Archives par mot-clé : album

Une revue de théorie littéraire s’intéresse à l’album…

J’ai l’immense plaisir d’annoncer que Dominique Perrin (qui est à l’initiative de ce projet, grâces lui soient rendues!) et moi-même co-dirigerons un numéro de la revue de théorie littéraire Fabula LHT consacré à l’album pour enfants ! Intitulé La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire, ce numéro est une tentative de plus1 pour inviter les chercheurs à intégrer la littérature pour enfants et en l’occurrence l’album à l’histoire littéraire, et à réfléchir à la manière dont cette “littérature avant la lettre” intègre les acquis de la théorie littéraire… tout autant qu’elle les conditionne et peut-être les remet en question.

Continuer la lecture de Une revue de théorie littéraire s’intéresse à l’album…
  1. je rappelle cet article fondateur : Isabelle Nières-Chevrel, « Faire une place à la littérature de jeunesse », Revue d’histoire littéraire de la France, 102(1), 2002, p. 97‑114. []

Que se passe-t-il quand on lit un album à un enfant?

Ce billet est l’adaptation d’une intervention qui m’a été demandée par l’association “Mille-feuilles et Petit Lu” de Guérande, pour leur journée de formation “le livre : un moment de partage et d’éveil culturel dès la naissance” qui se tenait ce jeudi 18 novembre 2021. J’ai été si touchée par la qualité de l’accueil de ces militantes et de leur public, que j’ai eu envie de faire revivre ce moment et de le faire partager en donnant une version écrite de cette petite causerie. La journée a aussi été pour moi l’occasion de faire la connaissance de Sophie Marinopoulos ; c’est en hommage à nos échanges, très stimulants pour moi, que je vais illustrer ce billet avec des visuel tirés du “kit de médiation” qu’elle a réalisé pour le Ministère de la Culture autour de la santé culturelle des enfants, avec des visuels de la graphiste Clémence Passot.

Continuer la lecture de Que se passe-t-il quand on lit un album à un enfant?

Des albums pour toutes les classes (sociales) ?

Chaque année, la rentrée nous apporte son lot de nouveautés dans le domaine des albums, et dans ce lot, il est rare qu’on ne découvre pas ce qu’on a pris l’habitude d’appeler des « pépites » : des albums beaux, intelligents, réussis, qu’on imagine stimulants pour les enfants, ouvrant l’intelligence autant que l’imagination et la sensibilité. Chaque magazine, chaque critique littéraire y va de sa petite sélection, et on retrouve d’ailleurs parfois les mêmes de l’un à l’autre. Parce que ce sont de bons albums – certains peut-être deviendront même des classiques. Mais aussi, reconnaissons-le, parce que les journalistes qui écrivent dans les magazines, les critiques littéraires, les universitaires qui s’intéressent aux livres pour enfants – les enseignants et les bibliothécaires qui les achètent, les libraires qui les mettent en avant, et allons-y, les artistes qui les créent et les éditeurs qui les publient, tous appartiennent au même milieu. Ils ont donc les mêmes attentes, les mêmes critères, ils sont dépaysés par les mêmes esthétiques, stimulés par les mêmes thématiques, touchés par les mêmes émotions. Ils partagent les mêmes idées, les mêmes valeurs. Je ne devrais pas dire « ils » : nous partageons goûts, valeurs et habitus sociaux. Nous aimons les mêmes livres – nous avons les mêmes loisirs, visitons les mêmes lieux l’été, vibrons aux mêmes expériences.

Continuer la lecture de Des albums pour toutes les classes (sociales) ?

Alain Le Foll : une expo et un livre

En ce moment se tient à Evian, au Palais Lumière, une exposition intitulée Alain Le Foll, maître de l’imaginaire (elle emprunte au titre de la fondation suisse créée par Etienne Delessert pour mettre en valeur une génération d’illustrateurs fondateurs). J’ai eu la chance d’être sollicitée par la commissaire d’exposition, Céline Chica-Castex, conservatrice au département des estampes et de la photographie de la BnF, pour rédiger la partie “illustration jeunesse” du catalogue, publié par les éditions Fabelio. Non seulement j’ai eu un plaisir infini à rédiger ce chapitre, qui m’a conduite à me replonger dans l’œuvre fascinante d’Alain Le Foll, vraiment un Grand, mais en plus, le livre est magnifique!

Livres pour enfants & médecine : c’est fini pour cette année

J’avais prévu de rendre un compte régulier de ce cours, évoqué dans mon précédent billet, mais le temps passe trop vite. Il a fallu inventer, semaine après semaines, des manières de faire pour atteindre mes objectifs et pour enseigner avec un outil de visio peu adapté à la pédagogie (les étudiants ne peuvent ou ne veulent pas allumer leurs caméras); puis il a fallu inventer un sujet d’examen qui soit cohérent avec ce que nous avions collectivement réussi à élaborer; enfin il a fallu corriger au galop, pour que les notes soient prêtes pour les jurys. Pas trop le temps de respirer…

Continuer la lecture de Livres pour enfants & médecine : c’est fini pour cette année

“Publish or perish” & mandarinat

Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail adressé par un collègue étranger, me donnant des nouvelles d’un article que j’avais soumis à la revue qu’il administre il y a… presque deux ans. Ce type de délai n’est en réalité pas très étonnant, dans notre milieu. Le contenu du message de ce collègue l’est davantage.

