Archives par mot-clé : album

Une revue de théorie littéraire s’intéresse à l’album…

J’ai l’immense plaisir d’annoncer que Dominique Perrin (qui est à l’initiative de ce projet, grâces lui soient rendues!) et moi-même co-dirigerons un numéro de la revue de théorie littéraire Fabula LHT consacré à l’album pour enfants ! Intitulé La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire, ce numéro est une tentative de plus1 pour inviter les chercheurs à intégrer la littérature pour enfants et en l’occurrence l’album à l’histoire littéraire, et à réfléchir à la manière dont cette “littérature avant la lettre” intègre les acquis de la théorie littéraire… tout autant qu’elle les conditionne et peut-être les remet en question.

Voici l’intégralité du texte de cet appel.

Discret pour différentes raisons dans l’histoire littéraire, l’album constitue depuis un siècle le point de départ de multiples trajectoires de lecteurs et lectrices. Il se situe « aux commencements » de l’expérience littéraire et en consacre la possibilité, avant l’accès à la lecture autonome. Des écrivains d’horizons variés attestent son caractère initiatique : À l’ombre des jeunes filles en fleurs donne un puissant relief au souvenir d’une page de la série Mademoiselle Lili de P.-J. Stahl, alias Pierre-Jules Hetzel. Paul Auster place au cœur de sa réflexion autobiographique les contes en images de Beatrix Potter, associés à la médiation maternelle. Annie Le Brun déclare n’être « jamais vraiment revenue » de la découverte de La Belle au bois dormant sous forme d’album pop up à l’âge de six ou sept ans ; l’écrivain argentin César Aira évoque une expérience inaugurale touchant au « corps du livre »2. La littérature « en albums » est aujourd’hui entrée dans les représentations collectives, où elle conserve cependant le statut d’un continent à part. Ce dossier de Fabula-LhT souhaite contribuer à l’intégrer au champ des études littéraires, sous l’angle de l’histoire comme sous celui de la poétique.

Le « livre d’images » destiné à l’enfant est une création récente dans l’histoire du livre et de l’imprimé. Des livres à l’usage de jeunes lecteurs et lectrices semblent émerger dès la fin du Moyen Âge ; à la Renaissance, Erasme considère que ces livres doivent comporter des images. Une production de textes dédiés à l’enfance, où l’illustration occupe une position périphérique, s’émancipe en partie du cadre didactique à partir du milieu du XVIIIe siècle. C’est au sein de l’édition romantique3 qu’apparaissent de nouvelles formes hybrides, accordant une place éminente à l’image. Certains de ces livres seront enfin désignés, à partir des années 1860, sous le nom d’« album » — ailleurs « Bilderbuch », « picture book », etc.4. Ce terme renvoie à un livre conçu pour l’enfant, où la production du sens et des affects résulte simultanément de la lecture du texte, de l’image et des effets liés au support ; l’album pour enfants est né en tant que genre et que pratique. Les créateurs et créatrices intègrent son potentiel iconotextuel entre la fin du XIXe siècle (en Angleterre) et les années 1930 (en France5), jusqu’à ce que le foisonnement artistique du XXe siècle inscrive durablement cette forme dans l’univers du livre et des pratiques de lecture.

Sur un plan théorique, l’album fait fonctionner ensemble la lettre et l’image dans l’espace fondamental de la double page, solidaire de la matérialité du livre. Il est un « iconotexte » au sens de Michael Nerlich : « une unité indissoluble de texte(s) et d’image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative6 » ; à cet égard, il fait jouer des ressorts qu’ont aussi exploré le calligramme, le livre surréaliste, le lettrisme. Il constitue dans le même temps un « objet sonore » selon l’expression de Michel Chion, c’est-à-dire un support pensé pour l’oralisation et l’appropriation partagée7. L’album n’apparaît donc pas radicalement extérieur au champ littéraire, mais semble à de multiples points de vue participer de sa diffraction. Son incorporation à la théorie générale ouvre un nouvel espace de questionnement sur les possibilités de croisement et de synthèse entre littératures orale, textuelle et visuelle.   

