Archives par mot-clé : pédagogie

Qui parle des albums?

Cette période de réclusion forcée me donne l’occasion de rattraper un certain retard de lectures universitaires. Je souhaitais notamment lire tout ce qui s’écrit, depuis une dizaine d’année, sur l’album, dans divers milieux professionnels. Il me semblait intéressant d’essayer de confirmer (ou démentir) une intuition que j’avais eue, à parcourir quelques articles: j’ai eu en effet l’impression que beaucoup de chercheurs, au cours de leurs travaux, en viennent à évoquer l’album, comme objet principal ou secondaire de leur intérêt (linguistiques, didacticiens, enseignants, sociologues), et que d’une manière générale ils semblent en parler sans savoir sur quelle base ferme s’appuyer. Ce qui me frappe, et que j’aimerais confirmer par des lectures plus systématiques, c’est qu’aucun discours stable sur ce qu’est un “album” n’émerge dans ces travaux, ce que confirme d’ailleurs généralement la bibliographie associée à l’article. J’en tirerai, en fin de billet, quelques conclusions bien sûr, mais en attendant, cette discipline de lecture me permet de découvrir des travaux de chercheurs que je connaissais mal, voire pas du tout. Ces derniers jours, mes lectures ont concerné des travaux de linguistes.

Continuer la lecture de Qui parle des albums?

Continuité pédagogique aux fraises

Depuis 10 jours, en tant que directrice de département et de filière, je me dois de relayer à mes collègues les injonctions, toujours plus pressantes, en faveur de la “continuité pédagogique”. Je le fais en mettant toujours en garde, depuis le début, sur l’effet de puissant mirage de ce mantra. Il n’y a aucune “continuité pédagogique”, nous vivons au contraire la plus violente rupture pédagogique que notre université ait jamais connue, elle qui n’est pourtant pas avare de grèves, blocages et autres “printemps des chaises” (ceux de 2009 comprendront…). Une fois de plus, avec ce slogan que chacun repète à l’envi, ce gouvernement de chargés de com’ au petit pied brutalise la langue et la démonétise – on se souvient par exemple des “filières en tension”, formule inventée au moment de lancer APB puis Parcoursup, manière honteuse de désigner les filières d’enseignement totalement engorgées d’étudiants parce que les recrutements de profs, depuis 10 ans, sont largement en-dessous des besoins d’encadrement de la jeunesse. Et là, en une formule maladroite, la porte-parole du gouvernement révèle avec éclat ce que ces gens pensent, au fond, de nous les enseignants: tout ça, c’est du pipeau, parce que pour eux, en vrai, on ne travaille pas.

Continuer la lecture de Continuité pédagogique aux fraises

Rencontrer

Il y a quelques mois, à l’issue d’une année éprouvante sur le plan personnel, j’ai pris la décision de m’accorder, en 2020, une “année blanche”, entendre sans engagement à l’extérieur, sans projet autre que ceux que j’avais envie de porter moi-même, ici, là où je vis. Cette décision était dictée d’abord par une fatigue immense qui exigeait de réduire le rythme de mes déplacements et engagements, mais aussi, et peut-être surtout, par la nécessité interne de me recentrer sur des actions qui avaient profondément du sens, et donc, d’en faire moins, mais mieux. Ou plus modestement : d’en faire moins, avec l’espoir de faire moins mal. Continuer la lecture de Rencontrer

Une année pleine

L’année se termine. Il est d’usage de dire qu’on en sort fatigué. Je suis, pour ma part, épuisée. Rien qu’une enfilade de bonnes nuits de sommeil, quelques semaines sans mail et un peu de repos ne finisse par soigner, bien sûr. Mais je ressens le besoin de faire retour sur ce qui est cause de cet épuisement: un bilan de l’année écoulée. Continuer la lecture de Une année pleine

Lectures du moment: Véronique Decker, Pour une école publique émancipatrice

Troisième billet de mes “lectures de saison”, Pour une école publique émancipatrice est un petit livre (vert) publié chez Libertalia dans la collection “N’autre école”. Pourquoi est-ce que je le choisis dans le coin de table “sciences sociales / politiques” de ma librairie? Sans doute attirée par sa couleur, sans doute aussi par la dimension clairement affirmative de son titre, qui tranche sur le verbiage lénifiant que nous inflige actuellement l’université en régime “PIA3” en matière de réflexion pédagogique. Sans doute aussi parce que, lorsque je l’achète, on s’achemine vers la fin du semestre et que je ne suis pas très satisfaite du nouveau cours que j’ai expérimenté depuis janvier (j’en parle – avant – et – après). Ce que je cherche en effet, c’est réussir un enseignement qui soit pleinement émancipateur pour mes étudiants – et ce, d’autant plus que cette fournée-là se destine à enseigner à son tour. Et je le souhaite parce que je continue de croire, plus que jamais, à la nécessité d’un enseignement public de qualité, de la maternelle à l’université. Je ne connais pas alors les éditions Libertalia, mais je découvre vite que la collection à laquelle appartient ce titre, “N’autre école”, porte le nom d’une revue pédagogique de la CNT, revue partenaire du site Questions de classe(s) que je lis régulièrement. Je suis donc en terrain familier. Continuer la lecture de Lectures du moment: Véronique Decker, Pour une école publique émancipatrice

Comment améliorer un cours raté?

