Archives par mot-clé : album

« Publish or perish » & mandarinat

Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail adressé par un collègue étranger, me donnant des nouvelles d’un article que j’avais soumis à la revue qu’il administre il y a… presque deux ans. Ce type de délai n’est en réalité pas très étonnant, dans notre milieu. Le contenu du message de ce collègue l’est davantage.

Continuer la lecture de « Publish or perish » & mandarinat

Qui parle des albums?

Cette période de réclusion forcée me donne l’occasion de rattraper un certain retard de lectures universitaires. Je souhaitais notamment lire tout ce qui s’écrit, depuis une dizaine d’année, sur l’album, dans divers milieux professionnels. Il me semblait intéressant d’essayer de confirmer (ou démentir) une intuition que j’avais eue, à parcourir quelques articles: j’ai eu en effet l’impression que beaucoup de chercheurs, au cours de leurs travaux, en viennent à évoquer l’album, comme objet principal ou secondaire de leur intérêt (linguistiques, didacticiens, enseignants, sociologues), et que d’une manière générale ils semblent en parler sans savoir sur quelle base ferme s’appuyer. Ce qui me frappe, et que j’aimerais confirmer par des lectures plus systématiques, c’est qu’aucun discours stable sur ce qu’est un « album » n’émerge dans ces travaux, ce que confirme d’ailleurs généralement la bibliographie associée à l’article. J’en tirerai, en fin de billet, quelques conclusions bien sûr, mais en attendant, cette discipline de lecture me permet de découvrir des travaux de chercheurs que je connaissais mal, voire pas du tout. Ces derniers jours, mes lectures ont concerné des travaux de linguistes.

Continuer la lecture de Qui parle des albums?

Encore un peu d’albums coréens? les éditions Sakyejul

Chez Sakyejul Publishing où j’ai eu la chance d’être accueillie lors de ma visite de Paju Book City, nous sommes reçus par Madame Kim Jin, qui nous présente un échantillonnage de la production récente – surtout des créations, même si on y trouve aussi la traduction de l’album allemand Hundert, dont la couverture coréenne est infiniment plus graphique que l’édition originale. Initialement, Sakyejul est un éditeur de sciences humaines né en 1987. C’est dans un second temps que la maison a développé un secteur dédié à la jeunesse, aujourd’hui florissant. Continuer la lecture de Encore un peu d’albums coréens? les éditions Sakyejul

Lire des albums en crèche à Barcelone

Dans le cadre de la création d’un nouvel échange Erasmus, j’ai eu la chance de passer quelques jours à l’Universitat Autònoma de Barcelona. Une occasion idéale, en cette semaine d’élections européennes, de confirmer l’importance des échanges, pour s’ouvrir, s’enrichir et construire concrètement l’idée d’Europe. À mon avis, les échanges Erasmus devraient concerner non seulement étudiants et universitaires, mais toutes les professions, pour comprendre comment font les autres afin de réinterroger ses manières de faire, comparer pour être content de ce qui va bien, identifier les ressemblances pour prendre conscience que l’Europe n’est pas une utopie, mais qu’elle correspond à des valeurs communes.

Continuer la lecture de Lire des albums en crèche à Barcelone

« Exception culturelle » ou complexe de colonisé?

Je reviens sur l’article évoqué dans mon précédent billet, parce qu’au-delà de l’intérêt que j’ai trouvé à certaines réflexions sur l’album, ou plus exactement sur les discours des spécialistes de l’album, j’ai ressenti à la lecture une forme de gêne dont j’ai d’abord ignoré d’où elle venait. Il me semble, à la réflexion, qu’elle n’est pas spécifique à cet article, mais que c’est un sentiment que j’ai déjà souvent ressenti à la lecture d’articles ou de livres issus des études anglo-saxonnes. J’essaie donc ici d’exposer la nature de cette gêne, et de lui trouver quelques explications. Ce n’est qu’une étape de ma réflexion, qui devra évidemment déboucher, à terme, sur quelque chose de plus constructif que l’expression d’un inconfort. Continuer la lecture de « Exception culturelle » ou complexe de colonisé?

