” que j’assume. Bref : dans cette collection “Le mot est faible”, j’ai choisi le volume Langue écrit par Cécile Canut, linguiste à l’université Paris-Descartes, à la fois parce que, bien évidemment, les questions de langue sont au centre de mes travaux et de mes enseignements, et à la fois parce qu’il était présenté sur une très belle table thématique dans la librairie sétoise L’Échappée belle, que j’aime beaucoup. Bien sûr, c’est très court, on lit ça en une heure et donc on reste sur sa faim – mais je voulais justement voir si ce petit bouquin facile à lire pouvait donner à mes étudiants un premier outil de réflexion sur la langue, puisque je les tarabuste avec ça à longueur d’année.

Continuer la lecture de Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

Lecture du moment : Jean-Christophe Cavallin, Valet noir

Sous-titré “Vers une écologie du récit”, l’ouvrage de Jean-Christophe Cavallin avait attiré mon regard lorsque je cherchais à étoffer mes lectures consacrées à la question du récit. Le livre est sorti ce printemps, il a eu une assez bonne couverture médiatique (pour ce genre d’ouvrage, il va sans dire…) puisque Le Monde en a parlé (sous la plume de Jean-Louis Jeannelle, qui dirige aussi Fabula-LhT), Les Échos aussi, et que la revue en ligne Diacritik lui a consacré un long portrait – il faut cependant reconnaître que Jean-Christophe Cavallin est un collaborateur régulier de cette revue culturelle en ligne, et que l’entretien est signé par Christine Marcandier, qui est sa collègue au sein du master “Ecopoétique et création” à l’université d’Aix-Marseille et à qui l’auteur adresse ses remerciements à la fin de son ouvrage. Bref : un livre qui semble attendu dans la petite communauté des chercheurs qui, en France, introduisent “l’écocritique” dans les études littéraires1. Ce n’est pas une sensibilité dont je me sens naturellement proche, mais le livre était suffisamment intrigant pour donner envie d’y aller voir de plus près, et j’aime lire les parutions récentes, pour “prendre le pouls”. Le livre me laisse des impressions mélangées. Les quelques recensions disponibles sur internet développent une approche assez empathique avec les thèses de l’auteur ; je vais pour ma part me limiter à exposer mon intérêt mais aussi ma perplexité devant certaines manières de faire.

Continuer la lecture de Lecture du moment : Jean-Christophe Cavallin, Valet noir

  1. Emmanuelle Peraldo, Écocritique In : Guide des Humanités environnementales [en ligne]. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2016. []

Lecture du moment : Tim Ingold, Une brève histoire des lignes

Croisé au hasard d’une bibliographie, ce livre déjà un peu daté (2007, traduit en 2011) de l’anthropologue Tim Ingold avait retenu mon attention dès la lecture des premières pages, mais j’avais remis à plus tard – un moment de plus grande disponibilité intellectuelle – le soin de le lire dans son intégralité. Étrangement, le livre tient et ne tient pas ses promesses. Il les tient dans la mesure où il est constamment stimulant – par ses propositions inédites, ses rapprochements intrigants, il remet la pensée en mouvement, et c’est ce que j’attends d’un essai. Il ne les tient pas complètement parce que, précisément, le chapitre dont j’attendais le plus, celui qui est consacré à l’écriture et au dessin, déçoit par sa relative indigence.

Continuer la lecture de Lecture du moment : Tim Ingold, Une brève histoire des lignes

Lecture du moment : Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny

Pour mon chantier sur les années 1950, j’ai été tentée de replonger dans Fernand Deligny et ses expérimentations en marge de l’anti-psychiatrie, à l’occasion de la parution de cet essai de la philosophe Catherine Perret. Je ne sors pas complètement satisfaite de cette lecture, à la fois parce que l’identité philosophique très forte de l’auteure crée souvent un obstacle pour moi, et à la fois parce que la construction de l’ouvrage, en “spirale”, invite à des redites qui m’empêchent de bien voir quand apparaissent de nouvelles idées…

Continuer la lecture de Lecture du moment : Catherine Perret, Le tacite, l’humain. Anthropologie politique de Fernand Deligny