Archives par mot-clé : Lectures du moment

Lecture du moment : Alain Viala, l’adhésion littéraire

Le titre de ce billet est un peu mensonger, parce que c’est une lecture qui remonte au printemps dernier. J’avais lu d’une traite ce petit ouvrage extrêmement bien écrit d’Alain Viala, son dernier puisqu’il est décédé en juin 2021 (la parution, au Temps des cerises en 2022, est donc posthume). Ce n’est qu’à l’automne que j’ai mis mes notes au propre, notamment dans le cadre de la rédaction d’un article qui paraîtra en septembre prochain. J’avais négligé de rédiger un billet, alors que les réflexions de Viala me portent depuis un an : négligence corrigée aujourd’hui !

Continuer la lecture de Lecture du moment : Alain Viala, l’adhésion littéraire

Grand(s) écart(s)

J’arrive au dernier quart de ma délégation CNRS. À l’époque où je l’ai demandée, j’étais aussi candidate à un programme ANR ambitieux ; au moment où j’ai appris que je l’avais obtenue, j’étais encore en attente des résultats de la phase 2 de l’ANR, puisque notre projet avait passé avec succès la première sélection. Dans mon esprit, les deux sont liés : je suis convaincue qu’on m’a attribué une délégation parce qu’on accorde du crédit à quelqu’un qui dépose un projet ANR aussi ample et qui ne se fait pas bouler dès le démarrage des sélections. Seulement, je n’ai finalement pas obtenu ce budget, donc le projet ne s’est pas déroulé. Je n’ai donc pas de “livrables” à produire aujourd’hui, aux trois quarts de mon année de liberté intellectuelle. Est-ce à dire que je n’en ai rien tiré ? C’est là que le système néo-libéral d’organisation de la recherche montre sa trame : je crois au contraire que j’ai infiniment plus profité de cette année de recherches – même si elle parait peut-être “non-productive” sous l’angle de la bibliométrie – que si j’avais dû, cette année, me consacrer au lancement puis au pilotage d’un projet à 350 000 euros et 8 partenaires. Ce que j’ai gagné, je le mesure avec clarté aujourd’hui, c’est la possibilité de réconcilier enfin la globalité de mes axes de recherches, de mes centres d’intérêt intellectuels, de mes chantiers pratiques, et de mes usages pédagogiques.

Continuer la lecture de Grand(s) écart(s)

Lecture du moment : L’ordinaire de la littérature

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas parler de bébés, ni de littérature pour enfants, mais d’un ouvrage de théorie littéraire dont la lecture m’a enthousiasmée. Florent Coste vient de publier à La Fabrique un livre intitulé L’ordinaire de la littérature. Que peut (encore) la théorie littéraire ? et comme c’est une question que je me pose j’ai eu envie de l’acheter.

Continuer la lecture de Lecture du moment : L’ordinaire de la littérature

Un sociologue et mille poussins (1/3) : le sociologue

Cette série de 3 billets croise des réflexions inspirées par mon quotidien qui n’ont à première vue pas de rapport entre elles. Je vais pourtant essayer de montrer en quoi ces deux expériences s’articulent, pour moi et dans le cadre de la réflexion que j’essaie de conduire cette année. D’un côté, une émission de radio, à écouter en podcast, consacrée au sociologue Jean-Claude Chamboredon ; de l’autre, un atelier proposé à des enfants de petite section de maternelle par la danseuse et chorégraphe Anne-Laure Rouxel autour de l’album de Claude Ponti Mille secrets de poussins. Et puisque [plus] personne ne surveille la manière dont je construis ma réflexion (avantage d’être prof et pas étudiant), je vais faire exactement ce qu’on dit aux étudiants de ne pas faire lorsqu’ils essaient de rapprocher ou de comparer deux artefacts : je vais d’abord parler du podcast et de Chamboredon, puis de Danser les mille secrets de poussins, et seulement enfin, j’essaierai de dire pourquoi je me sens autorisée à rapprocher ces deux sujets. Premier épisode, donc.