Conversation avec Kitty Crowther

Les éditions Pyramyd, bien connues des amateurs de création graphique, ont décidé de lancer une collection de monographies baptisée « Conversations », et le premier volume (on espère qu’ils seront nombreux !) est consacré à Kitty Crowther. Magnifiquement mis en page (des extraits sont disponibles sur le site de l’éditeur) et réalisé, le livre est également – et surtout – un passionnant voyage au cœur de la création. Continuer la lecture de Conversation avec Kitty Crowther

Danser l’album

Samedi dernier, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS accueillait Pascale Tardif, conseillère pédagogique, accompagnée de deux professeurs des écoles, Anaïs Hoffman et Nathalie Mangeard (fidèle du séminaire !) pour nous présenter les réalisations d’un programme éducatif et artistique de l’académie de Versailles, « Danser avec les albums jeunesse ». Le titre me laissait un peu sceptique, mais l’intervention à trois voix m’a pleinement convaincue, non seulement de l’intérêt de la démarche, mais aussi de la qualité remarquable du travail mené sur le terrain par tous ces enseignants et danseurs. Continuer la lecture de Danser l’album

Ponti depuis le début

Mea culpa : il y a un peu plus d’un an, j’avais un peu rapidement laissé entendre que puisqu’il existait déjà plusieurs livres consacrés à l’œuvre de Claude Ponti1, il était probablement inutile d’en publier un de plus. Erreur : les excellentes éditions du Poisson soluble publient le 2e volume de la collection La Fabrique, dans lequel Adèle de Boucherville fait la preuve que tout n’avait pas été dit !

Continuer la lecture de Ponti depuis le début

  1. Sophie Van der Linden, Claude Ponti, Être, 2000 ; Yvanne Chenouf , Lire Claude Ponti : encore et encore, Être, 2006 ; Catherine Renaud Buscall , Les « incroyabilicieux » mondes de Ponti : une étude du double lectorat dans l’oeuvre de Claude Ponti, Uppsala Universitet, 2007. []

Des albums pour enfants dans toutes leurs langues

livreensemble-212x300Cette semaine se tenaient à Toulouse trois journées de colloque pour réfléchir au plurilinguisme et au pluriculturalisme à travers l’album pour enfants. Intitulé Livre ensemble, le colloque était l’aboutissement de trois années de recherches dynamisées par Euriell Gobbé-Mévellec. Je n’y intervenais pas, je suis venue venue écouter :  mes travaux les plus récents sur l’album et sa musicalité m’ont donné envie de découvrir ce que font de l’album des chercheurs aux travaux plus pragmatiques que les miens, plus ancrés dans une pratique quotidienne qui fasse entrer en jeu l’oralisation des albums. Continuer la lecture de Des albums pour enfants dans toutes leurs langues

« Parler bambin », et regarder de faux livres?

Fortement soutenu par l’agence « La France s’engage », le programme de sur-stimulation langagière « Parler bambin » est présenté ici ou là comme la panacée pour réduire les écarts de compétences  langagières des jeunes enfants, particulièrement dans les zones urbaines sensibles. Salué par les uns, notamment des professionnels de la petite enfance grenoblois qui ont testé le dispositif lorsqu’il était encore à l’étude, et qui reconnaissent que l’expérience les a incités à interagir plus et mieux avec les tout petits, le dispositif est pourtant controversé. Continuer la lecture de « Parler bambin », et regarder de faux livres?

Cours en ligne sur l’album : c’est lancé !

Cours en ligne #10. Le lundi 19 septembre 2016, nous avons donné le coup d’envoi à la première saison du cours en ligne sur l’album. Auparavant, il avait fallu faire connflyeraître son existence, largement médiatisée au sein de l’université par des affiches et flyers accessibles pendant toute la période d’inscription (c’est-à-dire, depuis les résultats du bac). J’en avais parlé aussi lors de la réunion de rentrée des étudiants de première année, les premiers visés par cette expérimentation, puisque pour la première fois une version du cours « à distance » était offerte aux étudiants dispensés d’assiduité. Continuer la lecture de Cours en ligne sur l’album : c’est lancé !

Atelier lecture de planches: c’est reparti!

affichealpJ’ai le plaisir d’annoncer le redémarrage de l’Atelier lecture de planches qui se tient à peu près un mardi par mois, de 18 à 19h30, à l’université de Tours (site Tanneurs), à l’initiative de Laurent Gerbier, sous l’égide du labo InTRu et de l’association Kairos des étudiants en philosophie. Comme les deux années précédentes, la règle du jeu est simple: une planche, une seule, est soumise à l’examen de l’intervenant du jour… Bande dessinée le plus souvent, mais on arrive toujours à caser aussi un peu d’album pour enfants!

[on télécharge l’affiche ici]

Crédits de l’illustration: Etienne Lécroart, Planches en vrac et à la découpe (2011), détail de l’affiche de l’exposition.