De quelle manière cette production hybride, actualisée par ou pour des débutantes et débutants sensibles au signifiant verbal autant qu’à l’image, s’inscrit-elle dans le champ de la littérature ? Comment en reprend-elle les grandes polarisations génériques — narrations de tradition orale et de tradition écrite, mais également genres poétiques et dramatiques —, tout en créant des formes originales adaptées à ses moyens et ses enjeux ? Quels types de parentés et de distinctions établir entre l’album pour enfants et les créations texte-images adressées à l’adulte, aujourd’hui bien analysées8 ?

La relation entre la littérature imagée et adressée à l’enfance et la littérature générale s’incarne dans des témoignages d’écrivaines et d’écrivains, d’artistes, ainsi que de créateurs et créatrices d’iconotextes. Quels éclairages apportent ces points de vue complémentaires sur la rencontre entre des objets singuliers et la disponibilité esthétique caractéristique d’une subjectivité en formation ? Que nous apprennent, sur ces configurations initiales difficiles à documenter, les données disponibles sur la réception des enfants — observations, conversations spontanées ou exploratoires, mais aussi dessins et écriture dans le fil des albums ?

Comment enfin penser, de l’enfant à l’album via l’oralisation d’un tiers, une intersubjectivité littéraire distincte de celle du lectorat adulte, mais relevant pleinement des constats formulés par Didier Anzieu dans Le Corps de l’œuvre : « Le lecteur qui commence d’être travaillé par l’œuvre entame avec elle une sorte de liaison. […] [S]a lecture est un mixte, un hybride, une greffe de sa propre activité de fantasmatisation sur les produits de l’activi­té de fantasmatisation de l’auteur9 » ?


Les réflexions attendues
peuvent aborder des aspects historiques et historiographiques touchant au statut de l’album au sein de l’histoire du livre et de la lecture, autant que des aspects relevant de la théorie littéraire ; elles peuvent être reliées à différents types de sources et de matériaux :

— témoignages autobiographiques et réflexifs touchant à l’expérience enfantine ou adulte de la littérature en albums (écrivaines et écrivains notamment, mais aussi autres témoins et analystes, y compris à la lumière d’enquêtes et de pratiques de terrain) ;
— points de vue impliqués des auteurs et autrices, illustrateurs et illustratrices, éditeurs et éditrices, y compris sous la forme d’entretiens inédits ;
— corpus d’albums pour enfants historiques, classiques, patrimoniaux, expérimentaux, mais aussi populaires ou en attente de regard critique, en veillant à la pluralité et à la relativisation nécessaires à leur mise en perspective sur un plan théorique.

 Les contributions attendues peuvent prendre différentes formes :

— article d’analyse et de mise en perspective ;
— entretien réflexif avec des auteurs et autrices et/ou illustrateurs et illustratrices et/ou éditeurs et éditrices ;
— traduction de textes fondamentaux inédits en français.

Modalités de participation

Les propositions — deux pages rédigées, suivies d’une bibliographie sélective et d’une courte ébauche de plan — devront être adressées avant le 15 septembre 2022 aux adresses suivantes : romain.bionda@fabula.org et jeannelle@fabula.org.
Merci de respecter d’ores et déjà les consignes de notre Note aux rédacteurs : https://www.fabula.org/lht/index.php?id=530.

Les propositions seront évaluées ensuite de manière anonyme, en double aveugle (peer review), conformément aux usages de la revue. Les auteurs et autrices seront informées des résultats à la mi-octobre 2022. Les premières versions des articles complets seront à rendre le 15 mars 2023 au plus tard. Des navettes sont à prévoir avec les directrices du numéro avant sa soumission finale au comité de la revue et sa parution au printemps 2024.