Continuer la lecture de Un sociologue et mille poussins (1/3) : le sociologue

Lire pour se former

C’est la semaine de l’année où tous les médias se souviennent que la littérature jeunesse existe. On peut écouter de très chouettes émissions de radio (entre autres , et puis aussi ), et évidemment on peut aller à Montreuil, sauf si, comme moi, on déteste la foule. Mais on peut aussi lire des livres ! Pendant longtemps, on a manqué en France de livres sur les livres pour enfants. Les bibliographies tournaient et retournaient autour d’une poignée de titres, devenus introuvables, et souvent un peu dépassés. Quand j’étais en thèse, c’était vraiment navrant. Or depuis deux ans sont parus, chez des éditeurs bien diffusés, des ouvrages faciles d’accès, agréables à lire, abondamment illustrés. Les adultes qui ne connaissent pas grand chose à la littérature pour la jeunesse peuvent maintenant se former facilement et intelligemment. Petit tour sur mes étagères…

Continuer la lecture de Lire pour se former

Lire sur ordonnance

Une période de convalescence m’obligeant à rester alitée, j’ai lu d’une traite le livre de Michel Desmurget, Faites-les lire, actuellement sur toutes les ondes. On m’avait informée de la préparation de ce livre il y a plus d’un an et j’en attendais la sortie avec impatience. Michel Desmurget est directeur de recherche à l’Inserm, spécialiste de neurosciences et son point de vue m’intéressait.

Continuer la lecture de Lire sur ordonnance

“Lectures individuelles à l’école maternelle” par Nathalie Virnot

Nathalie Virnot, membre de l’association ACCES, psychologue et psychanalyste, intervient pour des lectures dans divers lieux d’accueil de la petite enfance (PMI, pouponnière, crèche, nursery de maison d’arrêt…) et anime aussi des “observatoires” consacrés aux pratiques de lectures avec les tout-petits. En juin 2021, elle a auto-édité une copieuse brochure, intitulée Histoires de lectures. Lectures individuelles à l’école maternelle, qui rend compte de manière précise d’une recherche-action menée dans le cadre d’ACCES, en 2014, dans des classes de petite section des écoles maternelles du quartier de Grand Vaux à Savigny-sur-Orge. Dans ce quartier qui accueille des enfants de milieu très défavorisé, l’équipe chargée de la “réussite éducative” avait en effet fait appel à ACCES pour mener des séances de lectures auprès des très jeunes élèves des écoles, et Nathalie Virnot en a profité pour amasser le matériau de cette passionnante étude.

Continuer la lecture de “Lectures individuelles à l’école maternelle” par Nathalie Virnot

Les Images libres

Loïc Boyer a publié il y a quelques semaines, aux éditions MeMo, un beau livre qui est aussi un livre savant. Sous le titre Les Images libres. Dessiner pour l’enfant entre 1966 et 1986, il développe une analyse passionnante de l’illustration (pour enfants, mais pas seulement) dans les années qui précèdent immédiatement et qui suivent longuement le moment 1968. Le livre devra désormais figurer dans toutes les bibliographies des bibliothécaires pour la jeunesse, mais aussi des illustrateurs et des graphistes. Il récapitule pas mal de choses qu’on savait déjà, mais qui étaient dispersées, pas du tout accessibles sous la forme d’un livre unique ; et il y ajoute vraiment beaucoup, beaucoup de choses qu’on ne savait pas, qu’il a patiemment glanées au fil de ses lectures, de ses achats de livres, de ses entretiens avec des artistes et de ses recherches en archives, et qu’il a su associer et mettre en perspective de manière intelligente et lumineuse.

Continuer la lecture de Les Images libres

Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Je ne suis vraiment pas une fan de stylistique et même si j’ai eu, furtivement, une excellente prof de stylistique pendant un semestre à Rennes 2 jadis, je n’ai jamais par la suite lu spontanément d’ouvrages ou même d’articles de stylisticiens. C’est donc par exception que j’ai eu envie de lire Pourquoi le style change-t-il ? de Gilles Philippe (Les Impressions nouvelles, 2021). Bien m’en a pris : ce livre est passionnant de bout en bout, agréable à lire même dans ses parties techniques – et on peut sauter des paragraphes si on se fiche un peu de “la possibilité d’utiliser qui pour référer à un non-humain” chez Flaubert : les conclusions restent parfaitement accessibles. Ce n’est pas un livre de pinailleur, ce n’est pas écrit en jargon d’universitaire, même si c’est érudit et parfois pointu : c’est un livre qui, comme son titre l’indique, pose des questions très claires, et apporte des réponses lumineuses et intéressantes. Et c’est tant mieux, parce que la question posée, justement, par le titre, m’intrigue vraiment, et ce depuis que je sais lire.