Continuer la lecture de “Publish or perish” & mandarinat

Qui parle des albums?

Cette période de réclusion forcée me donne l’occasion de rattraper un certain retard de lectures universitaires. Je souhaitais notamment lire tout ce qui s’écrit, depuis une dizaine d’année, sur l’album, dans divers milieux professionnels. Il me semblait intéressant d’essayer de confirmer (ou démentir) une intuition que j’avais eue, à parcourir quelques articles: j’ai eu en effet l’impression que beaucoup de chercheurs, au cours de leurs travaux, en viennent à évoquer l’album, comme objet principal ou secondaire de leur intérêt (linguistiques, didacticiens, enseignants, sociologues), et que d’une manière générale ils semblent en parler sans savoir sur quelle base ferme s’appuyer. Ce qui me frappe, et que j’aimerais confirmer par des lectures plus systématiques, c’est qu’aucun discours stable sur ce qu’est un “album” n’émerge dans ces travaux, ce que confirme d’ailleurs généralement la bibliographie associée à l’article. J’en tirerai, en fin de billet, quelques conclusions bien sûr, mais en attendant, cette discipline de lecture me permet de découvrir des travaux de chercheurs que je connaissais mal, voire pas du tout. Ces derniers jours, mes lectures ont concerné des travaux de linguistes.

Continuer la lecture de Qui parle des albums?

Encore un peu d’albums coréens? les éditions Sakyejul

Chez Sakyejul Publishing où j’ai eu la chance d’être accueillie lors de ma visite de Paju Book City, nous sommes reçus par Madame Kim Jin, qui nous présente un échantillonnage de la production récente – surtout des créations, même si on y trouve aussi la traduction de l’album allemand Hundert, dont la couverture coréenne est infiniment plus graphique que l’édition originale. Initialement, Sakyejul est un éditeur de sciences humaines né en 1987. C’est dans un second temps que la maison a développé un secteur dédié à la jeunesse, aujourd’hui florissant. Continuer la lecture de Encore un peu d’albums coréens? les éditions Sakyejul

Lire des albums en crèche à Barcelone

Dans le cadre de la création d’un nouvel échange Erasmus, j’ai eu la chance de passer quelques jours à l’Universitat Autònoma de Barcelona. Une occasion idéale, en cette semaine d’élections européennes, de confirmer l’importance des échanges, pour s’ouvrir, s’enrichir et construire concrètement l’idée d’Europe. À mon avis, les échanges Erasmus devraient concerner non seulement étudiants et universitaires, mais toutes les professions, pour comprendre comment font les autres afin de réinterroger ses manières de faire, comparer pour être content de ce qui va bien, identifier les ressemblances pour prendre conscience que l’Europe n’est pas une utopie, mais qu’elle correspond à des valeurs communes.

Continuer la lecture de Lire des albums en crèche à Barcelone

“Exception culturelle” ou complexe de colonisé?

Je reviens sur l’article évoqué dans mon précédent billet, parce qu’au-delà de l’intérêt que j’ai trouvé à certaines réflexions sur l’album, ou plus exactement sur les discours des spécialistes de l’album, j’ai ressenti à la lecture une forme de gêne dont j’ai d’abord ignoré d’où elle venait. Il me semble, à la réflexion, qu’elle n’est pas spécifique à cet article, mais que c’est un sentiment que j’ai déjà souvent ressenti à la lecture d’articles ou de livres issus des études anglo-saxonnes. J’essaie donc ici d’exposer la nature de cette gêne, et de lui trouver quelques explications. Ce n’est qu’une étape de ma réflexion, qui devra évidemment déboucher, à terme, sur quelque chose de plus constructif que l’expression d’un inconfort. Continuer la lecture de “Exception culturelle” ou complexe de colonisé?

Conversation avec Kitty Crowther

Les éditions Pyramyd, bien connues des amateurs de création graphique, ont décidé de lancer une collection de monographies baptisée “Conversations”, et le premier volume (on espère qu’ils seront nombreux !) est consacré à Kitty Crowther. Magnifiquement mis en page (des extraits sont disponibles sur le site de l’éditeur) et réalisé, le livre est également – et surtout – un passionnant voyage au cœur de la création. Continuer la lecture de Conversation avec Kitty Crowther

Danser l’album

Samedi dernier, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS accueillait Pascale Tardif, conseillère pédagogique, accompagnée de deux professeurs des écoles, Anaïs Hoffman et Nathalie Mangeard (fidèle du séminaire !) pour nous présenter les réalisations d’un programme éducatif et artistique de l’académie de Versailles, “Danser avec les albums jeunesse”. Le titre me laissait un peu sceptique, mais l’intervention à trois voix m’a pleinement convaincue, non seulement de l’intérêt de la démarche, mais aussi de la qualité remarquable du travail mené sur le terrain par tous ces enseignants et danseurs. Continuer la lecture de Danser l’album