  1. je rappelle cet article fondateur : Isabelle Nières-Chevrel, « Faire une place à la littérature de jeunesse », Revue d’histoire littéraire de la France, 102(1), 2002, p. 97‑114. []
  2. Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, t. I,Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1987-1989, p. 582-583 — voir Isabelle NIÈRES-CHEVREL, « Proust et la petite serre de Mlle Lili », dans Bulletin d’informations proustiennes, n° 41, automne 2011, p. 139-142 ; Paul AUSTER, Report from the interior, New York, Henry Holt & Company, 2013, p. 19 ; Annie LE BRUN, Un espace inobjectif, Paris, Gallimard, 2019 ; César AIRA, Le Tilleul, trad. Christilla Vasserot, Paris, Christian Bourgois, 2021. []
  3. On désigne par ce terme à la fois une période, de 1820 à 1850, et un contexte dans lequel l’édition s’ouvre à l’image, grâce à l’expansion de la technique du bois de bout, à la couleur, et plus largement à la notion du livre comme objet de plaisir, dont les couvertures se parent de couleurs, matières et textures variées, et que l’on offre notamment aux étrennes. Les Anglais inventent à cette époque les keepsakes, albums de gravures que l’on s’offre en cadeau (voir Annie RENONCIAT, « Les couleurs de l’édition au XIXe siècle : “Spectaculum horribile visu” ? », dans Romantisme, vol. 157, n° 3, 2012, p. 33-52). []
  4. Voir Ségolène LE MEN, « Le romantisme et l’invention de l’album pour enfants », dans Revue française d’histoire du livre, 1994, p. 145‑175 ; François FIÈVRE, « L’œuvre de Walter Crane, Kate Greenaway et Randolph Caldecott, une piste pour une définition de l’album », dans Strenæ, n° 3, en ligne, 2012 ; et surtout Isabelle NIÈRES-CHEVREL, « L’album, le mot, la chose », dans Viviane Alary et Nelly Chabrol Gagne (dir.), L’Album. Le parti-pris des images, Clermont-Ferrand, PU Blaise-Pascal, 2012, p. 15-20. []
  5. Isabelle NIÈRES-CHEVREL, Au pays de Babar. Les albums de Jean de Brunhoff, Rennes, PU de Rennes, 2017. []
  6. Michael NERLICH, « Qu’est-ce qu’un iconotexte ? Réflexions sur le rapport texte-image photographique dans La Femme se découvre d’Evelyne Sinnassamy », dans Alain Montandon (dir.), Iconotextes, Paris, Ophrys, 1990, p. 255-302. []
  7. Michel CHION, Guide des objets sonores, Paris, INA-Buchet-Chastel, coll. « Bibliothèque de recherche musicale », 1983. []
  8. Voir les revues Textimage (https://www.revue-textimage.com/), Image & Narrative (http://www.imageandnarrative.be/index.php/imagenarrative/index) et Word & Image, A Journal of Verbal/Visual Enquiry (https://www.tandfonline.com/journals/twim20). []
  9. Didier ANZIEU, Le Corps de l’œuvre, Paris, Gallimard, 1981, p. 45-46. []

Que se passe-t-il quand on lit un album à un enfant?

Ce billet est l’adaptation d’une intervention qui m’a été demandée par l’association “Mille-feuilles et Petit Lu” de Guérande, pour leur journée de formation “le livre : un moment de partage et d’éveil culturel dès la naissance” qui se tenait ce jeudi 18 novembre 2021. J’ai été si touchée par la qualité de l’accueil de ces militantes et de leur public, que j’ai eu envie de faire revivre ce moment et de le faire partager en donnant une version écrite de cette petite causerie. La journée a aussi été pour moi l’occasion de faire la connaissance de Sophie Marinopoulos ; c’est en hommage à nos échanges, très stimulants pour moi, que je vais illustrer ce billet avec des visuel tirés du “kit de médiation” qu’elle a réalisé pour le Ministère de la Culture autour de la santé culturelle des enfants, avec des visuels de la graphiste Clémence Passot.

Continuer la lecture de Que se passe-t-il quand on lit un album à un enfant?

Des albums pour toutes les classes (sociales) ?