Un long trajet en train, pour répondre à l’invitation d’une ancienne étudiante devenue coordinatrice d’un réseau de bibliothèques, m’a permis de venir à bout des 99 copies de mon cours de 2e année sur les premières lectures. Le bilan est assez net, de mon point de vue : ce cours est raté. Continuer la lecture de Comment améliorer un cours raté?

Prendre son temps, ou le perdre ?

J’ai terminé ce matin la lecture du réjouissant Jeu de construction de Paul Cox. Le livre reprend, sous format papier (et très soigneusement édité par les éditions B42), le blog que Paul Cox avait tenu tout au long de l’exposition du même nom, à la galerie des enfants du Centre Pompidou en 2005. À l’époque, j’avais lu le blog avec gourmandise, jour après jour. Je n’avais pas vu l’expo au Centre Pompidou, mais sa préfiguration à l’école d’art de Blois, quelques mois auparavant, au milieu de tout un tas d’autres réalisations enthousiasmantes de cette école d’art qui savait s’adresser aux enfants. Continuer la lecture de Prendre son temps, ou le perdre ?

À quoi sert un barème?

Saison oblige, je passe mes matinées en surveillances d’examens… à corriger des copies. C’est l’occasion, comme chaque fois, d’un retour réflexif sur ma pratique pédagogique. Nouveauté cette année : les étudiants de première année à qui j’enseigne la littérature pour la jeunesse ne viennent pas de la filière Lettres, mais sont massivement issus de filières Langues ou Sciences du langage. Le cours, en amphi (je l’évoque dans un billet précédent), a été très agréable à faire, mais j’appréhendais les copies, et j’avais raison.  L’exercice consistait à réaliser en temps libre l’analyse d’un album choisi librement au cours du semestre. Nous avions pris une séance pour baliser l’exercice et j’avais donné de nombreux conseils de méthode, mais la correction a fait apparaître crûment que près d’un tiers des étudiants manquait de la ressource linguistique la plus élémentaire. Continuer la lecture de À quoi sert un barème?

Étudier les livres pour enfants en fac de médecine

Depuis 2012, j’enseigne la littérature pour la jeunesse au sein des Unités d’Enseignement et de Recherche en Sciences Humaines (UERSH) proposées au sein de la Faculté de médecine. Le dispositif UERSH fait pendant aux UERB, unités consacrées à la biologie permettant aux étudiants de médecine qui le souhaitent d’interrompre leur scolarité pendant un an le temps de faire un master de biologie. Sur le même modèle, les étudiants ayant suivi plusieurs cours au sein des modules de l’UERSH peuvent ensuite, s’ils réalisent un stage, postuler pour un master 2 dans une discipline de sciences humaines, en complément à leur cursus médical. Le module au sein duquel j’interviens s’intitule “Humanités en médecine”. J’y coordonne un cours partagé avec une collègue, que nous avons baptisé “Dire la maladie, penser le soin : enjeux du récit”. Continuer la lecture de Étudier les livres pour enfants en fac de médecine

Un nouveau cours en gestation

Alors que la fin du semestre s’annonce (avec son avalanche de copies), entre une séance du programme “Iconotextes” et une séquence du MOOC “Se former pour enseigner dans le supérieur” démarré il y a 10 jours, je tente laborieusement de monter un nouveau cours pour le second semestre. Continuer la lecture de Un nouveau cours en gestation

Merci, “mes” stagiaires!

Le 26 juin s’est terminée la session 2017 du cours en ligne” Initiation à l’analyse d’albums” dans sa version Formation continue. Comme pour la fin de la session “étudiants”, c’est avec une grande satisfaction que j’ai lu les travaux de fin de parcours des stagiaires engagés dans la formation. Avec un “plus” indéniable : si les étudiants font un usage très modéré, voire timoré, des ressources numériques permettant le contact (messagerie interne, forum participatif), ici les stagiaires dont les profils étaient extrêmement divers se sont véritablement emparés de ces fonctionnalités, en faisant exister la formation en dehors de moi. Continuer la lecture de Merci, “mes” stagiaires!

Lire à voix haute

Ce vendredi 27 janvier, grâce au service culturel de l’université, j’ai pu accueillir Christian Sterne, comédien de la compagnie Les Fous de Bassan, et Dominique Veaute, animatrice lecture à Livre Passerelle, pour une journée de formation “lecture d’albums à haute voix” offerte à une dizaine d’étudiantes, dans le cadre d’un projet que nous avons intitulé “Bibliothèque de rue étudiante”. Continuer la lecture de Lire à voix haute