Comme beaucoup de “grands” lecteurs, je n’avais jamais assez de livres à ma disposition pour nourrir mon appétit de fictions, j’ai donc longtemps fait feu de tout bois, notamment en piochant dans les maigres reliquats de bibliothèques disponibles chez mes grands-parents. Très tôt, donc, j’ai été mise en contact avec les profondes différences d’écriture (entre Roald Dahl et la Comtesse de Ségur, entre James Oliver Curwood et Suzie Morgenstern), que personne bien évidemment n’a jamais pris le temps d’évoquer avec moi. Ce n’est pas seulement le contenu narratif qui était différent (les robes à volants et les bottines séguriennes, les cabanes du Grand Nord,…), c’était la langue, et ça me troublait beaucoup. Je crois même (mais peut-être que je me vante a posteriori) qu’à un moment je savais distinguer d’instinct la prose de Ségur de celle de Zénaïde Fleuriot. Ce n’était pas pareil – et ce n’était pas non plus comme on parlait, et comme on écrivait dans les livres neufs de la bibliothèque municipale. Alors, “Pourquoi le style change-t-il ?”…

Continuer la lecture de Lecture du moment : Gilles Philippe, Pourquoi le style change-t-il ?

Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

La collection “Le mot est faible” de l’éditeur Anamosa m’attire depuis un moment. Lancée en 2019, elle entend proposer, en moins d’une centaine de pages, un petit essai accessible qui envisage de manière critique un terme “du quotidien”, en tout cas un mot qu’on entend en abondance dans les médias et dont il devient urgent de décortiquer les sédiments de sens. La collection, dirigée par l’historien Christophe Granger, a été lancée en 2019 comme un écho aux réflexions lancées par Éric Hazan dans LQR. La propagande du quotidien (Raisons d’agir, 2006). Hazan, lui-même éditeur engagé, est au cœur des réflexions développées dans un autre petit livre dont je parlerai peut-être ici, Le Luxe de l’indépendance. Réflexions sur le monde du livre (Julien Lefort-Favreau, éditions Lux, 2021), il y a donc dans ma bibliographie estivale un “effet boucle” que j’assume. Bref : dans cette collection “Le mot est faible”, j’ai choisi le volume Langue écrit par Cécile Canut, linguiste à l’université Paris-Descartes, à la fois parce que, bien évidemment, les questions de langue sont au centre de mes travaux et de mes enseignements, et à la fois parce qu’il était présenté sur une très belle table thématique dans la librairie sétoise L’Échappée belle, que j’aime beaucoup. Bien sûr, c’est très court, on lit ça en une heure et donc on reste sur sa faim – mais je voulais justement voir si ce petit bouquin facile à lire pouvait donner à mes étudiants un premier outil de réflexion sur la langue, puisque je les tarabuste avec ça à longueur d’année.

Continuer la lecture de Lectures du moment : Cécile Canut, Langue

Lecture du moment : Jean-Christophe Cavallin, Valet noir

Sous-titré “Vers une écologie du récit”, l’ouvrage de Jean-Christophe Cavallin avait attiré mon regard lorsque je cherchais à étoffer mes lectures consacrées à la question du récit. Le livre est sorti ce printemps, il a eu une assez bonne couverture médiatique (pour ce genre d’ouvrage, il va sans dire…) puisque Le Monde en a parlé (sous la plume de Jean-Louis Jeannelle, qui dirige aussi Fabula-LhT), Les Échos aussi, et que la revue en ligne Diacritik lui a consacré un long portrait – il faut cependant reconnaître que Jean-Christophe Cavallin est un collaborateur régulier de cette revue culturelle en ligne, et que l’entretien est signé par Christine Marcandier, qui est sa collègue au sein du master “Ecopoétique et création” à l’université d’Aix-Marseille et à qui l’auteur adresse ses remerciements à la fin de son ouvrage. Bref : un livre qui semble attendu dans la petite communauté des chercheurs qui, en France, introduisent “l’écocritique” dans les études littéraires1. Ce n’est pas une sensibilité dont je me sens naturellement proche, mais le livre était suffisamment intrigant pour donner envie d’y aller voir de plus près, et j’aime lire les parutions récentes, pour “prendre le pouls”. Le livre me laisse des impressions mélangées. Les quelques recensions disponibles sur internet développent une approche assez empathique avec les thèses de l’auteur ; je vais pour ma part me limiter à exposer mon intérêt mais aussi ma perplexité devant certaines manières de faire.

Continuer la lecture de Lecture du moment : Jean-Christophe Cavallin, Valet noir

  1. Emmanuelle Peraldo, Écocritique In : Guide des Humanités environnementales [en ligne]. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2016. []