Chaque année, la rentrée nous apporte son lot de nouveautés dans le domaine des albums, et dans ce lot, il est rare qu’on ne découvre pas ce qu’on a pris l’habitude d’appeler des « pépites » : des albums beaux, intelligents, réussis, qu’on imagine stimulants pour les enfants, ouvrant l’intelligence autant que l’imagination et la sensibilité. Chaque magazine, chaque critique littéraire y va de sa petite sélection, et on retrouve d’ailleurs parfois les mêmes de l’un à l’autre. Parce que ce sont de bons albums – certains peut-être deviendront même des classiques. Mais aussi, reconnaissons-le, parce que les journalistes qui écrivent dans les magazines, les critiques littéraires, les universitaires qui s’intéressent aux livres pour enfants – les enseignants et les bibliothécaires qui les achètent, les libraires qui les mettent en avant, et allons-y, les artistes qui les créent et les éditeurs qui les publient, tous appartiennent au même milieu. Ils ont donc les mêmes attentes, les mêmes critères, ils sont dépaysés par les mêmes esthétiques, stimulés par les mêmes thématiques, touchés par les mêmes émotions. Ils partagent les mêmes idées, les mêmes valeurs. Je ne devrais pas dire « ils » : nous partageons goûts, valeurs et habitus sociaux. Nous aimons les mêmes livres – nous avons les mêmes loisirs, visitons les mêmes lieux l’été, vibrons aux mêmes expériences.

Continuer la lecture de Des albums pour toutes les classes (sociales) ?

Alain Le Foll : une expo et un livre

En ce moment se tient à Evian, au Palais Lumière, une exposition intitulée Alain Le Foll, maître de l’imaginaire (elle emprunte au titre de la fondation suisse créée par Etienne Delessert pour mettre en valeur une génération d’illustrateurs fondateurs). J’ai eu la chance d’être sollicitée par la commissaire d’exposition, Céline Chica-Castex, conservatrice au département des estampes et de la photographie de la BnF, pour rédiger la partie “illustration jeunesse” du catalogue, publié par les éditions Fabelio. Non seulement j’ai eu un plaisir infini à rédiger ce chapitre, qui m’a conduite à me replonger dans l’œuvre fascinante d’Alain Le Foll, vraiment un Grand, mais en plus, le livre est magnifique!

Livres pour enfants & médecine : c’est fini pour cette année

J’avais prévu de rendre un compte régulier de ce cours, évoqué dans mon précédent billet, mais le temps passe trop vite. Il a fallu inventer, semaine après semaines, des manières de faire pour atteindre mes objectifs et pour enseigner avec un outil de visio peu adapté à la pédagogie (les étudiants ne peuvent ou ne veulent pas allumer leurs caméras); puis il a fallu inventer un sujet d’examen qui soit cohérent avec ce que nous avions collectivement réussi à élaborer; enfin il a fallu corriger au galop, pour que les notes soient prêtes pour les jurys. Pas trop le temps de respirer…

Continuer la lecture de Livres pour enfants & médecine : c’est fini pour cette année

“Publish or perish” & mandarinat

Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail adressé par un collègue étranger, me donnant des nouvelles d’un article que j’avais soumis à la revue qu’il administre il y a… presque deux ans. Ce type de délai n’est en réalité pas très étonnant, dans notre milieu. Le contenu du message de ce collègue l’est davantage.

Continuer la lecture de “Publish or perish” & mandarinat

Qui parle des albums?

Cette période de réclusion forcée me donne l’occasion de rattraper un certain retard de lectures universitaires. Je souhaitais notamment lire tout ce qui s’écrit, depuis une dizaine d’année, sur l’album, dans divers milieux professionnels. Il me semblait intéressant d’essayer de confirmer (ou démentir) une intuition que j’avais eue, à parcourir quelques articles: j’ai eu en effet l’impression que beaucoup de chercheurs, au cours de leurs travaux, en viennent à évoquer l’album, comme objet principal ou secondaire de leur intérêt (linguistiques, didacticiens, enseignants, sociologues), et que d’une manière générale ils semblent en parler sans savoir sur quelle base ferme s’appuyer. Ce qui me frappe, et que j’aimerais confirmer par des lectures plus systématiques, c’est qu’aucun discours stable sur ce qu’est un “album” n’émerge dans ces travaux, ce que confirme d’ailleurs généralement la bibliographie associée à l’article. J’en tirerai, en fin de billet, quelques conclusions bien sûr, mais en attendant, cette discipline de lecture me permet de découvrir des travaux de chercheurs que je connaissais mal, voire pas du tout. Ces derniers jours, mes lectures ont concerné des travaux de linguistes.

