Archives par mot-clé : Lire aux bébés

Travailler entre les disciplines

Il y a quelques jours, j’ai soumis à l’Agence nationale de la recherche le projet d’une recherche consacrée aux effets des lectures d’albums sur les bébés prématurés. C’est l’aboutissement d’un travail de plus de deux ans, dont j’ai beaucoup parlé sur ce carnet de recherches.

Continuer la lecture de Travailler entre les disciplines

Manuela Filippa invitée de l’InTRu : La voix maternelle et le bébé prématuré

Mise à jour du 14 octobre 2022: un enregistrement sonore de la séance a été réalisé, vous pouvez l’écouter ci-dessous. Pas de vidéo en revanche… pour des questions de droit à l’image.

Dans le cadre conjoint du séminaire de l’InTRu « Cultures visuelles & Cultures des sens » et des Unités d’enseignement et de recherches en sciences humaines (UERSH) de la Faculté de Médecine, l’équipe InTRu a le plaisir d’accueillir la psychologue Manuela Filippa pour une rencontre, en visioconférence, consacrée à la voix maternelle telle qu’elle est perçue par le bébé prématuré en unité de néonatologie. Cette rencontre aura lieu sur zoom jeudi 13 octobre 2022, de 17h à 19h. Inscription auprès de cecile.boulaire@univ-tours.fr

Continuer la lecture de Manuela Filippa invitée de l’InTRu : La voix maternelle et le bébé prématuré

Que nous apprend Barthes du “Plaisir du texte” ?

Je terminais une série de billets intitulés “questions de l’été” par une suggestion, celle de revenir à quelques fondamentaux, en particulier l’ouvrage que Barthes publie en 1973, Le Plaisir du texte, si limpide dans son intitulé et si déroutant dans sa forme. Les surprises de la vie m’ont empêchée de poursuivre cette série de “questions de l’été”, contrairement à ce que j’avais en projet. L’automne est arrivé, et avec lui, la nécessité de trouver des réponses plutôt que de poser des questions, notamment parce que je dois monter des dossiers et soumettre des candidatures. Voici ici quelques réflexions sur le livre de Roland Barthes.

Continuer la lecture de Que nous apprend Barthes du “Plaisir du texte” ?

Questions de l’été (5) : du manque au plaisir

Il n’aura échappé à personne que la bibliographie réunie pour la « revue de littérature » qui forme le précédent billet fait appel surtout à des travaux de psychologie cognitive. Il semblerait que, lorsqu’on s’intéresse aux bébés et aux lectures qui leur sont adressées (ce qui est mon cas), on vienne surtout de cette discipline. Or j’ai exprimé ma frustration de ne voir apparaître, dans ces études, qu’une vision finalement assez pauvre du langage, et surtout, une conception utilitariste du livre, dans laquelle il n’est qu’à peine fait mention du contenu narratif – encore moins de la possibilité d’une lecture de type littéraire, avec la polysémie qu’elle implique, ainsi que je l’indique dans le premier billet de cette série.

Continuer la lecture de Questions de l’été (5) : du manque au plaisir

Questions de l’été (4) : que disent les “spécialistes” sur l’effet de la lecture aux bébés ?

Travaillée par tant d’incertitudes (que faut-il lire aux bébés ? comment faut-il lire ?), j’ai décidé d’en passer par là où tout scientifique devrait commencer son enquête : une revue de littérature.

Continuer la lecture de Questions de l’été (4) : que disent les “spécialistes” sur l’effet de la lecture aux bébés ?

Questions de l’été (3) : sait-on ce que c’est que lire ?

Suite de mes cogitations sur la lecture aux bébés.

Ce que dit la sociologie de l’éducation

Depuis un bon moment, du côté de la sociologie et de la didactique, on s’interroge aussi sur les pratiques de lecture des enfants arrivant à l’école, c’est-à-dire sur leurs dispositions au moment où ils commencent leur scolarité. Comment sont-ils préparés, à la maison, aux activités qui seront nécessaires pour entrer dans les apprentissages scolaires ?

Continuer la lecture de Questions de l’été (3) : sait-on ce que c’est que lire ?

Questions de l’été (2) : faut-il lire de bons livres et comment les lire ?

Je poursuis ici la réflexion entamée dans le précédent billet.

Ma position sur la question des corpus a beaucoup évolué ces dernières années – probablement en partie parce que j’appartiens à une équipe, initialement constituées d’historiens de l’art, qui questionne les hiérarchies culturelles.

Continuer la lecture de Questions de l’été (2) : faut-il lire de bons livres et comment les lire ?