Continuer la lecture de Qui parle des albums?

Encore un peu d’albums coréens? les éditions Sakyejul

Chez Sakyejul Publishing où j’ai eu la chance d’être accueillie lors de ma visite de Paju Book City, nous sommes reçus par Madame Kim Jin, qui nous présente un échantillonnage de la production récente – surtout des créations, même si on y trouve aussi la traduction de l’album allemand Hundert, dont la couverture coréenne est infiniment plus graphique que l’édition originale. Initialement, Sakyejul est un éditeur de sciences humaines né en 1987. C’est dans un second temps que la maison a développé un secteur dédié à la jeunesse, aujourd’hui florissant. Continuer la lecture de Encore un peu d’albums coréens? les éditions Sakyejul

Lire des albums en crèche à Barcelone

Dans le cadre de la création d’un nouvel échange Erasmus, j’ai eu la chance de passer quelques jours à l’Universitat Autònoma de Barcelona. Une occasion idéale, en cette semaine d’élections européennes, de confirmer l’importance des échanges, pour s’ouvrir, s’enrichir et construire concrètement l’idée d’Europe. À mon avis, les échanges Erasmus devraient concerner non seulement étudiants et universitaires, mais toutes les professions, pour comprendre comment font les autres afin de réinterroger ses manières de faire, comparer pour être content de ce qui va bien, identifier les ressemblances pour prendre conscience que l’Europe n’est pas une utopie, mais qu’elle correspond à des valeurs communes.

Continuer la lecture de Lire des albums en crèche à Barcelone

“Exception culturelle” ou complexe de colonisé?

Je reviens sur l’article évoqué dans mon précédent billet, parce qu’au-delà de l’intérêt que j’ai trouvé à certaines réflexions sur l’album, ou plus exactement sur les discours des spécialistes de l’album, j’ai ressenti à la lecture une forme de gêne dont j’ai d’abord ignoré d’où elle venait. Il me semble, à la réflexion, qu’elle n’est pas spécifique à cet article, mais que c’est un sentiment que j’ai déjà souvent ressenti à la lecture d’articles ou de livres issus des études anglo-saxonnes. J’essaie donc ici d’exposer la nature de cette gêne, et de lui trouver quelques explications. Ce n’est qu’une étape de ma réflexion, qui devra évidemment déboucher, à terme, sur quelque chose de plus constructif que l’expression d’un inconfort. Continuer la lecture de “Exception culturelle” ou complexe de colonisé?

Conversation avec Kitty Crowther

Les éditions Pyramyd, bien connues des amateurs de création graphique, ont décidé de lancer une collection de monographies baptisée “Conversations”, et le premier volume (on espère qu’ils seront nombreux !) est consacré à Kitty Crowther. Magnifiquement mis en page (des extraits sont disponibles sur le site de l’éditeur) et réalisé, le livre est également – et surtout – un passionnant voyage au cœur de la création. Continuer la lecture de Conversation avec Kitty Crowther

Danser l’album

Samedi dernier, le séminaire de l’Afreloce à l’ENS accueillait Pascale Tardif, conseillère pédagogique, accompagnée de deux professeurs des écoles, Anaïs Hoffman et Nathalie Mangeard (fidèle du séminaire !) pour nous présenter les réalisations d’un programme éducatif et artistique de l’académie de Versailles, “Danser avec les albums jeunesse”. Le titre me laissait un peu sceptique, mais l’intervention à trois voix m’a pleinement convaincue, non seulement de l’intérêt de la démarche, mais aussi de la qualité remarquable du travail mené sur le terrain par tous ces enseignants et danseurs. Continuer la lecture de Danser l’album