Questions de l’été (1) : d’où je parle

Comme je l’écris dans le précédent billet, j’ai pris la décision de donner un cadre (et de tenter d’obtenir un financement) à mes recherches actuelles sur ce qui se passe quand on lit des histoires à des bébés, dans un contexte médical. Pour constituer une équipe, trouver de quelle manière se donner des objectifs qui soient communs, élaborer ensemble le synopsis de cette recherche collective, il faut bien élaguer dans les réflexions : il est certain qu’on ne pourra pas tout faire, pas tout à la fois. Alors que je m’étais promis d’aboutir à une première ébauche de ce projet avant la fin du mois de juillet, je me rends compte que cette élaboration pourtant minimale est constamment repoussée, car il me faut au préalable avoir fait le clair sur pas mal de questions. Plutôt que de laisser gonfler des fichiers de réflexions qui pourraient être sans fin, je prends la décision de les couper en unités thématiques, et de les publier ici. Peut-être cela me permettra-t-il de clarifier mes idées, et de mettre un terme à des tergiversations innombrables.

Les images d’en-tête de ces billets ne peuvent pas être prises dans les recherches elles-mêmes, puisque je me contente de réfléchir, de lire des articles, de remplir des pages de cahier, ce qui n’est pas très spectaculaire. Je prends donc la décision d’illustrer cette série de billets de photographies de N. et M., qui me pardonneront d’attenter à leur vie privée. Il paraît que des billets illustrés par des images de chats sont davantage lus sur les réseaux sociaux…

Continuer la lecture de Questions de l’été (1) : d’où je parle

Analyser des vidéos de lectures d’albums

L’année a été extrêmement dense en projets et en réalisations, et je n’ai pas beaucoup nourri ce ‘carnet de recherche’. Ce n’est pourtant pas l’envie qui m’en a manqué – mais le temps, bien sûr, et la liberté d’esprit. L’été arrivant, la pression des urgences s’atténue. Vient le moment de faire retour sur les expériences de l’année, pour préparer les projets à venir.

Continuer la lecture de Analyser des vidéos de lectures d’albums

Parution dans Trema: un entretien sur le projet “lire aux bébés”

J’ai le plaisir de signaler la parution d’un entretien réalisé par Christine Boutevin et Frédéric Torterat, il y a plusieurs mois, au sujet du projet “lire aux bébés” qui démarrait alors. Le texte est paru dans la revue Trema, spécialisée en sciences de l’éducation et en didactique. Le numéro 55, dirigé par Christine Boutevin, Marion Sauvaire et Frédéric Torterat, est intitulé Approches plurielles de la littérature de jeunesse auprès des jeunes enfants. On peut lire l’ensemble en ligne, et l’entretien lui-même à cette adresse.

Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons : soutien de la DRAC et de l’ARS

Le double projet “Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons”, monté en partenariat entre l’Université de Tours, l’association Livre passerelle, la Bibliothèque Municipale de Tours, le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Tours et Le Centre Hospitalier Intercommunal Amboise-Château-Renault vient de recevoir un soutien conjoint de la DRAC et de l’Agence Régionale de Santé. Cet appui financier renouvelle un soutien déjà accordé les années précédentes – probablement pour la dernière fois, ce qui va nous conduire à chercher d’autres sources de financement, et ce d’autant plus que nous montons maintenant la 2e phase du projet, à savoir le protocole d’observation et de mesure scientifique des effets de ces lectures aux bébés.

Continuer la lecture de Lire aux bébés / Lisons aux nourrissons : soutien de la DRAC et de l’ARS

Bookstart Around the World: comment évaluer un programme de dons de livres aux bébés, sans jamais parler des livres pour bébés…

Au printemps 2021, le Conseil des Arts suédois a publié les résultats d’une étude sur les effets du programme Bokstart expérimenté en Suède de 2017 à 2020, sur un modèle international dont j’ai déjà parlé sur ce ‘carnet de recherches’ à deux reprises, en décembre 2019 puis plus récemment en janvier 2021. On ne saurait reprocher à une institution publique nationale de publier, dans une langue claire, les éléments objectifs permettant de juger de la pertinence d’une action menée sur fonds publics – on le peut d’autant moins quand cette institution publique assortit son effort d’une traduction en anglais, et d’une bibliographie très nourrie. Le document, téléchargeable gratuitement, est donc d’un grand intérêt pour les institutions et les associations (je pense à l’agence Quand les livres relient ainsi qu’aux animateurs, au sein du service du livre et de la lecture au Ministère de la culture, du dispositif Premières pages) qui ont à cœur de permettre la rencontre des bébés et des livres. Je vais donc ici m’employer à en détailler les apports que j’estime les plus pertinents. Néanmoins, le rapport présente un angle mort qui ne manque pas d’étonner puisque, mettant en valeur une série de dispositifs de soutien au développement du langage consistant à offrir des livres aux bébés, il ne dit rien, à aucun moment, sur ce qui préside au choix de ces livres – ni même, si on y regarde de plus près, sur l’intérêt particulier de faire appel à des livres (langue écrite) pour le développement du langage (mesuré dans des performances de langue orale).

Continuer la lecture de Bookstart Around the World: comment évaluer un programme de dons de livres aux bébés, sans jamais parler des livres pour bébés…